Pologne, Ukraine, les retournements de l’Histoire

Aujourd’hui les Ukrainiennes trouvent refuge en Pologne. Mais il fut un temps où c’était la Pologne qui envahissait ce qui allait devenir l’Ukraine. Sans entrer dans une analyse fouillée voici quelques infos et pistes de réflexion.

 

ukraine,pologne,russie,hongrieRussie

L’origine de la Russie est l’État de Kiev au IXe siècle. Elle s’est développée pendant plusieurs siècles. Selon l’encyclopédie Larousse:

« Sous Iaroslav le Sage (1019-1054), grand bâtisseur et législateur, la Russie kiévienne connaît une brillante civilisation. »

Dès le XIe siècle l’État de Kiev décline et se désintègre en principautés indépendantes. La nation Grand-Russienne se constitue au nord-est de l’Europe. Mais, affaiblie par son morcèlement et ses divisions elle subit le joug Mongol pendant trois siècles.

Au XVe siècle se crée l’État Moscovite. Entre modernisation, expansion et terreur (Ivan IV dit Le Terrible) il devient un empire. Cet empire s’est renforcé. Il a partagé la Pologne, annexé la Finlande et la Géorgie.

En bref la Russie s’est placée en puissance dominante et décidante. Cela laisse de mauvais souvenirs chez ses anciens vassaux.

 

ukraine,pologne,russie,hongriePologne

« Les Slaves de Pologne ont dès le viie siècle un territoire défini. (…) C'est entre le viie et le xe siècle que l’ethnie polonaise se particularise au sein de la communauté slave, dans les bassins de l’Odra et de la Vistule. Les tribus polanes, vislanes, poméraniennes vont former la nation polonaise. »

Devenue un État vaste et puissant, la Pologne a soumis des régions aujourd’hui attribuées à l’Ukraine. Elle a constitué un État à deux têtes avec le Grand-Duché de Lituanie, qui lui aussi occupait l’Ukraine. La petite Lituanie actuelle descend de grands envahisseurs.

La Pologne et la Lituanie ont donc été des puissances expansionnistes et occupantes. Mais l’histoire tourne et un jour la Pologne fut démantelée. Dépecée, dit même le Larousse. Trois partages aboutirent à la disparition du pays, et dans ces trois partages la Russie était dominante ou intéressée.

Pologne et Ukraine ont été en guerre entre 1918 et 1919 pour la possession de la Galicie. Au final, après avoir été attribuée par la SDN à la Pologne, la Galicie reviendra dans le giron ukrainien.

 

ukraine,pologne,russie,hongrieAccords de Minsk

Ici, un article du site de la Fondation Jean Jaurès publié en 2019 détaille les accords de Minsk et les raisons de leur échec. On constate qu’aucune des parties directement concernées n’a vraiment voulu leur application intégrale.

La guerre et l’invasion actuelles sont la suite d’un processus ancien. Cela a été maintes fois rappelé: la fin des armées du pacte de Varsovie aurait du être balancée par la fin de l’Otan. En maintenant l’Otan, en la faisant progresser vers l’est et encercler la Russie, l’occident continuait une politique de guerre froide plutôt hostile à Moscou.

Moscou demandait une zone neutre, en l’occurrence surtout l’Ukraine, pour garantir sa sécurité. C’est ce que Vladimir Poutine à redit hier à Emmanuel Macron, son commis-voyageur: reconnaissance de la Crimée russe; dénazification du régime ukrainien; création d’une zone neutre.

Reconnaissons à Macron une utilité: même si ses annonces après ses entretiens avec Poutine ont été totalement contredites dans les faits, il permet à la Russie de garder un canal de communication à haut niveau vers l’occident. Si Macron croit pouvoir influencer Poutine il se trompe lourdement. Mais cela va le porter jusqu’à sa réélection.

 

ukraine,pologne,russie,hongrieHongrie

Aujourd’hui les deux « mauvais élèves » européens, la Pologne et la Hongrie, accueillent à bras ouverts les réfugiés ukrainiens. Je devrais écrire les réfugiées au féminin puisque seules les femmes et les enfants sont autorisés à quitter le pays. Les hommes doivent aller se battre. Le bon vieux sexisme, quoi: les hommes peuvent mourir. Il y a quand-même quelques femmes qui prennent le fusil mais peu en comparaison.

