Brit Award dégenrés : Adèle désavoue l’agneau progressiste

Le monde du divertissement impose sa doxa, ses mœurs, ses fantaisies au monde. Ainsi les Brit Awards, récompense anglaise pour chanteureuses, s’est recyclé dégenré pour sa récente édition de dimanche dernier.

 

brit awards,adele,dégenré,genre,progressiste,Féminine

La chanteuse Adèle (ah non, c’est genré ça!) a gagné 5 trophées. On reste aux valeurs commerciales sûres. Tant pis pour les autres. Surtout qu’il y a eu moins de récompenses puisque qu’ils n’a a plus de catégorie définies par leur sexe (ou leur genre).

L’argument: « … les catégories genrées ont été supprimées dans le but de distinguer les artistes « uniquement pour leur travail et leur musique plutôt que pour la façon dont ils choisissent de s’identifier ou la façon dont les autres peuvent les percevoir ».

Je pense surtout qu’ils veulent s’affranchir des différences parce qu’ils sont incapables de les assumer.

Ils ont pourtant laissé « auteur-compositeur » selon Wikipedia. Ils n’ont pas d’imagination. On aurait aimé « auteur-trice-compositeur-trice » pour faire fun.

Seulement voilà, Adèle n’a pas joué le jeu. Elle a déclaré:

« Je comprends pourquoi ils ont changé le nom de ce prix mais j’aime vraiment être une femme, une artiste féminine, réellement. »

 

brit awards,adele,dégenré,genre,progressiste,Agneau

Mince!… Elle a regenré le concours. Elle se revendique femme et féminine. Quelle vilaine discrimination de genre. Les organisateurs n’ont pas réagi à ma connaissance. Les dérangés du dégenré sont muets.

Elle comprend pourquoi, dit-elle? Cela ne signifie pas qu’elle adhère ni même qu’elle porte un regard bienveillant sur cette mode un peu foldingue. Je dirais même que sa déclaration sur sa féminité est un désaveu de l’idéologie trans/féministe.

Un artiste avait, en 2021, refusé de participer car il n’y avait pas de catégorie pour lui: non-binaire. Une manière de se faire remarquer.

Les filles n’en sont plus mais elle en sont quand-même.

Le problème suivant va rapidement se poser: si les filles gagnent plus de trophées une année, il faudra rééquilibrer l’année suivante. Cette année les filles lauréates sont en majorité écrasante. Et l’an prochain?

Si pendant 10 ans les filles raflent les meilleures places, les garçons vont ruer dans les brancards. Ou laisser tomber ce genre de distraction sexiste. Car en étant non-genrés les Brit pourraient n’élire que des femmes, puisque le sexe n’a plus d’importance. Le sommet du sexisme cachée dans la peau de l’agneau progressiste.

Les Brit deviendront alors politiques en plus d’être idéologiques: combien de filles une année, combien de garçons ensuite, etc, etc. C’est ça, le progrès.

 

 

brit awards,adele,dégenré,genre,progressiste,

Catégories : Divers, société 14 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Je n'ai pas bien saisi le problème. A priori, je ne vois rien de négatif dans le principe énoncé par les organisateurs. Si j'ai bien compris, ils ne récompenseront pas séparément les genres, mais uniquement le mérite sans tenir compte du sexe de la personne. Je dirais même que c'est un progrès puisque le classement repose uniquement sur le savoir faire du candidat. Qu'il y ait plus ou moins de femmes ou d'hommes récompensés n'a pas d'importance. Ce n'est plus la sacro-sainte parité que l'on recherche, mais la qualité de la prestation. Pour moi, c'est une divine surprise. Mais j'ai peut-être manqué quelque chose...

  • Les dérangés muets, vous rêvez, s'ils cessent d'aboyer, ils cessent d'exister.

    Les accusations de transphobie, de TERF etc... n'ont pas tardé à fuser!

    https://www.newsweek.com/adeles-i-love-being-woman-brit-awards-speech-sparks-transphobia-debate-1677505

  • Sauf que là ils dirigent presque tous nos gouvernements, à Genève par exemple ils contaminent aussi toutes les administrations et là c'est plus risible du tout/s/es!

  • Henri, on fait bien d'autres catégories, celle-là me semble avoir du sens. Femmes et hommes n'ont pas les mêmes voix, et pas forcément les mêmes inspirations.

    Mais pour savoir ce qu'il y a derrière, le lien donné par Olivier ci-dessus est clair et terrible.

    Les trans imposent leurs codes, comme ils volent les médailles des vraies femmes dans les compétitions sportives. Nous n'avons aucune raison d'accepter leurs codes.

