Saga du C02 (12) : réflexions autour de la météo

Quelques idées simples que m’inspire le passage du chaud au frais dès demain, de 31° à moins de 20° en quelques heures. Nous sommes encore dans la bande de variation saisonnière chaud-froid. Toute l’Europe peut étouffer un jour et grelotter le lendemain.

 

temperatures,variation,Co2,Moyennes

Les États-Unis également, qui viennent de connaître un épisode extrême de froid pour un mois de mai. La ville de Denver dans le Colorado a perdu environ 30° le 21 mai, passant d’une journée estivale étouffante à quelques centimètres de neige en quelques heures. Certes la ville est située à 1’600 m d’altitude mais ceci n’explique pas cela.

L’image 1 (clic pour agrandir) montre les températures mondiales ce 23 mai. Froid aux USA, au Canada, au Brésil, en Russie et dans les Balkans, dans certaine régions d’Asie, dans l’est du Maghreb, en Afrique centrale et sud, au Brésil. Chaud en Europe de l’ouest, au Tibet et en Sibérie du nord, au Maghreb ouest, au Groenland, en Amérique latine ouest.

À fin mai presque, les régions en-dessous des moyennes sont un peu plus nombreuses que celle au-dessus.

 

temperatures,variation,Co2,

Variations

La première constatation est que les températures de la planète ne sont pas homogènes. Cela semble évident entre l’équateur et les pôles, mais c’est aussi le cas à des latitudes identiques. 

Donc quand les médias ou les offices météo parlent de température moyenne, celle-ci est éminemment variable. L’image 2 montre d’ailleurs les variations de température pour un 23 mai depuis plus de 120 ans. Les écarts vont du simple au double.

La deuxième remarque est que ces températures sont variables, dans l’espace et dans le temps. En zone tempérée les moyennes annuelles suivent une sinusoïde liée aux saisons, dans laquelle les excès froids ou chauds forment d’autres sinusoïdes d’ondes plus courtes, à l’intérieur de la grande sinusoïde annuelle. Sur 2’000 ans il y a encore d’autres sinusoïdes à onde longue (une variation dure plusieurs siècles).

 

temperatures,variation,Co2,

Ensoleillement

On verra dès demain, si la prévision est juste, que les variations peuvent être très abruptes et importantes. Pourtant les extrêmes n’apparaissent pas en tant que tels dans les moyennes.

En fait une moyenne est la résultante soit des extrêmes, soit des simples écarts, mesurés sur un même territoire. Ce n’est jamais stable.

Ensuite on peut remarquer, sur l’image 3 de l’ensoleillement à Genève, que les phases les plus chaudes depuis un siècle semblent corrélées avec un plus fort ensoleillement, ce  qui paraît logique.

temperatures,variation,Co2,Le CO2 n’est pas le seul paramètre susceptible de faire varier les températures. Depuis plus de cent ans le CO2 augmente de manière linéaire. Sur cette même période les températures ont certes globalement augmenté légèrement, mais les écarts d’une période à l’autre varient sans corrélation évidente avec l’augmentation de CO2. 

La variation naturelle est quantitativement remarquable. Le CO2 ne devrait pas être considéré comme la cause unique du réchauffement.

 

 

 

Catégories : Environnement-Climat, Météo 4 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Mais alors, qu'est-ce qui explique la quasi unanimité médiatique sur le réchauffement climatique chaque fois que l'on a affaire à des températures inhabituelles pour la saison ? Il est évident que ces journalistes ne tiennent aucun compte de l'évolution moyenne des températures sur une longue durée mais se basent sur des phénomènes éphémères. Désolant !

  • @ Henri: La réponse à votre question se trouve ici. Écoutez et partagez cette très bonne vidéo de 8 minutes:

    https://odysee.com/@Roms17:d/Climat---Retour-%C3%A0-la-raison:d

  • @Marie B
    Merci pour votre réponse. Je connais cette vidéo. Elle a le mérite de rassurer. Mais elle n'apporte pas tous les éléments scientifiques concernant la part humaine dans le réchauffement climatique tels qu'ils ont été recensés par le Giec qui anticipe les conséquences sur quelques décennies. Ceci dit, les prévisions de cet organisme ne sont pas monolithiques. Certaines sont plus optimistes et l'homme peut s'adapter.
    Mais ma question portait sur cet idéologie médiatique mortifère. Pourquoi tout ramener au réchauffement climatique alors qu'il n'y a pas, ou peu, de relation de cause à effet entre météo et climat.

  • Je viens de tomber sur le site d'ARTE, sur 2 reportages historiques passionnants, où on parle beaucoup changements climatiques, de réchauffements et de refroidissements, mais dans l'Antiquité! Grâce à des découvertes scientifiques nouvelles. Rien de nouveau donc sous le soleil, des civilisations qui disparaissent et d'autres qui naissent, à cause du climat! *Civilisations oubliées* et *Civilisations greco/romaine*! De quoi retrouver le moral! 

Les commentaires sont fermés.