Mousson exceptionnelle : le Pakistan a rasé sa propre forêt

Maintenant il veut des dédommagements. Les inondations qui ont noyé une partie du Pakistan en 2022 sont présentées comme historiques, comme les pires depuis un siècle au moins. Le réchauffement climatique est invoqué et le gouvernement pakistanais veut obtenir des dédommagement de la part des pays riches (donc pollueurs...).

 

pakistan,inondations,mousson,sécheresse,réchaufement,déforestationExtrême

En avril et mai une vague de chaleur plus intense que d’habitude a précédé l’arrivée de la mousson. C’est la période en général la plus chaude au Pakistan.

Le Pakistan est un pays extrême du point de vue climatique et météorologique. C’est l’un des plus chauds du globe, il détient le record de température pour le continent asiatique.

Cette année la mousson a été exceptionnelle. Aux grandes eaux du ciel se sont ajoutées les eaux des glaciers suant sous la vague de chaleur. De plus l’océan Pacifique est toujours en phase La Niña depuis trois ans, ce qui est une durée rare. L’eau et les masses d’air chaudes sont donc poussées vers l’Asie du sud.

La position du jet stream est également déterminante, de même la balance des pressions, soit le Dipole de l’Ocean Indien, qui concourent à la circulation des vents.

De grandes inondations, cela arrive. On estime que la variation naturelle des moussons, d’une année à l’autre ou d’une période à l’autre, va jusqu’à 40% de volume d’eau délivrée.

Autre problème au Pakistan : la déforestation. Le ratio de forêt est l’un des plus bas du monde: 5,1%, voire 1,9% selon le tableau en image 2, alors qu’il est de 31% en moyenne mondiale et qu’il était de 33% en 1947. 

Une étude affirme que la déforestation du Pakistan depuis l’an 2000 a conduit le pays à des effets dévastateurs éco-environnementaux. 

 Pour y remédier le gouvernement a décidé de planter des centaines de millions d’arbres afin de lutter contre la sécheresse. Un nouveau plan envisage même de mettre en terre 10 milliards d’arbres dans les années à venir.

Sera-ce suffisant pour freiner la brutalité des grandes moussons et tempérer les sécheresse brutales que connaît cette région? 

 

pakistan,inondations,mousson,sécheresse,réchaufement,déforestationForêts

Difficile à dire dans un pays qui est comme un entonnoir ou un long boyau entouré aux deux tiers de montagnes dégoulinantes d’eau et traversé par le fleuve Indus. À l’est le plateau du désert du Thar domine la vallée de l’Indus et resserre le passage des crues. 

Un sol sans forêt est plus sec et moins productif. Les forêts maintiennent une humidité dans l’air et les sols, et fixent les terres contre l’érosion.

Que s’est-il passé au Pakistan? Découvrons ces infos publiées après les grandes inondations de 2010:

« Au cours des soixante dernières années, 60 % des arbres qui bordent les rives du Sindh ont disparu. L’épuisement des cours d’eau et la surexploitation forestière en sont les premières causes. »

Et aussi:

« Dans certaines régions du Pakistan, l’électricité peut se faire rare. De ce fait, les habitants abattent des arbres pour se chauffer. »

Déforestation récente:

« Pour commencer, le rôle de l’homme s’étend à la déforestation des bassins versants dans les montagnes du nord du Pakistan. Bien qu’il n’y ait pas de chiffres exacts, les experts s’accordent à dire qu’une déforestation rapide a eu lieu depuis les années 1990. (…) La déforestation a eu un impact assez direct lorsque les pluies sont arrivées, explique Rina Saeed Khan, journaliste pakistanaise spécialisée dans les questions environnementales. »

 

pakistan,inondations,mousson,sécheresse,réchaufement,déforestationTimber mafia

La mafia du bois aggrave les destructions:

« Nous recevons des rapports selon lesquels il y avait beaucoup d’exploitation forestière dans la région par la mafia du bois, et ils avaient l’habitude de jeter ces troncs dans la rivière, en utilisant cette rivière comme moyen de transport. Ainsi, lorsque les inondations sont arrivées, les troncs sont devenus des missiles dans l’eau. Et ils se sont écrasés sur des maisons et des ponts, brisant de nombreuses infrastructures. »

Mais encore:

« Plus en aval, dans la province du Sindh par exemple, le fleuve Indus a été « étouffé » par des agriculteurs qui n’ont laissé aucun espace où de l’eau supplémentaire aurait pu aller, explique Khan. »

