Cumbre Vieja: l’île de La Palma peut-elle s’effondrer dans l’océan ?

L’éruption commencée il y a deux mois ne montre pas de signes de fatigue. Le site Volcano Discovery informe à la minute des événements sur le terrain, comme les variations de l’éruption et les secousses sismiques.

 

la palma,cumbre vieja,volcan,effondrement,tsunamiModification

Selon les observations du jour postées sur le lien ci-dessus:

« Après presque 2 mois d’éruption continue, il n’y a aucun signe que cela pourrait bientôt se terminer. Au contraire, l’activité - à la fois externe et interne (sismique) - a continué à s’intensifier aujourd’hui à nouveau, avec de fortes émissions de cendres pendant les phases prolongées et davantage de coulées de lave en surface près de l’évent ainsi qu’en aval. Les tremblements volcaniques ont augmenté, suggérant que le taux de magma s’écoulant vers la surface et entrant en éruption est également redevenu plus élevé. » (image 2)

Hier des secousses en grappe ont été mesurées à faible profondeur, entre 10 et 15 km. D’autres plus profondes, à environ 30 km, montrent que le magma pousse encore par dessous.

La vidéo plus bas montre cette activité le 17 novembre à 07:44. 

Dernières nouvelles: l’activité du Vieux Sommet (Cumbre Vieja) s’est brusquement modifiée cette nuit:

« The increasing trend of activity at the volcano ended suddenly last night, when volcanic tremor abruptly fell to lower levels comparable to those before the surge of activity in the past two days. In tandem with the volcanic tremor (believed to correlate with magma supply rates), visible lava activity has been significantly lower today as well. »

 

la palma,cumbre vieja,volcan,effondrement,tsunamiSéquence tsunami

Dans un précédent billet sur ce sujet j’avais évoqué le risque d’un méga-tsunami dans l’Atlantique, causé par un éventuel effondrement d’une partie du volcan dans l’océan. Des prévisions très alarmistes ont été faites à ce sujet.

Étonnant qu’il n’y ait pas encore un film catastrophe. Ce serait spectaculaire. On commence par des séismes, petits, indiquant une mise en mouvement du magma dans les profondeurs. La vie continue. Puis les séismes augmentent jusqu’à atteindre le degré 6,5 ou plus. Une formidable explosion survient. La puissance de l’éruption déstabilise le flanc du volcan. 

Le glissement de terrain géant débute (10% du flanc ouest de l’île disparaissent dans les flots). Il dure très longtemps, au moins 10 minutes. Le réalisateur prolonge ce qui en réalité ne prendrait que quelques dizaines de secondes, multiplie les scènes dramatiques, alterne images satellitaires et gros plans sur des maisons broyées emportées vers la mort, pour nous mettre à genoux, épuisés et stressés devant notre écran.

C’est alors que le réalisateur commencerait la séquence tsunami. 15 minutes avec une vague initiale de 650 m de hauteur, et encore 5 à 6 m en touchant les côtes américaines, avec les destructions comme déjà vues dans d’autres films.

 

la palma,cumbre vieja,volcan,effondrement,tsunamiEffondrement: quand?

Plus sérieusement l’hypothèse d’une telle catastrophe est fondée d’une part sur le fait que cela a déjà eu lieu, la dernière datée d’il y a une centaine de milliers d’années, comme en attestent des recherches sous-marines effectuées dans la région de La Palma. D’autre part les éruptions effusives suivent une ligne de faille qui partage l’île en deux. Certains avancent la possibilité pour que La Palma soit coupée en deux par les cheminées volcaniques.

Il faut se rappeler que les montagnes sont faites pour s’aplanir, par de longs processus d’érosion et des effondrements brutaux.

Voici un exemple d’information/prédiction que l’on trouve:

« La vague sera haute de plus de 650 mètres et sa crête   s’étirera de 30 à 40 kilomètres ou plus. Le mur énorme d’eau détruira chaque simple ville du littoral sur le rivage oriental des Etats-Unis et pourra causer une destruction probable jusqu’à 20 milles à l’intérieur des terres. Les Bahamas seront dévastées et la Floride pourrait être submergée.

