Grèce : pour un état d’urgence de la forêt

Les pompiers avaient prévenu mais n’ont pas été écoutés. Le Parisien publiait le 25 juillet 2018 un article détaillant la situation des forêts grecques. Les feux, leur ampleur, étaient inévitables. La chaleur prédispose aux feux, mais plus encore la sécheresse. Et surtout la main humaine, ou l’absence de main humaine.

 

frece,incendies,feux,météo,climat,réchauffementDense et anarchique

Aucune région tempérée n’a jamais été et n’est épargnée par des extrêmes, comme des bulles chaudes bloquées dans un anticyclone stationnaire. L’Europe de l’ouest a connu un tel blocage par exemple en 2003, et des sécheresses majeures en 2003, en 1976, en 1949, en 1929-1930, en 1921, entre autres.

Pourtant à Paris Montsouris, MétéoFrance n’enregistre pas de tendance nette (image 2, clic pour agrandir; les sécheresses sont caractérisées par une valeur fortement négative de l’indice). En revanche l’image 3 montre l’évolution des surfaces touchées depuis 1989. On manque de recul pour avoir une idée plus précise de l’évolution dans le temps.

Les sécheresses sont endémiques autour de la Méditerranée. La chaleur estivale est en général très élevée pendant plusieurs semaines. Le réchauffement ajoute un peu de chaleur globale mais il ne déclenche pas les feux tout seul. Pour cela il faut plus de 100°. Sinon, c’est la foudre, un bout de verre ou… un briquet! La météo ne déclenche donc pas les incendies, à part la foudre (autour de 1% des départs de feux).

En Grèce en 2018, d’immenses feux avaient déjà suscité de nombreux commentaires. Selon Le Parisien de juillet 2018:

« L’incendie s’est nourri des broussailles, particulièrement denses dans la région de Mati, une ville plantée de pins. Pour l’ingénieur des eaux et forêts Nikos Bokaris, Mati cumulait tous les facteurs de risques : de la broussaille et des pins très vieux et très hauts, alimentant les flammes en combustibles, et de nombreuses maisons au pied des arbres. L’habitat y est dense et anarchique. Le feu a donc progressé à toute vitesse, atteignant les côtes en quelques heures. »

Mati avait déjà été dévastée en 2018, avec plus de 100 morts.

 

frece,incendies,feux,météo,climat,réchauffementMati

« Au total, les soldats du feu ont dû faire face à « 15 départs de feu simultanés sur trois fronts différents » en Attique, explique le porte-parole du gouvernement Dimitris Tzanakopoulos. (…) Nikos Toskas, ministre adjoint à l'Intérieur, a suggéré que ces feux pourraient être d'origine criminelle. D’autres officiels vont dans ce sens, selon la BBC. Ils soupçonnent une action coordonnée de pyromanes, dont l’objectif pourrait être de spéculer sur l’immobilier ou de piller les demeures abandonnées. »

Enfin des pompiers confirment les propos déjà tenus par des résidents:

« … les pompiers hellènes ont plusieurs fois lancé l’alerte et appelé à mieux entretenir les forêts. Les herbes folles qui envahissent les jardins et les branches d’arbres touchant les habitations ont nourri les flammes. Et selon des témoins, des bornes d’incendie étaient hors service. »

La mise à feu volontaire par des pyromanes est régulièrement évoquée. Les vents de 120 kmh ont fait le reste:

« Pour le feu qui a commencé au mont Pendeli» et s’est propagé à Mati, la ville où se trouvaient la grande majorité des 82 victimes, «on se pose de nombreuses questions et je ne vous cache pas qu’un élément sérieux nous a conduits à ouvrir une enquête», a indiqué Nikos Toskas lors d’une conférence de presse avec le porte-parole du gouvernement Dimitris Tzanakopoulos et les chefs des pompiers et de la police. »

 

frece,incendies,feux,météo,climat,réchauffementDense et inaccessible

En Italie, un agriculteur a été filmé en flagrant délit d’incendie (vidéo 1 en fin de billet). En Californie aussi (vidéo 2). Deux autres personnes ont été arrêtées à Athènes.