  • Selon l'article elle ajoute à la phrase que j'ai citée ceci à propos d'être femme et artiste féminine (elle réintroduit la catégorie!): "I do! I'm really proud of us, I really, really am.".

    Us dans la phrase désigne les femmes.

    Et puis supprimer la "parité" ici et l'imposer ailleurs est incohérent.

    C'est peut-être un épisode de la guerre inévitable entre les féministes que l'on connaît habituellement, pour qui il n'y a pas de différence essentielle entre les sexes et genres, et les trans pour qui il y a une nature ou essence féminine spécifique, lié au corps et à sa représentation.

  • Je ne l'aimais pas et là je l'adore comme j'adore Elon Musk, qui finance une université américaine anti-woke! Là c'est le président des LGBT-plus de Lyon qui fait sa crise contre les wokistes, qui d'après lui prennent toute la place! Il a démissionné mais attention il a sortit les ..............rillettes! Et à Toulouse grande victoire de "la justice", un père a obtenu le droit de devenir la mère de son fils! Là c'est un grand moment, le pauvre gamin, il a un père certes mais là il doit l'appeler -Maman! Au secours! On va finir par vraiment mélanger tous les vêtements hommes/femmes dans les grandes surfaces, et il y aura des plaintes contre les commerces récalcitrants!

  • Dominique, je suppose que vous vouliez dire "ToutXt.e.s" : )

  • OUI -Tonton pourquoi tu tou'x'e's!

  • A mon sens, il faudrait revenir à plus de simplicité, et ne récompenser la qualité musicale, indépendamment de toute autre considération!

  • Dans cette idée, on devrait alors supprimer toutes les catégories. Un groupe en est une, musique de film une, meilleur album une, etc. Mais alors qui récompenser et comment'

    Peut-être créer 10 trophées indistincts remis par qui?

    Au fond est-ce si important? On ne découvre pas vraiment d'inconnus, ceux qui marchent bien sont récompensés, ce genre de concours n'a pas vraiment d'intérêt. À part pour l'auto-congratulation et le défilé narcissique qu'un jour des philosophes étudieront comme des entomologistes.

  • Perso je ne suis pas dérangé par ces catégories. Respecter les différences des sexes/genres permet d'avoir plus d'artistes valorisés et récompensés.

    Quand j'écoute une femme ou un homme je suis conscient du sexe de la personne, et cela me va bien, cela donne un plus, un arrière-plan.

    La décision ici est évidemment politique et militante.

    Adèle frappe d'ailleurs fort avec son éloge de la féminité, d'être femme. Je ne crois pas à un moment que c'est dû au hasard ou innocent. Dans sa phrase elle oppose les raisons qu'elle dit comprendre, à sa réalité de femme, en articulant les deux parties par un "mais".

    Cette guerre de l'identité est inévitable et plus j'y pense plus il me semble que c'en est bien un épisode.

  • C'est surtout dans le sport que les catégories homme/femme ont une vraie importance.

    Il serait intéressant de savoir, à partir de quel moment on a a crée les catégories artistiques homme et femme.
    Fallait-il assurer une sorte de quota ?
    Si on pense aux actrices et acteurs de cinéma, ça avait du sens. Il s'agissait de catégories visuellement distinctes et le public appréciait bien sûr les actrices ( souvent jeunes et belles) et il était donc important de récompenser ces idoles.

    Adèle s'affirme en tant qu'artiste-femme. C'est drôle et remarquable, vu le contexte non-genré. Elle peut se le permettre, avec ses 5 trophées, ça lui donne non seulement une sorte d'autorité, mais aussi une tribune. Elle est l'incarnation même d'une diva, aussi par son comportement et il serait assez cocasse d'essayer de le nier.

    Mais faire comme s'il n'était pas important d'être une femme serait un peu paradoxal à l'intérieur du débat sur les genres.
    Soit le genre n'a pas d'importance et à ce moment-là je ne vois pas pourquoi c'est devenu un sujet grave, soit il a de l'importance est il n'est pas étrange de dire : je suis une artiste féminine. Adèle choisit d'être une femme dans un corps de femme, elle a une voix de femme.
    Bien sûr, si un artiste transgenre accède à une grande notoriété et réussit commercialement, alors on aura à décider où classer l'artiste en question. Mais il me semble qu'on n'a qu'à lui donner le trophée du genre auto-attribué.
    Il reste les artistes non-binaires . Eh bien, ce jour-là, on créera la catégorie ad-hoc.
    Comme le dit hommelibre, il y aura davantage de prix s'il y a davantage de catégories.

  • "Brit Award dégenrés"

    Est-ce qu'il ne manquerait pas par hasard un "é" entre le "n" et le "r" ?

  • Bien vu Rufus!

Les commentaires sont fermés.