Un peu de gloubiboulga épicène

Voici quelques exemples (en bleu italique) cueillis sur internet. Je ne les relève pas tous, mais ceux-ci m’ont amusé. Je ne cite pas la source pour ne pas surcharger la lecture. Ce n’est d’ailleurs pas important.

 

langue,épicène,gloubiboulga1. Soumiss

Les aîné-e-s sont soumis au risque d’isolement…

Aîné-e-s est féminisé, soumis est au masculin pluriel. Pas de cohérence. C’est une des limites du système: on ne peut pas mettre deux fois S à soumis sans perturber la cohérence, comme par exemple: Les aîné-e-s sont soumis-e-s… car au masculin pluriel cela ferait soumiss... avec deux S à la fin.

 

2. Eureuse

Partenaires sociaux, milieux académiques, employeur-euse-s, …

Alors, yeureuse?

 

3.

Du désir à l’acte sexuel, des expert-e-s de l’époque sont convoqué-e-s pour témoigner de leurs expériences sensuelles.

… éviter que (…) certain-e-s, issu-e-s de familles favorisées arrivent mieux outillé-e-s que d’autres…

Là, c’est surtout chiant à lire. Mieux vaut ne pas avoir une grenade dégoupillée dans la main, on n’a pas le temps de terminer la lecture. Dans cet exemple  je zappe la portion de phrase, et si je perds le fil, je ferme l’article.

 

4.1. Nu et nue

… où chacun, chacune, se sent pleinement reconnu-e…

Incohérent. Ce devrait être:

soit chacun-e se sent pleinement reconnu-e,

soit chacun, chacune, se sent pleinement reconnu et reconnue,

soit la forme neutre chacun se sent pleinement reconnu.

 

4.2. Point final

… invivable pour ses habitant.e.s…

Provient du même auteur que 4.1. Pour distinguer le féminin du masculin il utilise une fois des tirets, une autre fois de point finaux, non médians. Incohérent.

 

langue,épicène,gloubiboulga5. Femme ou homme?

J’ai été assez déçu·e de voir que la charte que vous proposiez était essentiellement binaire, tout en étant réjoui·e que ces thématiques vous préoccupent.

Cet exemple reçu par le quotidien Le Temps en février dernier est encore plus déraisonnable et confusionnant. Qui est le Je qui s’exprime? Une femme ou un homme? Les deux mon colonel, à choix. Je est double. Ou schizo. Mais dans tous les cas, fissuré.

 

6. Teurice

Cher • ère • s lect • eur • rice • s, Cher • ère • s collaborat • eur • rice • s…

Ou celui-ci tiré d’un livre d’Histoire de France pour les écoliers de 8 ans:

« grâce aux agricult • eur • rice • s, aux artisan • e • s et aux commerçant • e • s, la Gaule était un pays riche. »

Ces exemples sont cités par la Ligue vaudoise. Qui dit:

« La laideur de ces syllabes saccadées suffit à condamner le procédé. En défigurant ainsi la morphologie des mots, on attaque leur beauté et plus encore le génie de la langue. Nul besoin d’être poète ou esthète pour vomir spontanément de telles absurdités. Les complications qu’entraînerait cette pratique quant à la lecture, mais aussi aux accords, semblent condamner au néant l’application de ces pompeuses balivernes dans les écoles où il est déjà assez difficile d’obtenir spontanément l’accord du sujet et du verbe. »

 

7. Pas du porno

Lia collaborateurice de l’émission était intéressant·e.

l’éducateurice a rencontré les écolier·e·s.

Va dans le bureau di directeurice.

Je m’adresse à toustes celleux qui sont intéressé·e·s à rencontrer cellui qui les représente.

Les perles ci-dessus sont extraites de ce site. C’est presque amusant, tant qu’on ne veut pas communiquer clairement. On remarque que pour faire coller leur système ils commettent une faute sur les écolier·e·s: où est l’accent grave sur le deuxième E? Il a disparu! Ecolier n’en prend pas, Ecolière en prend un. Avec cela, impossible d’écrire de manière correcte si l’on veut faire de l’épicène.

Les écolier·e·s, tou-toute-s zenssemble, ça ne fè pa l’afère.

Sur cet autre site on ajoute en plus le X intercalé, au pluriel, en plus du S:

…nous avons été confronté.e.x.s…

Qu’on nous qualifie de trop “festiv.e.x.s” alors que nous subissons tous les jours les oppressions de l’hétéro-cis-blantriarcat…

Le X est supposé désigner un ensemble, pas le casting d’un film porno…

 

 

langue,épicène,gloubiboulgaJe suis pour la féminisation de ce qui peut l'être, comme les noms de métiers. Mais je soutiens que la forme dite inclusive ne l’est pas. Elle sépare les sexes/genres et fait du féminin un simple appendice du masculin.

