Flight Pride : fiers de prendre l’avion, peigne à mouche !

Flygskam ou Flygstolt?  Ce n’est pas pareil. Je lisais sur le dernier billet de Philippe Meyer que les injonctions à renoncer aux voyages en avion avaient un nom en suédois: Flygskam.

 

avion,CO2,honte de voler,Flygskam,greta thunberg,écolo,Icare,Icare

Depuis que l’ultra-gauchiste Greta Thunberg a lancé une fatwa contre les aéroplanes, 21 % de personnes dans des grands pays occidentaux ont décidé de réduire leurs voyages en avion.

Peigne à mouche, ils sont fous! L’avion est un moyen de transport hydrocarburé des plus fantastiques pour: découvrir le monde, transporter des marchandises et des personnes sur de grandes distances dans un délai court, apporter des secours en cas de famine, permettre d’organiser des rencontres (politiques, sportives, culturelles) de niveau mondial, entre autres.

L’avion est le produit du rêve d’Icare: voler. Voler, c’est la mobilité ultime, c’est une liberté exceptionnelle.

Ah, mais l’aviation rejette du CO2? Oui. Elle contribue à 2,5% aux émissions mondiales. Soit assez peu en regard des services rendus. Et encore, le CO2 est-il bien la cause (unique ou principale) de la phase actuelle de réchauffement? J’y viendrai bientôt. Car la controverse continue même si les médias pratiquent l’omerta à l’encontre de ceux qu’ils désignent un peu facilement comme des négationnistes.

Il s’opère une fascisation à froid de la société. Le monde ouvert des années 1970-1980 est terminé. Retour au passé autoritaire, à l’image de la gueule renfrognée de Greta, ou des écolos qui rêvent de régimes politiques moins démocratiques, et des lobbyistes qui vivent de notre peur et de notre soumission.

 

 

avion,CO2,honte de voler,Flygskam,greta thunberg,écolo,Icare,Fierté

On me dira que l’avion favorise le tourisme de masse, un tourisme qui n’a plus bonne presse aujourd’hui, et qu’il faudrait freiner ces migrations temporaires et de pur confort que sont les vacances.

Cela toucherait évidemment les moins riches. Les moins riches des touristes qui partent en vacances, et les moins riches des pays qui reçoivent les vacanciers. L’économie des Antilles, de la Réunion, et de nombreux autres pays, sera amputée d’une ressource vitale. Dans notre repli écolo-flippé, nous regarderons les pauvres crever un peu plus vite de pauvreté.

Les constructeurs n’embaucheront plus, s’ils ne ferment pas boutique en laissant des centaines de milliers de chômeurs en plus dans le monde. Toute l’économie associée à l’aviation sera impactée.

Nous irons en vacances à 50 km de chez nous. La masse touristique honnie restera dans nos contrées.

Combien de temps faudra-t-il pour perdre notre niveau de vie, pour voir la pauvreté et la précarité augmenter, et pour retourner au XIXe siècle?

Peigne à mouche! Il faut voler, partir, rêver, inventer de nouveaux carburants pour avion (c’est déjà presque fait).

Au Flygskam, qui signifie « La honte de prendre l’avion », j’oppose le Flygstolt, dont la traduction signifie approximativement « La fierté de voler ».

N’ayons pas honte. Soyons fiers de notre technologie et de ce qu’elle apporte aux sociétés humaines. Ce n’est pas aux gens de s’empêcher, ce n’est pas à Greta de nous imposer son mode de vie depuis un voilier de luxe prêté par la jet-set millionnaire et mondialiste, c’est à la science d’améliorer lesdites technologies à notre service.

 

 

PS: Peigne à mouche! est la traduction par Google du mot Flygskam. Jolie expression qui me fait penser aux savoureux vocables que l’on trouve au Québec et que l’on nomme des sacres québécois, comme Tabernacle (ou Tabarnak)!

