Bad trip 2 : Arthur, Augustin, Dylan, Franck et les autres

Il n’y a pas que Luane. D’autres adolescents garçons ou filles, sont agressés dans la rue ou à l’école en France. Si Luane a bénéficié d’une émotion collective très médiatisée, avec un long passage de 13 minutes à l’antenne de C8, les autres se contentent de quelques articles ou de vidéos sur le net. Alors parlons d’eux.

 

violence,adolescents,agression,rue,augustin,dylanArthur

Il avait 13 ans en 2019. Ses agresseurs, une fille et deux garçons, l’ont coincé dans les toilettes de son collège, à Rive-de-Gier dans la Loire.

Selon Le Parisien ce n’est pas la première agression subie. Arthur (prénom d’emprunt) est-il un souffre-douleur? Selon son avocat:

« Il y a eu plusieurs incidents successifs », raconte Me Jean Sannier. « Le 13 septembre, Arthur se fait d’abord violemment insulter en classe par un camarade à qui il venait de demander de recopier un cours suite à une absence. Puis dans la cour de l’école, il reçoit, gratuitement, un coup de poing dans la figure de la part d'une jeune fille.

Trois jours plus tard, le 16 septembre au matin, le degré de violences monte d’un cran avec ce lynchage dans les toilettes. Couteau sous la gorge, compas planté dans le menton, Arthur se fait agresser. « Une vingtaine de personnes aurait assisté à la scène, précise Me Jean Sannier. Et en plus la directrice n’a pas jugé bon de prévenir ni la famille, ni la police, ni même d’appeler un médecin alors qu’il avait manifestement besoin de soins. » Arthur a en fait été « placé à l'isolement » jusqu’à midi, le garçon ne retrouvant sa famille qu’à la sortie du collège. »

Selon son avocat:

« … il a également dû baisser son pantalon et pris « un doigt dans le rectum », avant de prendre la fuite. « L’enfant décrit une pénétration digitale anale. Juridiquement, ça s’appelle un viol, mais le procureur considère qu’il n’y a pas suffisamment d’éléments pour engager des poursuites. »

Dur dur d’être un garçon.

 

 

violence,adolescents,agression,rue,augustin,dylanAugustin

Augustin est un pauvre insensé qui, place Bellecour à Lyon, a cru voir une scène de harcèlement de filles par une bande de « cinq racailles colorées », selon son frère. Il a voulu les protéger. Résultat: dent et mâchoire cassées, blessure aux cervicales.

Il semble qu’il ait mal évalué la scène. Le même comportement peut être vu de différentes manières.  Les jeunes filles n’ont, elles, pas perçu de harcèlement. Elles ont déclaré ensuite:

« La première tient à nous préciser que ses amies et elle n’ont pas été agressées par les garçons qui les ont abordées : «Ils étaient lourds et insistants mais ils ne nous ont pas touchées du tout.» Elle se montre particulièrement critique du traitement de l’affaire dans la presse : «Tout ce que les médias ont écrit est faux.

Notre seconde interlocutrice détaille davantage les faits. La scène qu’elle décrit correspond, de fait, à une situation de harcèlement de rue. «On était quatre copines en tout, on sortait du Monoprix, on était en train de rentrer chez nous. Là, sept garçons sont arrivés, ils nous suivaient, ils nous demandaient nos snaps [identifiants sur le réseau social Snapchat, ndlr]. Ils étaient lourds et ils insistaient. »

Si la perception des comportements diffère, l’agression est bien réelle. Cela dit, en période d’égalitarisme forcené et de suspicion généralisée à l’égard des hommes, ne serait-il pas plus dans l’air du temps de laisser les filles se débrouiller toutes seules?

 

 

violence,adolescents,agression,rue,augustin,dylanDylan

Octobre 2013. On se dirait dans Orange mécanique et son ultra-violence gratuite. Selon RTL:

«  Les trois agresseurs ont expliqué aux enquêteurs qu’ils "voulaient se faire un jeune ». Ils l’ont choisi au hasard dans la foule et ils l’ont frappé et encore frappé. Dylan, 14 ans, a failli mourir après avoir été sauvagement agressé par trois jeunes de son âge - entre 12 et 15 ans - lors d’une fête foraine, à Saint-Quentin-Fallavier, dans l’Isère. 