Ce n’est pas une question de si mais une question de quand. Le volcan s’effondrera pendant une éruption due à la présence d’eau emprisonnée dans la roche perméable et les piliers de la roche volcanique imperméable. »

 

la palma,cumbre vieja,volcan,effondrement,tsunamiRisque zéro

Mais le Cumbre Vieja est sous surveillance et cette hypothèse est invalidée par le directeur de l’Institut de Volcanologie espagnol:

« González de Vallejo explique que cette hypothèse impliquait l’existence d’une surface de faiblesse géologique de grande extension, continuité et profondeur, constituée d’une couche basale formée par des matériaux de glissements de terrain antérieurs, le soi-disant mortier, et la présence d’une fracture presque verticale avec une direction approximativement nord-sud, des dizaines de kilomètres de long et plusieurs kilomètres de profondeur, ce qui limiterait le prétendu glissement de terrain de Cumbre Vieja du côté est ».

La couche de mortier a été vérifiée dans de nombreuses galeries, puits, tunnels et forages mais la grande fracture n’a pu vérifier ni sa continuité ni sa profondeur, de sorte que les conditions sur lesquelles repose principalement la théorie du glissement ne dépasseraient pas une simple hypothèse, affirme l’expert. »

Qui ajoute que:

« … pour que le flanc de la Cumbre Vieja remplisse des conditions proches de l’instabilité, un tremblement de terre de magnitude exceptionnellement élevée et une éruption volcanique explosive à grande échelle devraient se produire simultanément, ou le bâtiment volcanique actuel devrait atteindre une croissance naturelle d’au moins mille mètres au-dessus de l’altitude maximale actuelle. Pour atteindre cette hauteur, il faudrait plus de 40 000 ans, en prenant comme référence le taux de croissance moyen de l'île au cours du dernier million d’années. »

 

Le risque zéro n’existe pas. Mais l’effondrement du Cumbre Vieja semble encore lointain.

 

 

 

Catégories : Volcan 9 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Étonnant qu’il n’y ait pas encore un film catastrophe."
    Le ou les documentaires sur le sujet étaient très proches en termes de dégâts. Il ne manquait que ce qui fait l'essentiel d'un film, le refus des autorités de croire les scientifiques, l'individu solitaire qui a tout compris et qui sauve la mise au dernier moment et ... l'histoire d'amour.

  • Exactement Mère-Grand.
    J'ai oublié l'histoire d'amour....

  • J'ai pour ma part une fascination absolue pour les volcan qui peuvent en quelques instants nous faire disparaitre! Un reportage très intéressant sur les "Champs Phlégréens" qui sous Naples, pourraient en quelques minutes tuer près de 3 millions d'humains! Que penser de ces gens qui vivent sur les volcans?

  • gréta thumberg n'a pas encore déposé plainte contre ce gros vilain volcan qui pollue toute la planète?

  • Cela nous rappelle que notre vaisseau spatial "Terre" est bien vivant, toujours en activité. Et nous sommes des fourmis soumis au bon-vouloir de celle qui nous loge. Mais la planète évolue et se transforme depuis quatre milliards d'années sans se préoccuper des êtres qui y vivent et se reproduisent. Quelle ingrate ! Et nous, pendant ce temps, on s'inquiète à propos de son atmosphère et des gaz à effet de serre. alors qu'elle n'en a cure. Elle supporterait bien quelques degrés de plus sans s'en apercevoir. Ainsi, ce n'est pas la planète que l'on veut bichonner en réduisant le CO2, mais notre intérêt égoïste qui nous préoccupe. Question existentielle : Quel est donc notre rôle dans l'Univers ?

  • "Question existentielle : Quel est donc notre rôle dans l'Univers ?"v
    Vous connaissez sûrement la réponse et vous savez aussi qu'elle déplaît: aucun, ou du moins infirme.
    Etant donnée la durée connue (ou supposée) de l'Univers connu, ses dimensions et le nombre de galaxies (et donc d'étoiles et de planètes) qu'il abrite, nous sommes effectivement réduit à cela.
    Pour ce qui est de notre Terre, des animaux complexes sont apparus et ont disparu plusieurs fois et la prochaine extinction de masse pourrait bien nous entraîner avec elle, pour la première et ultime fois.
    Et malgré tout cela, les êtres humains, qui se croient en général supérieurs à tous les autres, sont incapables d'établir un contrat entre eux qui mettrait fin à tous ou à la plupart des conflits et des catastrophes qui les frappent et dont ils sont eux-mêmes responsables. Les autres étant évidemment inévitables.

  • Oui, bien sûr, vous avez raison, notre rôle ne va pas plus loin que celui d'une "poussière d'étoile". Par contre, je crois les humains supérieurs aux autres espèces animales. Ils sont tout de même les seuls à se poser la question du créateur potentiel, à comprendre le processus de la formation de l'univers, de la vie, à mathématiser les lois qui régissent tout ça, même à anticiper sur le devenir du cosmos et de la planète. Cela nous donne une sérieuse avance sur nos amis les singes. Mais hélas, et là encore je vous rejoints, ils n'ont pas complètement éliminé leur part animale. Dominations et conflits sont toujours d'actualité.