Ces deux pays traités de réactionnaires et de fachos par les idéologues immigrationnistes de Bruxelles sont ouverts à la détresse des pays voisins, comme cela doit être le cas.

Le cas de la Hongrie est particulier. Le pays refuse l’immigration extra-européenne, et se défend contre les vagues migratoires. C’est dans son histoire. À l’époque des invasions ottomanes la Hongrie servait de mur ou de verrou pour éviter une islamisation totale de l’Europe.

Une Europe alors fort satisfaite de ce rôle de gardien de la civilisation chrétienne. Les reproches actuels de Bruxelles contre la Hongrie montrent simplement que Bruxelles est aux mains des progressistes et ne représente pas la totalité des valeurs diverses du continent. L’UE est boiteuse, et contraindre ses dissidents à s’aligner sur la domination bruxelloise ne la guérira pas.

 

ukraine,pologne,russie,hongrieJaap de Hoop

Ce n’est pas la Hongrie qui trahit les valeurs de l’UE, c’est l’UE qui a adopté comme siennes les seules valeurs « progressistes », dont l’ouverture des frontières à toute immigration même non désirée. 

L’Europe impose la diversité des cultures et des moeurs mais refuse la diversité politique.

Derniers mots sur la Hongrie, prononcés selon Wikipedia par l’ancien secrétaire général de l’Otan (2004-2009):

« En 2015, s’exprimant au sujet de la crise migratoire en Europe, il avance que Viktor Orban « fait ce que l’Europe aurait dû faire ».

Viktor Orban, ce mécréant, représentant des dissidents de l’Europe? L’ancien chef de l’Otan donne raison à ce méchant populiste contre la gentille Bruxelles. Bruxelles doit changer son logiciel et s’ouvrir à la vraie diversité politique et intellectuelle.

 

Sans faire de cours d’histoire, en quoi je serais incompétent, je ne fais que relever très succinctement le fait que tour à tour les uns et les autres ont été les dominants et les dominés, et que les choses sont plus complexes que ce que le manichéisme diversitaire laisse entendre.

 

 

Catégories : Politique 24 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Poutine n'a jamais eu peur de l'OTAN de cette occident faible et décadent selon son point de vue, mais il s'est servit de cette excuse et l'a diffusé dans les médias de propagandes russes pendant des années, au point que nombre d'occidentaux comme vous a fait de cette rhétorique sa vérité.

    Poutine considère que tout ethnie russe appartient à la Russie, un peu comme si l'Allemagne voulait intégrer de force l'Autriche et une partie de la Suisse au nom du germanisme.

    Il faut donc changer de disque, si Poutine avait peur de l'OTAN, il ne serait pas en Ukraine, c'est le manque de crédibilité de l'occident qui en est la cause, pas la menace comme le suggère Poutine et ses amis en occident. La propagande a fonctionné via notamment des blogs, et des mouvements politiques (aile droite de l'UDC et autres mouvements radicaux européens, avec une cohorte de naifs).

    Devant les faits, c'est la grande muette pour les supporters de Poutine, mais la propagande venant d'eux continue à nous balancer cette rhétorique.

    Personne ne va croire qu'une Ukraine neutre va calmer Poutine, c'est une guerre qui veut assujettir toutes populations ethniques russes, donc l'Ukraine n'est qu'une étape sauf si le prix à payé met Poutine à genoux.

  • La carte publiée est très parlante ; on y voit que l'empire russe n'a cessé de s'étendre depuis 1689 et cette expansion c'est rarement déroulée de façon pacifique.
    Lire "À la conquête du Caucase" et "L'Épopée sibérienne. La Russie à la conquête de la Sibérie et du Grand Nord", deux ouvrages d'Éric Hœsli.

  • Très bon billet, bravo. Bien documenté et bien construit. Merci.

  • Une longue histoire, aux origines compliquées et peu connues.
    L'État kiévien des lendemains de l'an mille n'est pas vraiment à l'origine de la Russie ou de l'Ukraine, car à ce moment, les Slaves orientaux, rassemblés sous l'autorité de Kiev, ne sont pas encore différenciés en Ukrainiens, Biélorusses et Russes.
    C'est deux peuples non slaves, les Mongols et les Lituaniens, imposant leur autorité dans la région pendant les siècles suivants, qui vont ainsi amorcer la différentiation entre Biélorusses et Ukrainiens d'une part, et Russes de l'autre.