 

 

 

avion,co2,honte de voler,flygskam,greta thunberg,écolo,icare

 

 

Catégories : Liberté, Science, société 38 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • De Genève à Marseille par diligence et de Marseille à Shanghai en bateau à voiles. C'est ça qui nous pend au nez désormais ? Et par voie terrestre, ça prend combien de temps? Marco Polo, avec son père et son oncle ont mis 3 ans pour faire Venise-Pékin. Certainement mon dernier voyage, alors...

  • Les compagnies aériennes se concertent pour suivre l'exemple de Qantas;
    Restreindre l'accès aux déplacements en avions uniquement aux détenteurs du passeport de vaccination anti Covid of course.
    Nous y sommes ! La pollution ou obéissance sanitaire sont interchangeables. L'important c'est d'obéir !

  • Un machin électronique. Il faudra donc un machin électronique. Ce à quoi poussent des autorités cantonales en toute illégalité

    Et là je me marre. Cette application sera cassée avec application cassante gratuite. Et dire que les compagnies mettent en avant la lutte contre les faux.

    Je crains que de déshonnêtes gens, que je condamne par avance, procèdent à de scélérates attaques de ceux qui veulent ignorer la protection des données sensibles.

    En attendant, il est temps de faire rapidement un tour du monde.

  • Enchanteur votre commentaire rabbit...

    L'ultime restant que le monde se remette non en selle mais bien à cheval...Les peaux rouges furent probablement la plus belle civilisation de cette planète, qu'on le veuille ou non :-)

  • Ah que si rabbit avait épousé une squaw au lieu de s'acoquiner avec une sino-dissidente, il serait devenu chef de tribu dans le Dakota du nord. De sorte que, coiffé de plumes d'aigles, il serait occupé à affûter ses tomahawks devant son teepee, s'offrant de temps en temps une rasade d'eau de feu sous l'oeil ahuri du Grand Manitou.
    Au lieu de cela, il en est réduit (comme la plupart d'entre nous) à se répandre en vaines paroles sur des blogs minables.
    Tristes destins.

  • Rabbit n'a montré jusqu'ici aucune préférence concernant la couleur de ses squaws, ce qui en fait un gentleman éclectique en même temps qu'un cosmopolite éclairé.
    Mais avant tout, laissez tomber la dissidence présumée, sinon l'ambassade sera moins cool avec les visas (quand ce crétin de virus voudra bien nous lâcher un peu).
    Outre la futilité de nos propos dans cette blogosphère de seconde zone, je pense que nous avons de l'avenir dans l'émancipation des masses populaires, captives de la presse mainstream et contaminés par des germes politiques.

  • Merci, hommelibre.

  • La discussion sur les voyages aériens est passionnante parce qu'elle met le doigt sur toutes nos contradictions ou indécisions.
    Rester ou partir ?

    https://www.youtube.com/watch?v=QirsBCrXNI0


    Je ne suis pas une follower de Greta, j'ai trop vu d'ados obstinés Elle est radicale et on ne peut la suivre sans autre. Il faut se poser des questions et ne pas tomber dans une sorte de suivisme irresponsable.

    Icare ... Le mythe se termine avec la chute de cet apprenti aéronaute. Je crois qu'il s'agit d'illustrer les dangers de la démesure et du désir de dépasser sa condition.
    Si on écoute trop le message de ce mythe, on n'avance pas, de peur de se casser la figure. Et si on écoute trop Greta, on arrête tout.
    Donc, dans un sens, Icare et Greta disent un peu la même chose: on ne doit pas sous-estimer la nature et rester à sa place d'homme. Icare permet certainement l'idée d'une évolution mesurée, sans excès. Greta, je ne sais pas.


    En ce moment, on est empêché de prendre l'avion pour d'autres raisons que la honte. Cette pause permet de se demander, quels sont les avantages et inconvénients de notre facilité à voyager. Depuis Genève, c'est tellement simple de partir tous azimuts. On impose un bruit agaçant à toute une partie du canton ( quasiment toute la rive droite et le dessus du lac) parce qu'on veut aller ailleurs, en grand nombre et que c'est rendu possible par des billets moins chers qu'un voyage aller-et-retour en train à Berne ou Bâle.

