Géraldine Savary : deux balles et puis c’est tout

La flamboyante ex-politicienne romande l’avait annoncé au mois de novembre dernier: elle est la nouvelle rédactrice en chef du magazine gratuit Femina. Une feuille de chou comme on en trouve aux caisses des supermarchés français, encartée dans Le Matin chaque dimanche.

 

savary,geraldine,le matin,feminaLes vieux papiers

Je l’aimais bien. Je lui avais consacré un billet lors de son retrait politique il y a deux ans. Je ne m’attendais pas à la revoir derrière un magazine qui est censé être consensuel et non idéologique. Est-ce du copinage? Ou une sororité féminine fleurant le privilège avec la Rédac’ chef du Matin, Ariane Dayer?

Madame Savary se voit une ambition quasi-missionnaire pour ce magazine qu’elle affirme être « très populaire ». La preuve selon elle: même sa fille de 16 ans le lit! Au moins sa fille sait lire. À 16 ans en suisse romande, c’est déjà pas mal. Et puis l’horoscope est court, c’est vite lu entre deux messages sur Insta ou What’s et une vidéo de mode d’une influenceuse.

Selon le site de la télévision romande:

« … l’ancienne vice-présidente du Parti socialiste suisse veut continuer son engagement politique, notamment en portant des valeurs féministes. « J’ai envie de donner la parole aux femmes de Suisse romande, de montrer leur place dans la société, de les inciter à conquérir le monde", explique-t-elle. (…) Elle souhaite notamment en faire un journal "plus féministe et plus ouvert sur la communauté LGBTIQ ».

Beurk. 

 

 

savary,geraldine,le matin,feminaPresque nue

Raison de plus de le mettre directement aux vieux papiers. En tous cas pour les hommes. Car comme elle le dit dans une autre interview au même canard en date du 8 novembre 2020: les lectrices de Femina auraient besoin d’appartenir à une communauté.

Quoi de plus clair: la cause féminine est une cause communautaire et communautariste. C’est-à-dire non universelle, et séparatrice. Elle le confirme d’ailleurs plus loin:

« J’aimerais quant à moi que Femina fasse écho à ce qui se passe dans notre société actuellement, qu’il accompagne la libération de la parole féminine, qu’il soit un espace de discussion, de débat, de partage pour les femmes… »

Eh bien c’est réussi. Enfin presque. L’image 2 (clic pour agrandir) montre la couverture du Femina du 24 janvier, alors que madame Savary est en poste depuis un mois. Pour un journal qui veut libérer la parole des femmes et en montrer la visibilité, c’est réussi. 

Sur cette couverture, une jeune fille presque nue s’offre comme une fleur, presque comme un objet. Elle illustre le titre principal: « Belle et puis c’est tout ».

 

 

savary,geraldine,le matin,feminaFuture is female

L’image de la femme est donc: belle et puis c’est tout. Le sous-titre confirme: « De la lingerie pour de vraies femmes ». Vraies femmes? Cela laisse entendre que certaines femmes ne sont pas vraies. Vieille thématique excluante et régression d’au moins 50 ans. 

Qui sont-elles ces vraies femmes? Vite, un stéréotype ou deux, ça fait causer dans les chaumières. Belle, vraie, lingerie, on est dans le glamour féminin. Merci Géraldine. À noter par ailleurs qu’elle ne rejette pas le glamour ni la mode: « Il est hors de question que Femina renonce ou altère le glamour dans ses pages ». Annonceurs oblige.

Et elle veut surtout y mettre des discours de militantes lesbiennes anti-hommes, d’idéologues extrémistes, de théoriciennes de l’indifférenciation supposée des sexes, du lobby LGBTetc.

À l’intérieur de ce même numéro du 24 janvier on trouve l’image 3. On y voit une tasse avec l’inscription revancharde puante: The future is female. On voit aussi une tache de rouge à lèvre sur le bord de la tasse. Re-Beurk! To be crado or not to be!

Eh bien non, le futur ne doit justement pas opposer le genres.

Le magazine va-t-il couler? Ce ne serait pas une grosse perte. La majorité des femmes se fiche bien des trans même en transes, de la violence conjugale dans les couples lesbiens, des grandes bourgeoises qui utilisent les femmes et le féminisme pour augmenter leur propre pouvoir, etc.

 

 

savary,geraldine,le matin,feminaDeux balles et puis c’est tout

Ce Jeune & Jolie pour Suissesses adultes présente évidemment quelques articles sociétaux. Il y a une brève sur une agricultrice lesbienne, une sur un réfugié non-binaire (je me demande d’où il vient celui-là, et comment une théorie pour intellos en mal de buzz peut intéresser au-delà des campus américains jusque dans les plaines africaines), un mannequin grande taille qui « participe à diversifier les canons de la beauté ». 

