Elle, il, Belle-île, iel…

Ciel! Le dictionnaire Petit Robert en ligne a franchi le pas. Il a inscrit le pronom « inklusif » iel dans ses pages. Pour il et elle, ensemble. Ma mère, fervente lectrice, qui possédait le Grand Robert en je ne sais plus combien de volumes, doit se retourner dans sa tombe.

 

pronoms,iel,ille,langue,inclusion,féminisation,sexismeLost in space

Je remarque qu’il ne suit pas de logique comme la féminisation par rajout d’un -e, -ice ou autre à la fin de la forme masculine. On suppose que le i est celui de il, même s’il ne touche aucune consonne (sans consonne il ne signifie rien). Le el est le début de elle.

On a donc le début de deux mots dont l’un, le i qui représente le il, n’est identifiable que parce qu’on le veut bien, un peu arbitrairement.

La logique qui prévaut jusque là en matière de féminisation et d’inclusivité est d’ajouter une terminaison féminisée au mot masculin, avec des tirets ou des points médians dans la forme politisée actuelle. 

Avec iel on change de construction. La fin du pronom est le début de elle, il y a donc deux débuts accolés; or c’est par la fin que l’on identifie un féminin.

Plus: il commence par le i de il donc par la forme masculine. Le féminin est encore une fois relégué derrière. On aurait pu imaginer eil pour placer le féminin en premier dans la compétition des sexes. Mais à l’oreille on pourrait entendre heil! Et le e féminin serait alors détaché de toute consonne, perdu dans l’espace, et accepté comme signifiant uniquement par le même arbitraire que pour le i de iel.

 

pronoms,iel,ille,langue,inclusion,féminisation,sexisme,Condescendance

À cela il n’est rien à faire. La structure du français est telle que toute féminisation ne sera qu’un rajout tronqué au masculin. Aucune égalité stricte n’est possible. Bel échec du féminisme, donc. Qui devrait abandonner son OPA généralisée sur la langue française. Au regard de l’égalité c’est un combat rétrograde parce qu’il accentue la hiérarchisation des sexes en prétendant l’éliminer. 

La féminisation des noms est suffisante et il y a encore du travail. Par exemple, que choisir entre auteure, autrice et auteuse? Le dernier arrache l’oreille, pourtant il n’est pas moins légitime que sauteur-sauteuse.

Je suis partisan de féminiser les métiers, je le fais en général même si j’hésite encore avec les fonctions, et j’essaie de tenir une chronologie alphabétique dans les contextes genrés. Par exemple, dire femmes-hommes plutôt qu’hommes-femmes, le f précédant le h dans l’ordre alphabétique. Mais je garde parfois la forme habituelle par commodité de lecture.

Dans cette logique non partisane, on doit dire Français, Françaises et non l’inverse. Idem pour citoyen-citoyenne, électeur-électrice, etc. Le masculin est devant car il l’emporte dans l’ordre alphabétique. 

Ceux et celles qui mettent le féminin en premier font du sexisme condescendant. En général ce sont des politiciens et -ciennes qui cherchent les voix des électrices, ou qui sont amidonnés et -ées dans un conformisme social et intellectuel gluant.

 

pronoms,iel,ille,langue,inclusion,féminisation,sexisme,Les jours et les nuits

Mais tripoter la grammaire et inventer une langue de niche, de catégorie politique, non merci. Le masculin pluriel comme forme inclusive du neutre me paraît toujours efficace et sans ambiguïté.

L’anglais a une forme inclusive intégrée: they. Pourquoi pas le français?

La linguiste Marie Treps, qui a écrit Les Mots voyageurs. Petite histoire du français venu d’ailleurs, parle globalement de la féminisation du français dans une interview au Figaro:

« … on remet en cause l’une des règles fondamentales de la langue française qui permet de résoudre de manière simple et économe la question de l’accord avec deux sujets de genre grammatical différent.