Je rappelle aussi qu’aucun débat public n’a eu lieu sur ce sujet et qu’en l’occurrence cette maltraitance du langage n’est que le fruit de l’arrogance de quelques-unes. Je crois même que l’appropriation d’une langue et sa transformation à sa propre convenance est un moyen de domination des esprits propres aux systèmes autoritaires.

Somine de Bavoir, féministe célèbre, l’avait bien compris et son Dictionnaire de novlangue (image 1. clic pour agrandir) est une mine de trouvailles tellement vraies...

Enfin, les chiens ne sont pas les seuls à mordre. Finissons-en donc avec une autre discrimination anti-mâle. Vu que les chiennes sont autant capables de blesser que les chiens, les panneaux devraient être désormais formulés ainsi:

 

« Attention au·à la chien·ne ».

 

 

 

 

Catégories : Divers, Féminisme, Humour, société 15 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Pour savoir comment ce conflit byzantin est réglé en Chine, il suffisait de demander à Mme Rabbit :
    a) pour les humains => il : 他 / elle : 她 / prononciation pour les deux : tā
    b) pour les animaux => il : 牠 / elle : 牠 / prononciation pour les deux : tā
    Vous noterez, John, les subtiles différences de graphie entre les genres et les espèces, ainsi que la joyeuse confusion régnant sur le tout au plan vocal. Mais, ça fonctionne comme ça depuis des millénaires et il n'y a aucune raison de changer. Mme Rabbit dixit.

  • Concernant l'exemple 5., franchement Hommelibre, je vous croyais plus ouvert d'esprit. Chacun-e étant désormais libre de choisir son genre, voire d'en changer en cours de vie, l'on peut être soit mâle, soit femelle, soit les deux à la fois (ou même ni l'un-e, ni l'autre). Je ne vois donc pas où est le problème.
    Quant au x, c'est semble-t-il une lubie des extrémistes les plus extrêmes, vraisemblablement pour signifier l'inclusion totale de tout ce qui aurait pu être omis...
    A déguster, par exemple, en abondance sur le site renverse.co , qui réunit pas mal d'agités du bocal locaux, A titre de mise en bouche, je vous mets ce lien, ou l'on voit quand même que tout cela est bien forcé et qu'il est difficile de tenir l'exercice sur la longueur (en l'occurence, le-x-la rédacteur-x-trice laisse tomber au bout du 2ème paragraphe)
    https://renverse.co/infos-locales/article/9-juin-2020-discours-la-vie-des-noir-e-x-s-compte-2649

  • Cher Homme Libre,

    Comme toujours c'est un régal que de vous lire et de vous voir pourfendre avec tant de talent cette idéologie malsaine promue jusqu'au ridicule le plus total par quelques viragos Marxisto-socialo-verdâtres soutenues par les médias et la gauche et qui n'ont que la haine des hommes (blancs uniquement bien entendu!) à la bouche.

    Pour le plaisir, voici une citation de Marc Fumaroli, célèbre académicien qui malheureusement vient de nous quitter, sur la féminisation des noms:

    « notairesse, mairesse, doctoresse, chefesse (…) riment fâcheusement avec fesse, borgnesse et drôlesse, n’évoquant la duchesse que de très loin. Tranchons entre recteuse, rectrice et rectale… »

    Tout comme vous je n'ai rien contre la féminisation de certains mots, mais de nos jours on veut tant être politiquement correct qu'on a touché le fond. Les journaleux en arrivent à dire "une mannequin" ou "une médecin," mais alors dans ce cas pourquoi ne pas dire "un recrue" et "un sentinelle" etc.? C'est ce que ce que fais désormais à dessein pour faire réagir les gens et ça marche.

    Bon weekend et n'oubliez pas d'observer Jupiter, Saturne, Mars, Vénus et les autres. Contrairement à ce que dit l'article suivant, certaines de ces planètes sont visibles bien avant l'aube. Le 21 juillet Jupiter sera particulièrement bien visible:

    https://www.lemonde.fr/blog/autourduciel/2020/07/01/toutes-les-planetes-seront-visibles-a-laube-en-juillet-et-peut-etre-aussi-une-comete-brillante/

    et

    https://www.favj.ch/2020/07/01/le-ciel-etoile-de-juillet-2020/

    Bien à vous et merci!

