Blanche-Neige : européenne, blanche et consentante

Disney vous a menti deux fois. Premièrement la Princesse n’est pas embrassée dans son long sommeil. Le film d’animation présente une scène modifiée par rapport au conte, sans doute pour embellir la story et faire pleurnicher dans les chaumières.

 

blanche-neige,disney,transphobie,rachel zegler,caféLe château de mon père

On vous avait dit: « Disposée dans un cercueil de verre par les Nains, Blanche Neige est retrouvée par le Prince qui lui donne un baiser d'adieu, ce qui rompt le charme qui maintenait la princesse endormie. »

Or dans le texte d’origine des frères Grimm cela ne se passe pas ainsi. Le Prince emporte le cercueil pour le mettre dans le palais de son père et admirer Blanche-Neige dont il est fou amoureux. 

En chemin ses serviteurs trébuchent sur une racine et font tomber le cercueil. Grâce à ce choc la pomme sort de la gorge de la Princesse et elle se réveille. Le Prince ne l’embrasse même pas mais l’invite à le suivre pour se marier. Elle y consent:

« Ainsi libérée, elle ouvrit les yeux soulevant le couvercle de verre et se redressa, ayant retrouvé la vie. 

- Ô mon dieu, mais où suis-je? s’exclama-t-elle. 

- Tu es près de moi! lui répondit le prince tout heureux, avant de lui raconter ce qui s’était passé. Puis il dit: 

- Je t’aime et tu m’es plus chère que tout au monde. Viens, accompagne-moi au château de mon père: tu seras mon épouse. Alors Blanche-Neige s’éprit de lui et elle l’accompagna, et leurs noces furent célébrées dans la magnificence et la somptuosité. »

 

 

blanche-neige,disney,transphobie,rachel zegler,caféCouleur café

Le deuxième mensonge de Disney est la fin de la vilaine reine. On vous avait dit:

« Avertis par les animaux de la forêt, les Nains prennent la sorcière en chasse. Parvenue au sommet d'une montagne, celle-ci bascule dans le vide et disparaît à jamais. Mais il est trop tard, Blanche Neige a déjà mordu dans la pomme et est tombée inanimée. »

La vilaine reine ne tombe pas dans un gouffre. Son sort est bien pire. En effet alors que Blanche-Neige va se marier avec le prince qui l’aime, la vilaine vient au mariage:

« Lorsqu’elle fit son entrée, elle reconnut immédiatement Blanche-Neige, et la peur qu’elle en eut la cloua sur place, sa terreur l’empêcha de bouger. Mais on lui avait préparé des souliers de fer qui étaient sur le feu, à rougir: on les lui apporta avec des tenailles et on les mit devant elle, l’obligeant à s’en chausser et à danser dans ces escarpins de fer rouge jusqu’à sa mort, qui suivit bientôt. »

Dommages que Disney n’ait pas montré cette scène très pédagogique et inklusive aux petits nenfants.

Maintenant Disney a décidé de faire jouer la Princesse par une actrice latino brun clair. Pourtant Blanche-Neige est blanche et caucasienne. On dirait qu’on a placé la Blanche-Neige originelle devant une cheminée d’immeuble. Elle a changé de couleur. Elle est couleur café. 

 

 

blanche-neige,disney,transphobie,rachel zegler,caféBlanche comme neige

C’est donc la Colombienne Rachel Zegler. Et comme écrit hier, elle jouera la Princesse dans un film Disney à venir.

Le but est de faire plus d’argent, peu importe la manière. Même en dénaturant l’oeuvre des frères Grimm et de Charles Perrault. Que dit le texte?

« "Oh! Si je pouvais avoir un enfant aussi blanc que la neige, aussi vermeil que le sang et aussi noir de cheveux que l’ébène de cette fenêtre !" Bientôt après, elle eut une petite fille qui était blanche comme la neige, vermeille comme le sang et noire de cheveux comme le bois d’ébène, et Blanche-Neige fut son nom à cause de cela. »

L’identité du personnage est définie par sa couleur blanche, comme pour les racisés. Il n’y a aucune équivoque sur ce point. Blanche-Neige est rattachée à une géographie et une culture nord-européenne. Selon Wiki les origines historiques possibles du personnage remontent à l’Allemagne entre le XVIe et XVIIIe siècle.

