Sale temps pour les pacifistes

Pendant une guerre les informations sont presque toutes suspectes. Celle-ci par exemple: « Théâtre bombardé à Marioupol: centaines de civils à l’intérieur » selon une dépêche Keystone Ats.

 

guerre,ukraine,theatre,marioupol,donbass,Cible

Mercredi 16 mars, selon la mairie de la ville:

« Un théâtre abritant "des centaines de civils" a été gravement endommagé par une frappe aérienne russe à Marioupol, a annoncé mercredi la mairie de cette ville portuaire assiégée dans le sud-est de l’Ukraine. »

Une bombe aurait été larguée depuis un avion. Mais à ce moment on ne connaît pas encore le nombre précis de victimes. L’information est aggravée par le fait qu’il y aurait des enfants, ce qui était écrit en grandes blanches visibles depuis le ciel.

Selon La Dépêche du 17 mars:

« La mairie de Marioupol a affirmé sur son compte Telegram dans la nuit de mercredi à jeudi que "plus d’un millier" de personnes se trouvaient dans le théâtre. »

Ce qu’elle réaffirme quelques lignes plus loin:

« Les envahisseurs ont détruit le Théâtre dramatique, où plus d’un millier de personnes avaient trouvé refuge. »

Moscou a démenti et une ONG hésitait sur l’info:

« L’ONG Human Rights Watch (HRW) a affirmé avoir besoin de davantage d’informations pour évaluer la situation à Marioupol. "Avant d’en savoir plus, nous ne pouvons pas exclure la possibilité d’une cible militaire ukrainienne dans la zone du théâtre, mais nous savons que le théâtre abritait au moins 500 civils. »

 

guerre,ukraine,theatre,marioupol,donbass,Missile

Le vendredi 18, Le Point affirmait que « … des "centaines" de personnes étaient toujours vendredi sous les décombres. » Tout en précisant:

« Deux jours après le bombardement d’un théâtre à Marioupol, Volodymyr Zelensky a annoncé que "plus de 130 personnes ont pu être sauvées". "Mais des centaines d’habitants de Marioupol sont toujours sous les décombres", a-t-il ajouté dans une vidéo… »

Pourtant dès le jeudi 17 mars Le Monde relativisait l’info et se montrait rassurant:

« Jeudi matin, deux députés ukrainiens ont cependant assuré que, si le bâtiment avait été détruit, l’abri antibombes était intact. Sur sa page Facebook, Sergiy Taruta a affirmé que « les gens sortent vivants » des décombres. « On ne sait pas encore combien de personnes sont blessées, ou tuées. Mais on dirait que la majorité d’entre eux vont bien. »

Mais la mairie insistait dans le superlatif:

« Le seul mot pour décrire ce qui s’est passé aujourd’hui est génocide, le génocide de notre nation, de notre peuple ukrainien. »

Selon TF1 c’est un missile et non une bombe qui a atteint le théâtre. Selon ce média une responsable de l’ONG citée plus haut donne des précisions.

« … selon ses explications, il est impossible que tout le monde ait été dans le sous-sol au moment du bombardement. Il y avait peut-être 100 ou 150 personnes dans le sous-sol, et plus dans les autres étages. Selon les organisations humanitaires, entre 700 et 1 000 personnes se cachaient dans ce théâtre situé en plein centre et dans lequel elles venaient en famille. »

 

guerre,ukraine,theatre,marioupol,donbass,Émotion

Finalement le vendredi 18 Ouest-France annonce qu’il n’y a qu’un seul blessé grave et pas d’autres victimes. Pourtant selon le Conseil Municipal « … Au moment de l’attaque, « jusqu’à un millier de personnes », essentiellement « femmes, enfants et personnes âgées » se cachaient dans ce bâtiment … »

Il semble que cela soit faux puisque seule une seule personne est blessée, sans autres victimes. Pourtant Zelensky lui-même annonçait la nouvelle de centaines de blessés sous les décombres. 

