En marge d’une disparition : les joggeuses ne doivent-elles plus courir seules ?

Après la disparition puis la réapparition d’une joggeuse de 17 ans dans le département de la Mayenne (F), on assiste à une nouvelle polémique féministe. 

 

joggeuse,disparition,risque,jogging seule,mayenneRisque faible

Un général de gendarmerie a en effet déclaré: 

« … qu’il était « imprudent » pour une femme de « courir toute seule en forêt ».

Il a ajouté:

« Même si c’est des itinéraires qu’on connaît, les gens vous repèrent si vous passez là plusieurs fois par semaine, et ça peut donner l’idée à un détraqué de vous attendre sur votre parcours. Donc il faut absolument que la course, ça devienne une activité qu’on ne fait plus tout seuls. »

Des militantes féministes se sont offusquées de ces propos. 

Selon une d’entre elles c’est une inversion de la culpabilisation.

Selon une autre:

« Pour délivrer les femmes des violences, on va faire en sorte de diminuer leurs libertés ».

La question n’est pas là. On le diminue pas « les » libertés des femmes en leur suggérant d’éviter de courir seules dans des endroits plus à risque que d’autres. On sait qu’en cas d’agression la force de l’homme domine celle de la femme dans la plupart des cas. 

Il y a assez de place pour trotter presque partout en toute liberté et sécurité. Une de ces féministes déclare qu’il y a eu six meurtres de joggeuses en 6 ans. Six joggeuses assassinées en six ans, c’est choquant mais ce n’est pas massif. Même si c’est toujours trop!

 

joggeuse,disparition,risque,jogging seule,mayenneChanger d’horaire

La prometteuse athlète coureuse de fond Marie-Amélie Juin (image 2) tentait, il y a quelques temps, de relativiser le risque. Elle écrivait dans Sud-Ouest:

« Oui, les filles doivent être prudentes mais il ne me semble pas nécessaire d’alarmer la communauté comme certains le font parfois. La course à pied est un sport qui véhicule des valeurs positives : pourquoi lui associer une image négative et entretenir la psychose ? Sommes nous à l’abri d’un quelconque accident dans notre vie de tous les jours ? Malheureusement non… »

Néanmoins elle ajoute:

« Ceci étant dit, je dois tout de même avouer que les récents événements ont changé certaines de mes habitudes. Voici quelques règles que j’applique désormais pour courir en sécurité (et rassurer mes proches)… »

Parmi ces règles on trouve: courir de jour, ou dans des endroits éclairés, et si possible accompagnée; changer régulièrement d’horaire et d’itinéraire de course; prévenir un membre de son entourage et lui détailler son itinéraire; etc.

 

joggeuse,disparition,risque,jogging seule,mayennePolémique dangereuse

Elle reconnaît d’ailleurs ne pas toujours être tranquille:

« Si vous avez la moindre appréhension, écoutez votre instinct et ne prenez pas de risques inutiles. Il m’est souvent arrivé de faire demi-tour ou de changer de chemin parce que j’apercevais un homme seul au loin. Parfois à tort certainement mais je m’évitais ainsi certaines frayeurs. »

Je ne vois pas de limitation à la liberté des joggeuses mais une nécessaire prudence. Nous souhaiterions tous qu’il n’y ait pas de malades et de criminels, mais il y en a. Quand j’étais en Afrique dans la région de Lagos (Nigéria), des natifs m’accompagnaient dans certains quartiers réputés dangereux, surtout pour un blanc. Je n’ai pas vu une limite posée à ma liberté mais une prudence judicieuse.

Cette polémique est donc inutile et même dangereuse.

À propos de cette disparition des questions subsistent. La jeune femme prénommée Lisa a-t-elle réellement été enlevée ou est-ce une affabulation? Des indices sèment le trouble, comme sa fuite des mains des ravisseurs qui étaient pourtant plusieurs selon ses dires, son incapacité (en l’état, hier) à donner des détails sur le déroulement des faits, le conditionnel mis par la presse sur ses propos. 

Ce n’est qu’une hypothèse émise par quelques médias. L’enquête en dira plus, espérons-le.