Une semaine après, avec ses 52 points de suture sur le visage, Dylan porte encore les stigmates de sa terrible agression. "Ça partait dans tous les sens", se souvient-il, au micro de RTL. "Je voyais des coups de poing, des coups de pieds arriver sur moi. Il y en a un qui a sorti un couteau et qui m’a coupé au niveau du visage, au niveau de la joue droite. »

Comme dit sa mère:

« Si à 12 ans on peut faire des choses comme ça, ça fait peur. »

 

 

violence,adolescents,agression,rue,augustin,dylanFranck

Il a 15 ans. Il vit à Montpellier. En juin dernier il a été agressé au couteau.

« Apostrophé sous le prétexte de lui demander une cigarette, l’adolescent a été plaqué au mur par un premier agresseur qui lui a intimé l’ordre de se délester de ses biens, sous la menace d’un couteau de cuisine. La victime a alors tenté de maîtriser l’individu avant d’être passée à tabac par plusieurs autres jeunes. Tombé au sol après avoir reçu un coup de genou au visage "j’ai reçu une pluie de coups de pied. »

Et la mère d’ajouter:

« Tout ça pour une cigarette, une paire de baskets… »

 

 

violence,adolescents,agression,rue,augustin,dylanÀ poil!

Cette adolescente a 14 ans. Elle vit à Saint-Étienne. À fin juillet elle s’est faite agresser et filmer. Agresser par une autre adolescente:

« Enlève, on t'a dit ! », « À poil, à poil ! », « Allez, toute nue ! » : une vidéo extrêmement violente a été filmée par deux garçons et diffusée sur leur compte Snapchat montrant une jeune fille martyrisée par une autre adolescente. Crachats, insultes, coups, la victime est déshabillée de force malgré ses supplications sous les huées des deux spectateurs. »

C’est donc la fille agresseuse qui déshabille la victime et donne un caractère sexuel à son méfait. Les garçons, témoins et objectivement complices de l’agresseuse, n’ont rien tenté pour l’arrêter. Au contraire ils l’ont encouragée. Agressée par une fille avec le soutien de garçons: c’est peut-être ça le nouveau progrès social.

 

 

violence,adolescents,agression,rue,augustin,dylanÔ Toulouse

Cette autre adolescente a aussi 14 ans. Elle vit à Toul0use. Elle aussi a été victime d’une agression (vidéo ci-dessous). Par un groupe de filles.

Ce n’est pas la première fois:

« Déjà harcelée en classe de 4e, la jeune fille a été agressée par un groupe de filles. "Huit je crois et d’autres filmaient. Là j’ai eu mal. Et puis la vidéo, c’est pire", confie-t-elle à nos confrères. »

Les faits:

« Une adolescente de 14 ans été tabassée par une groupe de collégiennes. C’est à la sortie des cours que la jeune fille, qui était déjà harcelée l’année dernière, s’est retrouvée prise au piège. Celle-ci a été rouée de coups alors que se trouvait à terre et la scène a été filmée. (…) Pour humilier davantage leur camarade, les bourreaux ont décidé de partager la vidéo de l’agression sur Twitter et Snapchat. »

Et aussi:

« Sur la vidéo en question, les internautes pouvaient voir la victime en train d’hurler et de trembler alors qu’elle reçoit de nombreux coups sur son corps. Un déchaînement de violence tout simplement honteux que l’établissement scolaire a pour sa part cherché à minimiser. "Nous avons eu le sentiment que le principal cherchait à minimiser. Il nous a quand même expliqué que les enfants s’amusaient comme ça aujourd'hui. De tel propos sont sidérants.", a ajouté la mère de famille lors de son entretien. »

 

 

violence,adolescents,agression,rue,augustin,dylanChaos

Cette petite liste n’est pas exhaustive. Filles et garçons peuvent être également bourreaux ou victimes. Les filles ne sont pas les seules victimes et les garçons ne sont pas les seuls agresseurs.