    Je trépigne de ne pas pouvoir aller en Laponie, sur une île en Méditerranée ou en Algarve. Plus ça va, et plus je regarde les hôtels, gîtes, maisons sur des sites touristiques...

    Avant cet épisode de grounding pandémique, on a souvent critiqué les jeunes Icare qui partaient à Berlin, Barcelone ou Ibiza à tout bout de champ. On trouvait qu'ils exagéraient et étaient en totale contradiction avec celle qui était censée être leur idole : Greta.
    Ce qui signifie probablement qu'il ne suffit pas d'être jeune pour "être Greta".

    Faut-il être fier de voler ? Je trouve que je n'ai d'autre mérite que d'avoir payé un billet très avantageux et d'être d'accord de me soumettre aux exigences abrutissantes des contrôles de sécurité, des heures passées à zoner dans des aéroports pleins d'autres zombies, de faire la queue partout, de m'asseoir dans un espace inconfortable où j'abandonne toute capacité d'agir.
    Je considère que le jeu en vaut la chandelle, d'autant plus que je peux enfin voyager en-dehors des périodes de vacances scolaires.
    Mais je n'y vois pas un acte militant.
    Il n'y ni honte, ni fierté.

  • Il ne s'agit pas de ne plus voler du tout, mais de modérer le nombre de trajets qui sont devenus inutiles. Les gens des affaires par exemple : on vu pendant le confinement qu'ils pouvaient parfaitement discuter par vidéo conférence, qu'ils gagnaient du temps (mais perdraient sans doute un gueuleton !).

    Si nous faisons déjà attention à notre consommation d'eau, d'électricité, de chauffage, de nourriture pour ne pas devoir en jeter, pourquoi ne pas regarder de près notre usage de l'avion ?

  • Dans ce cas, l'origine du problème n'est pas à chercher dans le transport aérien en lui-même, mais bien dans l'invention du low cost.

  • À propos du low-cost, il représentera la moitié du trafic aérien dans 7 ans, selon des projection sur la base du développement de ces dernières années. Par exemple, selon cette analyse (extrait):

    https://www.voyages-d-affaires.com/croissance-transporteurs-low-cost-20190903.html

    "Selon l’UAF, quinze aéroports français voient plus de la moitié de leur trafic généré par les transporteurs à bas coûts. En tête, Bergerac et Carcassonne, dont le trafic low cost flirte avec les 100 %, suivis à quelques décimales près par Béziers, Nîmes et Beauvais. Parmi les grands aéroports régionaux, Bâle-Mulhouse, Bordeaux et Nantes ont un trafic low cost compris entre 55 % et 67 % du total passagers."

    Donc les destinations régionales bénéficient largement du low-cost, ce qui renforce paradoxalement le local. L'avion au service des régions? C'est le cas. Ecolo, ça, dans la philosophie. On peut donc imaginer que nombre des voyageurs arrivant à ces destinations cherchent un tourisme plus tranquille, plus nature. De bon touristes, quoi, qui arrivent de Dublin, Prague, Hambourg, et ailleurs, pour aller voir peut-être la statue de Cyrano.

    Et l'on peut aisément imaginer l'importance économique de cet apport pour les aéroports concernés, mais aussi pour la ville, la région, les emplois périphériques divers générés, et cela dans ce que l'on nomme pudiquement "les territoires" pour ne plus dire la province. Pour ces régions l'avion fait partie du développement économique seul capable de retenir les populations et les services.

    On devrait dès lors réfléchir non seulement à notre besoin de prendre l'avion et à l'opportunité ou non de tel ou tel voyage ou moyen de le réaliser, mais aussi au tort que nous causons indirectement à des pans de l'économie, au développement de régions, aux échanges rapides et confortables.

    Malgré les aéroports de Calendula!