 

 

Catégories : Divers, sport 18 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bien entendu, certaines féministes, opportunistes, font feu de tout bois, y compris dénigrer les conseils de prudence et de bon sens.

  • Il y a tous les ans des femmes qui sont violées et massacrées partout dans le monde! Heureusement cette jeune femme a été retrouvée vivante! Je vois souvent des petits groupes de femmes marcher un peu partout dans le canton! Pourquoi ne pas faire comme ça partout, Avec internet et les réseaux sociaux rien de plus facile, que de trouver des femmes et des hommes désireux de se balader ou de courir en petits groupes, en plus c'est l'occasion de se faire de nouveaux amis, qui partagent vos valeurs! Les 40 ans de violes de Telford en Angleterre sont bien réel!

  • Comme toujours, l'idéologie prime sur le bon sens.

  • Nouvelles du jour:

    Selon Europe1:

    « ... après plus d'un jour de vérifications, de recherches dans le voisinage, les enquêteurs sur le terrain ne parviendraient pas à confirmer ce récit. (...) À cette heure, les autorités n'excluent aucune piste, ni celle d'un enlèvement, ni celle d'une potentielle affabulation de l'adolescente. »

    https://www.europe1.fr/societe/mayenne-le-recit-de-la-joggeuse-en-question-apres-trois-jours-denquete-4076591


    D'autre part selon Canal, la Procureure ne parle plus d'enlèvement mais de disparition.

    https://www.canalplus.com/actualites/joggeuse-retrouvee-en-mayenne-place-aux-interrogations/h/17490934_50213

  • Bonjour John,

    Votre billet me fait réagir sur plusieurs points. Je ne peux parler que d'un point de vue personnel, étant femme et maintenant plus très jeune.

    J'ai été éduquée, à la maison, à l'école, partout, avec l'idée de grande prudence, voire de méfiance. Ne pas me retrouver seule avec un inconnu, éviter de circuler seule le soir, etc...Je crois que notre éducation à toutes, ou à la plupart des femmes, était la même au siècle dernier, du moins à ce que j'ai pu constater et lire.

    Prudente je l'ai été et le reste, ce qui n'a pas empêché d'être un jour embrassée sur la bouche dans un ascenseur, pelotée en rue en plein jour, me retrouver face à face avec un exhibitionniste sur une plage en plein jour aussi etc.

    Je doute qu'un homme de mon âge ait dû passer par les mêmes moments et je me pose une question dont je n'ai bien sûr pas la réponse: un homme agressé dans l'espace public par un ou plusieurs autres hommes penserait-il qu'il a a manqué de prudence ?

    Vous dire que je suis contente que les femmes plus jeunes aient envie de pouvoir se garer dans un parking sous terrain sans regarder à gauche et à droite, dès fois que....courir de jour sans, telles des personnes en grand danger, devoir varier leurs itinéraires....et qu'elles le fassent.

    Tant pour les hommes que pour les femmes, une longue éducation pèse sur nous.

    Je ne pense vraiment pas que le monde occidental soit peuplé d'hommes malades ou de criminels, et j'aimerais tant que les agressions dans les lieux publics disparaissent !!!

    Pourtant tout me dit que nous devons rester sur nos gardes, hélas.

    Bonne journée.

  • Je pense, comme Homme-Libre, qu'i vaut mieux prévenir une personne de son entourage pour une promenade ou une course éloignées du domicile. Mais la raison principale n'est pas l'hypothétique rencontre avec un prédateur. La probabilité d'une menace humaine est infiniment plus faible qu'un accident, une chute, un malaise, etc. Il faut raison garder et savoir que le risque d'une agression est ridiculement faible, si on la compare, par exemple, aux accidents de la route (prenez votre calculette, vous verrez que j'ai raison). Et pourtant, aucune femme n'hésite à prendre le volant seule alors qu'elle est à la merci d'un dérapage sur une chaussée mal entretenue, d'un coup de frein brutal de la voiture qui précède, d'un moment d’inattention, d'un chauffard, alcoolisé, etc,
    Oui, mais on le sait, l'Homme n'est pas un être rationnel. Dans son cerveau, le raisonnement logique bataille avec l'inconnu, la crainte, la peur. Et c'est bien souvent le sentiment du danger potentiel qui prend le dessus. On voit bien que le réalisme n'est pas sa tasse de thé. Sinon, il ne jouerait pas au Loto où les chances de gagner le pactole sont infinitésimales.