  • "La Pologne et la Lituanie ont été des puissances expansionnistes et occupantes", certes, mais la crainte a changé de camp depuis les partages successifs de la Pologne.
    Aujourd'hui les nations voisines de la Russie en ont une peur innée.
    Sur cette crainte polonaise, je cite Gustave Herling-Grudzinski, le préfacier de "Souvenirs de Starobielsk", 1945, de Joseph Czapski, un des grand écrivain polonais :
    – J'avais toujours la conviction, sans y mettre la moindre présomption nationale, que les Polonais intelligents seraient capables plus que les autres d'informer l'Europe sur la Russie. Car ce n'est pas une question de savoir, mais d'une somme énorme d'expérience, non pas d'études, mais de clairvoyante vigilance. Il est plus difficile et en même temps plus facile de comprendre la politique russe que toute autre politique. C'est pourquoi, si nous avons quelques experts en politique britannique, nous avons des millions d'experts en politique russe. Le regard du Polonais sur la Russie est perçant et sévère, car il touche au principe même de l'existence biologique. Au XIXème siècle, n'importe quel hobereau, pouvant à peine lire et écrire, comprenait ce que renferme le mythe russe du panslavisme.
    ( . . . )
    Notre " retour de l'URSS " est un phénomène aussi vieux que le voisinage polono-russe. Il est marqué comme d'habitude par des milliers de tombes de déportés et une poignée de ces heureux qui ont miraculeusement réussi à retourner à ce monde, ce monde toujours surpris et méfiant.
    C'est pourquoi j'aurais fait mieux peut-être de ne pas dire que les " Souvenirs de Starobielsk " ont été écrits par Czapski. Ils ont étés écrits par quelques milliers d'hommes que nous ne reverrons jamais. Czapski les a seulement portés sur notre rive plus abritée.
    Ces hommes, ne se lassant jamais de penser à la Pologne, remarquables par leur intégrité et l'ardeur de leurs sentiments, si nobles dans la misère, ne pouvaient choisir un meilleur messager. –

  • Pierre-Alain Tissot : La Pologne n'a jamais désiré envahir la Russie !

  • Très juste M. Frenkel, " la Pologne n'a jamais désiré envahir la Russie ", mais du temps de l'Union polono-lituanienne, puis de l'Union de Lublin, les Polonais et les Lituaniens occupent des terres slaves, devenues plus tard biélorusses et ukrainiennes.
    Les polono-lituaniens n'ont pas d'ambitions sur la Moscovie, véritablement russe et qui vient juste d'accéder à l'indépendance.
    Ces XV et XVIèmes siècles furent l'apogée et le " siècle d'or " de l'État polono-lituanien, qui se qualifiait de " terre latine " en raison de ses liens culturels avec l'Italie et la papauté.

  • Commentaire lu ailleurs :)

    Ce n'est plus le virus mais le vil russe

  • En regardant ces cartes, je me demande laquelle serait celle qu'il faudrait prendre comme référence de base ou comme état des lieux à restaurer.
    Récemment, j'ai reçu par WhatsApp le gag de carte de l'Empire romain avec un texte qui disait en gros : l'Italie va devoir envahir tous ces pays pour rétablir sa grandeur.
    Plus proche de nous : Si l'Autriche-Hongrie ou la Turquie se mettaient en tête qu'elles doivent retrouver leurs frontières d'avant, on ne s'en sortirait pas. Il me semble que c'est pour éviter ces retours en arrière que le droit international a édicté le principe de l'inviolabilité des frontières établies.
    Si j'ai bien compris, Poutine a déclaré que l'Ukraine était une création de Lénine. On peut en conclure que les frontières d'avant 1917 seraient la référence "juste" pour lui, donc le territoire maximal . ( La Crimée ukrainienne était une erreur de Kroutchev.)
    Pourquoi faut-il tant de territoire si on est déjà le plus grand ?
    Cela dépasse mon entendement.
    Je ne fais pas semblant de ne pas savoir qu'il s'agit de l'exercice du pouvoir, de sphère d'influence et d'acquisition de richesses, mais il y a un moment où cette immensité est ingérable, surtout si la majorité de la population ne profite pas de l'accumulation de richesses.
    En Europe, et en particulier dans l'UE, on est censé regretter de ne pas avoir fait entrer la Russie dans l'Union européenne et de ne pas avoir crée de nouvelle alliance militaire en y incluant la Russie. En regardant la même la carte actuelle du continent eurasien, je me dis qu'il y aurait eu comme un déséquilibre.
    Et mon cerveau est trop petit pour comprendre pourquoi la Yakoutie serait européenne. On a déjà de la peine à intégrer des nations qui le sont sans conteste.

