Discrimination salariale femmes-hommes : le mythe s’effondre

Depuis le temps qu’on le martèle sur tous les médias, vous commenciez peut-être à y croire? Certaines femmes ont-elles développé de bonne foi un complexe victimaire sur la base de ce mythe? Je reviens plus en détail sur ce sujet chaud.

 

salaires-01.jpgRevendications

Il va falloir abandonner la croyance en une discrimination. Il faudra aussi cesser de répandre dans les médias, à l’automne, que les femmes travaillent pour rien jusqu’à la fin de l’année. 

L’idée même est absurde. Pourquoi les employeurs paieraient-ils délibérément, systématiquement et dans toute la société, les femmes moins que les hommes dès lors qu’elles fournissent la même tâche? Où est la bible de la discrimination de Maître Yoda avec des préceptes du style: « La femme toujours moins que l’homme tu paieras »?

Une réduction systématique et systémique des salaires féminins en raison du sexe ne correspond à aucune logique d’entreprise. Si c’était le cas celles-ci n’engageraient que des femmes pour réduire la masse salariale, comme le suggère un intervenant sous mon précédent billet.

Mais cela serait rapidement contre-productif. L’époque est fertile en revendications. Les tensions qui résulteraient d’une iniquité flagrante deviendraient ingérables et porteraient préjudice à l’entreprise.

D’autre part ces médias mentionnent d’importants écarts supposés injustifiés dans la fonction publique. Comment est-ce possible alors que les organismes publics ont des grilles de salaires identiques pour les femmes et les hommes? C’est impossible, à moins que quelqu’un quelque part mente. Il n’y a pas de discrimination salariale dans la fonction publique, à ma connaissance.

 

yoda-02.jpgStructurelles 

Pourtant la plupart des médias sous perfusion féministe, donnent de la réalité une image faussée. Selon la doxa les femmes gagneraient de 40% à 18% en moins que les hommes pour le même travail.

En 2019 encore le quotidien Le Temps affirmait:

« Quand une femme gagne 100 francs, un homme gagne en moyenne 140 francs: soit 40% de plus. En Suisse, en Allemagne et en Autriche, la différence est encore plus dramatique… »

L’étude citée en source par Le Temps fait son compte en dollars (image 1, clic pour agrandir):

« Quand une femme gagne 100 $ un homme en gagne 250. »

Les chiffres du supposé préjudice évoluent de 40% à 25%, 20%, 18% (comme le déclarait imprudemment, il y a quelques jours, la rédactrice en chef du Matin Dimanche), 12%, etc. Mais rien n’est juste. Même les données gouvernementales sont erronées. La raison en est simple. Il y a quelques années on additionnait les salaires globaux pour chaque sexe. Cela aurait pu fonctionner si tous les hommes et toutes les femmes exerçaient le même métier et dans des proportions et conditions similaires.

Ensuite on a commencé à séparer l’écart dû à des raisons objectives ou structurelles, des raisons supposées discriminantes. Par exemple les femmes font davantage de temps partiel et choisissent des métiers qui ne sont pas les mieux rémunérés (image 3, pourcentages F/H dans différentes formations universitaires). Ce n’est pas de la discrimination.

 

salaires-06.jpgSuisse?

La plupart des études manquaient de détails dans l’analyse des différences salariales. Ci-dessous l’image 4, extraite de ce document déjà cité dans le précédent billet, montre qu’il faut aller beaucoup plus loin pour comprendre.

Sur la base de 40 études il est démontré que:

« L’effet d’écart salarial est complexe et multivarié. Il est impossible de conclure à une discrimination massive des femmes dans le monde du travail. Les cas de discrimination connus sont rares et l’intégralité de l’écart salarial peut s’expliquer par des facteurs quantifiables. »

Le mythe ne tenait pas debout. Mais il manquait un élément crucial: la comparaison des salaires dans une même entreprise, ce que j’appelle de mes vœux depuis des années.. 