Moscou accuse de son côté le groupe Azov:

« Le ministère russe de la Défense a pour sa part démenti avoir bombardé le théâtre, mettant l’explosion sur le compte du bataillon nationaliste ukrainien Azov. Moscou avait déjà mis en cause cette unité militaire lors du bombardement de la maternité de Marioupol la semaine dernière, qui avait suscité un tollé international. »

Saura-t-on la vérité? En l’état il n’y a pas de raison de croire les russes plus que les ukrainiens. Les informations venant de Moscou sont invérifiables et celles venant d’Ukraine servent d’abord à émouvoir l’ouest.

Sur la première vidéo ci-dessous on voit une femme qui dit être sortie des décombres. Elle n’est ni blessée ni pleine de poussière. Elle affirme qu’il y a des centaines d’autres personnes sous les décombres. Cela ne se vérifiera pas.

Au final il n’y a pas de morts mais l’émotion a été amplifiée pendant quatre jours. Samedi encore j’entendais sur une chaîne info qu’il y avait peut-être mille morts, alors que l’on savait déjà par d’autres médias que c’était faux. L’Occident est à fleur de peau.

 

guerre,ukraine,theatre,marioupol,donbass,Brutale

On ignore qui et que croire. On n’est pas certains qu’il y ait eu des civils lors de l’attaque. S’il y en avait ils étaient moins nombreux et bien protégés. L’une des infos qui circulent, donnée par la parlementaire ukrainienne Olga Stefanishyna, est que 130 civils ont été sauvés par l’abri anti-bombe situé sous la scène du théâtre. Difficile à vérifier. Et où sont les autres sur 1’000 annoncés?

Les mensonges de guerre font partie de la guerre, guerre de l’information, guerre psychologique. Nous redécouvrons ce qu’est la guerre. Nous l’avions oublié, dit-on dans certains médias. Pourtant les Balkans ont été le théâtre d’une guerre très dure.

Il y a presque continuellement des guerres dans le monde: Afrique, Moyen-Orient, sans compter les guérillas. Au Donbass il y a 13’000 morts en huit ans, mais nous l’avions oublié, le bruit du canon n’a pas atteint nos tendres oreilles. Oublié, vraiment? Je ne pense pas qu’on ait oublié, je pense qu’on a délibérément évité de voir et d’entendre.

C’était en Ukraine, une guerre de huit ans déjà. Mais comme ils sont proches de la Russie ils ne comptaient pas. C’était comme une verrue: on la gratte sans trop la regarder. Cette partie de la guerre d’Ukraine n’était pas plus belle qu’aujourd’hui. 

La guerre n’est pas belle. Elle est brutale. Elle est le choix extrême. Elle ne peut être gentille. Et comme d’habitude ceux qui souffrent le plus ne sont pas ceux qui décident de la guerre. Sans armes ils sont morts. Alors on les arme.

Sale temps pour les pacifistes.

 

 

Sous les décombres?

 

 

 

Catégories : Politique 15 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • La comparaison avec la Syrie s'impose. Il y a eu des attaques chimiques sur des civils à Alep, mises immédiatement sur le dos des forces syriennes. Mais personne ne semble vouloir savoir à qui le crime profite. De nombreuses voix ont incriminé les opposants à Bachar-Al Assad, mais sans succès face au fleuve d'informations (ou de désinformations...) en sens contraire...
    Pour se persuader de la puissance de la désinformation : suivre C dans l'air sur la 5.

  • Russes et Ukrainiens se font la guerre et chacun informe les observateurs à sa façon. Donc, aucune objectivité de part et d'autre. Ceci dit, comme, dans leur majorité, nos journalistes ont déjà désigné les bons et les méchants, ils auraient peut-être tendance à oublier les infos venant du camp du mal. Les nouvelles qui nous parviennent seraient sans doutes biaisées au profit de l'Ukraine. D'où ces contradictions médiatiques apparaissant au fil du temps. Moralité : ne nous emballons pas !

  • Un qui n'est pas un pacifiste c'est Cohn-Bendit, à voir et entendre la haine qu'il dégage dans ses diatribes conte Poutine. Il doit regretter que le temps du lynchage et du supplice de la roue en place publique soit passé.

  • Et Poutine, est-il pacifiste, Mère-Grand ? Ne nous trompons pas de cible-

  • "Au Donbass il y a 13’000 morts en huit ans, ..." sans compter tous ceux qui sont décédés depuis le XIème siècle sur ce même passage, ce dont on ne parle jamais ...