  • "L’origine de la Russie est l’État de Kiev"
    Si on veut un juste retour des choses, l'Ukraine aurait du envahir la Russie. Les ukrainiens étant les "vrai russes"
    Ou j'ai pas tout compris? :)

  • Lire "Russie Ukraine et Pologne" Histoire Partagée Mémoires Divisées publié aux Editions Antipodes, sous la Direction de Korine Amacher, Eric Aunoble et Andrii Portnov.

    On comprend beaucoup mieux les enjeux tant de la Russie que de l'Ukraine et ceux de la Pologne. Reste à espérer que ce dernier pays ne soit pas la prochaine cible de la Russie.

    La lecture commence au IX siècle et on se rend compte très vite que ces pays ont une histoire commune. De plus, on ressent très vite le "pourquoi" de l'envahisseur face à l'Ukraine, ancien grenier à blé de la Russie. La lecture est prenante et il vaut la peine de s'attarder sur certains sujets traités dans ce livre absolument passionnant !!!

  • Très bon billet. Je conseille aussi le billet suivant

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2022/02/27/de-la-guerre-en-ukraine.html

  • Ecoutez bien le spécialiste Lucien Cerise parlez de la guerre en Ukraine:

    https://rumble.com/vw31vb-la-guerre-hybride-en-ukraine.html

    et cet excellent documentaire de la TV française qui vous montre les coulisses de la révolution ukrainienne:

    https://odysee.com/@Freres-Dissidents:3/Ukraine,-les-masques-de-la-r%C3%A9volution---Documentaire-complet:e

  • Voici un documentaire de la TV française qu'on ne peut pas accuser d'être pro-Poutine et qui nous révèle les coulisses peu reluisantes de la révolution ukrainienne y compris les troupes de néonazis nationalistes ukrainiennes (Azov, Centuria, Pravi Sector etc.) soutenues par l'UE et l'OTAN:

    https://odysee.com/@Freres-Dissidents:3/Ukraine,-les-masques-de-la-r%C3%A9volution---Documentaire-complet:e

    Et voici le point de vue du spécialiste Lucien Cerise sur de la guerre en Ukraine:

    https://rumble.com/vw31vb-la-guerre-hybride-en-ukraine.html

    Et encore d'autres bonnes présentations du sujet:

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2022/02/27/de-la-guerre-en-ukraine.html

    et

    https://odysee.com/@christophevoisin.a:e/Guerre-en-Ukraine---F-Asselineau-1-02-2022:b

  • Madame Martine, " Faire preuve de discernement", oui mais pas en consultant les liens que vous nous proposez.
    Ils essaient tous, par toutes sortes d'arguties sorties de la propagande poutinienne, de nous faire avaler une couleuvre de plus en plus grosse.
    Car les faits, AUJOURD'HUI, c'est un grand pays qui envahit son voisin.
    C'est cela qui est inacceptable !

  • Madame Martine...:-)))))))))

  • Voilà pour vous Môssieur Pierre-Alain:

    Interview (à regarder rapidement à cause de la censure) de l'envoyée spéciale Anne-Laure Bonnel depuis le Dombass qui nous explique que le peuple Ukrainien russophone est régulièrement bombardé par le gouvernement de Kiev depuis 2014 et qu'il y a déjà eu plus de 13.000 morts. Ensuite elle remet BHL à sa place:

    https://odysee.com/@GiletteJaune:8/Al-Bonnel-intervient-sur-Cnews-1-03-2022:4

  • @ Martine,
    La moitié des 13.000 victimes de la guerre du Donbass, sont le fait des séparatistes russophones…
    Par ailleurs, qui bombardent les civils des villes ukrainiennes aujourd'hui ?

  • Peut-être ne faut-il pas chercher trop loin...

