Primaire EELV : l’écoféministe Sandrine Rousseau préfère les sorcières

La verte radicale est en finale de la primaire écolo, juste derrière le tempéré Yannick Jadot. Elle pourrait être la candidate des Verts. Leurs électeurs n’aiment pas trop les tempérés qui devront faire des compromis.

 

eelv,jadot.sandrine rousseau,féministe,sorciere,epr,Elle s’en fout

Si elle gagne la primaire elle ne sera pas élue à la présidence.  Elle est trop radicale. Les français n’aiment pas trop les extrémistes. Elle au contraire se gargarise de sa radicalité, preuve de sa pureté idéologique.

Ne votez jamais pour un pur: le tyran n’est jamais loin derrière les ailes de l’ange.

Sandrine Rousseau est un peu passéiste et réactionnaire:

« Delphine Batho et Sandrine Rousseau, par exemple, assument vouloir un modèle économique décroissant. Elles ont une certaine nostalgie du 17ème siècle. »

Au 17e siècle il n’y avait pas d’électricité. Pas grave, la Roussette a ses préférences: anti-hommes, anti-capitaliste, anti-nucléaire, et pro-sorcières.

Citations:

« Le système capitaliste s’est nourri de 3 prédations majeures, à savoir celle du corps des personnes noires, des femmes et de la nature. »

Et les corps des hommes envoyés à la guerre? Elle s’en fout.

« Il va nous falloir revoir en profondeur le système économique et social pour le mettre au service du climat et de la justice sociale. »

 

eelv,jadot.sandrine rousseau,féministe,sorciere,epr,Jolies fadaises

Et pour sauver la France du terrorisme elle déclare:

« Réagissant à la mise sous surveillance de cinq Afghans réfugiés en France pour leurs liens supposés avec les talibans, l’écologiste Sandrine Rousseau avait déclaré sur BFM-TV que le fait d’avoir en France "des personnes dangereuses, terroristes" permettait "de les surveiller. »

Accueillir les terroristes pour les surveiller, c’est cocasse.

Notez, il lui arrive quand-même de parler d’écologie, pas seulement du manifeste communiste:

« Le monde crève de trop de rationalité. »

Et la rationalité c’est masculin, alors que les femmes sont divinement irrationnelles. D’où la suite de son propos:

« Je préfère des femmes qui jettent des sorts plutôt que des hommes qui construisent des EPR. »

Ces femmes qui jettent des sorts, ces nouvlles sorcières, se sont modernisées et se réclament également du féminisme. Un récent reportage sur la RTS (ici, dès 27’12’’) les montre, belles et parfois nues (pour accrocher le client?), débitant de jolies fadaises inoffensives dans un ambiance post-new-age.

On sait que les sorcières ont été pourchassées et brûlées au Moyen-Âge. Pas parce que ce sont des femmes mais à cause de leurs pratiques. Des hommes ont aussi été brûlés pour sorcellerie. Les femmes ne sont pas les seules victimes sur terre.

 

eelv,jadot.sandrine rousseau,féministe,sorciere,epr,La lumière

Étant intéressé au chamanisme, je ne peux médire des sorcières, bien que leurs propos me fassent sourire. En tous cas, au temps des sorcières comme au 17e siècle, il n’y avait pas de courant. C’est le monde idéal de Sandrine Rousseau.

On comprend que sa haine du nucléaire, si elle est en partie due au fait que ces saloperies d’ingénieurs sont des mâles, tient au rêve d’une planète pure.

Elle n’est pas seule à délirer et à mettre enfin ce débat si important au coeur de la France Féminista. Ainsi 200 personnalités ont signé une tribune de soutien aux sorcières, pauvres victimes du méchant patriarcat. Parmi les signataires: Muriel Robin, Charlotte Gainsbourg, Marlène Shiappa, entre autres. La crème de l’intelligence faite femme.

Sait-elle, la Sandrine, qu’il y a de nombreuses femmes ingénieures dans le nucléaire, des femmes compétentes et engagées dans la modernité? Des femmes qui n’ont pas envie de laver leur linge au lavoir communal, pas envie de lire à la lumière de bougies?

Sandrine Rousseau s’en moque. Sa radicalité attire la lumière médiatique sur elle. Et pour ce genre de foldingue, seule la lumière compte, quand c’est sur elle qu’elle se pose.

 

 

 

Catégories : Politique 4 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Je suis particulièrement conscient des problématiques écologiques et environnementales, mais si il y a bien un parti dont je me méfie plus qu'aucun autre, ce sont bien les "écologistes".

    Toute décision politique, de droite ou de gauche, ne peut plus être pensée sans les préoccupation environnementales en tête, mais la politique doit être au service de l'homme avant tout.

    Si vous ajoutez à ça une lutte virulente pour des questions qui ne concerne qu'une partie somme toute aisée de la population, vous avez un parti extrêmement déconnecté des préoccupations immédiates des gens, et paradoxalement des plus pauvres.

    J'ajouterais pour finir que bien trop d'élus verts n'ont pas les connaissances suffisantes pour prendre des décisions éclairées sur les questions dont ils se disent à la pointe. Avant d'être un sujet politique, l'écologie est une question d'experts. Les nombreuses interventions consternantes dans les médias, qui sont moquées à juste titre par la droite, en témoignent. Le débat sur le nucléaire est un très bon exemple de sujet maltraité.

    Les questions environnementales sont beaucoup trop importantes pour être laissées à des incompétents dogmatiques (oui je sais cette phrase est très dure).

  • Pour certaines, le progrès consiste à remplacer les c*** par des c***es, ou les imbéciles par des imbéciles, ce qui se remarquera moins dans l'orthographe.

  • Autre version: il y a trop d'imbéciles hommes, il faut absolument atteindre l'égalité.

  • Mettre une écolo comme Sandrine Rousseau à la tête d'un pays c'est remplacer le nucléaire par le charbon, comme en Allemagne. Mettre une féministe comme Sandrine Rousseau aux commandes c'est la guerre des sexes et l'idéologie destructrice des universités américaines.

Les commentaires sont fermés.