D’après l’historien Karlheinz Bartels Blanche-Neige, de son vrai nom Maria Sophia Margaretha Catharina d'Erthal, serait née en 1725 à Lohr am Main. La région d’implantation du nom Erthal est allemande.

Dans le texte l’identité ethnique blanche de l’héroïne est confirmée par la nouvelle reine, jalouse de sa beauté:

« La reine l'examina avec des regards cruels et partit d'un grand éclat de rire, en s'écriant cette fois avec satisfaction: - Blanche comme neige, rouge comme sang, noire comme le bois d'ébène, ce coup-ci les nains ne pourront plus te ranimer! » 

 

 

blanche-neige,disney,transphobie,rachel zegler,caféLara Croft

La question de la couleur de peau étant réglée, Disney piétine la littérature en mettant une actrice non blanche mais café au lait. On suit toujours les diktats d’une petite minorité woke vouant aux monde blanc une haine sans limites.

D’ailleurs la jeune actrice est coutumière de cela. Voici un article de Valeurs Actuelles repris par LesObservateurs. Je cite un seul extrait, mais ce n’est pas le seul fait d’injure et d’agression verbale commis par cette petite dinde woke qui ne rêve que de censure:

« … en juin 2020, l’actrice s’en prend à l’auteur d’Harry Potter, J.K. Rowling, qui regrette de voir le mot « femme » remplacé, au sein de la communauté LGBT, par l’expression « personne qui menstrue ». Zegler traite frénétiquement J.K. Rowling de « transphobe » à plusieurs reprises, puis interpelle le fondateur de Twitter, afin de pouvoir censurer celle qu’elle considère comme « Terf », une « féministe radicale anti-trans ».

Des paroles aux actes, l’actrice métisse se réjouit ouvertement, en décembre 2020, d’avoir agressé physiquement des personnes dans les rues de New York. Ce qui revient, avec ses 1m58 pour 50kg, à « donner des coups de coudes à un homophobe » et à « marcher sur les pieds d’un transphobe », comme elle l’annonce fièrement sur les réseaux sociaux. »

Ce n’est plus Blanche-Neige, c’est Lara Croft. À quand une Blanche-Neige zombie, pour la diversité?

 

blanche-neige,disney,transphobie,rachel zegler,café

 

 

 

Catégories : Art et culture, société 8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Oui, dans votre précédent article j'avais vérifié l'histoire de blanche neige et particulièrement du baiser....Cela m'avait paru être un amalgame avec l'histoire de la belle au bois dormant....Ne connaissant pas le film de Disney je n'ai pas insisté mais vous faites bien de rendre à César ce qui lui appartient. Pour la couleur je m'en fout un peu même si choisir une actrice couleur ébène eut été risible....Après tout, le message contenu dans l'oeuvre des frères Grimm est relativement éloigné du taux de mélanine et la blancheur, la pureté, l'innocence sont surtout des concepts universels.

  • Bonjour Gilbert99,

    La couleur je m'en fiche aussi un peu, au fond. Il n'est 'pas rare qu'au théâtre ce genre de choses arrivent. J'ai moi-même écrit des contes à l'africaine avec des africains en Afrique, je les ai même joués sur scène en habits africains (mais sans maquillage), alors je serais mal placé pour refuser cette tentative de brunissement de B-N.

    Je la relève pour renvoyer le message aux racialistes néo-racistes. Nous avons no0us aussi une identité, une histoire, une géographie, une culture propre.

    Rappeler qu'elle est blanche n'est que justesse et réponse politique à une propagande elle aussi très politique.

    Surtout quand cette identité lui est contestée par les nouveaux barbares urbains woke.

    La couleur ébène eut été ridicule, oui, mais comment vont-il rendre la stricte blancheur (comme la neige) indiquée dans le texte?

    On peut voir l'universel, comme vous le faites, mais où est l'universel d'autres cultures?

    S'il existe (dans des contes, par ex.), nous ne pourrions même pas le jouer avec des acteurs blancs sous peine d'être accusés d'appropriation culturelle et de colonialisme. Mais cela peut se faire avec notre culture. Un peu de réciprocité serait bon pour l'égalité.