  • Hola Colette,

    On se fait des idées sur les hommes. S'ils sont agressés dans l'espace public on ne fait pas de marche blanche pour eux. À Genève ces dernières années il ya a eu plusieurs agressions publiques, femmes et hommes victimes. On s'emballe davantage quand une femme l'est.

    Un homme seul la nuit dans un parking sous-terrain n'est pas forcément plus rassuré qu'une femme.

    Enfant et ados j'ai été confronté à des exhibitions sexuelles, des tentatives d'attouchement, par des hommes homosexuels et une fois par une femme. J'ai considéré que c'était à moi de poser mes limites ou d'éviter des lieux à risque. Les garçons sont eux aussi éduqués à éviter les mauvaises rencontres, quelle que soit la nature du risque.

    Dans la mesure où la violence existe dans la société, nous devons nous en prémunir. C'est du pragmatisme.

    Bien sûr que 'aimerais aussi un monde différent, mais on n'y est pas.

  • Il me semble que le problème principal repose sur ce soupçon que la femme n'en ait pas fait suffisamment pour éviter l'agression.
    Si on part de l'idée qu'elle doit s'entourer d'autres personnes, cela signifie donc que le danger est réel.
    Dans le monde tel qu'il est, il faut accepter qu'une femme seule ne peut pas aller en forêt, même de jour.
    C'est l'archétype du "Petit Chaperon Rouge".

    On peut se demander s'il faut se résigner à devoir s'organiser pour être accompagnée ou s'il serait possible de garder une certaine liberté individuelle de mouvement en s'équipant p.ex. d'une sorte de body-cam assez discret et relié à un monitoring en live et un enregistrement. Cela pourrait aussi servir à tous les hommes qui se font agresser pendant leur jogging ou qui redoutent d'être agressés la nuit.
    En Russie, les conducteurs automobiles ont souvent une caméra embarquée pour pouvoir montrer des images prouvant leur innocence en cas d'accident.

    https://fr.rbth.com/ps/2017/06/25/pourquoi-y-a-t-il-autant-de-cameras-dans-les-voitures-en-russie_789040

    "La principale vocation des caméras embarquées en Russie est d’éviter tout malentendu en cas d’incident. Tout ce qui se passe devant la voiture est enregistré, il est donc impossible de tromper la police et la justice. Des preuves solides sont indispensables, car certains escrocs essayent de tromper les automobilistes. Par exemple, un piéton peut se jeter sur le capot d’une voiture en faisant semblant d’avoir été renversé. Ou la voiture roulant devant vous peut reculer soudainement et provoquer un accident, et que le conducteur dira ensuite que c’est vous qui êtes rentré dans sa voiture. Il vous faudra un enregistrement vidéo pour prouver qu’il ment."

    C'est évidemment un peu désolant et on n'aimerait pas en arriver là, mais peut-être que ce serait une façon de dissuader des attaques par trop faciles.

  • Ma fille s'était faite agresser à l'âge de 15 ans dans le train alors qu'elle se rendait à un cours de danse : aucun voyageur s'est interposé, ni tenté quoique ce soit !

    La prof de danse n'a rien fait non plus, elle a donné son cours et ce n'est que lorsque je suis arrivée que j'ai appris ce qui c'était passé. Nous sommes allées au poste et le policier qui nous a reçues a longuement interrogé ma fille. Le policier a ensuite proposé à ma fille de continuer à prendre le train mais accompagnée à distance par deux personnes de la brigade des mineurs, ce qu'elle a accepté. Ces deux policiers ont accompagné ma fille pendant un mois puis les vacances d'été sont arrivées : elle n'a plus jamais voulu reprendre de cours !