Elle est pourtant dans les canons de beauté traditionnels de l’Arabie, où elle habite avec son mari, quand-même. À noter que l’article d’une page et demie ne mentionne pas les mensurations de la dame. On peut vouloir libérer la parole, mais pas la mesure du tour de taille.

Et puis libérer une parole sans lui opposer de discours critique n’est pas une bonne chose. C’est juste une chambre d’écho, du journalisme à deux balles et puis c’est tout. On comprend cela dans une feuille politique, pas dans un média tous publics. 

C’est malheureusement ce qui se passe. Femina va, comme d’autres, relayer et diffuser un message de toute-puissance féminine, dans le contenu des articles ou des images, et par l’absence de contre-parole critique. Il n’y aura donc pas de vrai débat.

Je pense que je vais cesser d’acheter Le Matin chaque dimanche et de nourrir ces bouches ingrates.

 

Mais plutôt rester sur un bon souvenir de madame Savary: son fou-rire au Conseil National. On pardonne beaucoup à quelqu’un qui sait rire, même d’être féministe:

 

 

 

Catégories : Divers, Féminisme, Humour, Politique 11 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Oh de grands moments de littérature en perspective, mais masqués bien sûr! Le politicien/la politicienne ont cette capacité comme les chats de toujours retomber sur leurs pattes, tout en écrasant les pieds des autres bien sûr!! Toujours aucun commentaires de sa part sur l'émission de la TSR de Temps Présent de novembre 2019, sur "la prostitution forcée" dans les rues de Lausanne comme c'est étrange??? Sans doute qu'à ces yeux certaines femmes n'ont pas la même valeur que toutes les autres, et peuvent être réduite à l'état d'esclave dans nos rues sans problème!! Nous avons des lois en Suisse contre l'esclavage, le problème, elles ne sont pas appliquées! Ce qui ne pose aucun problème à la gauche!

  • Excellent !

    Fidèle lectrice depuis les années soixante du magazine français fondé par Hélène Gordon Lazareff, Femina n'a jamais vraiment retenu mon attention.

    Dans le dernier numéro, lire que le "Cardon" faisait partie des légumes oubliés ... m'a fait bondir ce qui est faux puisque l'on peut en acheter sans problème sur les étals des maraîchers !

  • « [...] ce magazine qu’elle affirme être « très populaire ».

    Excellente nomination pour rendre ce magazine définitivement impopulaire... oh, bien sûr, il finira "élitiste" !

  • « un journal "plus féministe et plus ouvert sur la communauté LGBTIQ »

    ... manque cruellement dans ce programme, la communauté des femmes musulmanes voilées de Suisse.

    Mais on a compris où en voulait venir Tamedia. Et si c'était pas cet éditeur, s'aurait sûrement été celui d'une galaxie bobo-horlogère convertie au "journalisme de précision"...

  • J'ai oublié de mettre le lien vers le billet que je lui avais consacré, sous le titre "La chute d'une étoile":

    https://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2018/11/07/geraldine-savary-la-chute-d-une-etoile-295380.html

  • Sur le sujet, ne manquez surtout pas cette interview (sur Trump, Biden, cancel culture et bien plus). Voilà un homme de gauche qui lui à tout compris et ose examiner les faits de manière impartiale, ce qui désormais est interdit dans nos médias:

    https://www.youtube.com/watch?v=UqHarnj-8vA&feature=youtu.be

  • Comme d'habitude, un billet placé sous le signe de la sagesse. Mais pardon John, ce que j'ai le plus apprécié, c'est la vidéo du rire. Il y en a d'autres sur le Net, d'accord. Mais entre amis, c'est encore plus savoureux... Voilà une privation de plus, peu relevée, causée par ce satané virus. Une idée "d'angle" pour les médias? Ils n'ont pas encore interrogé psychiatres et psychologues sur les conséquences de ce cruel manque.

  • Vous êtes pardonnée Mireille.
    :-)
    Cette vidéo est formidable, les 4 rires sont rafraîchissants. Sans théorie, ils en disent beaucoup sur ce que je vois comme une capacité de bonheur. Cela fait du bien.

    Dans le billet j'aurais aussi pu relever cette partie de phrase:

    "... de les inciter à conquérir le monde..."

    Exaltation de l'esprit de conquête, et confirmation d'un état de guerre des sexes. Elle reprend au bénéfice des femmes une rhétorique qu'on refuse aujourd'hui aux hommes.

  • Et la deuxième balle était pour qui ? Le même calibre et la même arme ?

  • L'enquête est en cours, mais les murs ont des oreilles.
    Les ânes aussi, me dira-t-on. Et on aura raison.

  • Très bon article !
    Encore une ancienne politicienne de gauche de la classe supérieure, "héritant" d'une place dorée pour continuer à répandre son idéologie…

Les commentaires sont fermés.