Tapie, « Le Boss »

« C’était peut-être un bandit, un voyou, un capitaliste, ou tout ce que vous voudrez, mais quel panache! » Ce tweet publié ce jour sur les rézos est explicite. Le panache ne suffit sans doute pas à valider l’ensemble de ses actions mais cela rend un hommage pertinent au bateleur aujourd’hui décédé.

 

 

Bernard Tapie,sonny colbrelli,Je ne répéterai pas les hommages et la longue liste de ses qualités égrenées à raison depuis ce matin. Pour moi deux mots le résument: charisme et énergie. Et une expression: il y va.

Homme Protée*, Bernard Tapie fait partie de ces gens dont on choisit d’être fan. Car il a assez de défauts pour qu’on le déteste. Mais quelle importance! Il attire la sympathie par sa gouaille et son parler direct. C’était un populiste sympathique, comme entendu sur une chaîne d’infos.

Le monde est plus complexe que le modèle de success story de BT le laisse entendre. Il faudrait décortiquer sa manière de faire des affaires pour voir mieux le personnage. D’autres s’en chargent, moi je fais l’impasse. Je prends ce qui me paraît positif.

Un témoignage parle de lui comme d’un patron de presse (La Provence) respectueux. Un jour où la Une ne lui plaisait pas, il a fini par dire: « Ce sont les journalistes qui décident ».

Il n’a pas tout réussi mais a insufflé une formidable énergie dans ce qu’il a touché.

Bernard Tapie,sonny colbrelli,À Marseille c’est même le deuil d’une longue histoire d’amour. C’est peut-être à cause de cet amour réciproque que ses défauts sont un peu oubliés.

D’ailleurs la ville a mis des crêpes noires aux fenêtres. À Lille où jouait l’OM aujourd'hui, les supporters et les joueurs portaient un brassard noir. Une banderole déployée salue « Le Boss ». Il est toujours le patron. Un patron aimé, respecté, pleuré. Peut-être aussi parce qu’il était ouvert, et qu’il venait d’un milieu peu favorisé. Sa réussite a eu valeur d’exemple pour ce peuple dont il venait.

Et comme il a très tôt flirté avec le cyclisme, un petit clin d’oeil: la victoire de Sonny Colbrelli dans un Paris-Roubaix d’anthologie vu les conditions météo. L’enfer du Nord méritait son surnom. La relâche de cette extrême tension de la course, mêlée à une joie indicible, aurait plu à Bernard Tapie. À voir en vidéo ci-dessous.

 

 

Protée: Partageant la faculté de changer de forme à l'envi avec d'autres divinités grecques marines, le nom de Protée a servi de radical en latin — et à partir de là dans la plupart des autres langues européennes — pour former des termes comme protéiforme, avec cette connotation de « polymorphisme spontané » en français.  (Wiki)

 

 

 

Bernard Tapie,sonny colbrelli,

 

Catégories : Politique 3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • «C’était un populiste»

    Ah oui, avec classe, dans les innombrables sens du terme.
    J'ai bien aimé le saltimbanque, l'amuseur... qu'est-ce qui l'en a fait ch... il y en a eu pour tout le monde... les plus affectés c'étaient les cons_s'tipés !

  • Ce type avait du talent. Mais c'était un escroc. Il était de gauche pour parler et faire le paon contre Le Pen, mais c'était un patron aux méthodes brusques et pas très honnêtes.

  • De mortuis nil nisi bonum dicendum est !

Les commentaires sont fermés.