  • Elle a avoue avoir menti . Le procureur a fait un communiqué. https://twitter.com/Ambroute/status/1459184489603735557?t=XrFKwVN8CKTXcxbye_GnoA&s=19

  • OUI et elle sera plus punie que "maroine bénala"! Si cette jeune femme a fait ça, c'est qu'elle a un problème, et qu'il faut l'aider! Partout dans le monde, il y a des affaires de violes et d'agressions qui ne sont pas convenablement suivis par la justice! La jeune Shaina 15 an violée, massacrée et brulée dans un local poubelle en France! Là il ne s'agissait pas d'un mensonge mais d'un viol collectif, et qu'a fait le gouvernement? Rien!

  • Merci pour le lien Nessa. Je vais y revenir.

  • @ Lise,

    Votre témoignage devrait nous interpeller en tant que personnes pouvant être témoins d'une scène d'agression.
    Il faut absolument faire quelque chose, sans prendre de risques inconsidérés.
    Dans un compartiment, il y a généralement assez de monde pour faire le poids face à un agresseur non-armé et il est incompréhensible que les voyageurs n'arrivent pas à se liguer contre celui-ci.
    Par ailleurs, je remarque que la Brigade des mineurs a fait une intervention importante et certainement rassurante.
    Les personnes investies d'une autorité sont précieuses, mais elles ne sont pas forcément là au bon moment.
    Ma fille de 20 ans a été secourue par des contrôleurs des CFF, certainement alertés par des voyageurs. J'ai trouvé ça très malin et judicieux.
    Son ex-copain avait attendu ma fille sur le quai à 6.30h pour la couvrir de reproches bruyants et menaçants. Il l'a poursuivie à l'intérieur du train en devenant de plus en plus agressif.
    Les contrôleurs sont intervenus très calmement en lui disant : Visiblement, vous n'êtes pas là pour voyager, alors nous vous prions de descendre du véhicule.
    Ca a marché ! Ce genre de réussite est très important.
    Ma fille qui se rendait à un examens universitaire a toutefois eu une journée très difficile et à raté l'examen.

    De mon côté, je suis intervenue auprès d'amis communs pour raisonner l'irascible copain ( bien plus âgé que ma fille) pour obtenir qu'il ne recommence pas. Ca s'appelle la pression sociale. Il avait beaucoup à perdre, s'il se remettait dans une situation délicate de la sorte.
    Ca a marché.

    La situation est différente avec des inconnus et il faut essayer de les mettre en échec tout de suite. S'ils se font attraper après coup, ils nieront toujours avec lâcheté. Ils ne sont courageux que de la passivité des personnes présentes.
    De nous jours, on filme souvent ce genre d'incident ....
    J'en reviens à mes caméras !

  • @ Calendula : merci de votre témoignage qui fait écho au mien.

    Comment peut-on être témoin de violence qu'elle soit physique ou pas sans s'interposer ? Je ne le comprendrai jamais !

    Ma fille était adolescente à l'époque des faits.

    Belle journée à vous

  • "Par Paul Agression dans le métro de Lille : «Personne ne m'a aidée»
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/25/01016-20140425ARTFIG00048-agression-dans-le-metro-de-lille-personne-ne-m-a-aidee.php?pagination=4

    Emiste - 26/04/2014 - 20:46 - Signaler un abus Ça fait réfléchir quand même.

    AFP: "Trois voyageurs ayant attaqué un maghrébin dans un train sont passés en comparution immédiate pour coups et blessures à caractère raciste. Touche pas à mon pote et le MRAP se sont immédiatement portés partie civile ainsi que la CGT/Sud SNCF.
    Les trois hommes auraient prétendu que le jeune homme importunait une passagère dans le compartiment et qu´ils ont voulu le neutraliser.
    Monsieur Valls s´est dit profondément choqués par cet incident".

    il faut y réfléchir à deux fois avant de défendre une passagére importunée, sos racisme et le MRAP veillent

    Par Ludo1963 - 25/04/2014 - 07:40 - Signaler un abus L agresseur est un marocain

    Je précise pour les bien pensants J habite Roubaix, j ai des amis arabes. Je ne suis pas raciste et ne vote pas FN. On apprend ce matin dans le Figaro que l agresseur est un marocain (pas maghrébin mais marocain donc pas de nationalité française ) et "connu des services de police" . Dans le métro à Lille on voit tous les jours ce genre de racaille insulter des blondes devant les gens habitués.
    Si une personne intervient elle a intérêt à avoir un couteau sinon elle se prend un tesson de bouteille dans la gorge . Si la racaille est éventrée je fais confiance à la justice de Taubira pour que le méchant blanc prenne 10 ans de taule . Ce type à un sentiment d impunité scandaleux .

