Votation Clé-de-Rive : l’affiche ringarde

Les genevois d’en ville décident le 7 mars de l’aménagement futur du quartier de Rive. Actuellement à l’abandon, ou presque, ce n’est plus le lieu de rencontres d’antan.

 

clé de rive,votation 7 mars,geneve,Raquette

Le projet de la Ville de Genève est ma foi fort agréable (image 1 clic pour agrandir). Il me fait l’effet de ces grands mails ou avenues que l’on trouve dans certaines grandes villes, et où il fait bon se rencontrer.

Les opposants qualifient le projet de « ringard et dépassé ». Heu, ringard et dépassé? Ça c’est de l’argumentation politique tétanisante!

Ringard, mille sabord! Les Verts-de-rouge sont verts de rage. À cause du parking qui contredit leur volonté de chasser les voitures du centre-ville.

Je pense pourtant que la diversité doit aussi s’appliquer aux transports, même s’il est judicieux de limiter la circulation privée dans certains espaces.

L’équilibre devrait résulter de bons compromis. Un peu de l’un, un peu de l’autre. C’est aussi cela la démocratie: personne n’est totalement satisfait mais tout le monde y a sa place.

Si je résidais en ville de Genève je voterais oui au projet. Il embellit le quartier. Évidemment les travaux vont engendrer des gênes pendant quelques années. Cela donnera une toute petite idée de ce que seraient les travaux en rive droite si le mauvais projet ferroviaire des CFF, la raquette, se réalisait.

 

clé de rive,votation 7 mars,geneve,Tétanos

Il est possible, voire probable, que le projet soit refusé le 7 mars. L’opposition conservatrice des Verts-de-rouge est bien connue. Le terme de ringard est en lui-même emblématique d’une époque où il suffisait de le brandir pour discréditer une personne ou une idée, sans autres considérations.

Eh bien l’affiche des principaux groupes d’opposition au projet est elle-même ringarde (image 2, clic pour agrandir). C’est un vieux style vaguement BD, avec une image à la fois simpliste et chargée, manichéenne et enfantine.

Le même style que dans les années 1970, où l’on trouvait déjà ce graphisme particulier rempli de détails destinés à dramatiser, et où l’on dressait des catégories humaines les unes contre les autres. Il y a un parfum subliminal de rejet et d’exclusion dans ce genre d’illustration. Une sorte de légitimité de la haine.

Ici on voit une grosse voiture méchante, avec des grandes dents méchantes, qui mange la gentille ville et les gentils piétons. La méchante bagnole casse tout. Hou la vilaine!

 

clé de rive,votation 7 mars,geneveÀ ringard, ringard et demie

Quelle ringardise!

Ce n’est pas nouveau. Un jour on s’est mis à paver les rues, pour faciliter la circulation des calèches, vous savez, ces sortes de bagnoles hippomobiles, encombrantes, bruyantes et pas chauffées, tirées par des chevaux qui déféquaient en pleine ville, laissant le tétanos proliférer dans leurs excréments à portée de la main des enfants.

On a toujours cassé pour faire du neuf. Pas de quoi être tétanisé. Une ville n’est pas un musée. Sauf Florence et quelques autres.

Mais les palais vénitiens, de quels pittoresques et heureux villages préhistoriques ont-il pris la place?

Cette affiche des opposants au projet est old style, pourquoi pas. Mais, manichéenne, hideuse, illustrant le combat du supposé méchant contre le supposé bon, elle présente une image très négative du monde (comme souvent les affiches de gauche, me semble-t-il).

Pourtant les graphistes du passé savaient faire de belles images, positives, inspirant la confiance et non la peur et la parano. Il y a d’autres sources d’inspiration dans le passé, et pas du tout ringardes, ou pas dans le style gaucho-parano.

Comme par exemple cette superbe affiche art déco des années 1930 pour la ville de Leysin (image 3). Dessinée par Jacomo Muller elle a reçu « … le premier prix du concours de la plus belle affiche suisse des stations d'hiver en 1935 à Paris ».

 

Le laid et le beau

clé de rive,votation 7 mars,geneveUne si belle affiche pourrait encore servir aujourd’hui, avec de minimes retouches pour la rafraîchir. Les polices d’écriture gagneraient à être plus fluides. L’idée est adaptable à Genève.

Les opposants auraient pu s’opposer en montrant par exemple du beau plutôt que du laid. Mais cela ne va pas avec le manichéisme qui doit nous tétaniser plus que nous faire réfléchir, soupeser et décider sans passer par la peur.

Et puis, les zones concernées ne sont actuellement pas belles. Elles sont même laides. Il fallait bien une affiche ringarde pour cette laideur. Il n’y a rien de beau à montrer. C’est le projet qui est beau.

 

 

Catégories : Politique 7 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Ringard" rime avec le "bagnolard" qu'utilise un autre adversaire, socialiste quant à lui, de la voiture (j'allais écrire "voiture automobile").
    Ah, la belle époque où la gauche combattait les "calotins" et "culs bénis" catholiques, alors qu'aujourd'hui elle est souvent devenue étrangement muette pour ne pas dire l'alliée "objective" de certains courants musulmans.
    P.S, Changement d'adresse e-mail due à un nouvel opérateur téléphonique.

  • J'avais lu ce mot "bagnolard" et j'ai failli en faire un billet. Quel mépris dans ce terme, de la part d'un gardien de la bonne morale... C'est n'importe quoi.

  • J'aurais aussi pu écrire que le message de cette affiche est parfaitement "binaire". Donc d'autant plus ringard...

  • Leysin était un village de sanatoriums, comme dans "la montagne magique" de Thomas mann, cette affiche s'en inspire! Je la trouve magnifique mieux que toutes les affiches de cette élection! Elle me fait penser à des femmes sportives et en bonne santé comme Charlotte Perriand ou Ella Maillart!

  • "j'ai failli en faire un billet"
    Je n'ose pas écrire "les grands esprits se rencontrent".
    P.S. Changement d'adresse e-mail dû à un nouvel opérateur téléphonique.

  • Nous ne savons pas créer et gérer les zones piétonnes à Genève! Sur le site de France Info, un petit reportage sur une ville d'Espagne "Pontevedra" où tout le centre est piétonnier, une réussite que nos "politicos" devraient aller voir, mais c'est trop loin pour eux!

  • @ Dominique:

    Bien, Pontevedra.

    Pour Leysin, cette affiche porte une belle émotion. La silhouette est très moderne même si le décor tel que représenté date un peu.

Les commentaires sont fermés.