    J'aime l'ambiance des aéroports, le côté lisse et planant. Prendre le temps, lire en salle d'attente, ou bosser sur à l'ordi. Voir la multiplicité des gens, des réalités, peut-être y voir les amants de Brel dans Orly.
    (en haut à droite)

  • Il y avait aussi «Le dimanche à Orly» de Gilbert Bécaud (1963), auquel Brel fait allusion dans sa chanson.

  • Oui, exactement, c'est aussi cela l'avion.

  • Calendula,

    Intéressante réflexion sur Icare. Pour moi le mythe illustre une pulsion ultime, mais qui est la suite de toutes les autres: se lever, marcher, grandir, partir, etc.

    C'est compliqué de faire cohabiter l'injonction très valorisée à se dépasser soi-même, et celle qui nous incite à nous brider nous-mêmes.

    D'accord avec l'idée qu'il nous rappelle aussi à notre statut et nos limites, mais aujourd'hui nous avons démontré (nous les humains) que certaines limites peuvent être dépassées grâce à la technologie et pour notre bien. Je ne suis pas contre une vie naturelle et contemplative, ou la traversée de l'Atlantique en voilier, mais je reste émerveillé de la créativité humaines. Je pense aux milliers de gens, aux études d'ingénieurs, à la complexité de la machine plus lourde que l'air et qui pourtant vole. Oui, je ressens quelque chose de l'ordre de la fierté à voir le génie humain.

  • A propos d'Orly...Ne pas oublier Candy :-)

    https://www.youtube.com/watch?v=7Peh1BCD4Ik

  • En effet Absolom!
    :-)

    Ou Nicolas Peyrac, Je pars (Le vol de nuit s'en va)

    https://www.youtube.com/watch?v=t-8SMg9oPAs

  • Et Désireless: il ne faudrait écouter que le premier couplet de "Voyage Voyage" pour ne pas risque de sentir l'envie de partir.

  • J'allais oublier:

    "Il est libre Max".

    Y'en a même qui l'on vu voler. C'est dire.

    À propos de Desireless je me demande si, question coiffure, elle est passée trop près d'un réacteur à l'allumage.

    Question subsidiaire: sans cette coiffure, aurait-elle eu autant de succès? Mais cela, c'est une autre histoire...

  • Cet inventaire incomplet n'a l'air de rien mais il illustre la force de l'avion et du voyage dans notre culture.

  • Dans un registre moins optimiste, vous alliez oublier cela...

    https://www.youtube.com/watch?v=hXG4Tcm2ZIU

    Mais n'oublie pas, toi si belle
    Les avions se cassent
    Et la terre est basse

    Eh oui, c’est ça aussi l’avion ;-)

  • Bien sûr, Olivier. Merci d'ajouter ce lien. Il manquait à l'inventaire.

    Cela permet de rebondir. Sauf erreur l'avion est le transport le plus sûr, avec le moins de morts par km parcouru. Tout cela à la fois grâce à la machine, à l'équipage, à l'intendance, aux ondes radios et radar, aux système météo en cours que des milliers et milliers de d'ingénieurs auscultent et guident. de milliers de scientifique qui assurent le voyage d'une manière ou d'une autre. Les constructeurs ne cessent d'améliorer leurs produits: confort, silence, consommation, etc.

  • Oui vous avez raison de souligner le fait que l'avion est le moyen de transport le plus sûr, Néanmoins, dans l'imaginaire public, un seul accident d'avion a plus d'impact que 10'000 accidents de la route. Il faut qu'il y ait un James Dean à bord pour qu'une banale voiture accidentée accède au rang de mythe!

  • En effet un accident d'avion avec 100 mort passe au téléjournal, alors que sur la route les 100 morts en quelques jours ne font pas le buzz – ou alors il faut un très gros accident, si possible un car.