    Par walküre - 24/04/2014 - 19:42 - Signaler un abus Intervenir

    c'est se voir inquiété par la suite par la racaille elle-même qui portera plainte et qui sera entendue par les institutions. Comme le droit de la légitime défense est une usine à gaz prompte à protéger les bandits, mieux vaut passer son chemin. Car il faut réfléchir à cette fumeuse règle de la réponse proportionnée. Si vous assommez le voyou sans parapluie avec votre parapluie, vous devenez immédiatement coupable. Voilà ce qu'on pensé les gens indifférents du métro de Lille.
    Il faut savoir quelle société on veut. Celle qui protège la racaille, ou celle qui protège la victime.

    Par LeditGaga - 24/04/2014 - 18:42 - Signaler un abus Pas d'accord !

    La justice étant devenue ce qu'elle est à l'ère taubira, il n'est pas question d'intervenir pour porter secours à quiconque, vous vous retrouverez directement en garde à vue avec "menottes, fouille à corps et autres humiliations" et, pour peu que vous ayez "esquinté" le tortionnaire de la victime, vous écoperez fatalement de prison ferme... qu'on se le dise ! Les spectateurs de cette agression n'avaient pas d'autre choix que de... s'écraser, c'est évident !

    bien vu ces commentaires, attention de ne pas avoir une réponse sois disant disproportionnée par rapport à l'attaque du tortionnaire envers sa victime !!!
    en plus de ça le féminisme a tout fait pour castrer les hommes, se moquer de la virilité ne mettant plus en avant la qualité de l'homme viril de protéger les femmes, ce qui se passe notre société féminisée la bien cherché, et ce sont les femmes qui trinquent, et dans les officines féministes constats toujours déconnectés de la réalité.

    les citoyens vont finir par faire des milices d’autodéfense, le bloc identitaire a commencé à Lille évidement ça ne plait pas aux bobos

    • Home ACTUALITE Société

    o Par lefigaro.fr
    o Mis à jour le 25/04/2014 à 11:06
    o Publié le 25/04/2014 à 08:24

    VIDÉO - La jeune femme agressée sexuellement mercredi soir raconte ces trente minutes de cauchemar sans qu'un passager ne lui vienne en aide. L'agresseur a été condamné à 18 mois de prison.
    Publicité

