Réductions culturelles pour les femmes : Genève discrimine à donf

À Genève la gauche féministe au pouvoir a compris que les femmes aiment les soldes et leurs prix cassés. Alors la gauche féministe a décidé de leur offrir un rabais de 20% sur le prix des billets de spectacles. Rien que pour elles.

 

ecart saéarial,inegalité salariale,genève,réductios,Structurelle

Pourquoi? Pour compenser en partie le moindre salaire que les femmes toucheraient en regard des hommes. Le serpent de mer de l’inégalité salariale femmes-hommes est à nouveau sorti des vagues comme à chaque 8 mars.

D’abord la question de la légitimité de cette mesure. L’État est formé d’un ensemble d’institutions dont un caractère essentiel est la neutralité. Personne ne doit être traité différemment en fonction de son sexe, en particulier ici. Les députés de gauche s’assoient donc sur la Constitution.

Ensuite cette légitimité fait question dans la mesure où l’État pourvoit à un supposé manque, à la place des entreprises. Ce n’est pas le job de l’État. C’est de la démagogie. 

Enfin la légitimité s’effondre sur les chiffres. Dans cette polémique on cite en premier une différence de salaires de 19% entre femmes et hommes. Mais comme le dit Le Monde du 11 février:

« Presque la moitié de cet écart ne s’explique ni par le degré de formation, ni par l’expérience, ni par la position hiérarchique. A travail équivalent, les femmes qui travaillent en Suisse gagnent ainsi 8,6 % de moins que les hommes. »

Tiens, la part attribuée à une éventuelle discrimination de sexe tombe à 8,6%. En enlevant les trois raisons structurelles citées ci-dessus c’est en réalité plus de la moitié (et non presque la moitié comme écrit par le quotidien) qui s’explique. Toutes les femmes n’étant pas à égalité, prévoit-on de différencier le montant du rabais selon les revenus?

Mais s’agit-il des seules raisons structurelles ou y en a-t-il d’autres?

 

ecart saéarial,inegalité salariale,genève,réductios,Imparable

Bien sûr et les plus importantes sont le choix professionnel et le choix du temps de travail. Les femmes s’investissent en majorité dans les professions sociales et sont plus souvent à temps partiel. En Suède, malgré une pratique égalitaire très avancée, il n’y a pas de parité dans certaines professions.

Je rappelle ici ce document qui détaille les raisons de l’écart salarial (inégalité est un terme inexact et idéologique). Il est fouillé et sourcé. Le tableau mis en image 2 résume l’étude (clic pour agrandir).

J’ai plusieurs fois traité ce sujet, dont dans ce billet, et je n’y reviens pas. Les seuls pourcentages non strictement structurels sont liés à la productivité individuelle et à des qualités personnelles dont l’entreprise tire un profit.

La gauche féministe s’engouffre pourtant dans ce thème populo-genré. La mesure va profiter aux bobos qui sortent plus souvent. L’État est mis à la disposition d’une clientèle électorale bien précise.

Maintenant c’est voté. Cela doit encore trouver forme. Pour contourner cette discrimination je suggère que les femmes éprises de démocratie ne fassent pas usage de ce rabais en forme d’aumône.

Autre solution: inviter un copain et partager le rabais à deux.

Solution ultime: qu’un homme se présente au guichet en déclarant que « Ce soir je m’identifie en tant que femme, même si je n’en ai pas mis le costume. Je viens voir ce spectacle en tant que femme pour sortir du regard machiste et patriarcadabrantesque ». On ne peut s’y opposer. C’est moderne. C’est progressiste. C’est imparable. 

Non?

 

 

Voir aussi: Inégalité salariale, faites le test

 

Catégories : Féminisme, Politique 8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Donc si je suis un homme trans (ex-femme) je n'ai pas de réduction, mais si je suis une femme trans oui?
    Et si je suis non-genré, ni-homme-ni-femme, j'ai droit à un rabais? 10%?
    Est-ce que les mineures ont un rabais supplémentaire sur le rabais?
    Est-ce que celles et ceux qui ont pondu cette loi pourraient me répondre? Je suis perdu....