    Pourquoi l'accident d'avion impressionne-t-il autant? Déjà peut-être par le nombre de personnes touchées à la fois. Ensuite, peut-être parce que l'on ne survit quasiment jamais d'un crash aérien, ou si rarement (merci au commandant Sully sur l'Hudson), alors que les accidents de voiture laissent plus de blessés que de morts. L'angoisse de certaines personnes en avion peut venir de cela: il n'y a pas de porte de sortie si l'avion tombe en piqué. Il n'y a plus de sauvegarde possible. Enfin, ce sont des hypothèses.

  • Et voyez un peu ce qui arriva au clown de Théodore de Banville:

    “Enfin, de son vil échafaud,
    Le clown sauta si haut, si haut
    Qu'il creva le plafond de toiles
    Au son du cor et du tambour,
    Et, le coeur dévoré d'amour,
    Alla rouler dans les étoiles.”

    Le poème en entier sur https://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/Poemes/théodore_de_banville/le_saut_du_tremplin

  • Bien vu, Mario.
    :-)

  • En complément: https://pmeyer.blog.tdg.ch/archive/2020/08/17/l-enfer-d-un-monde-sans-touristes-308272.html

  • @hommelibre,

    Vous aurez compris que je ne suis pas contre l'avion, et surtout pas contre le fait de voyager.
    La démocratisation du voyage aérien est certainement un progrès qui a non seulement crée de l'emploi dans les pays visités, mais cela représente un bienfait pour des gens assoiffés de sports d'hiver, de dépaysement, de lumière et chaleur ne plein hiver.
    A l'aéroport d'Helsinki, les queues pour les avions à destination de Ténériffe, Majorque ou Malaga sont énormes en janvier.-février. Les gens ne vont pas au ski !

    Simplement, le réflexe de sauter dans un avion pour partir fréquemment pour quelques jours ne me semble pas un mode de vie impliquant la fierté. Ce n'est même pas malin, selon les cas.
    Il est nettement plus rapide (et en définitive moins inconfortable ) de prendre le TGV pour Paris, de centre-ville à centre-ville. Mais pour les voyages longs, l'avion est imbattable.

    Ce que je trouve vraiment admirable, ce sont les personnes qui maîtrisent le parapente, l'aile-delta ou l'ULM. Je les trouve plus proches d'un Icare que le passager d'un gros avion. Certes, il ne s'agit pas réellement de se déplacer ( sauf avec l'ULM), mais d'éprouver la sensation du vol et de jouer avec l'élément qu'est l'air, de le maîtriser.
    Beaucoup de gens ont peur de l'avion, puisqu'il y a quelque chose de presque surnaturel dans cette façon de se déplacer. Il faut pouvoir faire confiance et supporter l'enfermement dans un espace réduit. Ce n'est pas donné à tout le monde, spontanément.

    Si on regarde ces illustrations montrant le nombre d'avions en vol à un moment donné, on ne peut que se demander si c'est vraiment nécessaire. Des espaces aériens sont tellement fréquentés, qu'on n'y voit que de grosses taches. Et idéalement, il faudrait encore développer ça ?

  • Calendula, faire confiance c'est la base. Imaginer que ces tonnes de métal vont tenir en l'air, que le pilote est à jeun, que l'intendance a été faite en temps, etc, il n'y a qu'un abandon de soi possible. En voiture on peut toujours imaginer freiner si qqch ne va pas, mais en avion...

    Je viens de lire le billet dont P. Meyer a mis le lien plus haut. Il décrit fort bien, entre autres, comment la sauvegarde des animaux sauvages en Afrique du Sud dépend aujourd'hui du tourisme. Et pas qu'en Afrique du Sud.

    Sur la question de passer un week-end à Londres ou Barcelone, raaahh... On frôle le procès en inutilité, là. Peut-être avez-vous in fine raison, mais ça m'embête.

    Plus jeune je pouvais partir en voiture le soir pour voir la mer au lever du jour. C'était fun et tendance, c'était une liberté inouïe. Aujourd'hui cé pô bien.

