France, mésalliances mais alliances : le monstre à quatre têtes

À gauche les divorcés se rabibochent, à droite les fiancés se tapent sur la caboche. Drôle de spectacle. C’est la politique. Tous les coups sont permis.

 

france,legislatives,elections,guche,zemmour,melenchonRaté

Je soupçonne Riri Zemmour d’avoir acheté la même machine à perdre que la Marine nationale. Son parti, seul, n’aurait aucun député. Damned! Un accord avec le RN lui en donnerait et pourrait faire passer la députation de droite d’une centaine d’élus RN (image 1 Harris Interactive, clic pour agrandir) à environ 150 avec Reconquête (image 2). Dans ce second cas Les Républicains seraient effacés du paysage politique français.

Seulement voilà: la Marine ne veut pas d’accord avec Zemmour. Elle règle ses comptes et se venge de Riri, qui l’a proprement étrillée encore une fois le soir du second tour. Dire que les Le Pen, père compris, ont raté 8 fois la présidentielle n’est pas franchement sympathique de la part de l’ex-chroniqueur. Ajouté aux propos agressifs de la campagne, Zemmour a creusé le lit d’une détestation mortifère. La mésalliance ne tient pas aux thèmes abordés mais aux personnes.

C’est à qui tuera l’autre.

J’aime l’analyse critique du féminisme de Zemmour. Je suis favorable à une souveraineté nationale mesurée, à la régulation raisonnable des flux migratoires, à une Europe moins technocratique et moins LGBTetc, entre autres. Toutefois je ne le suis pas en tout, beaucoup s’en faut. Par exemple la question des prénoms français ne m’intéresse pas (de toutes façons c’est trop tard).

Zemmour m’a déçu, sa campagne n’a eu que l’aubaine de l’annonce, puis il est retombé, plombé par des propos trop souvent provocateurs et clivants. Et par manque d’une vraie machine de guerre: un parti solide.

 

france,legislatives,elections,guche,zemmour,melenchonRéépousailles

Je pense qu’il s’est pris la grosse tête. Dommage. Sa « Reconquête » pourrait bien s’arrêter en juin sans aucun député. Dans ce cas il ne devra s’en prendre qu’à lui-même. Quant à son projet d’union des droites il est mal barré.

 

À gauche Merluche veut dominer les débats. Le PS, dont Hidalgo fut la dernière fossoyeuse, est largué. Je vois Mélenchon comme un dominant, un caractère dominant, et qui s’allie à lui met un pied dans la tombe. Merle Huche est d’un culot incroyable. Son slogan de « Premier ministre » est une manière de tordre la république. Il n’était même pas au second tour mais voudrait rejouer cette présidentielle qu’il a perdue. Il capte sur lui ce qui ne lui appartient pas.

Il fait appel aux électeurs. Mais même en cas de majorité législative de gauche ce n’est pas lui qui décide. Bon, MerMer nous a habitué à ses manières de brusquer les institutions. Cela rappelle le Coup d'état permanent. Pour moi c’est un crypto-fasciste de gauche. En France le fascisme est rouge.

Après toutes les mésalliances de la campagne présidentielle voici donc de nouvelles alliances. La gauche se réépouse parmi. Il en sort un monstre à quatre têtes: celle radicale et fulminante de Mélenchon, toujours prêt à mordre, qui danse là sa salsa du démon; celle hilare et jouasse de Roussel; celle sinistre et pleurnicharde de Hidalgo; et celle vert-de-gris et vieillotte de Jadot.

 

france,legislatives,elections,guche,zemmour,melenchonCocus

Les Verts, pro-européens, sont prêts à manger leur chapeau avec Jean-Luc et sa volonté d’insoumission aux traités de l’UE. Il faut dire que sans LFI les Verts sont laminés.

Mais c’est le mariage de la carpe et du lapin.

Les socialos vont à l’échafaud en chantant. L’islamo-gauchisme de Mémel Enchon est leur ultime bol d’air.

Les cocos sont trop heureux d’avoir un dernier petit sursaut de vie avant leur disparition définitive.

Et au milieu l’Emmanuel pourra surfer sur une large majorité qui le dédouanera de ses promesses. Les français moyens n’auront même pas leurs yeux pour pleurer, cocus une fois de plus. Ils doivent aimer cela.

Bon, ce ne sont que des sondages. Il ne faut pas vendre trop rapidement la peau de l’ours, même si sa patte est déjà prise dans les mâchoires de Mémel, peut-être futur Premier Sinistre du gouvernement.

 

 

 

Catégories : Politique 6 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Chez la Droite souverainiste, l'alliance ne paraît pas trop difficile à réaliser, mais on la boude parce que certains sont trop méchants. A Gauche, on se fiche des méchancetés et des désaccords sur le fond, car ce qui pose problème c'est de faire des élus dans sa propre tendance. Que pensent les électeurs de toute cette cuisine qui finira peut-être par donner une large majorité à Macron. A suivre ...

  • Finalement Zemmour n'est pas très performant en politique. Il aurait pu se passer de la sortie sur les 8 échecs des Le Pen. C'est une grossière erreur. Un auto-goal.

  • Quand Zemmour est entré en scène dans la course à la présidentielle (il y a donc plusieurs années), je me suis dit que c'était un projet pour prendre des voix à Lepen. On me dira que je suis complotiste mais la politique c'est une belle cochonnerie et tout est possible. Si on part de ce postulat d'affaiblir Lepen, ce qui se passe actuellement se comprend aisément. Pour Méluche, il n'a pas fini d'amuser la galerie, ça tombe bien car c'est son rôle.

  • Très juste : EZ parle beaucoup mais au final c'est toujours le même discours et MLP c'est la même chose ou presque.

    De plus, EZ ne regarde jamais ses interlocuteurs "en face", il se tient dos voûté, tête penchée en avant en se contentant de "lever les yeux" en direction des personnes qui lui font face !

  • @ Lise
    Vous avez bien remarqué l'attitude de E Z. Est-ce de la timidité ou une manière de se concentrer ? Toujours est-il qu'on a l'impression qu'il n'est pas à son aise devant son interlocuteur. Mais je crois cependant qu'il est difficile de le déstabiliser, contrairement à MLP qui prend trop de temps pour réfléchir et contrer son adversaire, alors que les réponses de Zemmour montrent qu'il maîtrise la polémique et s'en sort fort bien.
    Mais, à mon avis, l'essentiel n'est pas dans la forme mais dans le fond. La qualité oratoire de macron ou de Mélenchon ne doit pas nous faire oublier la politique qu'ils comptent appliquer.

  • C'est peut-être l'habitude de ses chroniques où il était le nez dans ses notes. Cette posture corporelle manque de punch.

Les commentaires sont fermés.