C’est aujourd’hui chose faite en Suisse. Dans un article de janvier 2022 titré: Egalité salariale : des chiffres qui font débat, le média en ligne PME cite deux études qui confirment l’effondrement du mythe.

Les deux études ont analysé les salaires de 270’000 employés suisses. Pour la première enquête:

« La majorité des entreprises présentent des résultats «bons à très bons», dit ainsi une étude menée par le Centre de compétence de la diversité et de l’inclusion (CCDI) de l’Université de Saint-Gall auprès d’une centaine de sociétés (120000 collaborateurs concernés). »

 

avs-01.jpg3,6%

97% des entreprises testées respectent la loi fédérale sur l’égalité. Pour la seconde enquête:

« C’est un résultat similaire qui ressort de l’analyse réalisée par l’entreprise argovienne Comp-On à partir des données de 193 sociétés suisses… la différence salariale inexpliquée représente en moyenne -3,6% en défaveur des femmes. »

Moins de 5% des entreprises ont été jugées fautives.

Mais le chiffre important est celui d’un écart salarial de 3,6% quand on tient compte de toutes les raisons actuellement explicables sans discrimination. Il s’agit d’ailleurs, précisons-le, de 3,6% encore inexpliqués, mais qui pourraient l’être par des enquêtes encore plus fines: type, activité, localisation géographiques des entreprises fautives, productivité personnelle de l’employé, par exemple.

Vous me direz: si ces 3,6% ne trouvent pas d’explication, c’est toujours trop. Oui, je le pense aussi. Mais ce n’est pas encore vraiment prouvé et de toutes façons cela n’a rien à voir avec les chiffres auxquels on nous a habitués.

 

effondrement-01.jpgEffondrement

Mais alors pourquoi avoir diffusés ces chiffres dont on pouvait percevoir dès le début les biais? Le but est en premier lieu d’alimenter la culture victimaire féministe. Plus les femmes sont présentées en victimes du système plus les assos reçoivent des subventions publiques et des donations. L’usine à larmes et à culpabilité marchent bien et les professionnelles de la misandrie vivent bien.

Parce qu’en second lieu ces femmes « victimes » le sont par le « système patriarcal », et donc in fine par les hommes dans leur ensemble (enfin, surtout les blancs), comme une classe sociale abusive, tyrannique et dangereuse pour les femmes.

Aujourd’hui les féministes les plus hargneuses, dans leur surenchère victimaire-guerrière, visent explicitement les hommes, plus seulement le patriarcat. J’y reviendrai.

L’inégalité salariale, qui n’existe pas en tant que discrimination, sert d’arme dans l’arsenal misandre du XXIème siècle.

Mais suite à ces nouvelles enquêtes (même si elles ne représentent pas la totalité des entreprises elles sont significatives) j’espère que les médias citeront dorénavant ce chiffre de 3,6% comme référence.

Pas sûr qu’ils le fassent. Ils évitent le plus souvent tout questionnement indépendant sur le sujet. C’est tabou, comme la violence faite aux hommes. 

Alors n’hésitez pas, faites-le savoir: le mythe de l’inégalité salariale discriminante s’effondre.

 

 

 

 

 

 

Catégories : Féminisme, société 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Belle démonstration et bravo à Homme libre. Juste un petit ajout : s'il est vrai que les femmes gagnent moins en moyenne, ce n'est pas le cas dans les premières années professionnelles. La bascule apparaît à l'arrivée du premier enfant. Cela montre :
    1- que les débuts de carrières sont favorables aux femmes et donc que la discrimination salariale sexiste n'existe pas.
    2- que l'écart salarial résulte des choix faits par les mères. Par exemple, elles peuvent alors abandonner leur emploi initial où elles étaient bien payées, pour un travail plus proche du domicile avec un salaire plus bas, ou à temps partiel, surtout si le conjoint est bien rémunéré.ou devra travailler davantage.

Les commentaires sont fermés.