Euro féminin 2022 : Suède - Suisse

Dommage. 2-1. Essayé, pas pu. Il manque un petit quelque chose. C’est une impression en les regardant, confirmée par le résultat. Je ne suis pas spécialiste, je ne saurais en dire plus.

 

euro22-02.jpgElles peuvent encore aller en 1/4 de finale. La RTS dit grand bien de leur défaite prestation, cela suffira-t-il à leur faire naître une vraie agressivité? 

À voir ce week-end contre les Pays-Bas.

Allemagne et Angleterre déroulent le grand jeu. La Norvège a bien commencé mais s’est effondrée. La France a toujours de bonnes joueuses. Elle peut aller loin. L’Espagne a trébuché une fois mais cette équipe est volontaire et énergique.

En fait le mieux est de regarder quelques séquences ou matches. Cela en dit plus.

Je ne regarde pas l’entièreté des matches, c’est trop long. Mais j’aime en suivre quelques moments.

 

(Image écran RTS match de qualif).

 

 

Catégories : sport 7 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • À part conforter l'idéologie ultra féministe, qu'est ce que les femmes ont à gagner à vouloir imiter les hommes en tout ?

  • Ici elles ont envie de jeu, d'air, de groupe, d'ambitions, de lumière. Why not?

  • Jouer au ballon m'a toujours semblé être un peu un réflexe chez les petits enfants. Ils aiment ce qui bouge.
    L'une de mes filles a été passionnée par le foot depuis toute petite et elle a fait des pieds et des mains pour être admise dans les matches des garçons à la récréation. Ils la reléguaient souvent au rôle d'arbitre ou de gardienne, alors qu'elle avait envie de courir. Elle a fini par se convertir au hockey sur gazon.
    Il y a 15-20 ans, le foot féminin n'était pas suffisamment développé.

    Quels sports seraient réservés aux hommes ou typiques au point que la pratique féminine apparaîtrait comme une imitation ?
    Et vice versa ?

    En ce qui concerne le foot, il y a une histoire étonnamment longue de la pratique par les femmes. Et elle est marquée par des interdictions.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Football_f%C3%A9minin

    " Il connaît son âge d'or au début des années 1920, jusqu'au bannissement des femmes des terrains par l'association britannique de football, interdiction qui a duré de 1921 à 1971.
    En France, l'interdiction faite aux femmes de pratiquer le football, a été instaurée sous le régime de Vichy. "
    (...)
    Il en est de même au Brésil, où le Décret-loi 3199 de 1941 interdit aux femmes un certain nombre de sports « incompatibles avec leur nature ».
    (...)
    Dans un texte d'application de 1964, en vigueur jusqu'en 1979 mais longtemps intégré dans les mentalités après l'abrogation de la loi, le football figure dans la liste des sports interdits, aux côtés des football en salle, beach soccer, water-polo, polo, rugby, haltérophilie, baseball et de tous les sports de combat."

    A qui est-ce décider si une femme a le droit de pratiquer un sport ? Il me semble que la réponse est la même que pour un homme : personne ! On peut bien sûr se blesser, même mourir d'avoir visé trop haut, mais cela arrive aussi aux hommes.
    On peut être limité par l'aspect financier ( l'équitation ou la voile ne sont pas très accessibles, ou le golf).

    La pratique sportive est avant tout un loisir et la compétition internationale que le sommet de l'iceberg.
    Personne ne contesterait le bénéfice de la pratique d'une activité physique quelle qu'elle puisse être. Même le golf ! :-)))

  • Je suis bien d'accord, Mme Calendula, les femmes d'aujourd'hui sont entièrement libres de pratiquer n'importe quels sports dont elles auraient envie, en tous cas dans nos pays d'Occident. Elles peuvent aussi s'engager dans les armées…
    Je regrette surtout la façon dont les journalistes insistent et mettent en avant ce football féminin.
    La RTS le promeut quasiment chaque jour, comme le dernier combat à la mode de l'idéologie de la gauche féministe.

  • @ Pierre-Alain:

    Pour ma part quand je regarde un match féminin je gomme complètement le discours victimaire/revanchard féministe.

    En terme de spectacle, je trouve (à tort? à raison?) qu le foot masculin est plus nerveux et tonique. Même s'il y a des matchs masculins très ennuyeux.

    Femmes ou hommes je regarde rarement un match en entier. Je ne suis pas assez passionné.

  • @ Pierre-Alain Tissot et hommelibre,

    C'est compliqué pour les femmes, si tout discours féministe est perçu automatiquement comme de gauche. Et donc disqualifié et disqualiifiant.
    Avez-vous entendu Céline Amaudruz défendre le droit à l'avortement ? Elle parle avec beaucoup de conviction et je la trouve courageuse de défendre cette position pas évidente pour son parti.

    Je trouve qu'on peut prendre chaque dossier de façon indépendante d'un positionnement politique.
    Quand bien même les commentateurs sportifs feraient de la démagogie, il n'empêche que c'est positif que le foot soit redevenu un sport accessible aux femmes et aux filles..

    Je vois l'émergence du football féminin comme un élargissement des possibles. S'il y a un public, tant mieux !
    Aux USA, ce sport a toujours été davantage pratiqué par les femmes que les hommes, puisque les Américains sont branchés sur leur football américain.
    La situation est différente selon les pays et les continents. J'ai vu un reportage sur arte sur des femmes boliviennes qui jouent au foot en grosse jupe.

    Il faudrait effectivement regarder les matches comme un spectacle sans signification particulière.
    Les commentateurs de foot ne sont pas des prescripteurs d'opinion prestigieux.
    Lorsque je regarde des extraits de matches masculins (les 5 dernières minutes + prolongations), je me rends compte qu'il s'agit souvent d'un discours formaté. Ce n'est pas grave, on ne cherche pas de profondeurs philosophiques.
    Les commentateurs essayent de mettre de l'ambiance, de rendre spectaculaire ce qu'on voit .
    Pour le football féminin, le discours de mise en valeur est à ce stade probablement du féminisme un peu lourdaud.
    Couper le son est certainement une bonne solution.

  • Calendula:

    "... on ne cherche pas de profondeurs philosophiques..."

    En effet!!! :-D

    Les commentaires de matchs sont souvent inénarrables.

    "... féminisme un peu lourdaud...". Oui, il est souvent sous-jacent et procède par allusions, parfois par le ton de la voix comme une méta-info.

    Long chemin de trouver un équilibre. Il le faut parce que la charge que contient par exemple le seul mot "femme" fait porter à celles-ci une exigence, comme une auto-injonction d'être meilleures. Épuisant et irréaliste. Aboutit entre autres à l'idée qu'une femme doit en faire 3 fois plus qu'un homme. Moi je pense que toute personne qui manque de confiance en soi, qui doute, et qui veut réussir quelque chose, doit en faire 3 fois plus.


    " ... Il faudrait effectivement regarder les matches comme un spectacle sans signification particulière.... ": oui, sans politique, comme la marche chez Colette.


    "Je vois l'émergence du football féminin comme un élargissement des possibles. S'il y a un public, tant mieux ! ": oui, d'accord avec vous.

Les commentaires sont fermés.