« La police a, par ailleurs, procédé à deux arrestations, vendredi après-midi, selon ANA. Un Grec de 43 ans a été mis en examen pour incendie volontaire, après avoir été arrêté dans le secteur de Krioneri, où le feu a brûlé maisons et entreprises vendredi, selon la même source. Une Afghane a également été interpellée dans un parc d’Athènes, alors que les autorités ont interdit de fréquenter parcs et forêts en raison du « danger extrême d’incendies ». La contrevenante se trouvait en possession de deux briquets, d’essence et de matériaux inflammable, selon ANA. » 

Et quand on sait que les écoterroristes n’hésitent pas à incendier et faire sauter les antennes 5G, on peut craindre le pire. Ces incendies au moment de la sortie du nouveau rapport cataclysmique du Giec, c’est du pain béni pour les alarmistes. Le hasard fait bien les choses…

Ou bien on peut dire autre chose: rien n’a sérieusement été entrepris pour réduire les risques. Certes certains feux sont terrifiants et, la sécheresse n’aidant pas ils sont très difficiles à maîtriser. En Californie par exemple, le méga feu récent se situe, selon un pompier, dans une forêt extrêmement dense et quasiment inaccessible.

 

frece,incendies,feux,météo,climat,réchauffementAérologie

Mais que ces grands feux se reproduisent au même endroit à peu de temps d’intervalle démontre que rien n’a été fait pour prévenir.

Enfin, quelque chose dans la théorie alarmiste me chicane. À chaque degré de température supplémentaire, il y a en théorie 7% d’humidité en plus dans l’atmosphère. Donc il devrait y en avoir environ 10% de plus depuis 1850. Les sécheresses sont donc contre-intuitives – sauf celles liées à une situation météo spécifique et localement durable.

Cette humidité vient de deux sources: les océans et les plans d’eau liquide ou gelée, et l’évapotranspiration de la végétation. C’est en cela que la chaleur aggrave les sécheresses: elle force les plantes à transpirer pour se protéger et se rafraîchir. 

La forte chaleur locale dissipe cette humidité. Cependant elle ne disparaît pas. Où se retrouve-t-elle? En fait elle ne disparaît qu’à un endroit. Les océans produisent beaucoup d’humidité. Bien assez pour que le bilan global des sécheresses soit équilibré, y compris en comptant des cycles naturels de sécheresses et d’autres de précipitations accentuées.

Si les importantes masses d’air humides venues de l’Atlantique n’atteignent que peu le sud-est européen, ce n’est pas par assèchement mais par aérologie. 

 

frece,incendies,feux,météo,climat,réchauffementNew Paradise

Ce sont les grands courants aériens et les zones de pressions semi-permanentes et semi-stationnaires qui en décident, en particulier les très fortes pressions asiatiques, ainsi que les cycles de températures des océans. 

Les variations peuvent s’opérer sur des décennies. Un changement cyclique, donc durable, dans les pressions arctiques, peut influer sur la position des pressions en Asie et, par effet domino, sur d’autres régions environnantes.

Sachant tout cela, conscient que le réchauffement accentue les sécheresses dans ces zones déjà sèches et que l’aérologie n’est actuellement pas à l’humidité, il est vital de prendre des mesures fortes et rapides pour protéger et régénérer les forêts grecques. Dans ces régions au sol aride, le sec attire le sec. Ce document de la FAO et de l’ONU, État des forêts méditerranéennes 2013, propose par exemple une réflexion et des pistes de travail intéressantes.

À part le nettoyage et la surveillance, j’imagine un projet un peu démesuré: irriguer les forêts par un réseau de conduites à grande échelle. L’eau de mer dessalée créerait des oasis, des parterres de fougères, des végétations localement luxuriantes. La Grèce deviendrait le paradis de l’Europe, le « New Paradise » où touristes et entrepreneurs viendraient pour la qualité de vie. S’en suivrait une résurrection économique.

La forêt grecque: c’est là où je vois une urgence. Le gouvernement grec pourrait prononcer un état d’urgence pour les forêts. Il y faudra plus que des processions de justiciers enragés courant derrière la Greta de service. Les justiciers ne feront rien de bon. Il faut des visionnaires.

Sans quoi, la Grèce deviendra un désert. Comme le Sahara, autrefois verdoyant.

 

 

 

 

image 4, Les rescapés de la sécheresse (1936), Alexandre Hogue, Dépôt du Musée National d’Art Moderne

 

Catégories : Environnement-Climat 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • L'ONU envisage de pulvériser des CHEMTRAILS pour réduire les températures mondiales… Ben je croyais que c’était une théorie conspirationiste ?!

    https://twitter.com/lolaCoh82550541/status/1427120947430150146

Les commentaires sont fermés.