La fonte des glaciers libère de l’eau utile à autre chose

J’entendais une personne amoureuse de la montagne déplorer la fonte de la mer de glace. Souvent, les changements sont difficiles à accepter.

Tout changement non choisi d’un état vers un autre est considéré d’abord comme une perte. Cette perte elle-même est perçue comme grave et irréversible dans la plupart des cas. Pourtant la réalité ne s’arrête pas à ce constat.

D’abord les glaciers ne sont pas pérennes. Au cours des 10 000 dernières années, période dite de l’holocène,ils ont régulièrement cru et rétréci dans les Alpes.

Selon les recherches et les plus récentes, ils ont été beaucoup plus réduits dans le passé qu’aujourd’hui. On ne connaît pas les raisons précises qui ont piloté ces fluctuations. Ce n’est en tout cas pas le CO2.

La Tribune de Genève a relaté ces fluctuations au moyen d’un graphique simple: https://atlashydrologique.ch/produits/version-imprimee/neige-et-glaciers/planche-3-8

et repris dans un article plus important: https://www.tdg.ch/il-y-a-6000-ans-les-alpes-etaient-largement-libres-de-glace-837851311177.

On voit bien que les fluctuations sont la norme. La stabilité parfois mise en avant n’est que très relative. De plus les gens de la région de Chamonix n’ont pas vraiment aimé le fait que la mer de glace descende jusqu’en plaine et détruise leurs villages au 17e siècle.

Aujourd’hui certains glaciers ont fondu, laissant derrière eux un lac. Ces lacs pourraient servir à créer de nouveaux barrages ou à garder des stocks d’eau pour l’agriculture.

C’est l’idée que l’on trouve dans cette séquence de la RTS sur Forum.

https://amp.rts.ch/info/suisse/13462569-des-projets-de-barrages-naissent-grace-a-la-fonte-des-glaciers.html.

L’eau sous forme de glace n’est pas directement utile. On peut dire qu’elle ne sert pas au mieux les activités humaines. Regardons les zones de grands froids comme l’Arctique ou l’Antarctique. Il n’y a pas d’eau disponible.

D’un certain point de vue, la fonte des glaciers peut être considérée comme une chance. Il faudrait profiter de cette phase de réchauffement pour rendre utile toute cette eau anciennement gelée.

Sous la glace il y a des paysages de toute beauté. Et de l’eau utile. Et la fonte des glaciers n’est perçue comme une catastrophe que parce que certains ont martelé cette idée dans nos têtes.

Bien sûr on peut dire que la glace des hauteurs est une réserve qui alimente les grands fleuves et les rivières. Mais cette réserve existe toujours même avec des glaciers amoindris et avec les précipitations qui s’infiltrent dans les sous-sols.

Le Nil, pas plus que le Mississippi, ne trouvent leur source auprès des glaciers de montagne. Pourtant il coulent sans jamais s’arrêter.

 

 

Catégories : Environnement-Climat 5 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • L'idée n'est pas mauvaise. Que cette fonte soit utile, on le comprend aisément puisque le cycle de l'eau sur Terre montre que cet élément ne disparaît pas. Il s'est sans doute échappé de la planète Mars à cause d'une atmosphère trop ténue, ce qui n'est pas le cas chez nous. Les trois états de H2O (glace, vapeur et liquide) font de cette molécule un matériau très intéressant, comme le montre Homme-libre. Ceci dit, la fonte des glaciers prouve le réchauffement climatique, au moins dans certaines régions. Préparons-nous, et profitons des sports d'hiver avant qu'il ne soit trop tard !

  • Bonjour Henri,

    Je ne doute pas du réchauffement en certaines régions Mais on voit qu’il a aussi des aspects qui peuvent être bénéfiques, ceci quelque soit son origine.

  • Tous ces nouveaux lacs nous seront bien utiles comme "accumulateurs" pour la production électrique. Nos lacs sont nos "batteries".

  • ". . . Mais on voit qu'il a aussi des aspects qui peuvent être bénéfiques. . ." Comme la culture de la vigne sur un terril du Nord de la France, du
    "Charbonnay"! Qui l'eut cru ? En voilà un autre bon carburant. . .

  • Très bon carburant!… :)

Les commentaires sont fermés.