  • Greta Thunberg est trop occupée à répéter comme un perroquet la devise "Build Back Better" de l'Agenda 2030 et du Great Reset de Klaus Schwab, avec les autres pions du système mondialiste:

    https://www.youtube.com/watch?v=YkcaeaD45MY

    Pour plus d'info je recommande de lire tous les commentaires de Mermaid à la suite de ce billet:

    https://blogres.blog.tdg.ch/archive/2021/11/06/complotiste-l-archeveque-318379.html

  • @Henri
    "Par contre, je crois les humains supérieurs aux autres espèces animales"
    Vous faites évidemment allusion aux capacités intellectuelles des uns et des autres et de ce point de vue, il va de soi que vous avez tout à fait raison. Mais il existe aussi nombre de raisons de contester cette affirmation, en particulier si, d'une part on prend comme point de vue le temps long, l'autre, si l'on examine le sens du terme "supérieur".
    - En ce qui concerne le temps long, celui des la géologie et de l'évolution des espèces, j'y ai déjà fait allusion en mentionnant les diverses extinctions que la Terre a connues, dont certaines ont éliminé plus de 90% des espèces végétales et animales..
    Il est évident que même son intelligence supérieure ne mettrait pas l'espèce humaine à l'abri d'un destin aussi funeste, si un tel cataclysme devait se reproduire, ou plutôt lorsqu'un tel cataclysme se reproduira ... à moins que d'ici là nous nous soyons échappé vers d'autres cieux, c'est-à-dire vers d'autres mondes.
    Que ce soit sous la forme sous laquelle nous nous manifestons actuellement, ou sous la forme de données informatiques ou autres décorporalisées, le premier cas est encore moins probable que le second, qui ne nous permettrait plus de parler d'une survivance de l'espèce humaine.
    - Pour ce qui est du terme "supérieur", il est d'une part trop tôt pour l'accepter comme une donnée indiscutable, puisque nous ne savons pas encore si cette qualité nous permettra d'échapper à la catastrophe définitive (pour nous) que certains climatologues et les plus pessimistes parmi les écologistes nous prédisent, où si elle cèlera notre destin.
    Dans cette seconde perspective, ce seraient justement les acquis dont la sortie de la période où nous subsistions comme "chasseurs-cueilleurs" nous a fait cadeau (un cadeau en l'occurrence empoisonné) qui pourraient mettre fin à notre aventure. Un cadeau que nous devrions donc à notre intelligence supérieure.
    Vous avez tout à fait raison de mentionner toutes les merveilles auxquelles nos capacités mentales extraordinaires (vous en citez notamment la capacité de "manipuler" intellectuellement tout l'Univers à l'intérieur de nos 1500 cm3 de cerveau) nous ont donné accès.
    Pourtant, même à court terme, des considérations morales ne permettent pas d'affirmer sans autre la supériorité, surtout si cette supériorité comprend l'aspect moral, de nos capacités intellectuelles ou mentales. Les innombrables exemples sont évidemment celles des abominables abus commis au cours des siècles par des individus doués d'intelligence (même si on préférerait parfois dire "doués d'un cerveau").
    Sans cependant me référer à ce que l'humanité à produit de pire, je puise dans mon souvenir pour évoquer une phrase prononcée par un Conseiller d'Etat croyant sincère et manifestement grand admirateur de Bach: c'était en 1969, lorsque les retombées de mai '68 avaient poussé le Collège Rousseau à inviter des personnalités genevoises à rencontrer les élèves, surtout ceux que leur enthousiasme de jeunesse poussait à contester diverses autorités. L'échange d'idées s'étant porté sur la contraception ou l'avortement (des sujets particulièrement propres à la controverse à époque), le Conseiller d'Etat énonça l'argument suivant "si cela avait existé à l'époque, Bach ne serait peut-être pas né".
    Johann Sebastian était issu d'une famille particulièrement prolifique.
    Chacun jugera lui-même de la valeur de la "supériorité" intellectuelle (en l'occurrence de talent) d'un génie musical et du plaisir qu'il apportait au Conseiller d'Etat et qu'il apporte à d'innombrables passionnés de musique savante, par rapport au problème, toujours aussi actuel, des malheurs entraînés par les interdictions auxquels il est fait allusion dans l'échange avec les élèves.
    Veuillez pardonner la longueur de mon intervention; elle est proportionnelle à l'intérêt que j'ai porté à votre intervention.

Les commentaires sont fermés.