Tête à claques

Qu’aurais-je fait à sa place? Mon envie, comme ça, serait de mettre un pain en pleine figure de celui qui m’a giflé. Mais ça ne se fait pas, surtout pour un président. D’ailleurs la sécurité ne m’en aurait pas laissé le temps.

 

macron,giflePourtant ce serait légitime, et peut-être pédagogique. Aux yeux du pays le président ne se laisserait pas faire, ne relativiserait pas. C’est très macho, et je trouve cela plutôt bien selon les circonstances.

C’est une circonstance où j’admets la réponse au même niveau que l’agression. 

Ce n’est pas chrétien, je sais, il faudrait tendre l’autre joue. Mais parfois, pas toujours, je préfère la réciprocité.

Sur TPMP un gros con a presque justifié l’agression, arguant de la violence de la politique macronienne. Il alimentait le feu. Il y a des gros cons dans la république. 

Quant au gifleur, a-t-il simplement voulu faire le buzz?

Emmanuel Macron disait il y a quelques jours que les faits divers ne devaient pas piloter la politique. D’accord, mais ça fait beaucoup de faits divers dérangeants.

macron,gifleUn homme gravement agressé, gratuitement, par une bande à Marseille; une procession catholique en mémoire de prêtres fusillés par la Commune attaquée par un commando « d’antifas »; le meurtrier de Sarah Halimi dédouané de son acte; des gamins qui tuent d’autres gamins ou gamines; des quartiers tenus par les gangs de la drogue; des agressions régulières contre la police; des quartiers mis à feu et j’en passe.

Il y a deux jours, en écoutant une intervention du jeune Emmanuel, je le trouvais en repli, sur la défensive. Il ne passe plus aussi bien qu’avant. Je me demande même s’il n’a pas raté sa présidence. Pour moi il n’a pas acquis l’épaisseur de la fonction.

Mais peu importe, gifler le président est débile et particulièrement injurieux du pays. Même si parfois il se comporte comme une tête à claque.

 

 

 

 

Catégories : Politique 8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Je suis un gros con. Si quiconque me prend le bras parce qu'il me prend pour un pédé, je lui file un pain. pas une caresse.

  • Rien à voir. Prendre le bras n'est pas gifler. Ce n'est pas comparable. Je préfère garder la proportionnalité. Si une femme prend votre bras alors que vous n'êtes pas disponible, vous n'allez pas la frapper!


    Votre commentaire me montre que j'ai peut-être manqué de clarté. Je parle d'un désir virtuel, pas d'un passage à l'acte. Je ne suis pas à sa place, et en situation j'ignore comment j'aurais réagi. Autour de lui des gens traitaient l'agresseur de con. La police présente a pris la situation en charge, tant mieux. Sans la police qui sait si l'agresseur n'aurait pas été lynché? Pour une connerie? Non merci.

    Je peux m'avouer l'envie viscérale de riposte par les mains, comme un réflexe à cause de la surprise et la violence de l'agression, mais je ne suis pas convaincu que ce soit la bonne chose au final. On sait comment ça commence mais pas où cela finit. Alors quelle que soit mon "envie réflexe" de riposte due au cerveau instinctif (que je reconnais mais sur lequel ensuite je prends une distance), je ne cautionne pas cela.

  • M. Sarkozy avait aussi été agressé dans une situation identique. Beaucoup de français en ont marre et cela n'est pas nouveau. La sécurité en charge du président ferait bien revoir sa stratégie.

    Oui, le président Macron n'a pas été à la hauteur de sa fonction lors de son présent mandat. Il a lâché souvent des phrases de trop. "...traverser la rue pour trouver un job..." à un chômeur, ou encore "Venez me chercher..." aux gilets jaunes. Il y a un manque de maturité dans ces propos assez déconcernant. Ceci dit, il est quasi assuré d'être réélu. Le Pen ne sera jamais présidente, la droite républicaine n'a aucun leader, Mélenchon dérape en continu. Je ne vois personne pour rivaliser avec Jupiter!

  • Ne pas être d'accord avec les décisions prises par le Président Macron n'excuse en aucun cas le geste de le gifler en se souvenant que la violence appelle la violence !

    Qui de nous n'a pas eu un jour l'envie "d'en balancer une" parce que l'on a eu droit à un mot, une réflexion ou une remarque qui nous a énervé ... On a tout simplement peser le pour et le contre de notre geste en quelques fractions de secondes et notre bon sens l'a emporté sans regret !

    Le Président Macron sera-t-il réélu, nul ne peut le dire ... En revanche, le mouvement d'humeur d'hier pourrait favoriser sa réélection puisque ses adversaires ne pourront en aucun cas s'en servir contre sa candidature.

  • La tarte à Tain !

  • Ça!!!...

    :-DDD

  • Il y a une cinquantaine d'années dans mon patelin, les petits différents "politiques" se réglaient parfois par des échanges de "petits châtiments corporels". Je me souviens d'un retour de Conseil communal - qui avait fait grand bruit -, où le syndic s'était pris quelques pieds au cul. Tout ça avant de se terminer paisiblement à l'Auberge autour de quelques demis. Et s'était le syndic qui "rinçait".

  • Tempête dans un verre d'eau. C'est bien de condamner la violence. Mais il aurait fallu commencer lorsque les Gilets Jaunes manifestaient. Là la violence a été déchaînée. Pas facile maintenant de lui remettre des chaînes. Trop de vidéos de violences gratuites ont circulé.

    Alors cette gifle, elle n'a même pas égratigné sa jouer et encore moins elle ne l'a éborgné.

    On fait passer ça pour un crime de lèse-majesté. La royauté n'est pas morte en France. Pauvre peuple français.

Les commentaires sont fermés.