    De plus, il ne faut se rappeler que la Russie est passée d'un Empire - Romanov - à un Etat nation dirigé par Lénine et son régime communiste, ce jusqu'au début des années nonante.

    On peut se poser la question de savoir si Poutine regrette pas l'ex-URSS et cherche à agrandir son territoire ...

  • "Et Poutine, est-il pacifiste, Mère-Grand ?"
    Poutine est un chef d'Etat avec les responsabilités et les privilèges qui en découlent et aussi une armée qu'il peut mobiliser lorsqu'il estime que c'est nécessaire ou utile à son pays.
    Cohn-Bendit est un ancien révolté 68 huitard qui en a gardé une grande gueule et a tourné sa veste anti-impérialiste et plus ou moins anarchiste de salon pour la mettre au service des USA. Son choix de l'étiquette verte en Allemagne lui a en plus parmi de rester à l'écart de certains choix politiques difficiles pour se consacrer au bien de la Planète.
    Invité des plateaux de TV français pour toutes ces "qualités", il exprime une haine qu'il ne peut heureusement pas traduire en actes, n'ayant pas d'armée. Il dois donc se rabattre sur une grossièreté telle qu'il a attribué à Luc Ferry un "anti-américanisme primaire" parce que celui-ci s'est permis de rappeler les agressions américaines illégales, non justifiés par les faits et non suivies de sanctions internationales.

  • Mère-Grand: "Poutine est un chef d'Etat avec les responsabilités et les privilèges qui en découlent et aussi une armée qu'il peut mobiliser lorsqu'il estime que c'est nécessaire ou utile à son pays." écrivez-vous. mais bon sens en quoi l'invasion de l'Ukraine est-il bon pour son pays ? en quoi améliore-t-il la vie du peuple russe ? voir ce qu'à déclarer Marina Ovsiannikova: «C'est la guerre de Poutine, pas celle du peuple russe»
    La journaliste russe Marina Ovsiannikova, devenue une égérie antiguerre après son irruption pendant un journal télévisé pro-Kremlin, a appelé dimanche la population de son pays à dénoncer l’offensive de l’armée russe en Ukraine.
    «Les temps sont très sombres et très difficiles, et chaque personne qui a une opinion civique, et qui veut faire connaître cette opinion, doit faire entendre sa voix. C’est très important», a-t-elle affirmé dans un entretien à la chaîne de télévision américaine ABC. «Le peuple russe est vraiment contre la guerre, c’est la guerre de Poutine, pas la guerre du peuple russe», a-t-elle également soutenu.
    Marina Ovsiannikova était apparue lundi dernier en plein direct pendant le JT le plus regardé de Russie, avec une pancarte critiquant la guerre en Ukraine et dénonçant la «propagande» des médias contrôlés par le pouvoir. Brièvement arrêtée puis laissée libre, Marina Ovsiannikova risque une lourde peine de prison.

  • He oui cette histoire pue le false flag.
    Des habitants de Marioupol chantent une toute autre chanson

    https://rumble.com/vxxtuv-marioupol-une-habitante-accuse-le-bataillon-ukrainien-nonazi-azov.html

    https://www.donbass-insider.com/fr/2022/03/20/donbass-les-civils-evacuent-marioupol-et-revelent-les-methodes-de-combat-des-neo-nazis-du-regiment-azov/

  • Aoki : pour information Selon l’ONU, 10 millions de personnes ont fui leur foyer en Ukraine depuis le début de la guerre.. Quant au néo-nazi, la Russie, n'est pas en reste, tant s'en faut : Le 13 décembre 2021, le FSB a arrêté 106 néo-nazis dans 37 régions russes https://iz.ru/1301264/2022-03-05/fsb-zaderzhala-storonnika-ukrainskikh-neonatcistov-v-riazanskoi-oblasti
    En juin 2020, des néo-nazis allemands sont allés suivre un entraînement paramilitaire à l’étranger. Devinez dans quel pays ? Si vous écoutez Poutine, vous direz : l’Ukraine. Mauvaise pioche, c’est à St Petersbourg en Russie qu’ils ont été accueillis à bras ouverts https://www.dw.com/en/why-are-german-neo-nazis-training-in-russia/a-53702613
    Vous en voulez encore ?