Continuons vers le sud:

« Tout le long de l’Indus, dans le sud, il y avait autrefois une forêt fluviale très épaisse. Et au fil des ans, les gens l’ont abattue et ils ont commencé les cultures, car c’est une terre très fertile. »

Or, on le sait:

« La coupe d’arbres a un autre effet secondaire. Comme le sol n’est pas ancré par les racines, il est transporté en aval par les fortes pluies. La terre et la boue s’infiltrent dans les rivières et les ruisseaux, ce qui a pour effet d’obstruer les lits des rivières et de réduire la capacité de transport de l’eau. Cela aggrave les inondations. »

S’il n’y a plus assez de forêts pour modérer les crues au Pakistan ce n’est pas parce que la Chine utilise des centrales électriques au charbon, ou parce que certains vont aux Maldives en avion et que d’autres font le tour de Maubeuge en auto à moteur thermique. La vérité est ailleurs: c’est parce que les populations locales ont détruit ces forêts.

Ce rapport le confirme et mentionne en particulier: « Plus de 70 % des forêts ont été coupées illégalement entre 2007 et 2009 entre 2007 et 2009 ». Et en 2010 une méga-inondation s’est produite. Le CO2 et le réchauffement semblent bien éloignés des causes.

 

pakistan,inondations,mousson,sécheresse,réchaufement,déforestationModèles

Alors faut-il dédommager le Pakistan en raison des intempéries? Ce pays reçoit déjà diverses aides: prêts, subventions, programmes de l’ONU et autres, des aides qui représentent des milliards de dollars. J’ai fait une recherche rapide, mais ce chiffre peut être beaucoup plus élevé. 

On espère que ces aides servent bien le pays et non seulement sa classe dirigeante. Difficile à croire dans une région encore marquée par les structures tribales.

La ministre du climat Sherry Rehman à la COP 27 en Égypte dénonce:

« … le rythme glacial de la diplomatie climatique, affirmant qu’elle ne peut pas répondre aux besoins d’un pays qui se bat pour se remettre des inondations dues au climat qui ont causé plus de 30 milliards de dollars de pertes économiques. »

Une aide de plus pour ce pays? Pourquoi pas. Les raisons en sont politiques autant ou plus qu’humanitaires. Mais rien ne prouve que les récentes inondations soient dues au réchauffement. Les archives du passé sont insuffisantes pour une telle assertion, les études récentes manquent de recul et les modèles ne sont pas des indices suffisamment fiables:

« Les modèles actuels ne sont pas entièrement capables de simuler les pluies» dans cette région à la limite occidentale de la mousson» et dont les précipitations sont «extrêmement variable d’une année à l’autre», ont-ils analysé. Par conséquent, «les scientifiques n’ont pas été en mesure d’estimer l’influence du changement climatique sur cet aspect. »

 

pakistan,inondations,mousson,sécheresse,réchaufement,déforestationRiches et pauvres

Voilà qui est dit.

Alors, des fonds pour le Pakistan? En urgence pour aider les populations sinistrées, oui, puisque le gouvernement n’en est pas capable. Mais en contrepartie il faut encore reforester, sanctionner sévèrement les abattages illégaux, remodeler les forêts et les paysages pour que les grandes moussons produisent moins d’effets destructeurs.

Sur le fond, les pays riches doivent-ils une compensation aux pays comme le Pakistan – d’autres en font aussi la demande – en raison du climat et de leur supposée responsabilité?

Il faudrait d’abord trouver une raison meilleure. La culpabilité dont on voudrait charger les pays riches est haïssable. Ne nous soumettrons pas à une telle disposition psychologique. Et puis les demandeurs ne sont pas des modèles de vertu. Il suffit de voir combien de plastique est envoyé à la mer en Asie via les milliers de décharges sauvages.

Faut-il décompter les sommes déjà attribuées au titre d’aides diverses? Décompter en les chiffrant toutes les avancées que la civilisation de l’hydrocarbure et de la technologie a mis au service du monde? Et que faire avec les pays qui ont reçu des milliards sans voir leur développement en profiter?

La notion de justice climatique impose une vision univoque du réel: les riches contre les pauvres. C’est faire peu cas des programmes d’aide distribués – avec ou sans résultats – depuis des décennies. Malheureusement, on le sait à l’instar de la grimaçante Greta Thunberg, le climatisme est d’extrême-gauche: anticapitaliste, antifas, irréfléchi, « progressiste », éco-flippé, et j’en passe.