Peut-on renoncer à cette règle parce qu’aujourd’hui l’on considère différemment la place des femmes dans la langue? Ce que l’on oublie lorsqu’on pose ces questions, c’est que ladite règle vaut pour les gens et les choses. On dit: «Les garçons et les filles sont heureux d’être ensemble», mais l’on dit aussi «les jours et les nuits se suivent calmes et joyeux». Il ne viendrait pas à l’idée de dire: «Les jours et les nuits se suivent calmes et joyeuses». »

 

pronoms,iel,ille,langue,inclusion,féminisation,sexisme,Elle-Il-en-Mer

Elle ajoute plus loin, en réponse à la question:

« L’écriture inclusive permet-elle de rendre effective cette parité?

R: Non, je ne crois pas qu’elle s’imposera, elle est trop compliquée, mais cette proposition rend visibles les interrogations de la société actuelle, ses conflits, ses désirs, ses besoins en matière de parité. » 

Mais iel, c’est aussi un étendard politique de l’ultra-gauche. C’est le wokisme qui se profile et contamine la société.

De son côté le ministre français de l’Éducation Jean-michel Blanquer a déclaré:

« L’écriture inclusive n’est pas l’avenir de la langue française. Alors même que nos élèves sont justement en train de consolider leurs savoirs fondamentaux, ils ne sauraient avoir cela pour référence », a tweeté le ministre, en partageant l’indignation du député LREM François Jovilet, qui y voit une attaque du « wokisme » et a écrit à l’Académie française. »

Le gouvernement français semble encore résister, malgré les probables pressions du lobby féministe. Le porte-parole Gabriel Attal affirme que l’écriture inclusive ne sera utilisée ni à l’école ni dans les documents officiels.

Cependant des affiches grand public commencent à utiliser le point médian. Or un mot au graphisme non fluide détourne l’attention du contenu du message. Tant pis pour les firmes qui ont la bêtise d’adopter ce graphisme anti-rêve. 

La langue écrite a une esthétique et un rythme. Les mots composés cassent le rythme et peu sont appropriés en littérature. Lire un texte de blog rempli de points médians est vite insupportable. Ou même chiant. De là à imaginer que ce délire langagier a été inventé par des constipés et -ées, il n’y a qu’un minime écart de pensée.

 

Elle, il, aile, île, on peut rêver. Laurent Voulzy égrènerait même ses jolies notes sur Belle-île-en-Mer.

Mais iel?

 

 

P.S.: quand j’écris politiciens et -ciennes je ne cherche pas à inventer une nouvelle forme de féminisation même si je ne fais que m’inspirer de la pratique en vigueur, je souligne en m’amusant que toute tentative de féminisation forcée rend la lecture malaisée.

 

 

Gabriel Attal: 

 

 

 

Catégories : Féminisme, Humour, Politique, société 11 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Ce délire langagier a été inventé par des constipés et -ées"
    Belle formule !
    À l’exemple des journalistes féministes de la RTS dans Forum, qui nous imposent péniblement des « celles et ceux », « toutes et tous » et autres formules à rallonges ridicules, imitant en cela les politiciens englués par la gauche, avec leurs « travailleuses et travailleurs », « enseignantes et enseignants » ou « étudiantes et étudiants » répétés à tire-larigot dans le moindre entretien.
    Ce langage politisé, ânonné par ces perroquets féministes, afin de bien éduquer et formater la population, nous soûle au point de devenir vraiment "chiant" !

  • @ Pierre-Alain Tissot : Excellent et Merci !!!!

    Y'en a ras le bol de ces phrase rallongées inutilement ... qui ne changent strictement rien aux textes !!!

