Cité de la Musique : l’affiche aux corbeaux

Les électeurs et es électeuses voteront le 13 juin sur la Cité de la Musique dont Genève pourrait se doter. Je ne discute pas ici du projet lui-même mais d’une affiche émanant des milieux opposés au projet, situés en partie dans la gauche Vert-rose.

 

cité de la musique,geneve,corbeauxManifeste

Voici l’affiche. L’image m’interpelle, comme on dit chez nous: que de corbeaux! Pétard, c’est l’invasion. Et à quoi ils font penser ces corbeaux? Aux vilains étrangers sur les affiches de l’UDC. Rappelez-vous. À l’époque cette gauche trouvait l’affiche de l’UDC infamante.

Mais qu’est-ce qui change ici? Rien. Des corbeaux attaquent le patrimoine comme les corbeaux de l’UDC attaquaient la patrie. Patrie, patrimoine, ah ah vous avez saisi le lien! Ces corbeaux noirs, on ne sait ce qu’ils représentent exactement, sinon vos pires fantasmes.

Les Verroses savent utiliser l’image. Sauf qu’on ne comprend plus rien au message. On sait seulement qu’on doit avoir peur.

Il y a des signatures en bas de l’affiche, dont on ne peut dire si elles sont des symboles de groupes ou des bribes de manifeste:

  • Artistes et musicien.ne.s indépendant.e.s  *  
  • Diversité culturelle, biodiversité et climat  *  
  • Musiciens en lutte  *  
  • Non à une monoculture élitiste, gouffre à millions  *

 

 

cité de la musique,geneve,corbeauxInklu

Premier constat: c’est infecté par l’écriture inclusive (musicien.ne.s indépendant.e.s). Une raison suffisante en elle-même pour rejeter le référendum.

Deuxième constat: les musiciennes ne sont pas en lutte puisqu’on lit: « Musiciens en lutte ». Le féminin n’est pas précisé, il n’est donc pas inclus. Ah ça, si on veut inclure, faut le faire partout parce qu’en face, on lit. 

Ce qui entraîne une question fort légitime: pourquoi seuls les musiciens sont-ils en lutte? Que font les musiciennes? Et que fait la police? Dans quel monde vivons-nous? Où vé-je, où courge?

Troisième constat: c’est le gloubiboulga, le grand mélange, comme le Living Theatre sur scène en des temps plus amusants qu’aujourd’hui. « Diversité culturelle, biodiversité et climat ». On met tout ensemble pour faire masse et impasse. 

L’un sur l’autre, ça va s’intersectionnaliser à donf. Je kiffe.

 

 

cité de la musique,geneve,corbeauxInklulture

Puis, intéressé à découvrir le visuel des partisans, je suis allé sur le site de l’OSR – Orchestre de la Suisse romande, pour mes lointains lecteurs. Et là, stupeur! Tout est écrit en inclusif!

Au secours, la pandémie d’inklulture progresse!

Et si sur l’affiche le point d’inclusion n’est pas médian mais sur la ligne de base, ici on trouve deux formules différentes dans le même bout de phrase:

« … elle permettra aux acteur-trice-s culturel-le-s de la région et à tou·te·s les genevois·ses… ».

Le tiret et le point. Le tiret, le point, le tiret et le point, le point médian, le point sur la ligne de base, sur la ligne supérieure (image 3), que vont-ils encore inventer? C’est illisible et incohérent. La Cité de la Musique est déjà contaminée. L’inculture progressera. Ce serait une bonne raison de la refuser.

 

 

Catégories : Art, Art et culture, Humour 17 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bizarre cette affiche !! Je tente de décrypter : La multitude de corbeaux représente la menace tandis que la mésange semble interloquée. Les musiciens "traditionnels" (représentés par le oud, la vielle et le saxophone) sont les personnes menacées....(au passage, le saxophone est pourtant enseignée au conservatoire et a sa place en orchestre symphonique).....Les corbeaux ont souvent été utilisés pour représenter la religion chrétiennes qui est assez connectée à la musique classique, cela pourrait être une explication.....On pense aussi au film de Alfred Hitchcock mais sans vraiment y voir connexion avec la musique, Dans ce cas les corbeaux seraient uniquement utilisés comme étant les représentants d'une menace......La menace de la culture classique (institutionnelle) envers les musiques populaires. (par la captation des budgets, je suppose)

  • j'ajouterais que le code des couleurs employé (vert, marron-orangé) évoque la nature, l'écologie, tout comme le hérisson, le renard et le crapaud. Sans connaitre le projet, j'imagine qu'il y a des enjeux écologiques dans la construction de cet édifice.