    Là ça m'a l'air assez clair:

    https://arretsurinfo.ch/la-russie-demande-que-les-etats-unis-retirent-leurs-armes-nucleaires-deurope/

    https://www.les-crises.fr/expansion-de-l-otan-comment-on-a-fabrique-la-plus-grave-crise-depuis-la-fin-de-la-guerre-froide/

  • Deux mondes différents, même si l'ours est apprivoisé...

    https://fr.sott.net/image/s31/638229/full/iu.jpg

    http://pressibus.org/gen/trogneux/ymichou.jpg

    https://www.egaliteetreconciliation.fr/Zelinsky-en-cuir-et-talons-aiguilles-y-a-t-il-un-lien-entre-mondialisme-et-homosexualite-67377.html

  • @ Pierre Alain: Ce sont là vos affirmations et je fais de loin bcp plus confiance à cette envoyée spéciale qui est sur place qu'à vous sur votre sofa. Mais bref, contrairement à ce que vous semblez croire je n'ai jamais défendu Poutine et je trouve que toute guerre est une honte, mais simplement je pense que les choses ne sont pas aussi simplistes que nos médias veulent bien nous le faire croire. L'OTAN n'est de loin pas innocente du tout dans tout ce qui arrive. Auriez-vous déjà oublié les fameuses "armes de destruction massives" que ces mêmes médias nous vendaient pour la guerre en Irak, alors que c'était un gros mensonge?

    Quant à dire comme vous le faites que le docu de Canal + est de la propagande poutinienne, c'est absolument ridicule vu qu'il date de bien avant cette guerre:

    https://odysee.com/@Freres-Dissidents:3/Ukraine,-les-masques-de-la-r%C3%A9volution---Documentaire-complet:e

    A "C à vous", il y a eu récemment une intervention excellente d'un général français dont j'ai malheureusemenet oublié le nom, qui remettait les pendules à l'heure et expliquait très bien la responsabilité de l'OTAN au grand dam des journalistes aux ordres qui essayaient de le faire taire. Si je trouve le passage je le posterai.

  • @ Martine, je vous suis et je vous comprends, la vérité est compliquée, ce n’est jamais tout noir ou tout blanc mais plutôt gris, et dans le gris, chacun suit ses sentiments…

    Sur la journaliste Anne-Laure Bonnel : elle donne à voir ce qui se passe du côté des séparatistes russophones et comme dans toute guerre, il y a des horreurs des deux côtés.
    Cependant, un commentateur conservateur la dénonce comme « vendue à Poutine » et « désavouant les combattants chrétiens du Haut-Karabakh, qui auraient dû écouter les conseils russes et ne pas se battre contre les musulmans azerbaïdjanais ».

    J’ai aussi écouté une partie du lien proposé dont, malheureusement, une trop grande part rapporte la propagande poutinienne.
    Certes le point de vue du Kremlin peut être entendu, sans pour autant être accepté.
    Ainsi les affirmations du général français Vincent Desportes se distançant, pour partie à juste titre, des Américains, sont contredites par un autre général français, Dominique Trinquant, sur France 24.
    Plate-forme libre, non censurée mais souvent complotiste, Odysse.com a certes eu le courage de donner la parole à des opposants à la nouvelle religion vaccinale anti covid, tel le professeur microbiologiste Sucharit-Bhakdi, scientifique de nationalité thaïe et allemande (13 juillet 2021).
    Mais sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les contributions sur Odysse.com sont clairement et le plus souvent en soutien de la Russie de Poutine.

  • Voici une des meilleures présentations sur le conflit ukrainien. Je vous conseille vivement d'écouter et de partager cette vidéo, car la vérité est plus compliquée qu'on veut nous le faire croire. On y trouve entres autres l'interview du général français (à C à vous) dont je parlais:

    https://odysee.com/@Vivresainement:f/guerre-ukraine:f

  • « les contributions sur Odysse.com sont clairement et le plus souvent en soutien de la Russie de Poutine »

    Et alors ? Cette plateforme est ouverte à tout le monde et évidemment elle laisse le champ libre à toutes les propagandes.
    C'est plutôt bien car ça permet de comparer la méthodologie d'enfumage des uns et des autres. C'est ça aussi la liberté d'expression.
    Le problème avec Youtube, c'est que systématiquement ce qui ne va pas dans le sens du poil est censuré. Et la censure c'est de la manipulation.

Les commentaires sont fermés.