Incendies dans le Var : pourquoi ?

La France est plutôt un bon élève dans la protection de ses forêts. C’est ce que j’écrivais il y a quelques temps. Les feux récents, amples et violents, contredisent-ils cette assertion?

 

feux,incendie,var,Il n’y a pas eu d’aussi gros feux de forêt en France depuis 20 ans, selon ce que j’ai entendu dans un reportage. Je n’ai pas vérifié, mais c’est vraisemblable et même probable.

Les images 1 (image Modis/Terra, clic pour agrandir, source Keraunos) et 2 (image Sentinelhub / Copernicus Sentinel-2, publiée dans Ciel & Espace), montrent une vue satellite de la zone brûlée, en brun vers le bas près du golfe de Saint-Tropez. Plus de 7’000 hectares sur une quarantaine de kilomètres de longueur.

L’image 3 de la Nasa montre une vue rapprochée. Elle cumule les feux sur 7 jours. Le feu a pris sur une aire d’autoroute, à Gonfaron, selon la police locale et les pompiers.

La cause humaine est privilégiée, en particulier celle d’un mégot jeté par la fenêtre d’une voiture, et un appel à témoins a été lancé. Sans encore de résultats.

« La commune de Gonfaron, située en bordure, de l’A57 est la première touchée par cet incendie. Depuis plusieurs jours, une cellule de recherche composée de gendarmes, de pompiers et d’agents de l’office nationale des forêts enquête pour feux,incendie,var,retracer l’origine de l’incendie. Ils ont travaillé à partir d’une zone de 600 mètres carrés, jusqu’à concentrer leurs recherches sur une zone de 20 mètres carrés. »

Dans le Var comme en Grèce, le vent violent et changeant a compliqué la tâche des pompiers.

Le réchauffement est mis en cause, comme souvent ces dernières années. Mais « Robert Vautard, climatologue au CNRS, explique qu’il n’est cependant pas facile de faire le lien entre le changement climatique et cet évènement. »

Selon lui:

« On ne peut pas lier cet évènement spécifiquement au changement climatique. Je ne pense pas qu’il y ait eu des facteurs météorologique de feu absolument exceptionnels cette année. Les incendies peuvent aussi se déclencher sans qu’il y ait des risques énormes, car les facteurs météorologiques représentent feux,incendie,var,uniquement une partie du problème et il faut surtout prendre en compte les autres facteurs. Le principal étant le facteur humain. 

En été, la négligence est un facteur de risque à prendre en compte : des barbecues qui tournent mal ou des mégots mal éteints, comme cela s’est probablement passé pour les incendies du Var. Il y a aussi des causes naturelles. »

Et d’ajouter:

« Temporellement, on ne peut pas vraiment imputer les grands feux des dernières décennies au réchauffement climatique à cause d’une certaine variabilité dans leur fréquence. »

Nous n’avons pas encore de réponse ferme sur les causes de ce feu. En tous cas il montre que le risque zéro n’existe pas et qu’il faut prévoir des stratégies de protection encore plus précoces et efficaces. 

 

 

Catégories : Environnement-Climat 7 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Pour expliquer le manque de débroussaillement, un éleveur local, Gilbert Villa, met en cause la présence du loup. «Avec les loups, on ne peut plus aller en forêt et faire le débroussaillement. Avec les troupeaux, on était payé pour débroussailler les pare-feux. Cela fait deux ans que j'ai arrêté à cause des loups», dit-il à l'AFP." https://www.cnews.fr/france/2017-07-26/le-loup-lorigine-des-incendies-qui-font-rage-dans-le-var-760896

  • Je ne savais pas que les feux de forêt avaient commencés avec la réintroduction du loup !?

  • L'info m'a aussi intéressé. Je vais publier un billet sur le sujet dans la journée.

  • Oui, mon fils qui était il y a deux semaines à Saint-Tropez, m'a dit qu'on y voyait des loups jusque devant la terrasse de Senequier.

  • On aimerait entendre plus souvent ce genre d'analyse sur les plateaux de télévision. Même si le réchauffement climatique risque d'accélérer la fréquence et l'intensité des incendies, rien ne permet d'attribuer ces catastrophes à une élévation moyenne des températures. La responsabilité humaine a toujours été prépondérante dans les causes de ces sinistres. Par conséquent c'est dans cette direction que l'on doit prioritairement agir.

  • C'est peut ête aussi une forme de terrorisme (d'opportunité) qui consiste à détruire la terre des mécréants.

  • « On ne peut pas lier cet évènement spécifiquement au changement climatique. Je ne pense pas qu’il y ait eu des facteurs météorologique de feu absolument exceptionnels cette année. »

    De mon point de vue, c'est le manque d'entretien ( débroussaillage ) et d'exploitation, qui sont les causes premières.

    En Suisse, les risques deviennent considérables dans la mesure où l'on n'arrive plus à faire face à la pousse annuelle. Par ailleurs, les mesures dites "écologiques" consistant à entasser des bois morts et des brindilles sèches pour favoriser les nichées, ne vont pas dans le sens d'un prévention des incendies.
    Bref, pour le moment, la nature se charge de mouiller abondamment les arbres (et de favoriser la pousse); mais un retour de manivelle avec quelques mois de sécheresse, risque d'être catastrophique.

Les commentaires sont fermés.