  • Troisième commentaire sur cet affiche (je me suis un peu piqué au jeu).......Les corbeaux peuvent aussi être une référence au "chant des partisans" (très en vogue dans les milieux de gauche/libertaire en France"......"Ami entends tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines, Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ......" .....Pour la référence à la chrétienté/clergé, elle est plus ancienne et date de l'époque des curés en soutane (noire comme le corbeaux)...Très utilisée dans le dessin de presse, on en trouve encore des exemples archivées sur le web....Je ne sais pas si les liens hypertexte sont autorisés dans les commentaires mais je tente l'expérience...Dans le cas contraire vous pouvez faire une recherche sur "
    La République anticléricale XIXème-XXème siècles Jacqueline Lalouette".
    Liens ; https://i.pinimg.com/originals/92/c6/25/92c62524d2a20b05a9e6dc1d99ab411b.jpg
    https://www.imago-images.com/bild/st/0095450083/w.jpg
    https://products-images.di-static.com/image/jacqueline-lalouette-la-republique-anticlericale-xixeme-xxeme-siecles/9782020526371-475x500-1.webp

  • Je suis peut-être mal placé pour donner mon avis sur ce sujet, vu qu'on ne daigne pas me le demander en tant qu'habitant de Vernier, même si je m'estime autant concerné que n'importe quel-l-e-x-s électeur-tric-e-x-s des Eaux-Vives (vous me pardonnerez d'abandonner l'épicène pour la suite, ce n'est vraiment pas un truc que je maîtrise).

    Je me permettrai néanmoins deux ou trois petites observations.

    Même si la communication de la Cité de la Musique est totalement soporifique et indigne du budget mis sur la balance (j'ai vu leurs flyers, ce n'est vraiment pas jojo), la simple vision de l'affiche indigne des opposants devrait convaincre n'importe quelle personne dotée de bon sens et de raison de se distancier de leur position. Comparer les musiciens classiques à des corbeaux de mauvais augure, comment peut-on en arriver à exprimer tant de haine et de mépris! Est-ce le fait de quelques artistes indépendants remplis d'aigreur au souvenir de cours de solfège mal digérés, ou tout simplement pas assez doués pour avoir terminé le Conservatoire? Est-ce l'effet d'une certaine passion locale pour la médiocrité?

    Et que dire du profil des opposants, une alliance entre l'extrême-droite ("quand j'entends le mot culture..."), l'extrême-gauche et les vert.e.s (ce qui revient au même fondamentalement)?

    Les communistes d'antan témoignaient au moins d'un profond respect pour la culture classique, en tant qu'instrument d'élévation des masses populaires, c'est d'ailleurs la seule chose qu'on pouvait porter à leur actif. Visiblement, il ne leur reste même plus cela.

    Comment expliquer cette opposition de l'extrême gauche à un tel projet? Aurait-elle à voir avec le petit indice que l'on distingue au sommet du bâtiment prévu, la couronne symbole de Rolex? Un bâtiment financé par des privés? Vous n'y pensez pas malheureux, le privé c'est le MAL! Pas question d'accepter de "cadeaux" de ces gens-là!

    Ou alors, le ver(t) serait-il enfoui encore plus profondément dans le fruit, et la véritable raison de cette opposition serait-elle plutôt à rechercher la tendance actuelle des décoloniaux et de leurs idiots utiles à vouloir "déconstruire" l'histoire, la culture, la civilisation même de l'Occident, dont la musique classique est un des plus emblématiques piliers, et doit à ce titre être abattu.

    On ne compte plus les attaques contre les orchestres classiques et les conservatoires, jugés "trop blancs", les compositeurs classiques manquant de "diversitude", le système de notation musical lui-même, considéré comme facteur du maintien de la "suprématie blanche". (je n'invente rien, le délire est à lire ici : https://www.diapasonmag.fr/a-la-une/des-professeurs-d-oxford-qualifient-la-notation-musicale-de-colonialiste-32661)

    Dans un tel contexte, que l'extrême-droite marche dans une telle combine montre bien que ces gens-là, en plus de n'être pas futés, n'ont en réalité aucune conscience historique ni civilisationnelle.