    Apprenez l'anglais !Premier cours OFFERT, profitez-en !
    Je me lance
    «Je lui ai dit ‘écoute, je suis une mère de quatre enfants, fais-moi pas de mal'. Il a rien voulu savoir». La jeune femme agressée sexuellement mercredi soir dans le métro de Lille raconte sur RTL son calvaire sous le regard indifférent des autres voyageurs. «Personne ne m'a aidée. Je me suis défendue toute seule», lâche-t-elle dans un sanglot.
    Il était 22h30 ce mercredi quand la femme de 29 ans entre dans une station de métro située au sud de Lille afin de regagner son domicile, à Tourcoing. Abdelnour B., un Marocain de 19 ans, la repère. «Dès qu'il m'a vue, il est venu vers moi directement. Il avait une bouteille, il sentait l'alcool, il a commencé à me bloquer ... il m'a touchée!», raconte la jeune femme, très émue. «J'avais peur. Il m'a dit que j'étais une pute, qu'il allait appeler son cousin, qu'ils allaient me violer à plusieurs... il faisait des gestes bizarres avec la bouteille de vodka».
    Le jeune homme ne lâche pas sa proie. «J'ai crié à l'aide, j'ai demandé du secours». Mais les autres passagers, qui attendent eux aussi le métro, ne disent rien. «Je me suis mise près d'un homme, il n'a rien voulu savoir. Il ne m'a pas aidée». L'agresseur suit sa victime dans la rame. Les autres voyageurs préfèrent eux entrer dans la voiture suivante. «Les gens sont partis dans l'autre rame tout au fond. Ils m'ont laissée toute seule et ils me regardaient me faire agresser!», dénonce-t-elle. «Il y avait beaucoup de gens, je suis une femme, c'est un homme, ils auraient dû me défendre, ou l'écarter... C'est tout ce que je demandais, je ne demandais pas autre chose, juste qu'on me donne un coup de main.»
    Les autres passagers pourraient être poursuivis
    La jeune femme prend la fuite à la station suivante, mais son cauchemar se poursuit. Elle ne parvient pas à semer son agresseur, qui la suit dans la rue. Elle décide d'«arrêter des voitures à contresens». Trois véhicules poursuivent leur chemin. Le quatrième, conduit par un jeune homme de 18 ans, s'arrête. «La femme hurlait et s'est mise en travers de la route. J'ai freiné pour ne pas la renverser. Elle était si terrorisée qu'elle est montée dans la voiture par ma portière côté conducteur alors que j'étais au volant…», a témoigné le conducteur auprès des enquêteurs. Une bagarre s'en suit entre le conducteur et l'agresseur, qui parvient à sortir la jeune femme de la voiture. Les agents de sécurité du métro interviennent alors et arrêtent l'homme. L'agression aura duré près de 30 minutes.
    L'affaire a été jugée jeudi après-midi par le tribunal de Lille. Le jeune Marocain a expliqué s'être «disputé avec sa copine» et «avoir bu» ce soir-là. «Je demande pardon à cette dame. Je n'avais jamais commis ce genre de faits auparavant», a-t-il répété plusieurs fois. Son avocate a dressé le portrait d'«un jeune un peu paumé qui n'a pas les mêmes repères socio-éducatifs, qui pensait draguer et n'a pas supporté que sa victime lui résiste», relate La Voix du Nord, qui a suivi l'audience. Ces arguments n'ont pas convaincu le juge, qui a condamné le jeune homme à 18 mois de prison ferme avec mandat de dépot, assorti d'une interdiction de séjour en France durant deux ans et une inscription au fichier des délinquants sexuels. L'homme avait deux mentions sur son casier judiciaire, dont une pour faits de violence.
    Lors des réquisitions, le procureur a fustigé l'attitude des autres voyageurs. «En tant que représentant du ministère public, je suis inquiet de ce visage d'une société où on est capable de prendre une autre rame en laissant seule une femme face à son agresseur. Il est là l'effroi aujourd'hui... Se dire que dans notre société, on ne pourra pas compter sur la collectivité». Le procureur a demandé aux policiers de mener une enquête distincte pour déterminer si les autres passagers, qui n'ont pas appelé les secours, peuvent être poursuivis pour non-assistance à personne en danger. À Lille, le métro est entièrement automatisé, et seule l'alerte des voyageurs peut permettre une intervention rapide des équipes de sécurité. Plus de 1000 caméras de vidéosurveillance sont réparties sur le réseau, mais le PC sécurité de la société Transpole n'a que 30 écrans pour retransmettre les images en temps réel.
    La jeune femme n'a elle pas eu la force de suivre les débats. Arrivée en salle d'audience au début du procès, elle s'est enfuie en pleurant après avoir croisé le regard de son agresseur.

    Lille : agression sexuelle dans le métro, pas de réaction des passagers
    http://www.atlantico.fr/pepites/lille-agression-sexuelle-dans-metro-pas-reaction-passagers-1052709.html

    La jeune femme de 30 ans, qui a été attaquée ce mardi soir, n'a été secourue par aucun usager du métro - avant qu'un automobiliste ne finisse par intervenir.
    Faits-divers
    Publié le 24 Avril 2014 - Mis à jour le 2 Février 2015