  • C'est la nef des folles...

    Merci pour ces liens, Arthur. Je n'ai plus de lunette astronomique, mais je pense qu'avec des jumelles le spectacle sera fascinant.

    Bien à vous!

  • En effet, cette nuit vers les 2h, en regardant vers le sud au-dessus du Salève, j'ai très bien vu Mars (tout à gauche) ainsi que Saturne et Jupiter (tout à droite). J'ai même réussi à en prendre une photo panoramique. Un vrai ballet de planètes. Notez qu'il n'est pas nécessaire d'attendre ausi tard pour les voir si le ciel est dégagé plus tôt!

  • @ Olivier:

    Ce site est... renversant!

    "... on voit quand même que tout cela est bien forcé et qu'il est difficile de tenir l'exercice sur la longueur (en l'occurence, le-x-la rédacteur-x-trice laisse tomber au bout du 2ème paragraphe)"

    Si elles-mêmes abandonnent au bout du 2ème §, la messe est dite.

  • Je pense le plus grand mal de ces pustules grammaticales disgracieuses, et je n'ai pas grand choses à dire à ce sujet qui n'ait déjà été dites.

    Je réagi juste à 2 choses:

    - au point 5, vous parlez de "schizo" pour évoquer un supposé dédoublement de personnalité. Puisqu'il est ici question d'usage correct du langage, autant éviter d'utiliser le terme "schizo" (phrénie) de manière si impropre. Cette maladie est une entité parfaitement distincte du trouble dissociatif de l'identité (que l'on appelle couramment "dédoublement de personnalité") et n'a pas grand rapport avec lui.

    - @Arthur: j'ai un peu de mal avec l'évocation fréquente/systématique des concepts de "marxisme" et de "socialisme" dès que l'on a affaire à des extrémistes de l'égalité, féministes radicales et SJWs. Là encore, ce sont des idéologies franchement disjointes. Je sais que la gauche a beaucoup perdu de crédibilité en s'engageant trop fréquemment dans ces combats, parfois par électoralisme d'ailleurs, mais ils ne font pas partie de l'ADN de cette famille politique. Ces sottises idéologiques se retrouvent d'ailleurs de plus en plus à droite....

  • @ Jean-Paul: ok je prends.

  • Je suis d'accord avec le jugement de Jean-Paul concernant ce u'il appelle avec humour de "pustules grammaticales". Non seulement elles sont disgracieuses (comme toutes les pustules), mais elles essentialisent et immortalisant le sens de simples coutumes grammaticales (je sais, je sais, il n'y a rien de simple ni d'innocent dans ces survivances du patriarcalisme) en en faisant une marque immortelle de la domination du masculin sur le féminin.
    Elle peut donc aussi et sans vergogne supprimer une marque du féminin (en l'occurrence l'accent grave) comme dans le titre du blog de Monsieur Thévoz qui demande "le respect des travailleuses et travailleurs étranger-e-s !". Il est vrai qu'il a néanmoins exprimé son respect en utilisant le langage "épicène".
    P.S. Je m'empresse d'affirmer en toute sincérité que je ne doute d'aucune manière de la sienne propre lorsqu'il fait usage de cette forme que des féministes, à mon sens, mal inspirées, ont réussi à imposer jusque dans notre administration.

  • Voici un article intéressant sur le non-sens du langage épicène
    https://www.nzz.ch/feuilleton/gendergerechte-sprache-die-diskussion-ist-politisch-vergiftet-ld.1567211?mktcid=nled&mktcval=165_2020-07-22&kid=_2020-7-21&&

    On y fait - de façon très intelligente - la distinction entre sexe et genre. On ne parlera jamais de Schuhin (UNE chaussure ... pour femmes ?) ni de Staubsaugerin (UNE aspirateur, pour femme, évidemment !) Malheureusement, l'anglicisme gender/genre à la place de sexe, l'égalité des genres, gagnant du terrain, il va devenir de plus en plus difficile pour certain.x.e.s de comprendre la nuance.

    En effet, pourquoi ne commencerions-nous pas à policer la langue en décidant que dorénavant nous dirons le mort (au lieu de LA mort), la restaurant, le lune, le chaussure ou, pourquoi pas le.x.la chaussure ou le.x.la chapeau.x.elle.x.s ?

