Y a-t-il davantage de sécheresses ?

Les journées de fin juillet marquent l’extrême extension du chaud, alors pourtant que l’ensoleillement journalier recule depuis le solstice et que le soleil est moins haut dans le ciel. C’est l’inertie de la terre.

 

sécheresse,réchauffement,La surenchère permanente

J’aime le vent chaud sur la peau, quand le soir indistingue la lumière de l’ombre. Ces quelques jours, je les goûtais, enfant, dans le jardin de mes parents. Plus tard, avec avec mes amis, nous parlions jusque tard sur les terrasses de l’adolescence. Nous regardions la nuit. Le temps était suspendu.

Aujourd’hui l’angoisse climatique occulte ce qu’il y a de naturel dans les éléments. Le journal météo guette le prochain record. On craint ouvertement les incendies de forêts. Rien de nouveau. Mais le grossissement de chaque événement naturel lié à la météo ne fait plus voir que cela, hors de toute perspective historique.

On dirait que chaque sécheresse est la première, la plus longue, la plus intense, etc, etc. On n’a plus de repère sur une échelle de gravité, seule la surenchère dramatique sert de repère: « La pire sécheresse », « La sécheresse du siècle ».

Et l’on voit les journalistes prendre automatiquement l’expression aujourd’hui bien connue qui politise la météo: Houlala ça va faire mal c’est le méchant réchauffement dû aux méchants capitalistes et aux masses consommantes ces salopes qui préfèrent traverser l’océan en avion low coast plutôt qu’en voilier de luxe et d’ailleurs le pire est à venir etc.

 

 

sécheresse,réchauffement,1876

Mais différentes archives ne valident pas la thèse surenchériste. Depuis 150 ans les pires sécheresses, en longueur ou en manque de pluie, sont situées avant les années 1980. La dernière étant celle de 1976.

Il y a eu celles des années 1940, qui ont culminé en 1947, l’été le plus chaud du siècle.

Et surtout il y a la sécheresse de 1921.

Mais la pire est appelée La Grande Famine. C’était en 1876.

« De 1876 à 1878, la « Grande Famine » a tué entre 30 et 60 millions de personnes dans le monde. La sécheresse a affecté une grande partie de la planète, provoquant des pénuries alimentaires du Brésil à l’Inde et à la Chine, et anéantissant environ 3% de la population mondiale. »

En comparaison, le cocovir joue petits bras.

« La Grande Famine a été « sans doute la pire catastrophe environnementale jamais survenue à l’humanité », note l’équipe dans un prochain article. Ce phénomène «a contribué à créer les inégalités mondiales qui seraient plus tard qualifiées de « monde développé » et de « tiers monde ». »

 

 

sécheresse,réchauffementProvence

Le réchauffement actuel peut favoriser une tendance dans un sens d’assèchement de la masse d’air. Pourtant l’évaporation océanique devrait être augmentée par le réchauffement. Il semble qu’en Europe de l’Ouest et jusqu’au nord et au centre du continent, ce soient les vents qui orientent l’eau ailleurs que sur les terres.

Les vents sont liés aux différences de pression et à un système vaste d’échange air-océan. Les effets des variations des grands courants aérologiques diffèrent de région à région et peuvent durer plusieurs années, par séries.

Les plus grandes sécheresses ont eu lieu en période plutôt froides, comme celle de 1876 ou celle de 1793, qui aggrava la situation des populations en pleine période de révolution.

Bien avant le réchauffement les régions disposées à la sécheresse, comme la Provence, ont mis en place des systèmes d’irrigation intelligents et économes. Cela ne suffit pas toujours et certaines années en manque d’eau en Europe, comme 1976, ou séries d’années, ont impacté la production agricole.

De tous temps les variations météo-climatiques ont nécessité une adaptation de certaines activités humaines, par la distribution de l’eau ou par l’usage des terres, par exemple. C’est à nouveau le cas aujourd’hui.

 

 

 

Catégories : Environnement-Climat, Météo 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • HORS SUJET mais intéressant

    Cher Homme Libre,
    Comme vous le voyez la RTS ressort touurs les mêmes pseudo-experts pour faire passer sa propagande. Cette fois c'est la même experte d'opérette qui vous avait attaqué sur le plateau d'Infrarouge et voulait se donner de l'importance en se présentant comme chercheuse alors qu'elle n'est qu'une propagandiste:

    https://www.rts.ch/info/suisse/11498252-le-mythe-de-la-mere-parfaite-un-fardeau-sans-fin-pour-les-femmes.html

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel