L’honneur retrouvé de Jada Pinkett Smith

Bing! Paf! Boum! Ça c’est dans la tête de Will Smith. Clac! Ça c’est sur la joue de Chris Rock. Une baffe bien amenée et claquante à souhait sur la face de ce plaisantin de mauvais goût – en tous les cas aux yeux de l’acteur.

 

 

will smith,chris rock,gifle,oscarsToxique

Le geste ne suffisant peut-être pas Will ajoute: « Garde le nom de ma femme hors de ta putain de bouche ». Une histoire de mecs assez classique. Mais en direct à la télé ça craint.

Le tout se passe à Hollywood, la Mecque de l’amour universel où tout le monde est si beau et si riche. Sur la scène de la cérémonie des Oscars le présentateur, Chris Rock (image 2), fait une blague sur la tête de Jada Pinkett Smith, la femme de Will, très belle et crâne rasé. Elle souffre d’alopécie (perte des cheveux) et a préféré se raser la tête pour avoir l’air moins chiffon.

Le couple Smith est régulièrement l’objet de plaisanteries, entre autre sur la liberté sexuelle instaurée dans leur couple. Mais là c’est la goutte de trop. Le sang de Will ne fait qu’un tour. Il se lève, monte sur scène et assène cette baffe en direct.

L’assistance croit d’abord à une scène préparée. Mais le ton de fureur de Will dément cela.

Will Smith est donc allé défendre l’honneur de sa femme. La manière est diversement appréciée. Les uns - ou plus probablement les unes – parlent de masculinité toxique, l’un des refrains – à la mode dans ce beau monde inclusif – pour casser de l’homme et le découiller.

« Certains ont condamné cet acte et le voient comme signe de « masculinité toxique », qui repose sur le stéréotype traditionnel de l’homme dominant qui préfère la violence physique à la discussion orale. »

 

will smith,chris rock,gifle,oscarsInstinct

Le mot orale ne signifie pas qu’il aurait dû le sucer plutôt que le baffer. La discussion orale n’est n’est pas une métaphore de tailler une pipe. Je précise, au cas où.

Jaden Smith, fils de Will, a par contre trouvé cela très bien:

« C’est comme ça qu’on fait. »

Il n’est pas le seul à apprécier, comme en témoigne l’actrice noire à succès Tiffany Haddish:

« Quand j’ai vu un homme noir soutenir sa femme, Ça voulait dire beaucoup pour moi. En tant que femme, qui s’est souvent sentie sans protection, de voir quelqu’un dire 'Laisse le nom de ma femme hors de ta bouche ! Laisse ma femme tranquille', c’est ce qu’un mari est censé faire, non ? Vous protéger... Et peut être que le monde n’aime pas comme ça s’est passé, mais pour moi, c’était la plus belle chose que j’ai jamais vue parce que ça m’a permis de voir qu’il y a encore des hommes qui aiment et prennent soin de leur femme ».

Mince alors, si une femme le soutient et trouve cela merveilleux, on ne sait plus que penser. Combien de femmes aimeraient être défendues avec cette fermeté par leur compagnon? Historiquement c’est un peu à cela que servaient les hommes. 

La société évolue mais les instincts demeurent. Et heureusement car la discussion orale ne sert parfois à rien. Je ne dis pas que Will Smith a eu raison en cette circonstance particulière mais je parie que le présentateur se souviendra de la leçon. Et puis cela a eu le mérite d’être bref et d’éviter une palabre de plusieurs minutes. 

 

will smith,chris rock,gifle,oscarsIls s’aiment

Malheureusement Will s’est ensuite liquéfié. Il a reçu l’Oscar du meilleur acteur sous les vivats de la foule qui se foutait bien de la morale et de la baffe. Il a fondu en larmes et en excuses. Il était obligé s’il voulait continuer à être aimé du public, donc à avoir du succès et des millions de dollars.

Il n’a pas présenté d’excuses à Chris Rock sur le moment mais à l’Académie et des autres nommés! On comprend pourquoi quand la star a dit:

« Mais l’amour vous fait faire des choses folles", a-t-il lâché, en sanglots, avant de lancer : "Merci. J’espère que l’Académie des Oscars m’invitera à nouveau. »

Il faut rappeler qu’en 2016 Will avait fait un gros ramdam parce qu’il n’avait pas été invité. Il avait même appelé au boycott de la cérémonie suite à ce crime de lèse-majesté. Les stars hollywoodiennes sont formidables, des modèles pour le petit peuple.

Il a vite compris que pour avoir de l’argent et du succès il faut être aimé, et pour être aimé, l’émotion et la contrition marchent mieux que les gifles.

Le gros vilain a même entonné le refrain de l’amour universel, sans plus mentionner ce qu’il considère comme une insulte faite à sa femme – la blague du présentateur:

« Ce que j’ai fait est déplacé et j’ai eu tort [...] La violence n’a pas sa place dans un monde d’amour et de bonté. » 

Ce qu’il ne faut pas faire aujourd’hui pour être dans le camp du bien. C’est fou comme ils s’aiment, c’est beau comme ils s’aiment.

 

will smith,chris rock,gifle,oscarsOffensé

Hollywood veut être la lumière morale du monde. Will n’allait pas se faire exclure de cet aréopage de cadors pour une simple baffe donnée à un type qui fait du buzz sur la maladie de sa femme. Mais bon, l’Académie devrait le sermonner (peut-être) – sans lui retirer son trophée.