    Du moment où c'est possible je ne suis pas contre les vols de deux jours. Au nom d'une hypothétique protection de l'environnement (car la réduction des vols ne peut être un remède en soi) on nous suggère d'analyser nos besoin non en tant que besoin, mais en tant que comportement plus ou moins moral. Ce n'est pas toujours dit si explicitement, mais c'est pensé.

    Je préfère garder l'analyse morale de nos comportements pour les questions de relations humaines. La conservation de l'environnement est une chose plus technique, raisonnée. À force d'y mettre des bons sentiments à la pelle, comme pour se valoriser soi-même, on finira par commettre de grosses erreurs, et l'on éteint les débats contradictoire.

    Malheureusement notre époque montre que postures les plus excessives gagnent les coeurs et s'ancrent comme un corpus collectif et référentiel du Bien.. C'est du brouillage, et c'est ce que font Greta et les anti-avions: brouiller le débat, le mettre où il n'a pas lieu d'être. La radicalisation leur donne des ailes et compenserait le manque cruel de vision globale et complexe.

    Sur le nombre d'avions en vol, je trouve aussi impressionnant cette carte en temps réel. Une statistique montre qu'il y a environ 100'000 vols pas jours dans le monde, qui déplacent environ 8 millions de personnes. Trois grandes régions concentrent la majorité des vols: l'Europe, l'Asie du sud-est et les USA. Sur quelle base les 8 millions de voyageurs quotidiens (c'est une moyenne) devront-ils analyser leurs besoins de prendre l'avion?

    Pour ce qui est de Paris-Genève en effet le TGV me paraît plus rapide que l'avion.

    En Finlande les gens ne vont pas au ski? M'enfin, encore des feignants qui préfèrent les plages ensoleillées et les jolies filles bronzées à la saine pratique d'heures de raquette dans la solitude du grand nord? Shame!...
    :-DD

    Si le réchauffement est plus anthropique que naturel, que choisir? Vivre confinés dans un monde qui se rétracte et se replie, ou accepter d'avoir plus chaud en été et des hivers plus doux? Dilemme.

  • Paris-Genève en TGV, certes, mais pendant les rares fenêtres de tir entre deux grèves, deux attentats, deux jacqueries, deux virus, etc.

  • LE vol !
    https://www.youtube.com/watch?v=RHNPxhpH6qM
    C'est pas magnifique?

  • Oui, magnifique.

  • 4 manières parmi d'autres de s'envoyer en l'air sans prendre l'avion :
    https://www.youtube.com/watch?v=PjmKJk-h1RU
    https://www.youtube.com/watch?v=AAe2ayEppIc
    https://www.youtube.com/watch?v=sp3RfLldlEQ
    https://www.youtube.com/watch?v=LzCfFrhKLho

  • @hommelibre,

    Pour moi, l'intérêt de cet échange est d'arriver a peser le pour et le contre. Puis chacun se positionne, en ayant lu les arguments.
    Est-ce l'ambiance de toutes ces chansons qui nous rappellent de bons souvenirs qui vont décider de notre opinion ou les rares arguments pro-modération, comme les miens ou ceux de Colette ?
    Faut-il voler, à quelle fréquence et pour quel bénéfice ? Quels peuvent être les paramètres à prendre en compte ?
    Est-on déjà en faveur d'une modération dans sa consommation en général et contre le gaspillage ou pas ?
    Si on se dit qu'il est nunuche de se restreindre, la situation est très simple: on y va à fond, ici et maintenant.

    Je suis mal à l'aise pour dire aux autres que faire et il est même possible que dans nos sociétés occidentales avancées, un discours prônant des comportements volontairement modérés soit mal pris par le plus grand nombre. C'est perçu comme intrusif et moralisateur.
    On le voit bien avec les mesures anti-covid. Beaucoup de gens se voient infantilisés, inutilement empêchés de vivre et de travailler et pas pris en compte.

