Valérie Trierweiler : grossophobie et vif piment

Qu’en terme choisis cela est dit. La grossophobie s’étale hors de la bouche de la délicate, la délicieuse, la tendre Valérie. Elle n’a pas encore digéré sa disgrâce. C’est très anecdotique mais bien dans l’air du temps.

 

valerie_t2.jpgCe n’est pas que de la grossophobie, il y a la mochophobie, la nanophobie et la calvitiophobie. Mais la Valoche n’en a cure. Elle étale sa privauté et ses détestations aux yeux de tous. Elle plonge tête la première (si elle a une tête) dans la boue de l’exclusion. L’exclusion au faciès. Et elle semble jouir de sa sortie bien vacharde et excessive.

La cible est – bien sûr – son ex, l’homme au casque de moto, l’Apollon nommé Franfois Hollande. Fanfrelande. Cela s’est passé aux Grosses têtes. 

Les chroniqueuses parlaient de son nouveau partenaire amoureux, un rugbyman séduisant qui attise les désirs féminins. L’une d’elle a fait une allusion voilée à François Hollande, supposé moins dangereux en matière de séduction.

Valérie Trierweiler répond du tac au tac:

« Tu prends un petit, gros, moche, chauve, tu te le fais piquer quand même! »

Waow! La classe, comme d’hab. Sûr que se faire plaquer par un mec aussi moche, alors qu’on a fait des efforts pour coucher, c’est dur pour sa propre estime. 

Mais qu’allait donc faire Valérie, ce vif piment, avec le fromage blanc Fanfrelande? Pourquoi a-t-elle pris ce mec, ce petit gros moche et chauve, s’il était si repoussant qu’aujourd’hui elle en vomit son souvenir? Était-elle intéressée par son statut plus que par sa personne? A-t-elle couché pour la gloire?

Attendez, je ne dis pas qu’elle a tort. Quelle femme voudrait d’un petit, gros, moche et chauve? 

valerie_t3.jpgBien sûr cela ne concerne que le physique. Or l’homme n’est pas qu’un corps, pas un objet, il est aussi une personne. Mais voilà, les qualités intellectuelles ou morales ne suscitent pas forcément la libido.

D’ailleurs en sens inverse, quel homme voudrait d’une grosse, trop grande, difforme et boutonneuse? Personne. À moins que ça paie…

Un homme disant cela serait immédiatement mis en procès par les rézos et par quelques résidus de presse. Mais pas elle.

Contraires à la doxa actuelle, les propos de Valoche sont méchants, pas bienveillants, pas inclusifs. C’est sa nature. Mais cela me fait plutôt marrer. 

C’est la réalité des gens, c’est ce qu’ils pensent, quand ils ne font pas semblant d’être des bisounours bien pensants. Je ne dis pas que c'est bien. Mais c’est comme ça.

 

 

Catégories : Divers, Humour, société 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Et l'amour dans tout ça ?

Les commentaires sont fermés.