L’été du beluga (4) : le rideau tombe

Lamya Essemlali, directrice de Sea Shepherd France, s’était emballée pour Lys. Mais Lys, le beluga euthanasié, n’a peut-être rien fait d’extraordinaire susceptible de nous aider à mieux comprendre les océans, comme elle le suggérait en icônisant l’animal marin.

 

beluga,seine,paris,euthanasie,autopsie,Hier le vice-président du groupe d’études des cétacés du Cotentin, Gérard Mauger, a en quelque sorte banalisé l’escapade en Seine.

« C’est un fait connu que, de tout temps, les cétacés remontent quelques fois les fleuves. Je pense au marsouin, qui fréquente la baie de Seine et qui remontait, au Moyen Âge, jusqu’à la baie de Jumièges, là où on a retrouvé cette fameuse orque [en mai]. Pour le béluga, c’est pareil, ce sont des espèces qui fréquentent assez souvent les estuaires d’eau douce et qui remontent quelques fois les fleuves comme le Saint-Laurent [Canada]. C’est une population bien connue et qui est étudiée depuis longtemps. »

Le beluga, comme l’orque quelques temps avant lui, étaient amaigris et épuisés.

« Pour quelles raisons ont-ils remonté le fleuve alors qu’ils étaient fatigués ? Je n’ai pas de réponse à apporter. C’est vrai qu’on peut qualifier ces comportements d'"aberrants", dans le sens où ils ne sont pas habitués à remonter aussi loin un fleuve et, surtout, qu’ils n’ont pas cherché à retourner vers la mer. »

L’autopsie très attendue du beluga a commencé il y a deux semaines. Le média Watson titrait même le 12 août: « Bélouga dans la Seine: sa mort sera expliquée à travers une autopsie. »

Depuis lors, aucune nouvelle. Le silence est retombé. Les médias ne donnent aucun suivi. Le site de Sea Shepherd pas plus depuis le 16 août. On ne connaît pas les résultats de l’autopsie.

Pourquoi?

Cette femelle beluga âgée qui suscita tant d’intérêt et de bienveillance est aujourd’hui retournée dans l’ombre. Les humains, même les meilleurs d’entre nous, sont si vite oublieux, c’en est une misère. 

Peut-on vraiment croire aux bons sentiments quand un clou chasse l’autre avec une régularité de guillotine? Ou n’est-ce qu’une expression de narcissisme moral destiné à nous valoriser socialement? 

La compassion passe avec régularité d’un sujet à l’autre: le beluga, les pompiers dans le feu, un homicide médiatisé, etc. La continuité compassionnelle ne connaît pas de repos. La liste des victimes en attente est longue. Le beluga, lui, plonge dans les profondeurs de l’oubli.

 

Mais loin, là bas, tout en bas, loin dans les profondeurs, entendez-vous – oui entendez-vous cette chanson: 

I'm a poor lonesome beluga

Far away from Arctica

Hasta la vista.

?

 

 

L’été du beluga

L’été du beluga (2) : méchant ?

L’été du beluga (3) : le Lys dans la vallée (de la mort)

 

 

Catégories : Divers, Humour 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Je pense tout simplement que le béluga de la Seine permettait aux médias de produire des images peu ordinaires d'un cétacé de cette taille évoluant dans une rivière. Ajoutons à cela les difficultés de l'animal pour survivre. Curiosité et émotion sont les deux mamelles de la presse. L'empathie n'est que relative.

Les commentaires sont fermés.