  • OUI les coincées/és du bulbes de la RTS! Les même qui nous ont pondu la série "sacha"! Rien que la bande annonce, niveau derrick, nous épargne de regarder un seul épisode! Le résultat est affligeant, dans une université bretonne, un prof qui en a marre de voir des élèves médiocres en masse dans ses classes, a laissé un mail interne, qui est sans ambiguité! Il parle de ces élèves égarés, qui ont obtenus le bac-covid, c'est à dire d'office, et qui n'arrivent manifestement pas à suivre! Il qualifie son université de "zone d'éducation prioritaire"! La gauche là aussi a joué son rôle de destructeur/délateur, comme en Chine pendant la Révolution Culturelle! La délation pour finir de mettre le boxon, euh non pour finir de déconstruire! Cette gauche qui refuse de voir l'état de délabrement de toutes ces structures d'éducations! Tous les jours en France des écoles et des universités de banlieue sont attaquées par des personnes de l'extérieur! Volonté de finir très rapidement de détruire tout le système. C'était une demande de daesh, il y a quelques années, alors on obéit aux ordres et on attaque: les professeurs, les élèves, et leurs parents! Dans la totale indifférence du gouvernement et de la gauche! L'analphabétisme, comme arme de destruction massive, des populations qui n'ont plus de sens critique, parce que c'est "facho" de critiquer!

  • J'oubliais l'essentiel ce prof d'université breton à reçu un blâme il y a quelques mois, parce qu'il avait osé dénoncer une fraude massive lors d'examens! Là il est menacé de mort et certains sont tout à fait capables de passer à l'acte! On est au fond du fond!

  • C'est bien joli de dire ou écrire " iel" , mais que devient la phrase ensuite ?
    On accorde au masculin ou féminin ?
    Iel est fatigué ou fatiguée ?
    Iel travaille en tant qu'employé ou employée de la poste / facteur / factrice ?

    Le Robert n'a pas encore voulu aborder ce problème qui nous taraude bien sûr dans le sillage de cette innovation déroutante ... On est lâchés et lâchées en rase campagne. :-)))

  • Ils sont incapables de vous répondre, pour la simple et bonne raison qu'ils ne maitrisent plus le français! Ils ne maitrisent d'ailleurs plus rien, pas plus les mathématiques que la langue! Leur vocabulaire est primitif et approximatif, quelque centaines de mots appris dans le rap! s'ils disent 9-3 c'est parce qu'ils sont incapables de lire quatrevingt-treize! Comme ils sont incapables de lire 1'435 ou 10'947! france culture et arte nous proposent rien moins que de "dissoudre la France", donc de dissoudre aussi la langue française! A force de vouloir tout "déconstruire", il va finir par ne plus rien rester, pas même des hôpitaux! Quatre-vingt-treize est aussi le nom d'un roman de Victor Hugo qui parle de la plus terrible année de la révolution, doit on y voir comme une sorte de message? Sans doute! Le terme "déconstruction" à été utilisé par l'architecte Eisenman ils l'a employé après avoir vu des immeubles effondrés suite aux tremblements de terre en Californie, là aussi le message est très clair! Dans le 93 les communistes ont perdu partout la bataille face à l'islam, mais ils sont incapables d'en parler! Le gouvernement propose 10'000 euros supplémentaires par an, à tous les profs qui ont le courage d'aller y travailler!

  • On peut faire du business, Calendula. Combien de textes peuvent être modifiés et réenregistrés?

    Par exemple: "Iel était un petit navire"

    Ben oui, on ne sait pas si le petit navire est un boutre ou une felouque, un il ou un elle...

  • D'accord avec vous, on en a marre de cette bouillie inclusive et de ce bégaiement répétitif.
    P.S. Il me semble que le vocable "autrice" existe depuis longtemps dans le dictionnaire.

  • Les dictionnaires aussi bégaient! Le robert par exemple puisque le mot "IEL" y apparait! C'est pas Antoine qui chantait OH.............. IEL????? Je plaisante! Après les yéyé les iel iel! Moi qui suis dyslexique j'y perds mon latin!

  • Je vous présente iel:

    https://mobile.twitter.com/LolaCoh75421343/status/1467400151828516866

    et aussi

    https://mobile.twitter.com/Orchideas007/status/1467401591267467266/photo/1

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel