Mix de news : Amazonie - Mode femmes

Deux petits cailloux extrait de la grande mosaïque du monde. Deux parcelles du monde qui se déroulent presque simultanément. Avec à la clé de petites questions.

 

petro-01.jpgPetro

La Colombie a élu en juin un nouveau président, Gustavo Petro. Il est le premier président déclaré de gauche dans ce pays. Jusque là cette nation « … a historiquement été gouvernée par des élites masculines blanches. »

Ah, l’ethnicisation de la société et le néo-racisme (racialisation).

Dans ses intentions je relève d’une part l’abandon de la guerre anti-drogue dont l’échec est patent. Dans ce pays où la narco-économie est une des richesses, et où les clans narco-mafieux font fréquemment la loi, on se demande comment il remplacera les dollars manquants. Il propose de faire davantage de prévention aux États-Unis pour faire diminuer la consommation de cocaïne. 

Vœu pieu.

Par ailleurs il s’est engagé en faveur de la forêt amazonienne, et sa vice-présidente est une écolo. Il veut lutter contre la déforestation. Pour cela il propose la création d’un fond mondial.

« … créer un fonds international pour protéger l’Amazonie, en proie à la déforestation. «Où est le fonds mondial pour sauver la forêt amazonienne? (…) Nous pouvons transformer toute la population de l’Amazonie colombienne en une population protectrice de la forêt, mais nous avons besoin de financements du monde entier pour ce faire. »

En populiste de gauche aux idées simples, monsieur Petro veut l’argent des autres pour empêcher une déforestation commise par ses propres administrés. C’est presque un chantage. Et pourquoi? C’est d’abord à son pays de prendre ses responsabilités dans cette déforestation.

Contre la déforestation, allez-vous freiner d’abord vos concitoyens qui brûlent la forêt?

 

croptop-01.jpgInégalité

Lu dans Le Matin en ligne que l’inflation touche davantage la mode féminine que masculine ou enfantine.

« Selon une étude de la «NZZ am Sonntag» réalisée sur la base de l’indice des prix à la consommation de Comparis, les vêtements pour femmes coûtent aujourd’hui 6,5% de plus qu’en 2000. Pour les hommes, la hausse sur la même période est de 0,3%. »

Selon un spécialiste il n’y a pas de raison apparente (matière première, structure de production) pour expliquer cette différence, vite classée en inégalité.

Selon le discours victimaire dominant:

« D’un point de vue éthique, c’est une injustice que les entreprises fassent payer les femmes et pas les hommes, explique Michael Grund, professeur de marketing à la Haute école d’économie de Zurich. Pourtant, les femmes sont prêtes à dépenser plus d’argent pour s’habiller que les hommes selon une autre étude de l’institut GfK datant de 2021. »

Injustice? Inégalité? Mais non. Rien n’oblige à vendre les habits selon les mêmes critères. Sinon pourquoi payer du Chanel plus cher que du H&M? Profiter de  l’engouement féminin pour la mode, les chouchous et les falbalas n’a rien d’illégal ou d’immoral.

D’ailleurs rien n’oblige les femmes à acheter beaucoup de mode ni à remplir leurs dressing avec des tonnes de coton utilisé un seul soir. Elles peuvent acheter des salopettes, des trucs qui couvrent tout le corps - moins chers que les micro-shorts et les top crop ou ensembles attractifs. 

Alors elles ne subiront pas l’inflation, organisée par le méchant patriarcat qui les oblige à plaire et être belles alors que ce quelles veulent intimement, c’est être laides, repoussantes et rejetées. Tout le monde le sait.

Non?

 

 

Catégories : Environnement-Climat, Féminisme, Humour, Politique, société 6 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • La déforestation de la Colombie est probablement un sujet complexe. A qui appartiennent les terres ? Y a-t-il des acteurs de l'agroalimentaire qui incitent les propriétaires à déforester ? Le gouvernement colombien a-t-il besoin de crédits pour mettre en place des politiques protectionnistes (de la forêt) en subventionnant des activités permettant d'éviter la déforestation ?

  • Je reviendrai avec plus de détails dans un prochain billet.

  • 2ème sujet ;
    Si aucune raison économique ne semble expliquer l'écart entre le coût de fabrication d'un vêtement féminin et masculin, alors c'est "la loi de l'offre et de la demande" qui fonctionne. Car il faudrait être un entrepreneur masochiste pour vendre, à perte, des habits pour hommes, ou augmenter les prix pour les femmes et perdre des clientes. Ce professeur d'économie aurait peut-être intérêt à ce recycler, dans le néo-féminisme par exemple.

  • Merci, Hommelibre! Je suis un homme, un vrai! Mes derniers achats d'habits remontent à 2019! CQFD!

  • Les femmes dépensent plus pour une raison simple : les pages mode des magazines encouragent le changement avec des conseils très pointus pour toutes les occasions bureau/restaurant/sortie en boîte/cinéma/ etc... de ce fait toutes les occasions sont bonnes pour suggérer tel vêtement plutôt qu'un autre en raison de notre silhouette : êtes-vous H ou A ou V ?

    En plus rajouter le sac ou la pochette, les chaussures talons hauts ou pas, ballerine ou sandalettes, les bijoux pour donner du style à votre tenue, etc... pour une invitation au resto par un charmant et bel homme ...

    Tout est prétexte au changement !

    Pour tenter d'enrayer la phénomène de la sûre consommation, des boutiques proposent à la revente des vêtements chics et de très bonne facture et cela fonctionne très bien ! Seul bémol, les petites et grandes tailles sont pratiquement inexistantes ...

    Et l'on fait ça pour vous séduire Messieurs :-)))))

  • Mesdames, ne changez rien, même si ça nous coûte un bras. C'est toujours agréable d'accompagner une femme qui soigne son look. Cela plaît aux hommes et c'est donc pour nous qu'elles le font, même si, soyons honnêtes, il y a toujours un peu de narcissisme derrière tout ça. Mais c'est, et ce sera toujours, une façon de séduire et de se faire plaisir. Espérons que cela durera et que l'hétérosexualité restera majoritaire.

Les commentaires sont fermés.