  • Discrimination : 100% entre les habitantes de la Ville et les habitantes du reste du Canton ...

    Deux secrétaires qualifiées habitant la Ville ont droit à une réduction alors que deux apprenties habitant Satigny n'ont droit à rien !

    Je me demande si on peut faire mieux voire encore plus fort ...

  • Alors moi, je vais profiter à donf de cet privilège !! Car j'imagine que c'est l'Etat qui rembourse les 20% aux théâtres, cinémas et consort. Et les restaurants, alors ? J'exige également -20% au restaurant, entrée et dessert inclus ! Car oui, si je gagne moins, il n'y a pas que le Grand Théâtre pour me compenser. Les TPG devraient également être moins chers pour moi !

    J'encourage toutes les femmes (50% de la population, tout de même) à profiter abusivement de cette réduction, jusqu'à ce que l'Etat implore notre grâce à genoux ! Ca le poussera à enfin publier des statistiques parfaitement égalitaires.

    Concrètement, ça se passe comment ? Il faut avoir les cheveux longs et porter du rouge à lèvres ou il faut montrer sa pièce d'identité ? Et les personnes transgenres, qui n'ont pas encore pu modifier leurs papiers, seront-elles discriminées ? Ce serait intolérable !!!

  • Ces statistiques anti-homme sont à vômir.
    Il suffit de regarder les statistiques de l'OFS pour voir que ces comparaisons n'ont aucun sens.
    Quand on compare le salaire d'un informaticien et d'une infirmière qui ont tous deux un bachelor et qu'on nous dit qu'il y a une inégalité salariale alors que les 2 métiers n'ont rien à voir, on se fiche du monde.

    D'une manière générale, le féminisme est mort. Les femmes ont les mêmes droits que les hommes. Elles cherchent donc tout un tas de pseudos inégalités pour continuer à engranger des subventions et à favoriser les femmes. Ce n'est plus un combat pour l'égalité mais bien pour la suprématie de la femme.

  • @ Julien : Excellent !

  • La discrimination sexiste de cette mesure est évidente. Elle n'est pas justifiée comme le montre Homme-Libre. Le différentiel salarial moyen s'explique par les choix féminins en matière d'investissement dans l'entreprise alors qu'elles ont les mêmes écoles et formations que les garçons. J'ajouterai un point important : dans un couple, on partage tout, ce qui donne à chacun le même niveau de vie. L'homme et la femme sont alors dans les mêmes conditions en matière de pouvoir d'achat. L'écart salarial n'est donc plus une référence de richesse ou de pauvreté relative. Et les 20 % de réduction vont profiter autant à l'homme qu'à la femme.
    Tout ceci en dit long sur la bêtise des idéologues féministes.

  • Commentaire laissé le 11 février sur le site de la Tribune:

    "Sous son vernis progressiste, cette initiative est totalement dépassée. Catégoriser les personnes en Hommes et Femmes, cela ne se fait plus, car c’est une discrimination de fait envers les non binaires, les gender fluid et j’en passe! Comment toutes ces catégories seront-elles traitées vis-à-vis du rabais en question? Si par exemple je suis gender fluid et qu’un matin où je me suis réveillée femme, je désire acheter un billet de concert, de quel droit me fera-t-on payer le prix Hommes sous prétexte que c’est le genre qui m’a été attribué à la naissance, et en conséquence celui qui figure sur ma carte d’identité?"

    Et j'ajouterais même: si par hasard le genre auquel je m'identifiais le jour de l'achat du billet, et qui m'aura permis d'obtenir le rabais, devait différer de celui au moment de pénétrer dans la salle de spectacle, devrait-on me refouler à l'entrée? Hmmm? Je suis certain.e qu'iels n'ont pas pensé à ça, à la Ville de G'nève! A woke, woke et demi.e!

  • A votre billet on peut ajouter celui-ci pour bien montrer à quel point Genève a touché le fond:

    https://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2022/03/16/la-derive-autoritaire-du-conseil-d-etat-320786.html

Les commentaires sont fermés.