Tuche, Garrido, Corbière: la délicate vulgarité française

Les meilleurs donnent l’exemple. En traitant le journaliste de TF1 Gilles Bouleau de connard, Zemmour n’a pas failli. Je ne suis meilleur que personne et ça me démange d’utiliser le même mot. Mais non, je vais me retenir. Ça fait mal aux yeux quand on en lit trop. Mais j’approuve: Bouleau n’a pas brillé.

 

 

tuche-02-garrido.jpgSuce!

Il n’est pas le seul. Du côté du camp du bien on n’est pas en reste.

Par exemple Raquel Garrido, membre dirigeant de la France Insoumise. Elle fait honneur à Mélenchon.

Notez, cette gauche n’a plus grand chose à proposer. Elle a laissé tomber la classe ouvrière au profit des immigrés et des trans. Et son avenir n’est plus assuré. On comprend qu’elle soit à cran.

Raquel Garrido est très reconnaissable. C’est un format carré et une une tchatche permanente. Elle est en général très excitée et coupante. Mais ses charges sont lourdes et trop calculées pour faire mouche.

À la fin du débat d’Éric Zemmour sur TPMP jeudi dernier, elle a pris à partie un représentant de Génération Z, Stanislas Rigault., et lui a sorti cette délicate injonction: « Va sucer la bite à ton chef, connard! » (vidéo 1). Si la femme est l’avenir de l’homme, ça craint.

Ce doit être de la jalousie. Elle ne doit pas sucer souvent. Quel homme voudrait déposer sa bite entre les lèvres de madame Garrido sans crainte de se faire mordre?

 

tuche-05-corbiere.jpgOutrance

Ou bien cette sortie spontanée est de l’homophobie. C’est même une expression digne de la plus crasse homophobie. En effet dans sa bouche sucer la bite est une insulte adressée à sa cible. Les homos apprécieront… 

Personne ne s’offusque vraiment du comportement de cette dame d’extrême-gauche. Malheureusement les médias ne sont plus assez neutres pour donner de l’information utile.

Dans le débat, l’autre excité de LFI, Alexis Corbière, accuse gratuitement Zemmour d’avoir maltraité des femmes. Sans aucune preuve bien sûr (vidéo 2). Mais on sait qu’aujourd’hui si on veut abattre un homme on l’accuse de violence contre des femmes. Peu importent les preuves, pourvu qu’on ait la mise à mort. 

Alexis Corbière, communiste notoire et grand admirateur du coupeur de têtes Robespierre, se livre à ce très moche petit jeu. Je savais qu’il est véhément, mais pas qu’il était à ce point mauvais. 

C’est la gauche, le camp Mélenchon. Un clan qui aime pratiquer l’outrance et la surenchère.

Ailleurs ce n’est pas mieux. Anne Hidalgo comparant le statut des musulmans en France à celui des juifs de 1940, c’est nimporte quoi. Elle tente tout pour sortir de stagnation de sa campagne électorale très mal partie.

 

tuche-01.jpgFin de race

Quant à l’acteur Jean-Paul Rouve il a lancé une remarque raciste sur Antoine Diers, porte-parole de Zemmour. Il ne savait pas qu’il était enregistré. On l’entend sur la vidéo 3 dire:

« La tête qu’il a là, une fin de race. »

Fin de race? Ce qui veut dire: dégénéré. Il est dans le camp du bien, des bienveillants, comme vous l’aurez compris.

Diers a ensuite répliqué:

« Jean-Paul Rouve le micro était ouvert sur Quotidien, on entend que tu m’insultes à 30s. Entre Dunkerquois ça se fait pas… Jeff Tuche en tout cas lui n’aurait pas dit ça parce qu’il n’a pas ta petite arrogance d’acteur. »

Rouve a fait une sorte de mea culpa depuis. Un  mea culpa sans le dire, sans nommer sa cible, avec un air d’humanité irréprochable à tirer des larmes. Il aurait été préférable qu’il fasse profil bas. Mais une nouvelle suite des Tuche sort et il vaut mieux se mettre les spectateurs dans la poche.

La télé fait de ces vedettes des pantins, des otages de leur image publique. L’auto-promotion permanente tue la sincérité.

Dans la famille des agresseurs, Aymeric Caron, presque halluciné, n’est pas mal non plus comme il l’a montré lors du débat.

C’est la guerre, une sorte de guerre, en France. 

 

 

Garrido

 

Corbière

 

Rouve

 

 

Et pour les déconstructeurs anti-Noël ce petit message amical:

 

christmas-33.gif

 

Catégories : Politique 12 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Dans la série "des Noël's un peu loufdingues" les décos sur les façades de nos immeubles, et les arrangements décoratifs dans les jardins des petites villas "ça me suff" de la région! Parfois la déco prend tout le jardin, avec des musiques et des gringrins! Pourquoi pas, toute forme de résistance doit être approuvée, même si elle dépasse et de loin en volume et en gout, notre sens inné de l'épure esthétique! Quelques désirs fous, j'espère que les 25 décembre et 1er janvier on trouvera d'autres lieux pour boire un café et manger un croissant, que mc do et starbuck comme l'année dernière! Dans une ville de gauche on devrait avoir le choix et la diversité là aussi! Et là c'est beaucoup plus difficile à imaginer, que les sapins de noël qui vont encombrer nos rues dés le 25 décembre au matin, ne resteront pas en rade partout jusqu'à fin février, comme cette année! Les déchets durables partout, semblent être le seul projet durable qui "fonctionne" dans cette ville!

  • N'en jetez plus!

  • C'est bientôt Noël, restons zen ! Nos adversaires idéologiques ont le droit de s'exprimer et nous pouvons les contredire. Leurs sujets ne nous plaisent pas, on s'explique. Leurs convictions sont opposée aux nôtres, on les combat. Mais toujours : 1- en écoutant leurs arguments 2- en n'attaquant pas la personne mais ses idées. Et tout cela n'empêche pas de conserver ses convictions, ou de de les relativiser.

  • Ils usent de violences verbales et physiques, comme leurs pairs communistes en Russie et en Chine, je ne suis pas sûr que demain nous pourrons encore avoir un discours dissident! Pendant que nous fanfaronnions dans nos manifestations révolutionnaires des années 60, des dizaines de millions d'innocents étaient massacrés pour leurs idées dans le bloc communiste! On torturait encore pour des raisons politiques, à Berlin, 24 heures avant la chute du mur!

  • Vous avez raison Henri: "en n'attaquant pas la personne mais ses idées".

    Ici j'ai attaqué les personnes. Je l'ai fait à dessein, pour renvoyer la balle au même niveau. Un petite provocation, pas plus. Une manière de dire que cela n'amène rien de plus.

    Le "fin de race" de Rouve m'a estomaqué. Tout ce qui est associé à cette idée est d'une extrême violence intellectuelle. Alors lâcher cela en dit long sur l'état d'esprit du monsieur.

    Mais je vous apprécie et votre critique, que j'accepte, me montre que cela ne passe pas. Je vais réfléchir. Laisser tel quel, retoucher, enlever, je ne sais pas encore.

  • Finalement j'ai retouché le texte.

  • Mais je ne disais pas cela spécialement pour ce que vous avez écrit. mais pour les débats, en général. Il est évident que vos vidéos montrent une dérive dans les commentaires de certaines personnes. Prenons le passage qui oppose Corbière à Zemmour. Ce dernier a tendance à essentialiser les agresseurs du RER, c'est vrai, mais l'actualité montre bien que la racaille fleurit surtout dans les quartiers (drogue, attaques de policiers, de pompiers, rodéos, etc, et les flics connaissent bien ceux qu'ils arrêtent). Quand on lui répond en reprenant des accusations sans preuve, on vise la personne et sa moralité. Et, comme vous l'avez dit, c'est souvent la Gauche qui perd pied et sombre dans des accusations gratuites. Il faut dénoncer ces méthodes et c'est ce que vous avez fait, hommecible.

  • Merci Henri, pour ce complément,
    J'ai aussi pris pour moi et je suis d'accord avec cela. J'aime bien parfois provoquer ou entretenir la polémique si elle me semble utile. Mais même par second degré ou renvoi de balle, ou provocation, je dois choisir parfois entre l'excès de langage délibéré pour souligner une dérive, et le propos zen qui laisse le lecteur plus. libre de ses réactions.

    C'est un bon travail: quand je suis un peu irrité de quelque chose, je trouve performant de dire sans gros mots la même chose qu'avec des gros mots.

    Je ne dis pas que je n'en écrirai plus, parfois c'est un style amusant, mais ici il y en avait peut-être trop.

  • Robespierre coupeur de têtes...ha ha ha...quand l'inculture se mêle à l’ignorance, cela ferait-il des hommes libres ?

  • il n'était pas que cela, mais il me semble bien qu'il l'a aussi été. Pour faire simple je reprends ce passage de Wikipedia sur Robespierre:

    "il entre le 27 juillet 1793 au Comité de salut public, où il participe à l'instauration d'un gouvernement révolutionnaire et de la Terreur, dans un contexte de guerre extérieure contre les monarchies coalisées et de guerre civile (insurrections fédéralistes, guerre de Vendée…).

    Au printemps 1794, Robespierre et ses collègues du Comité de salut public font arrêter successivement les Hébertistes, meneurs du club des Cordeliers, puis Danton et les Indulgents, mesures suivies de la condamnation et de l'exécution des dirigeants des deux « factions ».

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Maximilien_de_Robespierre

    Terreur, Comité de salut public, arrestations, exécutions.

  • L'histoire est écrite par les vainqueurs. Alors bien sûr tout est mis sur le dos de Robespierre l'Incorruptible. Comme c'est pratique. Il faudrait mieux vous renseigner sur pourquoi Robespierre a été arrêté et exécuté. Il était en train de mettre en accusation ceux qui faisaient régner la "terreur" en province.

    Très curieusement les morts de Napoléon (bien plus nombreux et à travers toute l'Europe) sont tout à sa gloire. Allez comprendre.

  • C'est quand-même bien lui qui a déclaré:

    "Si le ressort du gouvernement populaire dans la paix est la vertu, le ressort du gouvernement populaire en révolution est à la fois la vertu et la terreur ; la vertu, sans laquelle la terreur est funeste ; la terreur, sans laquelle la vertu est impuissante. La terreur n’est autre chose que la justice prompte, sévère, inflexible ; elle est donc une émanation de la vertu ;"

    Ou non? C'est lui qui s'est payé Danton quand celui-ci a voulu freiner le régime de la Terreur.

    https://www.geo.fr/histoire/qui-est-robespierre-le-visage-de-la-terreur-201407

Les commentaires sont fermés.