    L'agression s'est notamment déroulée au niveau de la station de métro CHR Oscar-Lambret. Crédit Jérémy Jännick / Wikimedia Commons
    C'est une stupéfiante histoire qui a été jugée ce jeudi par le parquet de Lille. Un homme de 29 ans a, selon la Voix du Nord, été condamné à 18 mois de prison ferme suite à l'agression sexuelle d'une femme de 30 ans, ce mardi soir, dans le métro lillois.
    La victime a d'abord été verbalement attaquée par un individu visiblement éméché, sur un quai de métro du centre-ville, avant que celui-ci n'essaie de l'embrasser de force. Une fois entré dans la rame, l'agresseur a continué de l'insulter puis tenté de l'attaquer avec une bouteille de vodka. Le cauchemar s'est poursuivi pour la jeune femme lorsqu'elle sort de la rame, à la station CHR Oscar-Lambret, où elle est cette fois victime d'attouchements à la poitrine et dans le bas du dos, avant qu'un automobiliste n'intervienne pour mettre fin à l'agression, aidé par des vigiles de l'hôpital.
    Car, entre-temps, personne n'était effectivement intervenu pour aider la victime : les caméras de vidéosurveillance qui ont capté la scène sont formelles. Pendant une demi-heure, et ce jusqu'à l'intervention de cet automobiliste, aucun usager n'a cherché à neutraliser l'agresseur, qui a reconnu ce jeudi avoir voulu dragué la jeune femme. "Le Figaro" note de son côté que la question de la "non-assistance à personne en danger" se pose, pour "une dizaine de personnes" selon un commandant de la DDSP59 (Direction départementale de la sécurité publique du Nord).
    sabaku

    j'habite la même ville que la victime de cette agression, et prend le métro matin et soir.
    c'est sur que parfois c'est assez chaud, et la seule présence policière est celle qui accompagne parfois les controleur.
    c'est triste a dire mais , même si le dire comme ça parait monstrueux je comprend parfaitement que personne ne se soit mis entre l'agresseur et la victime ( apres ils auraient pu apeller la police evidement)
    je me suis fait agressé dans ce métro il y a quelques années : voulant me voler mon portable mon agresseur a sorti un couteau, et dans un reflexe j'ai attrapé son bras et lui ai claqué dans la barre centrale de la rame de métro.
    résultat : j'ai du payer les frais médicaux et c'est moi qui ai été considéré comme le méchant, pourtant le juge avait la video ou on voyait clairement que j'avais un couteau face a moi, mais on m'as rétorqué qu'il ne fallait pas se faire justice soit même.
    j'aurais du soi disant appeler la police aussi, au risque de me faire planter en même temps? que peut-on faire dans un pays comme ça?
    Le 25/04/2014 à 17:37"


    TSAM

    Bien sûr qu'il est possible d'intervenir , mais pas dans le cadre de la loi française qui exige une "réponse proportionnée à l'agression " ...
    On ne calme pas ce loubard de vingt ans alcoolisé avec des mots ou en le poussant gentiment .
    Devant le risque de se faire blesser à l'arme blanche ou de passer devant un juge , la France et ses français démissionnent .
    Le 25/04/2014 à 17:09
    Alerter Répondre
    Avatar
    Gaulois

    Bien sur que c'est monstrueux, mais ne perdez pas de vue que si vous intervenez, vous risquez de vous faire agresser à votre tour par un type de 20 ans en pleine forme, que si vous le blessez il peut parfaitement vous traduire devant les tribunaux, et que on a déjà vu des cas où la victime et l'agresseur se sont retournés contre celui qui venait aider...
    C'est facile de juger les autres bien au chaud dans son cabinet de procureur, avec deux gendarmes devant la porte...mais seul dans le métro?


    et en plus quelle était la proportion de racaille à 22h30 dans ce métro risquant d'aider l'agresseur.

    notre société est féminisée et en plus il y a le déni de la réalité, on en subit les conséquences. nos chères féministes veulent faire des campagnes des collectifs anti-harcèlement de rue etc et il ne faut surtout pas dire que ce genre de problèmes vient en majorité des immigrés et de leur non intégration ce serait du racisme, pauvre fille !!!

    voilà le résultat de la féminisation de la société que vous avez mise en place, de la justice laxiste qui protège le bourreau qui est une victime incomprise.

    et quel est votre solution devant le résultat devant ce que vous avez mis en place a part d'accuser globalement tous les hommes !!!
    lomdespy

    Je suis un jour venu à l'aide d'une personne agressée en rue.
    Bilan : une côte cassée, plusieurs convocations administratives après une longue déposition, des menaces de mort et des soucis avec mon assurance.
    La prochaine fois, je détournerai les yeux en me disant que la police est payée pour s'occuper de ça.
    Le 25/04/2014 à 14:27"

    belle réalité !!!

