Octobre doux

Signe du réchauffement ? Ce mois d’octobre est particulièrement doux dans certaines régions. Pourquoi ?

Sans surprise, la douceur touche principalement le sud ouest et l’ouest de l’Europe, avec de possibles prolongements vers le nord-ouest. N’étant pas sur mes outils informatiques habituels je ne peux poster des images de la situation météo.

https://www.ventusky.com/?p=45;-1;2&l=temperature-2m

 

Vous l’avez cependant vue probablement sur les bulletins présentés par les chaînes de télévision. La situation est simple. Une dépression bien creuse sur l’Atlantique, au large du Portugal, tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Elle aspire de l’air chaud en provenance du Maroc et du Sahara.

Cette situation, qui n’est pas encore l’été indien, est classique. Elle impose une circulation des masses d’air du sud-ouest. Et donc des masses d’air plutôt douces.

Normalement l’ensoleillement à mi-octobre est insuffisante à faire monter les températures au-delà de 20-25°, même si la terre est encore chaude. Il faut réaliser que le soleil est déjà bas sur l’horizon, aussi bas qu’à fin février. Cela ne suffit pas à réchauffer l’atmosphère à ce point.

Cette douceur est donc due avant tout à l’orientation des courants aériens. C’est d’ailleurs cela qui me pose question depuis des années. Pourquoi y a-t-il une telle dominante de courants du sud-ouest alors que pendant des décennies au XXe siècle la dominante était plutôt du nord-est ? On comprend tout de suite que la dominante nord-est est plus fraîche.

Le réchauffement est donc ici essentiellement associé à la direction des grands courants aériens.

Je continue à chercher les raisons de cette dominante sud-ouest et j’y reviendrai à une d’autres occasions. En l’état, ce type de réchauffement est ponctuel et circonstanciel. Il suffirait d’un changement de position des centres de pression sur l’Atlantique et l’Europe pour avoir une chute de 15° ou 20° en quelques jours.

Je cherche les raisons de cette situation récurrente qui joue un rôle majeur dans ce que l’on appelle le réchauffement. Cette situation pourrait être bénéfique si elle devait perdurer sur des décennies. On pourrait envisager de développer de nouvelles cultures plus tardives dans la saison. On peut aussi prévoir un développement de la viticulture dans les pays nordiques. Certaines cultures, certaines conditions seraient perdues, mais d’autres serait gagnées.

Le risque de sécheresse n’est pas permanent, il suffit de voir comment certaines régions du sud ouest (ex la Gironde) ont pu survivre à celle de cette année : grâce à des barrages de rétention mis en place depuis des décennies. C’est une simple adaptation aux conditions variables. L’eau se gère.

Outre le fait que nous consommons moins de pétrole, cette situation peut donc être intéressante à long terme. Encore une fois, le réchauffement peut présenter des signes positifs pour les civilisations humaines. À condition de rester raisonnables, de cesser d’avoir peur et de cesser de croire à l’apocalypse.

 

 

Catégories : Environnement-Climat, Météo 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • C'est exactement ce que je pense. La peur du réchauffement climatique, alimentée par certains médias, conduit à la dictature verte. La décroissance n'est n'est pas un objectif raisonnable car elle éliminerait d'abord les plus pauvres. Ce n'est bien sûr pas une raison pour gaspiller. Il faudra trouver des énergies moins polluantes, le nucléaire servant de transition écologique. Mais l'homme s'adaptera et la science l'aidera à vivre sur une planète différente.
    Mais surtout, arrêtons de terroriser nos jeunes avec des prédictions qui ne sont pas toujours fiables. Ils ont besoin d'espérer. Il faut leur montrer que l'avenir n'est pas catastrophique. Il faut positiver et non décourager.
    Et bon rétablissement à notre ami Homme-libre.

  • Merci Henri!
    Bien à vous.

Les commentaires sont fermés.