    "Sur la question de passer un week-end à Londres ou Barcelone, raaahh..." écrivez-vous.
    Je dirais que de faire ça p.ex. une fois par année, c'est franchement pas la peine d'en faire une histoire.
    Une fois par mois ? Si des centaines de milliers de personnes le ont à cette fréquence-là, ça commence à faire beaucoup de bruit pour les riverains des aéroports, en admettant que la consommation de kérosène est anecdotique.
    On peut envisager ses choix comme purement individuels et sans impact pour les autres.
    Ainsi, acheter chez Amazon ou directement en Chine, c'est super. mais ensuite, il n'est pas super bien avisé de se lamenter sur la désindustrialisation de l'Europe ou la déroute des petits magasins locaux.
    On peut prendre l'avion une fois par mois et se dire qu'on fait du bien parce qu'on fait circuler notre argent. C'est vrai : tant que c'est possible de le faire, on peut décider d'y aller à fond.
    Pas de comptes à rendre. Qui nous en demanderait ???
    Pour le moment, mis à part les problèmes liés à la pandémie, il n'existe aucune instance officielle pour nous freiner dans nos élans.

  • En effet, pourquoi se poser tant de questions, sinon de satisfaire l'ego de personnes qui ont décidé d'imposer leur conception du monde à l'opinion publique par le truchement du pouvoir politique?

  • Calendula,

    Entre des copains qui décident spontanément d’aller faire une virée à vélo un après-midi, et l’envie d’un saut de puce à Barcelone, il n’y a qu’une différence d’échelle, pas de motivation ou de mouvement de l’être. La recherche de satisfaction personnelle est un moteur puissant.

    En fait ma décision d’aller ou non en avion, si j’en ai l’occasion (ce qui est très peu fréquent), sera fondée sur la réalisation de mon objectif de déplacement de la meilleure manière pour moi, et ensuite pour l’environnement.

    Je l’assume, et je pense que la société doit répondre à mon besoin en proposant les moyens les meilleurs à tous points de vue. C’est ainsi dans le règne de la liberté individuelle, et la satisfaction des besoins personnels n’est ni immorale ni moins défendable qu’autre chose.

    Mettons plutôt quelques milliards à finaliser à grande échelle les aspirateurs à CO2 de l’atmosphère. Combien faut-il d’installations, de quelle grandeur, pour un résultat de baisse de moitié du CO2? Ce serait intéressant de le savoir. À coté d’un tel projet qui pourrait être réalisé je pense avant 2050 puisque l technologie existe déjà, Greta est une perruche.

    Mais l’objectif politique de Greta et consorts n’est pas celui-là, trop simple, trop rapide, il est de renverser l’ensemble du système et d’imposer un nouvel agenda autoritaire pour le bien.

    C’est une raison suffisante (mais il y en a d’autres) pour résister à ce courant délétère et trompeur.

  • La fonction crée l'organe ou comment l'avion monta dans la hiérarchie des besoins. Il y a 60 ans, il fallait bien compter deux jours de voiture pour aller à Barcelone, avec une queue interminable dans les lacets pour monter à la Junquera, où il fallait montrer le triptyque (certificat d'assurance et/ou visa, je ne sais plus) aux douaniers. Les audacieux faisaient le parcours d'une traite, avec le risque de s'endormir et de se planter, sans la moindre ceinture de sécurité, dans l'un des platanes bordant la RN7. Je me souviens d'une affiche publicitaire géante plantée au bord de cette route, narguant la procession de vacanciers: «Avec Sabena vous y seriez déjà!». Sur la chaussée elle-même, on pouvait lire des slogans politiques: «OAS vaincra!». C'était divertissant. Une fois en Espagne, seules les routes principales étaient goudronnées et la circulation sur les routes secondaires était le plus souvent ralentie par des ânes tirant une charrette. Après cette épreuve, ce n'était que du bonheur pendant deux semaines avant de s'attaquer au retour. On n'a pas ce même goût de l'aventure avec un vol d'un peu plus d'une heure en charter.

