Belle histoire 7 : Persévérance, les yeux sur l’horizon

Je continue avec ce focus sur l’actualité. C’est aussi une belle histoire, l’histoire d’une réussite à plusieurs niveaux. Elle montre, pardonnez-moi ce jeu de mot incertain, que la persévérance est parfois récompensée.

 

mars,perseverance,nasa,roverLe nouveau Rover de la Nasa s’est posé de la plus belle des manières sur Mars vendredi soir. L’agence spatiale américaine a diffusé la vidéo de cet atterrissage. Elle restera probablement comme une image marquante de cette mission. 

Nous connaissions depuis Curiosity la technique de dépose du robot. Une technique qui est une prouesse à elle seule, avec une grue volante qui lâche l’engin en douceur grâce à des câbles. Mais nous ne l’avions jamais vu. 

Cette dernière descente a été filmée jusqu’au bout. Des caméras ont d’abord filmé le déploiement du parachute, vers l’arrière. Quand le bouclier thermique s’est détaché, une caméra frontale a filmé le sol en approche.

mars,perseverance,nasa,roverLes images prises ont permis à Persévérance de choisir en temps réel le meilleur site de dépose, en comparaison d’images mise en programme dans son ordinateur de bord. 

Et pendant une longue poignée de secondes, on voit se dérouler l’aboutissement d’années d’études, de réflexion, de tentatives, de collaborations entre des équipes aussi différentes que les ingénieurs en robotique et les fabricants de caméras ultra-perfectionnée, que les informaticiens et les constructeurs de turbines.

Et combien de test ont-ils été effectués sur l’immense parachute, afin qu’il se déploie sans aucun problème. Il n’y avait pas droit à une seule erreur de pliage ou de fabrication, sans quoi le Rover s’écrasait au sol.

mars,perseverance,nasa,roverC’est aussi l’accumulation d’années et d’années d’expériences et de développements scientifiques et technologiques dans des centaines de domaines. Des milliers de personnes compétentes ont oeuvré de manière coordonnée à la réalisation de ce projet, dans un esprit de découverte, de collaboration.

Persévérance, un nom symbole du long travail des femmes et des hommes dévoués au projet. C’est aussi le symbole de l’insistance des êtres humains à repousser les limites, et à chercher ailleurs ce qui pourrait leur ressembler: La vie. 

Et au moment décisif, prévu de longue date, comme était prévu le lieu précis d’atterrissage (cela semble si normal aujourd’hui, pourtant essayez d’envoyer un tas de ferraille d’une tonne jusqu’au point précis qui vous intéresse…), donc au moment décisif tous les calculs des ingénieurs produisent ce miracle: voir en réel l’atterrissage.

D’un coup, Star Wars paraît ringard – ou visionnaire, à choix.

 

 

Alors, plein les yeux et commentaire en français, avec gratitude pour la Nasa qui assure avec brio:

 

 

Et voici , en simulation, la même chose sous des angles que nous ne verrons pas… avant très longtemps:

 

 

 

Catégories : Belle histoire, Science, Univers 3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Félicitations, très bon article !
    Où l'on voit la persévérance de l'Homme, dans sa recherche obstinée de la connaissance, aboutir à des résultats splendides.
    Et c'est encore, pour un temps peut-être limité, à mettre au crédit de l'Occident… tant décrié !

  • Je vous remercie.
    L'Occident, si créatif, a encore quelques longueurs d'avance, mais la concurrence est bien là.

    On voit aussi que les choses ont été très rapides depuis Gagarine, mais elles sont aussi très lentes. Nous n'en sommes qu'à explorer par des robots une autre planète. Une colonisation humaine à grande échelle est encore lointaine.

    Mais tant de chemin a été parcouru en si peu de temps, nous pourrons encore être étonnés.

  • Je pense qu'il faudra du temps et de l'argent pour faire de Mars une destination humaine. En attendant, l'exploration planétaire devra être réalisée par des robots. Moins risquée que l'exploration humaine, elle nous fera faire d'énormes progrès dans la connaissance scientifique concernant, en particulier, l'apparition et le développement de la vie extraterrestre. La coopération internationale, plus que la compétition, sera nécessaire.

Les commentaires sont fermés.