Dégenré ou dérangé ? Nouvelles d’Absurdistan.

Mon premier est une drôle de féminisation d’un mot courant. Nous somme à l’hôpital. Il y a des docteurs, des docteures et des doctoresses. Et aussi le médecin.

 

inclisif,vagin,femmes,hommes,lisa keogh,La médecin

C’est pareil me direz-vous. Oui mais non. Quand le médecin est une femme que dit-on? Je l’ai vu a trois reprises, la dernière fois sur la RTS. On dit: la médecin.

Regardez un dictionnaire: médecin est un substantif masculin. Veut-on le féminiser, la règle est d’ajouter un E final. Sauf que Médecine existe déjà et n’a pas le sens de médecin au féminin.

Alors on tord un peu la langue, on lui fout une exception pour bien la compliquer un peu plus. Notez, si vous désignez une doctoresse en disant La médecin, on vous prendra pour un étranger parlant mal la langue.

De plus laisser médecin sans le E revient à donner un statut de fonction. La féminisation par l’article LA est alors une absurdité.

 

inclisif,vagin,femmes,hommes,lisa keogh,Inklu ton café

Mon deuxième fera de chacun et cune la star de l’inclusion. Il suffit de s’équiper en Tefal, gamme Includeo. Includeo c’est inclusif. C’est même du design incklusif, comme ils disent. La preuve: 

« Le design inclusif est une démarche qui s’inspire de la diversité des personnes qui compose la société pour concevoir des produits, des services, des outils... à destination du plus grand nombre. »

Bla-bla à la mode. Serait-ce une ligne pensée pour les femmes noires, homos et gauchères, si possible rousses et unijambistes? Pas spécialement:

« A qui s’adresse le design inclusif ? A tout le monde ! Une personne avec un bras cassé ou avec un nouveau-né dans les bras, par exemple, peut rencontrer les mêmes difficultés au quotidien qu’une personne en situation de handicap permanent qui a un bras amputé. Par ailleurs, nous serons tous concernés, en vieillissant, par la réduction des capacités physiques, visuelles, auditives et cognitives. »

Il y a une leçon de morale sous-jacente, ou au moins l’affirmation que la marque est dans le camp du Bien. C’est chiant mais je reconnais que l’idée (pas nouvelle) de tenir compte des usagers multiples et divers est bonne en soi, elle est même commercialement opportune:

inclisif,vagin,femmes,hommes,lisa keogh« Nous intégrons des personnes en situation de handicap dans la conception de nos produits et services afin de détecter immédiatement et très concrètement les points de blocage ressentis par tous au quotidien. Car si on améliore un produit pour ces personnes, on l’améliore pour tout le monde. »

Et ils n’y avaient pas pensé avant? Il faut une pandémie et une menace climatique inexistante pour que le monde se montre merveilleux, comme s’il attendait une rédemption ou un salut.

Moi, je n’achèterai aucun appareil servant de support à me faire la morale. Je ne cherche pas le salut. J’ai appris la vie par ma famille, par mes proches, par mes erreurs. Je ne donne pas autorité à une firme pour me dire ce qui est bien, et encore moins quand elle se soumet à un groupe d’intérêt qui n’est pas le mien. La société diversitaire est clanique, c’est comme ça dorénavant. 

 

 

inclisif,vagin,femmes,hommes,lisa keogh,Lisa Keogh

Mon troisième est une jeune femme. Elle s’appelle Lisa Keogh. Elle étudie le droit à l’Université Abertay à Dundee (Écosse). Elle fait maintenant partie de la liste des « bannis ». Elle ne devrait plus avoir le droit de s’exprimer dans le cadre d’une université anglaise ou irlandaise. L’histoire est relayée par une association apolitique qui milite pour la liberté d’expression dans les universités, AFAF, l’Academics for Academic Freedom, ainsi que par PinkNews, entre autres.

Selon l’AFAF Lisa Keogh « … fait l’objet de mesures disciplinaires pour ce qui est prétendu être des commentaires "offensants et discriminatoires" tenus lors de conférences. Étudiante plus âgée, elle a été signalée par des camarades de classe plus jeunes pour avoir parlé de «féministes détestant les hommes» et souligné que les femmes ont des vagins et qu’elles sont, physiquement, le «sexe faible ».

Un tel comportement est insupportable pour les progressistes fachoïdes. Au peloton d’exécution, la Lisa!

inclisif,vagin,femmes,hommes,lisa keogh,Si vous ouvrez le lien de l’AFAF ci-dessus, vous trouverez une liste assez impressionnante de « bannis » de la parole par ce qui est convenu de désigner comme les chantres de l’inklusivité, de l’amour, du vivre ensemble et de la non-discrimination. Le loup a mis la pelure de l’agneau. Cherchez l’erreur. 

Cette dérive « moraliste » et politique des universités est bien avancée aux USA et a commencé en France. Les universités perdent peu à peu leur statut d’institutions ouvertes et se ferment intellectuellement sur un dogme LGBTetc délirant. Cette vague est toxique pour notre culture et délite l’avenir de nos élites. Qui osera purger les Universités de cette pollution mentale?

L’occident va être dirigé par des malades mentaux ou pas loin de l’être, par des déconnectés, par des révisionnistes de la biologie. Sous nos yeux le proto-fascisme du XXIe siècle se constitue et s’ancre dans des bastions de pouvoir.

Il n’y aura pas de nouveau monde, seulement la suite inlassablement reconstituée des oppressions que nous connaissons déjà trop bien.

 

 

inclisif,vagin,femmes,hommes,lisa keogh,

Catégories : Divers, Féminisme, société 15 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • J'ai aussi été frappé par "la médecin".
    Autrefois, à l'époque où nous étions encore tous des brutes machistes, on pouvait résoudre le problème par "la femme médecin" ou "doctoresse".
    Mais c'était autrefois. Avant que certaines femmes "doctorent" (oups, un anglicisme) notre langue.

  • Dans le même style que "la médecin", nos journaleux disent désormais "LA mannequin".

    A ce tarif-là on devrait dire "le recrue", "le sentinelle", "le vigie" etc. vu que ces fonctions sont très majoritairement occupées par des hommes. Et que dire du "nauta" latin? Devrait-t-on le changer en "nautus" comme à l'époque tous le marins étaient des hommes? Comme l'étude du latin et du grec ancien (tout comme d'ailleurs celle des maths) a été déclarée raciste aux USA (ce qui ne saurait tarder chez nous) on n'aura même pas à se poser la question.

    Notez que la féminisation de "chef" en "cheffe" est tout aussi ridicule vu que "chef" signifie "tête" et est uniquement masculin. Aurait-on idée de dire qu'un homme est "LE tête pensant" au lieu de "la tête pensante" d'une entreprise?

    Stupidité et servilité inclusives et bien pensantes, de plus financées par nos impôts. Mais quasiment tout le monde accepte alors ça continue encore et encore jusqu'à qu'on touche le fond.

    De même avec la fameuse parité hommes/femmes dans les entreprises ou en politique et désormais même dans l'armée! Curieusement personne ne se soucie de la parité hommes/femmes sur les chantiers, à la voirie, ou dans ... les EMS.

  • On n'a pas encore vu sortir "doctrice*. Pourtant il y a bien "lecteur/lectrice".

  • Doctrice, ou docteuse (comme danseuse) ;-)

  • Dans la même ligne progressiste, les agressions racistes dans les banlieues de France entre minorités racisées! Où on entend un jeune dire a un ........africain qu'il agresse -Nous al...... on vous a vendu comme du bétail pendant 800 ans! Et sur le site de France Info la même info avec le mot al...... en moi! NON la vivre ensemble ça ne fonctionne pas dans les banlieues de France! Une autre agressions du même genre, à 10 contre 1 dans une autre banlieue contre un livreur de pizzas! Tous ont pourtant la même religion Pas de doute que le monde et libé ne vont pas faire leurs unes sur ces 2 affaires!

  • Pour revenir au terme "une médecin" sans "e" : on dit bien une vigie ou une estafette chez les militaires pour désigner un homme. La logique féministe voudrait alors que "le vigie" soit employé à la place de "la vigie". On changerait l'article et le tour est joué. Mais ce n'est pas comme cela que fonctionne la langue française. le mot "vigie" comme le mot "médecin" ne représente pas un sexe mais une fonction, un métier qui peut être exercé par une femme ou un homme. Cette confusion entre l'activité et la personne qui s'y colle montre à quel point le cerveau de nos féministes est incapable de faire cette différence, qu'un enfant connaît pourtant depuis longtemps.

  • Comme le disait si bien le regretté Marc Fumaroli de l'Académie française, président de la Commission générale de terminologie et de néologie:

    « notairesse, mairesse, doctoresse, chefesse […] riment fâcheusement avec fesse, borgnesse et drôlesse, n’évoquant la duchesse que de très loin. Tranchons entre recteuse, rectrice et rectale… »

  • "...L’occident va être dirigé par des malades mentaux ou pas loin de l’être, par des déconnectés..."

    Parce que ce n'est pas déjà le cas ?

    Je sais, c'est enfantin, mais difficile de résister...

  • Pour continuer sur le même ton, il n'y a pas de mode d'emploi de la machine à café par une personne amputée d’un bras sur la page de pub de Tefal.

    Dommage, ça aurait été très inclusif. Mais cela ferait désordre sur le document !…

  • Ce soir la RTS continue sa propagande gaucho-bobo-bienpensante et indigeste payée avec nos deniers. La haine du "sale mâle blanc" n'a pas de limites:

    Temps Présent

    "Sorcières, les nouvelles militantes féministes
    Ces jeunes « sorcières », ni laides, ni maléfiques, se font remarquer lors des grandes manifestations féministes et écologiques. Certaines revendiquent la liquidation du patriarcat et la reconnexion à la « terre-mère », d’autres la sorcellerie et ses rites ésotériques."

  • Des sorcières, de la magie, des boucs, le grand retour de Black Sabbath ?

    https://www.youtube.com/watch?v=cen1SvpTsYk&list=PLiUmsAYq78pmg6JYHUOqKMAXyquNfVr3P&index=18

  • Et pourquoi se sentent-elles toujours obligées de se foutre à poil pour se revendiquer féministes. A chaque manif, ça ne manque jamais et dans ce reportage rebelote.

    Pour ladite sorcière qui boit ses menstruations (j’ai failli vomir), si le mâle hétéro non-binaire représente le mal absolu, je lui propose d’aller se reconnecter à la foret toute l’année et de quitter son petit nid douillet avec chauffage au sol, justement construit par le précité.

  • Je les trouve plutôt courageuses ces femmes. Le monde, quel que soit le continent, la religion, ou l'organisation sociale, ne leur est pas très favorable, mais elles résistent et luttent pour être libres de vivre, tout simplement.

  • J'en ferai peut-être un billet. Il y a des choses intéressantes à explorer.

  • @ Gérard : "Curieusement personne ne se soucie de la parité hommes/femmes sur les chantiers, ..." vous avez tout à fait raison de le souligner !

    Je constate également que les femmes revendiquant l'égalité totale sont en grande majorité des universitaires ne parlent pratiquement jamais des femmes de ménages, des vendeuses en grandes surfaces, des "dames-pipi", des employées des pressing, es serveuses etc ,,, soit toutes celles qui travaillent dans des professions moins "glamour" !!!

Les commentaires sont fermés.