  • @ Gilbert99:

    Les liens hypertexte sont pris par les commentaires mais pas actifs directement (dans le temps c'était le cas).

    Vous avez fouillé! Et élargi mon propos, avec des pistes plausibles.


    Olivier aussi propose de bonnes pistes, et en regardant de près les corbeaux sont d'abord des notes qui semblent sortir de la "couronne" de Rolex.

    Argent privé, musiciens classiques principalement blancs, deux raisons suffisantes pour cette extrême-gauche de vouloir faire de la cancel culture: on annule le projet pour annuler ce qu'il représente, une culture classique qui a forgé notre univers musical occidental (mais pas que).

  • En fin de compte, si l'on va au bout des choses, l'avenir de la musique classique occidentale, après son abandon par l'Europe et les Etats-Unis pour cause de "cancel culture" et de white-bashing, se situera en Amérique Latine (l'Argentine et le Venezuela sont d'importants viviers de musiciens) en Extrême-Orient (en Chine, Japon et Corée, les études musicales classiques sont d'un très haut niveau)

  • C'est très possible Olivier. L'Asie forme de très grands solistes, et l'Argentine est un vivier de musiciens enthousiastes.

    Quant aux corbeaux... noirs, je ne savais pas où le placer. Merci de l'avoir fait!

  • En effet, les notes de la musique classique sont assimilées à une cacophonie digne du croassement des corbeaux. Sinistre inversement des valeurs. Par contre, les corbeaux sont... noirs! Comment les opposants ont-ils pu se laisser aller à une telle maladresse!

  • Une blanche vaut deux noires..... ah ! mais ça ne va pas du tout !

    Cela dit, la notation musicale est la même pour le jazz, le rock ... le rap, je ne sais pas, ça ne s'écrit peut-être pas.

    Interdisons la musique, symbole du patriarcat blanc cis-genre !

  • Cette affiche est surtout un très bon exemple de mauvais design. Est-on censé y comprendre quelque chose ? N'aurait-on pas pu y ajouter des éléments dans les quelques espaces blancs qui subsistent ? Le texte vert en petit sur un fond de même couleur, c'est un parti pris esthétique ?

    Les affiches de l'UDC sont souvent d'une clarté qui donnerait presque l'impression de prendre les citoyens pour des débiles et ne laisse planer aucune ambiguïté. Mais au moins, effectivement, on y comprend quelque chose, même si cela tient plus souvent de la simplicité du message que de la qualité intrinsèque de l'affiche.

  • Intéressants ces différents regards sur l'affiche, qui tous apportent quelque chose de plus.


    @ Jean-Paul: la simplicité du message, n'est-ce pas une clé en communication, surtout en communication publique s'adressant au plus grand nombre?

    De ce point de vue l'affiche ici est vraiment ratée.

  • "L’inculture progressera. Ce serait une bonne raison de la refuser."

    Cher homme libre, votre dernier paragraphe est des plus convaincant. L'in-Kult'ure progresse en effet partout à vitesse grand V et si désormais l'OSR et lui aussi touché par ce cancer, en bien tant pis pour lui, De plus, Genève est déjà endettée jusqu'au cou, alors non à ce Titanic.

    Au passage, si l'on veut échapper au passeport covid et à la dictature qui ira avec, chacun en Suisse devrait écouter et partager cette vidéo de 5 minutes le plus possible:

    https://www.youtube.com/watch?v=s8RtvGdpgOY

  • Je constate en tout cas que le mot "diversité" à chassé de nos murs les blancs des affiches des multinationales de fringues! On entend aujourd'hui "la diversité" sans "les blancs"! Le pompon pour les maisons R Boss, h&m et Zara! Les mêmes qui ont votés pour la démolition du théâtre de Carouge votent là contre cette construction totalement inutile! Nos politiciens ont depuis des années ce réflexe animal, laisser sa trace partout!

  • Olivier Levasseur évoque, dans son commentaire, la "Cancel Culture" J'ajouterais la Cancel mémoire historique des civilisations.