 

Terminons avec cette séquence venue des États-Unis.

Un homme âgé prend la défense de sa fille, agressée par deux jeunes femmes un peu nerveuses:

 

 

 

Ado Toulouse:

 

 

 

 

Catégories : société 5 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Cela dit, en période d’égalitarisme forcené et de suspicion généralisée à l’égard des hommes, ne serait-il pas plus dans l’air du temps de laisser les filles se débrouiller toutes seules?"

    c'est à se demander, le féminisme a mis en place tout ce qu'il fallait pour punir castrer culpabiliser l'homme blanc occidental et uniquement lui, et en même temps les femmes ont le besoin atavique d'être protégées par les hommes,
    là il y a quelque chose qui cloche.
    en même temps la majorité des femmes ont intégré comme vérité, une partie des mensonges et exagérations des affirmations féministes et a inclue dans son comportement l'irrespect
    des hommes qui est devenue la norme, pour ne pas dire le mépris, franchement quoi dans tout ça qui peut donner envie à un homme de défendre une femme inconnue.
    si Caroline de Haas était agressée par une racaille quel homme aurait envie de la défendre ?

  • Ne tombez pas dans la récitation de faits divers comme un(e) vulgaire femme/homme politique.

  • IMPORTANT:

    Pour ceux qui se désinforment quotidiennement auprès des journaleux propagandistes de la RTS, du Matin, de la TDG, ou du Temps etc., voici deux informations que ces médias menteurs ne vous ont pas données hier et qu'ils ne vous donneront probablement pas du tout, car ça ferait trop de tort à leur campagne mensongère de haine anti-Trump journalière:

    1) Donald Trump a été nominé ce mercredi matin pour le Prix Nobel de la Paix:

    https://www.youtube.com/watch?v=IFtE610wMY4

    2) Une autre nouvelle dont ces mêmes médias ne vous ont a jamais parlé, ce sont les milices noires lourdement armées qui écument le pays et dont voici le but, comme le dit l'article ci-dessous:

    "Ils revendiquent ... le droit d'obtenir un territoire pour tous les descendants d'esclaves africains américains où seuls les personnes noires pourraient s'installer et où la ségrégation envers les blancs régnerait."

    https://www.lefigaro.fr/international/etats-unis-qu-est-ce-que-la-nfac-cette-milice-noire-paramilitaire-qui-defile-en-marge-des-manifestations-anti-racisme-20200907

    et ne manquez pas cette vidéo:

    https://twitter.com/naomiruta/status/1279506948334006272?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1279506948334006272%7Ctwgr%5Eshare_3&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.lefigaro.fr%2Finternational%2Fetats-unis-qu-est-ce-que-la-nfac-cette-milice-noire-paramilitaire-qui-defile-en-marge-des-manifestations-anti-racisme-20200907

    Après ça, ne nous dites pas que vous voulez encore payer la taxe Billag et lire ces journaux de désinformation, à moins d'être masochistes!

  • Récitation? Je ne le vois pas ainsi. Les exemples concrets permettent valident par exemple ce constat: la violence chez les ados est bien présente chez les filles comme chez les garçons. On peut discuter des proportions filles/garçons, ou du type de violence, mais on peut de moins en moins genrer cette violence.

    Tiens, encore un cas récent près de chez nous à St-Julien:

    "Des coups de pied, de poing et des gifles: voilà ce qu’une adolescente de 17 ans a subi, en descendant du bus, le 3 juin au soir à Saint-Julien, avant de se faire arracher son téléphone portable. L’auteure de l’agression est une cadette, âgée de 15 ans, rapporte «Le Messager», vendredi. Cette dernière lui a également ordonné de lui ramener 100 euros le lendemain, sous peine de lui infliger une nouvelle correction."

    https://www.20min.ch/fr/story/une-ado-en-tabasse-une-autre-pour-un-portable-916549690680

  • Ecoutez le dernier I-média hebdomadaire qui cette semaine parle de la montée de la violence et des mensonges des médias:

    https://www.youtube.com/watch?v=eQeGOtECQKw

Les commentaires sont fermés.