#bringbackourboys : 333 disparus dans le silence des hérauts

On se souvient peut-être de l’enlèvement de 276 lycéennes par le groupe Boko Haram en avril 2014 au Nigeria. Une vague d’indignation mondiale avait suivi le kidnapping des jeunes filles.

 

nigeria,boko haram,garcons enlevés,bringbackourgirls,bringbackourboys,michelle obamaDes manifestations, des édifices éclairés en rose, de nombreux articles et prises de paroles de célébrités avaient marqué les esprits.

Un hastag avait été créé pour l’occasion: #bringbackourgirls. Michelle Obama en personne s’était mobilisée devant presse en faveur des victimes.

C’était une bonne opération de marketing moral. Les hérauts de la bonne conscience montraient leur souci pour les humains. Enfin, surtout pour les humainEs.

À la même période des garçons avaient été enlevés sans que cela ne fasse les grands titres de la presse ni que des people ne prennent leur défense. Les garçons ne sont pas rentables dans la bourse aux bons sentiments.

 

nigeria,boko haram,garcons enlevés,bringbackourgirls,bringbackourboys,michelle obamaCela vient de se confirmer. 333 garçons pensionnaires d’un collège ont été enlevés par le groupe Boko Haram le 11 décembre dernier. On n’en parle que maintenant, et aucune vague d’émotion ne parcourt le monde. Aucun people, aucune célébrité ne se dresse pour alerter le monde.

Si l’on doutait encore qu’une chape de plomb de sexisme misandre est tombée sur les consciences molles et les people démagos de l’occident, cela fait une piqûre de rappel. On s’inquiétait des filles parce que c’étaient des filles. Elles le valent bien, dit la pub. Les garçons, eux, ne le valent pas.

On est rendus là.

 

nigeria,boko haram,garcons enlevés,bringbackourgirls,bringbackourboys,michelle obamaPourtant, Boys Lives Matter.

Au fait, Michelle Obama ne s’est plus faite entendre pour les filles enlevées, dont 112 sont toujours introuvables. Silencieuse, Michelle, aujourd'hui. Personne d’autre ne s’est plus fait entendre, sauf les parents désespérés. Mais l’émotion est retombée. Ce n’est plus d’actualité, on s’en fout maintenant de ces filles. Les médias sont passé au buzz suivant.

Alors, pour les 333, je relaie ce hastag lancé dans le silence de l’hiver covidien par des hommes et des pères au Nigéria, et j’en ajoute un autre:

 

#bringbackourboys

#boyslivesmatter

 

 

Catégories : société 6 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Hola John, les hastag et moi on n'est pas spécialement amis mais comment ne pas soutenir celui-ci ou quelconque mouvement pour leur libération ?
    J'espère que TDG relayera votre cri et que les organisations nationales et internationales se démèneront, et vite !

  • Merci "Homme-libre". Quand les hommes ou les garçons subissent l'omerta médiatique, il faut le dénoncer car l'idéologie dominante est à la seule "victimisation de la femme", dans nos sociétés matriarcales. Les filles enlevées ont sans doute subi des violences mais les garçons seront peut-être de futurs combattants de "la cause".
    On ne compte plus les ONG qui réclament de l'argent pour venir en aide uniquement aux filles dans le monde. On plaint leur manque de scolarité, de soins et les violences que subissent les femmes mais on ne parle jamais de ces garçons dont on fait des soldats et que l'on oblige à commettre des atrocités au nom d'une religion, par exemple. Toutes ces bonnes âmes, qui ne parlent de victimes que lorsqu'elles sont féminines, devraient peut-être se poser des questions sur leur engagement "humanitaire". Car l'humanité comporte deux genres qui méritent, autant l'un que l'autre, notre compassion. Privilégier un seul sexe c'est déjà entrer dans un communautarisme sexiste.

  • Très juste. Entièrement d'accord !

  • Hola Colette,

    Je n'aime pas plus les hastags que vous en général, ils sont plus réducteurs qu'un slogan. Mais celui-ci je le reprends en voyant ces pères, qui doivent se sentir bien seuls.

    Bonne journée!

  • Deux nouvelles, une mauvaise et une bonne. La mauvaise: le gouvernement a réévalué le nombre de garçons enlevés: 520, et non 333, La bonne: plus de 340 d'entre eux ont été libérés par l'armée.

    https://www.lepoint.fr/monde/rapt-d-eleves-au-nigeria-au-moins-300-ont-ete-liberes-18-12-2020-2406382_24.php

  • Merci pour ces dernières informations John. Soulagement pour certains parents, et quelle angoisse pour tous les autres.
    On ne peut qu'espérer que l'armé....
    Bonne nuit

Les commentaires sont fermés.