    L'auteur fait aussi remarquer que d'être pro-épicène vous classe immédiatement politiquement à gauche, donc parmi les gentils et les bons, Le fait d'être contre le langage épicène vous classe immédiatement parmi les fachos d'extrême-droite. A partir de ce moment-là, le débat est bloqué et les gentils doivent gagner par forfait....

  • L'intervention d'Arnica me rappelle ce texte de Peter Bichsel " Ein Tisch ist ein Tisch" , un incontournable de l'enseignement de l'allemand, à une certaine époque.

    Voici une traduction début du texte :

    https://unebellefacon.wordpress.com/2013/04/05/une-table-est-une-table-texte/

    Le tout en allemand:

    https://www.deutschunddeutlich.de/contentLD/GD/GT67cTischistTisch.pdf

    Une réflexion philosophique à ce sujet , mais en allemand :
    https://www.philosophie.ch/artikel/ein-tisch-ist-ein-tisch

    Il s'agit, entre autres, de l'arbitraire du signe, grand sujet de la sémiologie.
    "Selon Ferdinand de Saussure, le signe linguistique est arbitraire, c'est-à-dire qu'il n'existe aucun rapport naturel entre le signifié (le concept) et le signifiant (l'image acoustique), en d'autres termes entre le sens et sa réalisation visuelle et acoustique (le mot). Cet arbitraire du signe explique que, pour désigner un même concept (par exemple "chat"), il soit possible d'utiliser différentes réalisations graphiques et phoniques, telles que chat [ʃa] en français, 猫 [neko] en japonais, kucing [kut͡ʃɪŋ] en malais, et cætera."

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Arbitraire

    En tenant compte de cet arbitraire, on peut observer les tâtonnements du langage épicène comme ce qu'ils sont : des tâtonnements.
    Une langue qui est d'une part très attentive au masculin /féminin et qui d'autre part aimerait mieux coller à une réalité tangible va forcément se retrouver dans une situation paradoxale.
    Peu de langues européennes sont aussi normatives que le français et l'évolution est généralement perçue comme douloureuse et néfaste.
    Toutefois, il faut admettre que nous n'arrivons plus à lire couramment un texte du 17-18ème, parfois même du 19ème siècle, il nous faut des notes explicatives.
    Cela signifie qu'il y a eu évolution. Elle a été lente et contenue par l'Académie française.

    Avec la mondialisation et l'ouverture qu'elle implique, on est exposés à d'autres logiques. Dont celle de langues comme l'anglais qui ne connaît pas le genre au niveau de l'article.

    Un vrai francophone voudrait que le français influence les autres langues, que la francophonie soit en expansion, mais une francophonie correcte avec un français intact ! Pas de dérives, pas d'impuretés ! La langue devrait être conservée dans la beauté définie à un moment donné de l'Histoire.
    Comme une cousine de la Belle au Bois dormant.

  • Arnica : nous sommes des renégats héroïques et flamboyants ! Un jour le vent tournera. ☺️

  • Calendula, en effet la langue française a déjà évolué. Mais aujourd’hui la pression est très ouvertement politique et agressive . Je suis partisan d’une certaine féminisation, mais en aucun cas celle-ci. Je la laisse aux hommes soumis qui rêvent d’un strapontin dans l’agenda féministe., aux petite bites (

  • :-) :-) et aux chiennes de garde.

  • @hommelibre,

    Ca fait du beau monde... les chiennes de garde et " les petite-bite" ! ;-)))
    ( Un doute me vient : Est-ce que c'est quand-même une histoire phallique ? ;-))))

    Effectivement, mieux vaut en rire !

    J'imagine la scène sur le mode canin : des femmes agressives comme des chiennes et des hommes " la queue entre les jambes".

    A côté ou entre les deux, pourrait-on imaginer des groupes de personnes de tous genres, relativement indifférentes aux subtilités de vocabulaire et d'orthographe ?
    Peut-être une majorité de gens qui se débattent déjà avec l'accord du participe et toues les autres difficultés présentées par la communication écrite ? Quand il faut écrire à sa régie, à l'assurance ou à une administration ?

    Un ami m'a transmis ce lien dont le contenu vous intéressera certainement :

    https://www.lepoint.fr/societe/lyon-l-ecriture-inclusive-pose-des-problemes-aux-handicapes-22-07-2020-2385279_23.php#xtor=CS2-238

    A mon avis, c'est ce genre de problématique qui obligera les esprits tortueux et autres coupeurs de cheveux en quatre à revenir à quelque chose de pragmatique, après des recherches douloureuses.
    C'est un peu l'épreuve du réel.

Les commentaires sont fermés.