    ça va finir comme ça

    grouk

    En Argentine c'est le contraire, ce qui inquiète son gouvernement : lynchages de jeunes délinquants par la populace excédée par l'insécurité.

    Olivier123456

    Tous ceux qui ont oeuvré pour casser le respect, à commencer par les soixante-huitards puis ceraint tièdes de droite et aujourd'hui les bobos sont responsables de cette situation. A partir du moment où l'on a perdu le respect du maire, du curé, de l'instituteur puis des policiers eux-mêmes, on est tombé dans le chacun pour soi, ce dont les délinquants ont aussitôt profité.
    Le 25/04/2014 à 12:13

    Elise33

    Plusieurs analyses et on se retrouve dans le politiquement correct, donc difficile d'être dans les rails. D'abord l'agresseur, marocain, la jeune femme d'origine étrangère (entendu sa façon de parler ?) Pourquoi cette femme et pas une autre ? ensuite pourquoi les voyageurs ne sont ils intervenus ? peur de l'agresseur ?peur de règlements de compte entre personnes proches ? dans ce cas, le je m'enfoutisme "qu'ils règlent leurs affaires entre eux" ? et une constatation, la situation française est encore plus grave qu'on ne le dit, on ne fait plus confiance du tout à des personnes étrangères (est ce un gros mot) ? a force de non dit on en arrive à des situations comme celles ci.
    Le 25/04/2014 à 12:07

    cette explication est pas mal, femme d'origine étrangère !!!
    "qu'ils règlent leurs affaires entre eux"
    notre société féminisée n'a rien fait pour intégrer les étrangers ce sont des victimes donc les sous chiens les laissent se démerder entre eux, si ces gens là étaient intégrés, si la justice ne défendait pas les voyous, il n'y aurait pas cette insécurité et les sous chiens aurait défendu une femme d'origine étrangère.

    laisser insulter quotidiennement les français par la racaille voilà où on arrive.

    Marc 54

    Il y a 40 ans, tout le monde aurait réagit. Que c'est il passé depuis les années 70/80 ?
    L'immigration est montée en flèche, la délinquance aussi et les associations anti-racistes ont fait passer le message que les immigrés étaient intouchables.
    Les gens ne sont pas naturellement lâches, on les a poussé à se replier sur eux même et ne plus réagir devant ce qui les scandalise.
    Je m'attends à être une fois de plus censuré pour avoir dit des évidences.
    Le 25/04/2014 à 11:51

  • A mon avis lorsqu'on est en présence de ce que l'on suppose être une agression, il faut bien s'assurer que la victime demande de l'aide autrement il y des risques de malentendus.

  • @HL, "on se fait des idées sur les hommes", c'est possible.

    On en sait surtout peu sur leurs peurs. Un sujet tabou ?

    Jamais un homme ne m'a fait part de sa méfiance ou de sa crainte des parkings souterrains par exemple. Ni de précautions spéciales pour aller faire un jogging en Europe.

    Par contre le vieillissement, les maladies, les deuils sont des sujets sur lesquels ils confient volontiers leurs peurs ou angoisses.


    Celui qui est prudent, (lui et ses pairs d'ailleurs), c'est mon fils homosexuel. Il a plus de quarante ans maintenant Prudent dans le sens de ne pas montrer des signes d'affection dans des lieux publics, ce qui pourrait entraîner des actes malveillants….

    Si "on" se fait des idées, ce n'est pas faute d'écouter, de lire, d'observer, de sentir de l'empathie.

    Bonne soirée.

  • Hola Colette,

    Je pense que les hommes ne parlent pas facilement de ce genre de crainte. Cela touche à leur capacité personnelle d'affronter un éventuel danger, ce pour quoi les hommes sont programmés depuis longtemps.

    Par contre la maladie, le vieillissement, c'est involontaire et indépendant de leurs capacités personnelles. en parler touche moins les failles.

    Votre fils montre une sage prudence.

    Bonne journée.

Les commentaires sont fermés.