En effet un de ses membres, Whoopi Goldberg, qui s’est récemment illustrée en affirmant que la Shoah n’était pas du racisme, a déclaré d’abord que Will devra faire face à de graves conséquences, mais qu’il gardera son Oscar. Solidarité de race? Si un blanc avait giflé un noir pour la même raison, que se serait-il passé?

Bref. Frapper puis pleurnicher en s’excusant dans les minutes qui suivent, ce n’est pas glorieux! Il a visiblement eu une vraie envie de donner cette baffe. Pourquoi ne pas l’assumer? Pourquoi ne pas avoir, au moins, déclaré qu’il s’est senti offensé? Non, le gros bras se tord de contrition pour exprimer son liquide lacrymal.

 

will smith,chris rock,gifle,oscarsRock ’n Honneur

Notez que Chris Rock, magnanime, n’a pas déposé plainte. Will Smith a bien trouvé sa victime! Parce que je me demande s’il aurait baffé un autre acteur, Dwayne Johnson par exemple, dit The Rock, ancien catcheur et co-vedette entre autres dans quelques films de la série Fast & Furious et autres.

L’air du temps est peut-être à la castagne, mais Dwayne est un autre morceau!

Le point presque rassurant est que chez ces personnages lisses et convenus il y a parfois un retour du refoulé. Un bon caca nerveux en direct, ça humanise le lascar. Enfin du vrai incorrect, du vrai spectacle.

Je n’ai pas parlé de l’honneur ou de ce que l’on nomme ainsi tant l’incident en est marqué. L’honneur est aujourd’hui un peu hors de l’air du temps, voire tourné en dérision. Pour s’en approcher je suggère de se mettre à la place de Will Smith: qu’aurions-nous fait pour exprimer notre colère et pour défendre notre partenaire? Et au nom de quoi l’aurions-nous fait?

 

 

 

Catégories : Divers, Humour, société 9 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Comportement machiste" et "masculinité toxique", on n'en attendait pas moins de la part des féministes formatés par des médias qui ne cessent de stigmatiser les hommes. On oublie que la gifle est largement utilisée par la gent féminine. Elle est à la portée du "sexe faible". C'est un acte mesuré qui ne produit pas les dégâts d'un coup de poing, par exemple. La gifle n'appelle pas généralement une réplique violente. C'est plutôt un signal "stop !". C'est la raison pour laquelle nos compagnes ne s'en privent pas. On le voit bien dans les films où les actrices ne se gênent pas pour frapper leur partenaire sur la joue sans aucun risque de pugilat.
    Moralité : la gifle est avant tout une arme féminine.

  • Bien vu Henri.

    Et en effet une gifle n'est pas un coup de poing, on peut s'en remettre même si notre orgueil est mis à mal.

  • Un adolescent qui n'a pas vraiment changé depuis son rôle de vilain-charmant gamin dans les séries.

  • Je n'ai lu aucune critique mentionnant l'attitude de dominant de Smith. Pourtant se donner le droit de baffer qqn me paraît clairement un geste de dominant. Mais comme il est noir il ne peut pas l'être...

  • Dans son cas c'est un dominant "fragile"!

  • Comment bien baisser son froc efficacement dans le sens du poil... Voici donc tout ce que "mauvais" politiciens, "mauvais" chanteurs ou "mauvais" chefs d'entreprise devraient savoir et appliquer en premier:

    « Il a vite compris que pour avoir de l’argent et du succès il faut être aimé, et pour être aimé, l’émotion et la contrition marchent mieux que les gifles. »

    Dans ce registre, Vladimir Poutine a vraiment tout faux...

  • Je n’ai pas bien compris ce que Dwayne Johnson vient faire là-dedans?

  • Question de carrure. S'il avait fait la même blague que C. Rock, W. Smith serait-il allé se frotter à lui?
    Avec en plus un clin d'oeil sur le nom.

  • "qu’aurions-nous fait pour exprimer notre colère et pour défendre notre partenaire? Et au nom de quoi l’aurions-nous fait?"

    C'est la bonne question !

    Un humoriste américain (Stephen Colbert) a dit dans son monologue du lendemain que la meilleure façon de sanctionner un humoriste, c'est de ne pas rire d'une blague stupide.
    C'est assez futé ! Il a réussi à faire comprendre que pour lui, c'est affreux quand une blague tombe à plat.
    ( a partir de 1.37)

    https://www.youtube.com/watch?v=haOneP_zc_Y

    J'ai trouvé cette réaction intéressante parce qu'elle vient de l'intérieur du show-business américain.

    Exprimer sa colère publiquement.
    C'est peut-être devenu une nécessité dans un monde où le buzz est si important.
    Jada Pinkett Smith est merveilleusement belle et essayer de se moquer de son apparence physique est peine perdue.
    Si elle-même était montée calmement sur scène et avait demandé à Chris Rock s'il pensait vraiment que ça valait la peine d'évoquer la situation capillaire d'autrui, ça aurait eu une autre gueule.
    Je ne sais pas si c'est possible, selon les règles implicites de Hollywood, qu'une femme se défende par elle-même, mais je pense que ça aurait été plus frappant !

    Dwayne Johnson n'aurait probablement pas fait la blague, puisqu'il a la boule à zero lui-même ";-)))

Les commentaires sont fermés.