 

pakistan,inondations,mousson,sécheresse,réchaufement,déforestationJustice climatique

Où est la justice si les pays émergents restent dans une relation de dépendance-assistance envers ceux que l’on accuse?

Où est la justice si chaque événement météorologique intense est attribué au réchauffement et donc donnerait droit à de juteux dédommagements, alors que la gestion des forêts, des terres agricoles et des équipements collectifs laisse chroniquement à désirer chez les pays demandeurs?

 

 

En une courte vidéo, les causes et effets de la déforestation au Pakistan:

 

 

 

 

 

 

 

Catégories : Environnement-Climat 5 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Monsieur Goetelen,
    Excellente analyse. Est-ce que les écologistes, ignares et doctrinaires, finiront par comprendre que le réchauffement de l’atmosphère n’est pas dû aux vesses des vaches mais à l’incurie des hommes à l’égard de la nature par pur esprit de lucre. Vendre des éoliennes et des panneaux solaires tout en continuant à inonder la planète de nos déchets ne peut se substituer au respect dû à la nature.

  • Merci, Hommelibre, pour cette note équilibrée! Nous, les "Pays riches" occidentaux, ne sommes pas responsables de dette mousson. C'est un phénomène naturel!

  • Oui, la mousson est un phénomène naturel, mais amplifié par le réchauffement climatique, pour une grande part de nature anthropique.
    Non, l'Occident n'est pas entièrement coupable de ces catastrophes météorologiques engendrées par le réchauffement, car les pays du Sud ont aussi leur parts de responsabilité, à l'instar de ces déboisements irresponsables pratiqués au Pakistan, en Indonésie, au Brésil et ailleurs.
    Chaque pays, comme chaque individu, même les plus pauvres, peut et doit faire sa part, à sa mesure, pour essayer de freiner le réchauffement en cours.
    Cessons de mettre la faute sur les autres et agissons !

  • En résumant les infos, on a comme causes:

    déforestation sauvage, intensive, en particulier avant l’actuelle période
    assèchement et/ou érosion des terres mises à nu
    si érosion, accumulation de boues dans les voies d’écoulement
    si assèchement, impossibilité aux sols d’absorber l’eau
    développement anarchique des zones agricoles
    une mousson plus importante (variation naturelle?) et une vague de chaleur intense au printemps.


    Selon le Pakistan Weather Portal:

    https://pakistanweatherportal.com/2022/09/02/causes-of-2022s-super-flood-in-pakistan/

    « Si notre climat change, nous ne pouvons pas en être les seuls responsables. Les compagnies des eaux drainent les eaux souterraines, ce qui a un impact sur l'évapotranspiration qui, à son tour, augmente la probabilité d'une vague de chaleur sévère car le sol est incapable de libérer l'humidité lorsque la température augmente. De même, des problèmes nationaux tels que l'empiètement des terres, la déforestation, le manque de planification urbaine et le brûlage annuel des cultures contribuent également au changement rapide du climat pakistanais. Tant que nous n'aurons pas réglé ces problèmes, nous devrons continuer à nous préparer à d'autres calamités ! »


    Les problèmes décrits ici ne sont pas liés au réchauffement.

  • C'est vrai, ces problèmes sont d'abord liés à la bêtise des hommes. Il y a quelques décennies ( bien avant que le réchauffement climatique devienne un sujet préoccupant ), autour de chez moi, "le remembrement" avait permis de regrouper les différentes parcelles cultivées, afin de fabriquer de grand champs ouverts aux gros engins agricoles. Malheureusement, il a fallu raser des quantités de talus qui séparaient les petits champs. Et, sur ces talus poussaient des arbres en très grand nombre, protégeant une multitude d'espèces végétales et animales. De plus, ces talus retenaient l'eau, l'empêchant de ruisseler en entraînant la terre arable vers le bas. On s'est aperçu que cette modification du paysage rural, s'il profitait aux agriculteurs en leur faisant gagner du temps, nuisait à la biodiversité, à la végétation et à la qualité agricole du sol qu'il fallait compenser par des engrais. Mais, à aucun moment, on a accusé les paysans qui ne faisaient que suivre "le progrès". On ne leur a pas demandé de payer pour cette agression climatique et écologique. Au contraire, l’État les aide aujourd'hui à refaire des talus en y plantant des arbres. C'est donc bien le Pakistan qui doit prendre en charge le reboisement de son sol.

Les commentaires sont fermés.