L’Antarctique fond. Par dessous.

Quelques précisions sur le réchauffement du continent blanc, en particulier sa partie ouest. Les éléments chauds sont de cinq sortes. Il y a l’atmosphère. La température moyenne est au-dessus de 0° pendant les trois mois d’été.

 

ice-11.jpgVolcans

Cela concerne les franges côtières de l’ouest dans la région de la péninsule antarctique, reconnaissable à sa forme de colonne vertébrale. On constate une légère fonte, remplacée par les nouvelles précipitations. Ailleurs la quasi-totalité du continent connaît une température négative, plus basses que -25° même pendant été austral.

Il y a une activité volcanique ancienne, la chaîne du Executive Committee, en particulier, sur la région nommée Terre Marie Byrd. Il y a d’autres volcans, 138 découverts à ce jour. Le Mont Melbourne, en Terre Victoria, est actif et présente des fumerolles. Sa dernière éruption, selon Wikipedia, date d’environ 1750.

ice-15.jpgIl y a le Mont Erebus, en mer de Ross:

« Il est remarquable du fait de la longévité de sa phase éruptive actuelle, supérieure à trente-cinq ans, et de la présence d’un lac de lave au fond de son cratère principal. »

Le volcan de l’île de la Déception, au bout de la péninsule, a connu deux éruption en 1967 et 1969. Le volcan est jugé très dangereux.

Enfin un volcan serait entré en réveil il y a peu:

« En Antarctique occidental, des mouvements de magma dans la croûte terrestre trahiraient l'existence d’un volcan actif ou en passe de le devenir sous plus d’un kilomètre de glace. »

 

ice-13.jpgPoint chaud

Selon une autre chercheuse, Amanda Lough:

« J’ai réalisé que les secousses étaient proches de certaines montagnes … Ma première pensée a été : Ok, c’est peut-être juste une coïncidence. Mais j’ai regardé de plus près et réalisé que les montagnes étaient en réalité des volcans. Les volcans les plus proches des évènements sismiques étaient les plus jeunes…Mais nous pensons qu’il y a probablement un point chaud ici dans le manteau produisant du magma bien en-dessous de la surface. »

ice-16.jpgIl y a un point chaud au centre du continent, dû probablement à des roches radioactives. Il fait fondre une couche de glace sur le manteau rocheux.

Il y a les courants chauds, qui à certaines périodes sont renforcés et amenés plus proches de la surface par certaines conditions météorologiques. 

Il y a, sous la Terre de Marie Byrd, dans le prolongement des volcans de l’Executive Committee, un point chaud, un panache de magma qui, selon cet article sur les travaux d’Hélène Séroussi de la Nasa (JPL, image 6), monte jusqu’à 2 km de la surface. Il provoque une élévation, un dôme:

 

Yellowstone

« Ce panache de magma, que les chercheurs estiment situé à environ 2 kilomètres sous la surface, est évidemment en lien avec la récente fonte de glaces observée dans l’ouest de l’Antarctique, attribuée au changement climatique généré par l’Homme. »

ice-18.jpgLa puissance ce point chaud est évalué comme beaucoup plus importante que celui de Yellowstone.

« Des chercheurs de la NASA ont découvert qu’une énorme remontée de roches chaudes sous Marie Byrd Land, située entre la plate-forme de Ross et la mer de Ross, crée de vastes lacs et rivières sous la calotte glaciaire. La présence d’un énorme panache de manteau pourrait expliquer pourquoi la région est si instable aujourd’hui, et pourquoi elle s’est effondrée si rapidement à la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 000 ans. 

ice-14.jpgEn comparant leurs résultats et les données rapportées par des membres de la Nasa en mission  au  pôle Sud, les chercheurs ont conclu que le panache contenait une quantité de chaleur et de pression colossale sous la surface du continent. La chaleur,l’étendue et la pression interne dépassant la puissance du supervolcan de Yellowstone. »

 

Le feu sous la glace

Enfin on voit sur la reconstitution vidéo ci-après la répartition et l’épaisseur des roches chaudes du manteau. La croûte est plus mince dans la région du point chaud, sans surprise.

Il semble bien que l’Antarctique fonde un peu. Mais il fond surtout par dessous. Le réchauffement de l’atmosphère n’est qu’un apport limité et non permanent, probablement insuffisant pour faire fondre toute la glace du sud même avec quelques degrés de plus. 

Et comme le réchauffement devrait produire davantage de précipitations, le nouvel apport de neige devrait compenser les pertes.

 

Images Nasa, Esa, Séroussi, Wiki, internet.

 

 

ice-12.jpg

 

ice-19.jpg

1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Question : Quand verrons- nous les grands médias s'adresser aux scientifiques avant de rédiger leurs articles mettant toujours en cause le réchauffement climatique ? Si celui-ci existe bel et bien, toutes les manifestation d'une élévation de la température ne sont pas la conséquence de ce réchauffement. Homme-libre vient clairement de le montrer. Et, quand il y a débat sur la question, pourquoi toujours privilégier le camp écolo ?

Les commentaires sont fermés.