Le Dakar, du rêve et des larmes

Les paysages d’Arabie sont sublimes. J’ai regardé quelques fois le résumé du Dakar sur France 4. Rien que pour les images cela vaut le coup. Les paysages somptueux de dunes à perte de vue, des canyons vertigineux, des roches étranges, et cet ocre décliné en dizaines de nuances: un régal pour les yeux.

 

dakar 21,arabie saoudite,voiture électrique,mike horn,36 crevaisons

Le Dakar est et reste une course pas comme les autres. La dureté et la beauté s’y côtoient partout, avec une exigence folle de dépassement de soi pour chaque pilote. Il faut trouver sa route dans le désert, anticiper les difficultés, savoir réparer un pneu et mettre les mains dans le cambouis.

Chaque année des centaines de passionnés tentent l’aventure. Pour la plupart, le seul fait d’arriver entier au bout est déjà une récompense formidable. Car il y a eu un mort – Pierre Cherpin, image 1, deux commotions imposant un retrait sanitaire pour les pilotes, beaucoup d’accidents et de casse, et une cascade d’abandons.

Les incidents sont nombreux, à l’image d’un pilote ayant subi 36 crevaisons en 12 étapes! Ou de cet autre pilote dont la moto a rendu l’âme à seulement 30 km de l’arrivée.

 

dakar 21,arabie saoudite,voiture électrique,mike horn,Hydrogène

Le Dakar est l’objet de critiques depuis des années. Certains écolo-populistes n’y voient peut-être que l’aventure polluante de quelques pétrolo-bagnolards. Il survit grâce à la ferveur de pilotes passionnés qui vivent un rêve et une confrontation intense. Mais survivra-t-il à la fin des moteurs thermiques? 

Cette année une voiture bardée de capteurs a réalisé tout le parcours, avec à son bord Mike Horn et Cyril Despres.

« Cette voiture, c’est un vrai laboratoire, détaille Mike Horn. On a une voiture qui accumule chaque seconde des datas : l’impact, la pollution, même de la voiture devant nous, les chocs légers, l’accélération, les freinages et tout ça. »

L’objectif est de concevoir un véhicule à hydrogène performant.

« L’idée est également de produire de l’hydrogène "vert" pour la pile à combustible. »

 

dakar 21,arabie saoudite,voiture électrique,mike horn,Banc d'essai

Par ailleurs il existe déjà un véhicule sportif 100% électrique, l’Extreme E Odyssey 21, pilotée et testée sur une étape du Dakar par Ken Block (image 3 © KB):

« Elle embarque une batterie produite par Williams Advanced Engineering, et dispose d’une cavalerie de 550 ch et 1 016 Nm capable de la propulser malgré son poids de 1 650 kg, de 0 à 100 km/h en seulement 4.5 secondes. »

Le Dakar sera-t-il un banc d’essai pour les véhicules d’après les voitures électriques actuelles? On l’envisage sérieusement. Ce serait une bonne opportunité. 

« En 2022, le virage énergétique du rallye-raid prendra une tournure toute particulière avec la participation d’Audi. Cette semaine, la firme allemande a officialisé sa participation avec un modèle délaissant le moteur thermique et le simple dilemme de la propulsion ou de la transmission intégrale… »

 

La vidéo ci-dessous est un résumé global. Il y en a d’autres avec encore plus de belles images, mais celle-ci montre aussi les problèmes quotidiens des pilotes, et parfois leurs larmes. Elle commence par quelques secondes à Jeddah.

 

 

 

 

 

Catégories : sport 6 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • L'époque où le rallye traversait la Mauritanie pour entrer au Sénégal par le bac de Rosso, était particulièrement excitante pour celui qui le voyait à la télévision après avoir passé deux ans dans la région. Pour le reste, un rallye reste une course de voitures en terrain difficile.

  • Bien que ce sport dit «mécanique» ait été en vogue au tournant des années 1960-70. Le Rallye des Vosges et celui de Monte-Carlo remontent dans ma mémoire. Et des voitures, comme la Fiat Abarth, la Mini Copper, la NSU TT, l'Alpine Renault ou la R10, équipées «rallye» (arceau de sécurité intérieur et extincteur) même pour ne faire que de la ville ou aller au chalet. L'équivalent du 4x4 contemporain question standing.

  • Certains voudraient interdire le "Dakar" parce qu'il pollue, selon eux inutilement. Mais un simple calcul montre que le réchauffement climatique dépend énormément plus du tourisme aérien qui, lui non plus, n'est pas prioritaire. Ce sont encore ces gens qui refusent le "Tour de France" et sa caravane. Les "ayatollahs du sport" auront-ils la peau de nos loisirs ?

  • Quoi qu’il en soit, cette manifestation se déroule maintenant dans l’indifférence totale...

  • En effet. Usure du temps, ou effet des critiques? Difficile à dire.

  • On peut aussi considérer un manque de moyens des médias traditionnels face à la concurrence des réseaux internet plus ciblés. J'ai repéré de nombreux sites spécialisés dans les rallyes. C'est le phénomène de la «longue traîne» (long tail).

Les commentaires sont fermés.