  • @ Frenkel
    On peut trouver des néo-nazis dans beaucoup d'endroits du monde. En ce qui concerne l'Ukraine on abuse du du préfixe "néo" car il s'agit bel et bien d'une continuité directe depuis la 2ème guerre mondiale. Seconde différence en Ukraine ces groupes armé sont des agent actif dans la conduite du pays depuis l'euro-maïdan ( ils ne sont donc pas interdits comme ailleurs) Ils ont même participé au gouvernement de transition. Dans la guerre du Donbass, ils prennent des initiatives par eux-mêmes, de manières complètement indépendantes, particulièrement à Marioupol et l'armée régulière ne les contrarie surtout pas. Du reste, ils n'y a guère plus qu'eux qui combattent en utilisant la population comme bouclier humains

  • et ça c'est pas mal non plus

    https://rumble.com/vy1fr1-pascal-praud-dnonce-les-tortures-du-bataillon-nazi-azov.html

  • et un petit dernier pour revenir à Marioupol:

    odysee.com/VA-ᾉῷ-JC---20.03.2022---Mariupol---''-Que-faisait-Azov-''-–-Ils-ont-tiré-sur-les-convois,-de-civils.-Ils-les-ont-tous-abattus:57cccc2add815baaf3f3a9b756fafc271ccf5be5

  • Aoki, désolé de vous contredire :« La première victime de la guerre est la vérité », écrivait en 1915 Ethel Annakin, l’épouse du politicien britannique Philip Snowden.Cette citation est reprise presque quotidiennement, ces jours-ci, concernant la guerre de la Russie contre l’Ukraine, pour dénoncer la propagande. Sauf que mes confrères journalistes et commentateurs politiques marchent à côté de leurs pompes : nous ne sommes pas en 1915 mais en 2022. Et en 2022, les gens se fichent totalement de la vérité ! Ils ne veulent lire que ce qu’ils ont envie de croire, mais surtout pas la vérité.

    Le néonazisme en Russie est un mouvement russe qui, après la Seconde Guerre mondiale, a réuni des organisations extrémistes et nationalistes dont l’idéologie est proche du national-socialisme.

    En 1982, le jour de l’anniversaire d’Hitler, un groupe de lycéens de Moscou a organisé une manifestation nazie sur la place Pouchkine. Il s’agit d’un phénomène marginal.

    Dans les années 1990, les skinheads du national-socialisme sont devenus un phénomène notable parmi les néo-nazis radicaux de droite en Russie.

    Alexander Tarasov estime que les principales raisons de la forte croissance du mouvement skinhead néo-nazi en Russie sont l’effondrement du système d’éducation et d’instruction, ainsi que la récession économique et le chômage pendant les réformes des années 1990.
    Selon Viktor Shnirelman, la propagation du racisme et de l' »identité aryenne » parmi les skinheads en Russie a également été influencée par la propagande anticommuniste et la critique de l’internationalisme pendant la période de « capitalisme sauvage » des années 1990.
    Certaines des organisations néonazies russes font partie de l’Union mondiale des national-socialistes (World Union of National Socialists, WUNS, fondée en 1962). En 2012, des organisations russes font partie des membres officiellement enregistrés de l’union :

    « Résistance nationale »,
    le Mouvement national-socialiste « Division russe »,
    le Mouvement patriotique public panrusse « Unité nationale russe » (RNU), etc, etc

  • Merci Frenkel, mais ne vous excusez de me contredire, car en effet il n'y en a pas de contradictions en ce qui concerne ce que j'ai cité sur les groupes nazi d'Ukraine.
    Merci et bonne nuit

  • Aoki : Selon l’ONU, plus de 900 civils ont été tués en Ukraine, mais le nombre réel est probablement plus élevé.
    Le commissaire européen Borrell : L’attaque russe contre Mariupol est un « crime de guerre massif ».etc, etc,

    Alors de grâce Aoki,l'Ukraine n'a jamais menacé la Russie d'invasion. L'invasion de l'Ukraine décidée par Poutine, est un crime contre l'humanité qui a mis à mal des innocents qui n'y sont pour rien. L'Ukraine, pays souverain, s'il est confronté au nazisme, comme vous dites, doit SEUL faire de l'ordre chez lui.

Les commentaires sont fermés.