Joe Biden épargné par les féministes. What else ?

Gérald Darmanin est la cible d’un féminisme en pleine dérive dangereuse et antisociale: accusations sans preuve, harcèlement médiatique, manifestations-commandos de rue, jugements hâtif pour raisons idéologiques, diffamation.

 

 

joe biden,usa,élection,accusé,violAssistante

La raison: deux affaires d’ordre sexuel, dont une accusation de viol par une ancienne administrée, affaires déjà classées par le Parquet, mais relancées par une association féministe créée pour l’occasion suite à la nomination de M. Darmanin au Ministère de l’Intérieur.

De l’autre côté de l’Atlantique le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden, est aussi sous le feu d’une accusation d’agression sexuelle portée par une ancienne collaboratrice, Tara Reade. Les faits dateraient de 1993.

« Cette femme de 56 ans accuse l’ancien vice-président de Barack Obama de l’avoir agressée sexuellement dans un couloir du Congrès américain en 1993, lorsqu’il était sénateur et qu’elle travaillait en tant qu’assistante pour lui. Elle a déclaré à plusieurs médias américains, dont le New York Times et le Washington Post, que Joe Biden l’avait bloquée contre un mur et avait glissé ses mains sous son chemisier et sous sa jupe. » 

27 ans après des faits supposés elle accuse publiquement, alors que Biden vise la présidence. C’est dérangeant.

 

 

joe biden,usa,élection,accusé,violPolitique

Tout aussi dérangeant est l’assourdissant silence des féministes. L’actrice Alyssa Milano, à l’origine du hashtag #metoo, le soutient même et déclare que « la nécessité de «croire les femmes» (le slogan «Believe Women») ne doit pas se faire «au détriment d’une procédure équitable pour les hommes et d’une enquête rigoureuse. »

Une procédure équitable pour les hommes? Quand une féministe propose cela c’est de l’opportunisme. En l’occurrence elle préfère, comme d’autres, faire profil bas sur les accusations contre Biden (Tara Reade n’est pas la seule à l’accuser) plutôt que de l’affaiblir avant l’élection. La peur de perdre est plus forte que les convictions.

Au fond cela montre que les féministes s’intéressent aux viols et aux victimes quand celles-ci sont du bon bord et si elles peuvent en tirer un bénéfice politique ou des subventions. Pouvoir et argent sont les deux mamelles des féministes. Entre les principes de base et la loyauté politique, elles choisissent la seconde. Tara Reade ne doit pas être une bonne victime.

 

 

joe biden,usa,élection,accusé,violÉpargné

Cela montre aussi que Joe Biden est peut-être un goujat, un lourdingue, un tâteur de femmes non consentantes, un « agresseur ». Bon, cela donne du relief à ce personnage pâlot. Toutefois la présomption d’innocence doit jouer en sa faveur. En l’état il n’est donc pas un goujat ni un agresseur.

Sauf que les féministes les plus braillardes, dans leur haine quotidienne, ne veulent pas de cette présomption d’innocence pour les accusations d’agression sexuelle. Or c’est très gênant. C’est un pilier du Droit. L’exposition médiatique peut détruire une personne, et une fausse accusation ou une réinterprétation a posteriori ne sont jamais à exclure.

La chanteuse pour ados Angèle, féministe faute de mieux, a « relayé sur son compte Instagram les propos d’une autre chanteuse, Pomme. Celle-ci avait écrit: “Juste une petite mise au point pour les partisans fervents de la présomption d’innocence: elle serait légitime dans un système où la justice ferait son travail, prendrait les plaintes des victimes, et où le patriarcat n’existerait pas. Est-ce le cas? Non. »

Joe Biden est donc épargné de ce qui ressemble de plus en plus à des pogroms et lynchages féministes.

Darmanin, Biden: deux poids deux mesures et basse politique. What else?

 

 

 

Catégories : Féminisme, Politique 3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Si Trump avait été mis en cause, on en aurait entendu...

  • Quand on est faux et qu'on a l'indignation a géométrie variable ça fini toujours par se retourner contre vous. Kamala Harris vient d'en ajouter une bonne couche après sa visite a Jacob Blake, elle déclaré que c'est une famille formidable et elle est fier de Jacob. Lorsqu'une présentatrice tv lui a rappelé que le Jacob qu'elle vante est sous mandat d'arrêt pour viol avec violence aggravée, violation de domicile avec effraction et rupture de mesures éloignements, alors est ce qu'elle aurait aussi un petit mot pour ses victimes ? Mme Harris est simplement restée bouche bée... Je me demande combien de femmes noires (ou autre) elle a d'un seul coup envoyées voter Trump.

  • Le néo-féminisme est en train de détruire la présomption d'innocence, grâce à la complicité d'une certaine presse qui ne cesse d'amplifier la délation. Le but est de mettre à bas cet état de droit, laborieusement construit, et qui permet de vivre ensemble. Aujourd'hui, seule compte la parole féminine accusatrice. On ferait des économies en supprimant la Justice d’État. Il suffirait de la laisser aux mains du lobby féministe. Mais, à la place des prisons, il faudra bien construire des camps de concentration pour hommes.

Les commentaires sont fermés.