  • En effet Rabbit, c'est sportif!
    :-D

    Ça me rappelle le voyage Genève-Bruxelles-Ostende en Peugeot 202. Mon père était un grand aventurier!

  • @ hommelibre,

    Vous avez raison d'invoquer le liberté individuelle, car il s'agit effectivement de ça, lorsqu'on décide de partir quelque part.
    Nous vivons dans une société assez riche pour avoir le choix.
    Vélo ou bus ? Bus ou voiture ? Train ou avion ? Taxi ou tram ?Uber ou taxi ? Voiture ou train ? Moto ou vélo ? Trottinette ou scooter ? Bateau ou avion ?
    Selon les pays, beaucoup de personnes n'ont pas cet embarras et de plus, leur liberté individuelle peut être limitée par la religion ou des coutumes ancestrales contraignantes.
    Ici, avons non seulement le concept de la liberté, mais en plus pas mal de moyens pour la vivre, dans les petites et les grandes choses.
    Certains vont la mener tellement loin, qu'ils vont choisir leur genre ou trouver une mère porteuse en cas d'incapacité à procréer.
    Parler de responsabilité est déjà un début de discours moralisateur, donc j'y renonce.

    Vous écrivez :
    "je pense que la société doit répondre à mon besoin en proposant les moyens les meilleurs à tous points de vue. C’est ainsi dans le règne de la liberté individuelle, et la satisfaction des besoins personnels n’est ni immorale ni moins défendable qu’autre chose."

    Pourtant, la liberté ne peut être absolue. Et la société évolue, ainsi que le contexte et la compréhension des enjeux.
    Certaines lois liberticides ont passé récemment. On a p.ex. décidé qu'il ne serait plus légal de fumer dans des bistrots ou sur les lieux de travail. Les fumeurs ont vu leur liberté fortement entravée.
    Quand mes enfants étaient petites, les sachets pour les crottes de chiens n'existaient pas, ni la règlementation qui va avec.. En rentrant du parc, je me retrouvais plusieurs fois par semaine à laver les petites chaussures dans le lavabo de la salle de bain en me posant des questions fondamentales sur la liberté de certains à utiliser l'espace public selon leur confort. A l'époque, il était impossible de dire quoi que ce soit à un propriétaire de chien sans passer pour une sans-cœur égoïste.
    On a fini par restreindre la liberté des propriétaires de chien et à les responsabiliser.
    Si on vit dans un lieu isolé et une maison individuelle, on peut laisser son chien faire ce qu'il veut, où il veut. Ecouter Wagner ou du hard-rock à 3h du matin, fumer et laisser tomber ses mégots par terre. On peut suivre ses envies, comme Fifi Brindacier qui vivait dans sa maison avec un singe et un cheval, avec une caisse de pièces d'or, sans parents, mais pourvue d'une force surhumaine. ;-)))
    Avec la densité de population de Genève, je me retrouve à devoir faire attention à mes voisins, à respecter les règles de la circulation, à réfléchir à quelle heure je vais au supermarché. Avec le covid, c'est encore plus contraignant et beaucoup n'en peuvent plus.
    Au nom de leur liberté individuelle et bien sûr leur besoin de travailler et de gagner leur vie.
    On peut les comprendre. On avait des habitudes dont on pensait que c'était évident et normal, Des acquis pour toujours.
    Et voilà qu'il n'y a plus de voyages à l'étranger, plus de restaurant, plus de spectacles, plus de sport d'équipe, plus de fêtes... Et peut-être même plus de revenu.
    On est censé s'en passer pour permettre aux hôpitaux de fonctionner et soigner les malades, même ceux qui n'ont pas la covid. Il faudrait penser à l'ensemble de la population avant de penser à soi.
    Je me réjouis de pouvoir partir à nouveau, sur un coup de tête. Mais je fais partie des privilégiés qui n'ont plus d'enfants à charge, plus d'horaire professionnel à respecter et assez d'argent pour pouvoir partir de temps en temps.

Les commentaires sont fermés.