    Alors voici un point de vue et une analyse intéressante sur le projet de ladite Cancel Culture avec comme but de remplacer, dit l'auteur dans sa critique, les anciens fondateurs de notre société et d'instaurer une rotation des élites afin qu'ils ne défendent que les intérêts de l'impérialisme américain.
    Finalement, l'histoire et les anciens acquis doivent être effacés et faire place à toute la volonté d'une poignée de richissimes qui viendrait à prendre le pouvoir total sur la plus large portion possible de la planète.
    Le parallèle qu'il fait avec le régime communiste ou soviétique sont là pour nous faire saisir les mécanismes et les procédés qui sont d'ailleurs à l'oeuvre depuis l'effondrement de l'URSS sur les nations européennes.
    Nous sommes en plein dedans.

    https://lesakerfrancophone.fr/letau-de-la-politique-du-grand-remplacement-se-resserre

    Dommage Pour la Cité de la Musique à Genève si elle doit tomber à l'eau en votation, J'aurais tellement voulu qu'il y ait un centre de la musique (pluridisciplinaire) qui allie d'autres disciplines à elle. La physique du son, la dynamique, la phoniatrie, la lecture en imagerie par le son (dans le médical, le calcul balistique ou la lecture des matériaux) Mais aussi son application en musico-thérapie, en motricité, en logopédie etc.
    Il faut reconnaître par ailleurs que la musique dit classique dans sa longue exploration nous a fourni les fondamentales, des bases, pour nous permettre de construire un langage très communiquant, un éditeur de messages non contingenté et en permettre des expressions évolutives qui se donnent à entendre comme une diversité. En réalité, ces fondamentales sont, pour l'instant, indépassables. Du moins c'est mon avis personnel.
    Pourquoi j'aime la musique classique?
    parce que j'aime aussi voyager dans le temps, j'aime comprendre le contexte social et culturel à chacune des époques des compositeurs.
    Il y a le solfège. Trivial. Mais il y a aussi une grammaire. C'est déjà plus parlant. Elle explicite l'écriture, elle permet une compréhension au second degré. elle permet d'épingler des fautes de cohérence, de goût... Et de logique. C'est bien plus qu'une apparente esthétique.
    A partir d'elle, une fois bien comprise , c'est un outil qui permet de se lancer dans tous les styles. On peut nager librement dans la musique. Et même de rejoindre les expressions primitives et rudimentaires.

  • Je suis partagé mais c'est sans importance car je ne suis pas appelé à voter sur cet objet.

    Partagé parce que d'un côté je suis séduit par une salle moderne à l'esthétique moderne, qui pourrait attirer de grands noms. Et je trouve plutôt bien que des étudiants en musique baignent dans cette ambiance.

    D'un autre côté l'argument selon quoi le Victoria Hall est une très bonne salle sous-employée me pose question. C'est une salle vieillie et chargée à l'intérieur. Faut-il la remplacer? Que deviendra-t-elle avec la Cité?

  • Ce que j'y vois.
    Le corbeaux est un charognard, on associe souvent sa présence avec des pendus, les épidémies, la mort en général.
    Dans notre cas, la pandémie a fait souffrir la culture qui est en difficulté, alors les corbeaux rodent.

    En soi le projet est absurde, il n'y a pas un besoin. On a donc 2 gauches face à face sur ce projet, d'où la pollution de l'écriture inclusive dans les 2 camps.
    La gauche favorable à ce projet tout en se voulant écolo montre bien que l'écologie pour eux, c'est quant on veut, c'est surtout politique. L'incohérence frappe aux yeux.

  • Comme je ne vis plus à Genève, il y a eu de ma part méprise sur ce projet. Je croyais qu'il s'agissait d'une cité, une sorte de campus dédié aux musiciens et à la formation des musiciens.
    Puisqu'il ne s'agit que d'une salle, ma vision doit être revue.

    Qu'est ce qui nous empêcherait de conserver la salle du Victoria Hall pour l'accueil de petites et moyennes formation? La grande salle serait idéale pour de grands ensembles et pourquoi pas pour des festivals genre paléo? Sous couvert.
    Elle peut aussi recevoir des dispositifs aménagés en vue de la moduler pour l'adapter à la taille de la formation, et de son public. ainsi que pour le genre de musique et de manifestation.
    De plus, si elle est très grande, plusieurs évènements pourraient s'y produire simultanément.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel