Alain, on te croit !

On ne sait plus à quel saint se vouer. C’est le monde à l’envers. Vous avez peut-être déjà lu le slogan « On te croit » sur des pancartes de féministes. Celles-ci donnent leur soutien a priori, sans enquête ni procès, aux femmes qui accusent un homme de violences sexuelles ou conjugale.

 

alain schmitt,margaux pinot,judo,violence conjugaleDonner crédit

Elles estiment que les femmes ne sont pas assez entendues. Problème, ces affaires se résument souvent à une parole contre l’autre. Faire la preuve est compliqué. Alors, en soutenant les femmes qui disent avoir été agressées, violentées, contraintes, elles espèrent que cela donnera plus de poids à celles qui se présentent en victimes.

Cette pratique est discutable, comme un exemple récent le montre. Elle est discutable à cause des biais possibles. Une accusation peut être abusive ou délibérément fausse. Combien? Difficile à dire, les enquêtes ne convergent pas, mais c’est loin d’être négligeable.

Pour quelles raisons prendre une initiative aussi risquée? Par malveillance, par vénalité, par malentendu, par déception, par trouble de la personnalité, par influence néfaste, par réinterprétation après-coup.

Toutefois cela ne signifie pas que toute accusation est fausse! Et les violences graves doivent donner lieu à une enquête. On a entendu cette année les cas de femmes tuées par leur conjoint en pleine rue en France, alors que si l’on avait donné crédit aux plaintes de ces femmes on aurait peut-être pu éviter le pire.

 

alain schmitt,margaux pinot,judo,violence conjugaleTuméfiés

Cette pratique est discutable également parce qu’elle fonctionne sur un stéréotype, celui de l’homme bourreau, forcément bourreau, et de la femme faible, forcément faible. Dès lors que ce stéréotype est installé dans la société, et il l’est parce que la violence physique est plutôt d’origine masculine, et parce que des campagnes misandres y contribuent, il paraît aller de soi de croire les femmes qui accusent.

Le récent exemple annoncé plus haut, et que voici, jette un trouble dans ce stéréotype. Il s’agit d’une affaire qui défraie la chronique. La judokate Margaux Pinot a posté un message sur les rézos, le visage tuméfié, et accusant son compagnon et entraîneur Alain Schmitt de l’avoir proprement castagnée.

Pourquoi avoir rendu cela public? Pour faire pression sur la justice? Interpellé, questionné, vérifié par la police l’homme a été relâché sans autre, ce qui a pour le moins étonné dans les salles de rédaction. Pourquoi ce « laxisme »? La réponse est venue le lendemain. Alain Schmitt, visage lui aussi tuméfié, a témoigné en direct et raconté sa version. 

Selon lui il y a une une dispute verbale. Puis, suite à des mots malheureux, elle l’aurait attaqué. Il s’en serait défendu. Il faut dire que la dame, championne de judo, est une costaude. De fil en aiguille, de coups poings en coins de porte, les deux sont blessés.

On en est là. Parole contre parole. Alors, paraphrasant le slogan féministe, on peut dire « Alain, on te croit! ». Il n’y a pas de raison.

 

alain schmitt,margaux pinot,judo,violence conjugalePrinces déchus

Anne Hidalgo, dramatiquement invisible et si inintéressante dans la campagne électorale, et Jean-Luc Mélenchon ont exprimé leur soutien à la judokate. Les rapaces cherchent la charogne. Les électeurs mâles, eux, savent pour quel camp ils ne faut pas voter…

Autre chose. En zappant l’autre soir je tombe sur Les princes et les princesses de l’amour. Une émission de téléréalité garnie des bimbos de circonstance un peu gourdes, comme il se doit, et des Apollons qui n’ont visiblement pas inventé la poudre.

La séquence est originale: les garçons doivent passer un test et porter des sacs représentant leurs fautes envers les femmes. Ceux qui auront le plus de sacs à la fin seront les considérés comme les moins respectueux.

La pub arrivant j’ai zappé, mais je me demande encore quelles sont ces fautes supposées commises alors que la saison commence à peine. Je me demande aussi ce qu’est le respect dans ce cas, quand les filles ne se gênent pas pour traiter leurs prétendants de parfois fort vilaine manière. 

Je me demande enfin pourquoi seuls les hommes passent ce test et pas les femmes. Doit-on supposer qu’elles sont intouchables et que seuls les hommes peuvent être humiliés publiquement? 

 

 

 

 

Catégories : Divers, Féminisme, société 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Les affaires de fausses accusations de violences sexuelles
    (màj régulières)
    http://la-cause-des-hommes.com/spip.php?article313

  • Si j'ai bien compté ça fait un score de 2-1 (pas très délicat comme remarque mais on a quand même affaire à des professionnels de la bagarre)

Les commentaires sont fermés.