  • Homme libre j'ai été un peu maladroit ou n'ai pas assez développé mon propos...Bien entendu on ne peut ignorer des prises de positions constantes et à sens quasiment unique des SJW mais vraiment dans ce cas, je n'y vois pas malice et la blancheur de la peau du personnage du conte me parait juste concomitante à l'innocence représentée par la couleur blanche sans qu'il y ait de causalité. Ce n'est pas une condition indispensable à la narration. De plus comme je l'ai écrit dans un autre commentaire il peut s'agir tout simplement pour Disney de mondialiser son personnage pour vendre plus de place de cinéma et de produits dérivés (des figurines notamment) . Et donc je pense que Disney prendra des libertés par rapport au conte, comme il 'a déjà fait et ne suivra pas le texte à la lettre. Au final est ce que cela revient à nier la culture européenne ? Tant que l'auteur du conte est mentionné dans le générique du film ça me parait correct.....PS : je me demande dans quelle mesure la symbolique de la couleur blanche est partagée dans d'autres culture : peinture corporelle (Afrique), masques (Japon), vêtements....un sujet à creuser.

  • Tant qu'à faire, ils auraient au moins pu changer le titre... Terre-Brune par exemple. Mais ça serait sans doute moins vendeur.
    En fait, tout cela s'inscrit dans une mouvance appellée "colorblind casting", qui consiste à choisir les acteurs sans tenir compte de leur couleur de peau (enfin, surtout dans un sens), et dont l'un des exemples les plus récents et médiatisés est la série Bridgerton de Netflix, qui dépeint la Cour britannique du début du XIXème siècle avec une bonne moitié d'acteurs noirs ou métis.

    https://www.20minutes.fr/arts-stars/serie/2990851-20210304-the-great-chronique-bridgerton-anne-boleyn-pourquoi-castings-colorblind-multiplient-series-historiques

    Bon, tout cela parait quand même très forcé et artificiel. Au demeurant, l'inverse (utiliser des acteurs blancs pour jouer des personnages historiques noirs) provoquerait à n'en point douter un tollé magistral. D'ailleurs à juste titre, car pour reprendre votre exemple précédent, un acteur noir pour incarner Mandela n'aurait aucun sens, ce serait en contradiction avec l'essence même de l'Histoire de cette personnalité, qui incarne fondamentalement la lutte des Noirs dans son pays.
    Je ne sais pas où va la culture de nos pays, mais je crains que ce ne soit pas dans le bon sens...

  • Autant pour le cas de James Bond féminisé je peux y voir des intentions SJW autant pour Blanche neige métisse, j'ai plus l'impression que ça dépend de considérations commerciales de la part de Disney qui vise un marché mondialisé...Mais bon...ça n'est qu'un avis personnel...Je n'ai pas creusé la question.

  • Toutes ces polémiques sur la couleur de peau mettent l'accent sur la race en voulant lutter contre le racisme. C'est contre-productif. Un acteur joue un rôle. Il peut être jeune et se mettre dans le personnage d'un homme âgé, à condition de se maquiller un peu. C'est fréquent dans les biopics. Il n'est pas interdit à une femme de jouer un homme. C'est ce que l'on voit à l'opéra, par exemple. L'essentiel n'est pas la personne mais l'acteur. Ce qui compte c'est la qualité du jeu et non la couleur de l'épiderme, mais celle-ci peut être factice. Dans Blanche neige, une femme noire mais blanchie pourrait très bien faire l'affaire. Il suffit d'y croire.

  • Oui Henri. Et pas besoin d'en faire une affaire politique, ni de biaiser la question: le faire dans un sens serait bien, mais dans l'autre sens (si un blanc joue un noir) serait mal.

    S'il faut définir les personnes et leurs droit selon la couleur de leur peau, comme le font les racialistes, alors ce qui vaut pour Rachel Zegler vaut autant pour les blancs.

  • Gardez espoir camarades, les choses vont se tasser à terme. Lorsque les studios et autres majors verront leur chiffre d'affaires fondre comme neige (blanche ou noire) au soleil, ils renverront tous ces hystériques à la maison à coups de pompes dans le fion. Ou alors, je me trompe et le monde basculera vers l'obscurantisme le plus total. En attendant, je vais faire un gros bisou à ma femme, pardon, à mon conjoint qui menstrue.

Les commentaires sont fermés.