Bonne année les p’tits nains !

Parce qu’il y a des grands nains. Enfin, des nains plus grands que d’autres. Ils n'ont pas tous la même taille. Sinon ça n’a pas de sens de dire p’tits nains. C’est juste gentil. Un nain, c’est petit, ça ne peut pas faire de mal. Alors, p’tit nain c’est une manière gentille de s’adresser aux autres.

 

nain,nanisme,personnes de petite taille,tolkien,gandalf,légendes,lutinsPathologie

Seulement voilà le mot nain est aujourd’hui mal vu. Il faudrait dire Personnes de petite taille. Par exemple l’histoire de Blanche-Neige serait intitulée: Blanche-Neige et les sept personnes de petite taille. Tu parles d’une misère.

Comment se sent-on quand on est dans la peau d’un nain? Je l’ignore. Il doit bien y avoir des moqueries, et un gros sentiment d’être à l’écart. J’imagine que la vie quotidienne, une vie normale, doit être difficile. Le monde est fait pour les grandes tailles.

Étymologiquement le terme nain signifie petit. Il est donc approprié. Les nains sont des personnes atteintes de nanisme:

« Le nanisme est un ralentissement de la croissance biologique d’un être vivant (végétal ou animal), en raison d’une condition héréditaire ou accidentelle (maladie, carence, environnement). » (Wiki)

On pourrait alors dire que l’appellation de nain est impropre, car on ne désigne en principe pas les gens par leur maladie. On ne dit pas: « Tiens, voici le cancéreux ». Pourtant on disait à l’époque où la lèpre était répandue: « Attention, voilà un lépreux. »

 

 

nain,nanisme,personnes de petite taille,tolkien,gandalf,légendes,lutinsGandalf

Les nains font partie de notre patrimoine culturel. Le problème est que l’image du nain n’a pas toujours été socialement positive.

Le nain a été vu comme une forme de monstre. Sa difformité en a fait un personnage de foire et de cirque. Les nains ont également été persécutés par le régime nazi, à l’instar de la troupe Liliput (qui n’est pas un groupe de péripatéticiennes prénommées Lili…) (image 2).

Les nains en tant que personnages mythologiques font partie de légendaires d’Europe du nord. Ils appartiennent à ce que l’on nomme le Petit Peuple, comme les lutins. Ils vivent sous terre, creusent des mines, entretiennent des forges et travaillent le métal.

Ils sont aussi magiciens, à l’instar de Gandalf rendu célèbre par Tolkien dans Le Seigneur des Anneaux. Différentes pistes de réflexion sur la fonction symbolique des nains sont abordées sur le site Tolkiendil.com.

 

 

nain,nanisme,personnes de petite taille,tolkien,gandalf,légendes,lutinsBouffons

Toujours selon Wikipedia:

« Cet aspect de spectacle et divertissement, rattachant le nain aux représentations des monstres imaginaires (merveilleux, fantastique), du grotesque et du ridicule se perpétue dans la culture populaire aux XXe et XXIe siècles dans les stéréotypes de représentation des personnes naines dans les médias, l’industrie du spectacle et les films, et notamment le cinéma américain. »

Or les nains sont des personnes. Je pense que c’est cela qui motive ceux qui veulent abandonner le terme: dans l’imagerie populaire des nains on voit davantage le mythe et le spectacle que la personne. Et le mythe n’est pas toujours positif.

Les nains sont souvent représentés en bouffons auprès de monarques, envers lesquels ils usent d’une liberté de parole remarquable.

Pour autant il n’est pas forcément méprisant de parler de nain. Le problème n’est pas le mot mais l’intention, le but et le contexte. On peut aussi dire personne naine. Ou, pourquoi pas, une petite personne?

Et puis, dans Le Seigneur des Anneaux, si les nains ne s’appelaient pas nains mais personnes de petite taille, leur récit perdrait singulièrement de sa force.

 

 

nain,nanisme,personnes de petite taille,tolkien,gandalf,légendes,lutinsInvisibles

En France on recense 5’500 personnes naines. Aujourd’hui il y a un débat entre considérer le nanisme comme une maladie ou comme une simple différence:

« Des questions éthiques actuelles paraissent liées au nanisme : l’imposition d'une norme sociale par la classification selon une mesure précise, la considération du nanisme comme différence ou bien comme maladie, la gestion des grossesses et la question de l'eugénisme (diagnostic génétique ou prénatal, IMG, IVG, hormones de croissance). »

C’est très bien. Mais appelons un nain un nain. Je garde le mot. Je n’y vois ou n’y mets une quelconque opprobre. Le cœur compte davantage que le mot. Et puis je me méfie de ce pseudo-humanisme qui voudrait coloniser nos consciences.

Dire Personnes de petite taille ne rend pas les nains plus visibles dans la société. C’est dommage, car ils sont une des formes de l’altérité. Peut-être eux-mêmes ne veulent-il pas se trouver dans les rues ou les magasins sous le regard des grands (et dans leurs jambes)?

Dire nain ne décrit qu’une petite partie de l’identité, très visible mais pas exclusive, de la personne. L’important, je pense, est dans le moment que l’on vit avec les gens. Parfois on fait juste, parfois pas, c’est comme ça. Les choses doivent exister, se dire et se régler entre les gens, y compris entre les nains et les grands. Enfin c’est mon point de vue.

 

 

 

nain,nanisme,personnes de petite taille,tolkien,gandalf,légendes,lutins

 

 

 

Catégories : Liberté, Philosophie, Poésie, société 0 commentaire Lien permanent

Les commentaires sont fermés.