Météo : réveil des ouragans, coup de frais en Méditerranée

On se souvient de la terrible tempête qui a frappé la Corse au mois d’août. La température élevée de surface en Méditerranée avait favorisé le phénomène.

 

ouragans,fiona,quebec,mediterranée,gard,pluie,Méditerranée

Certains météorologues émettaient des craintes pour la saison des épisodes cévenoles, qui pourraient être plus intenses. La chaleur de la mer n’y suffit pas, il faut d’autres conditions comme des dépressions atlantiques faisant remonter les masses d’air.

La page Facebook Météo Gard Cévennes vient de diffuser il y a deux jours deux informations intéressantes:

« La sécheresse printanière et estivale ce résorbe petit à petit pour le Gard avec 159mm de précipitation pour le mois de septembre, qui s’additionne au 50,6mm de la deuxième quinzaine d’août. ( Nîmes Courbessac). Ces pluies ont été bénéfiques pour la nature. Pour les SST (ndla: températures de surface) de la mer Méditerranée, elles semblent aussi retrouver un niveau normal après les épisodes de Mistral, et le grand coup de fraîcheur actuel… »

Le froid impose rapidement ses conditions. Il suffit d’un coup de Mistral et de quelques jours frais pour que les choses retrouvent leur état habituel. Malgré la chaleur et la sécheresse de cet été le climat n’a pas basculé et retrouve ses marques météorologiques connues.

Le site indique également que des pluies sont revenues depuis la mi-août et continuent à bon rythme (image 1 des relevés à Nîmes). L’Europe de l’ouest bénéficie actuellement d’un courant frais et humide de nord-ouest. Mais il faudra encore de l’eau pour remettre les nappes phréatiques au top et que les sols soient bien saturés.

 

ouragans,fiona,quebec,mediterranée,gard,pluie,Ouragans

Depuis quelques jours le bassin atlantique s’est réveillé après une période calme d’environ deux mois. L’ouragan Fiona est monté jusqu’au Québec où il a sévit avec une catégorie 2. La tempête Gaston est restée sur l’océan, de même que Earl qui a frôlé les Bermudes. Actuellement l’ouragan Ian touche Cuba avant d’aller vers la Floride (image 2 NHC).

Fiona a causé de gros dégâts dans l’est du Québec. Il est perçu comme jamais vu par nombre d’habitants. 

« ce sera certainement un événement historique et extrême pour l'est du Canada", a affirmé ce vendredi, lors d'une conférence de presse le météorologiste Bob Robichaud du Centre canadien de prévision des ouragans (CCPO). »

C’est comme ça, la mémoire météo est relativement courte. On apprend cependant selon une archive du site météo officiel du Canada que ce n’est pas si exceptionnel. 1775, 1873, 1900, 1954, 1959, etc, la liste n’est pas courte des ouragans ayant touché la belle province. De 1950 à 2013 des ouragans majeurs ont frappé l’est canadien assez régulièrement.

Fiona au Québec ne nous apprend rien de plus sur l’évolution climatique. Aux îles de la Madeleine, dans le golfe du Saint-Laurent (image de fin), les zones basses inondables ont subi des ravages. Mais en hauteur les dégâts sont limités. Dans une interview par webcam une habitante et son fils, très détendus (voir ce lien, deuxième vidéo dans l’article), déclaraient qu’ils avaient l’habitude et qu’ils étaient préparés avec des réserves pour un mois au besoin.

 

ouragans,fiona,quebec,mediterranée,gard,pluie,

ouragans,fiona,quebec,mediterranée,gard,pluie

 

 

Catégories : Météo 3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Heureusement que "Homme-Libre" est là pour nous rassurer et nous démontrer que la météorologie n'est pas le climat. Les exagérations médiatiques et les catastrophes annoncées commencent à nous gonfler. La méthode est identique à celle qui était destinée à nous effrayer afin de nous rendre dociles lors de la pandémie. C'est la politique de l'infantilisation et de la soumission des masses. La Covid et la guerre en Ukraine sont là pour nous faire avaler des couleuvres, que ce soit l'interdiction de sortir ou les coupures de courant.

  • J'abonde dans votre sens, mais il y a d'autres choses qui me tracassent, par exemple le fait qu'il me semble que les journées ont raccourci plus vite : j'ai l'impression d'être déjà à la fin octobre. C'est à cause du fait que la terre tourne plus vite sur son axe ? Et pourquoi la terre tourne plus vite ? quelles sont les causes et les conséquences à long terme ?
    Les saisons semblent aussi inversées : lorsque j'étais gamine et jeune les grandes pluies en Italie arrivaient fin octobre et novembre ( inondation de Florence, novembre 1966 ) . Ces derniers jours, à Lausanne, ça m'a rappelé cette histoire là.
    Entre la rotation de la terre et le changement de l'axe terrestre, pourquoi il nous casse la tête en nous culpabilisant, nous et les vaches qui pètent ?
    J'avoue que je n'y comprends pas grand chose, mais c'est vrai qu'on a l'impression qu'ils veulent nous soumettre par la peur ! et les médias, anxiogènes, les aident dans leur triste besogne.
    Bonne chance à nous tous.

  • Bonjour Vita Bruno,

    Je fais la même observation quant à cette météo actuelle. Je comprends votre question. Pour moi c'est une météo comme fin octobre, avec cette lumière fortement diminuée en fin d'après-midi à cause de l'épaisseur de la masse nuageuse. J'en avais l'impression ces derniers jours. Pluies froides, vent, température, luminosité, cette météo a un mois d'avance.

    Et la vitesse de rotation de la Terre? Ce n'est pas un point que je maîtrise. Il semble qu'elle puisse varier mais de manière à mon avis trop faible pour jouer un rôle ici.

    Merci pour votre visite.

Les commentaires sont fermés.