Coups de froid dans l’hémisphère nord (3) : la Sibérie sue

Avant d’aborder le minimum solaire j’ouvre une parenthèse sur la vague de chaleur installée en Sibérie. On annonce avec effroi un record absolu au-delà du cercle arctique. C’est vrai pour la station de Verkhoïansk, faux pour le cercle arctique.

 

 

recho-36.jpgGrand écart 

La RTS l’annonce:

«Il a fait 38 degrés samedi dans la ville de Verkhoïansk, en Sibérie, une température jamais atteinte depuis le début des relevés au nord du cercle arctique. Ce record fait dire aux spécialistes que tout est en train de s'emballer en matière de climat. »

D’abord il faut s’affranchir d’un cliché: la Sibérie n’est pas seulement une région glaciale. Son climat est qualifié d’hypercontinental: très froid en hiver, très chaud en été.

Verkhoïansk est située en Iakoutie ou Yacoutie, la région du monde où l’on enregistre les plus grands écarts de température sur l’année, soit environ 100 degrés:

« L’amplitude annuelle des températures est particulièrement importante, variant de -60°C en hiver à +40 °C en été. »

En annonçant un record de chaleur absolu dans la région, on enfonce un peu une porte ouverte. Un peu comme d’annoncer le record absolu de froid pour l’hémisphère nord.

 

 

récho-31.jpgAbsolu

C'était en janvier 2018:

« Souffle coupé, peau agressée, cils gelés… En Sibérie, l’hiver n’est pas seulement froid, il est cruel. Le village d’Oymyakon, dans la région sibérienne de Yakutia, en fait actuellement l’expérience, la température étant descendue à -71 degrés. Elle a ainsi battu son propre record de -68 degrés, établi en 1933 dans la région. »

Vous en aviez entendu parler, de ce record absolu de froid? Moi pas à l’époque. La presse ne s’est pas press… ipitée pour mettre l’info en Une. Oh, ça doit être un oubli…

Mais plus: pour le cercle arctique ce record n’est pas encore validé officiellement. Et ce n’est pas nouveau. J’ai publié dans mon précédent billet une coupure de presse annonçant 100° F (38° Celsius) à Vorkuta, au nord de l’Oural, dans le cercle arctique. La chaleur avait alors duré une semaine à cette latitude. C’était en juillet 1957. Je n’ai pas encore trouvé d’autre source, c’est ancien et je dois me contenter de cette coupure.

Le cercle arctique a déjà connu cette même température. C’était il y a un siècle en juillet… 1915, à Fort Yukon en Alaska: 37,8°C.

 

 

recho-34.jpgOnde de choc

Selon le National Geographic:

« Les chaudes journées d’été ne sont pas inconnues dans l’Arctique. Les côtes tempérées par l’océan ont tendance à rester légèrement plus fraîches, mais à l’intérieur des terres, les températures estivales montent parfois en flèche. Le fort Yukon, en Alaska, a enregistré le premier jour à 100°F au nord du cercle polaire en 1915; Verkhoyansk a atteint 37,3 ° C (99,1 ° F) en 1988.

À cette époque de l’année, vers le solstice d’été, vous bénéficiez de 24 heures de soleil, explique Walt Meier, climatologue au National Snow and Ice Data Center. C'est beaucoup d’énergie solaire qui entre. Donc, dans ces régions de haute latitude (80 degrés, 90 degrés), ce n’est pas inconnu. »

La récente vague de chaleur trouve une explication. Selon Peter Inness, Maître de conférences en météorologie à l’Université de Reading il s’agit d’un épisode de réchauffement stratosphérique soudain avec dôme ou bocage anticyclonique, comme en 2003 en Europe de l'ouest. La descente d’air froid qui a précédé ce coup de chaleur aurait créé une onde de choc atmosphérique et fait remonter de l’air tropical vers l’Arctique.Il y aurait également un lien, plus incertain, avec la fonte du Groenland. Or celui-ci reprend de la masse de glace, comme annoncé par la Nasa.

 

 

recho-35.jpgLong terme

Selon le météorologue:

« Beaucoup ont lié la gravité de ces événements au changement climatique. Mais, en particulier pour cet événement, il est important pour nous, météorologues, de faire preuve de prudence. L’occurrence de cet événement de réchauffement stratosphérique particulier n’est pas en soi une conséquence du changement climatique, car un événement météorologique extrême à lui seul ne nous dit rien sur les tendances à long terme du climat de la Terre.

L’important est de voir à quelle fréquence ces événements se produisent - et à quel point ils sont graves lorsqu’ils se produisent. Cependant, la série d'événements qui conduisent au froid en Europe sont complexes et n’ont été bien compris que depuis une vingtaine d’années. Sans quelques décennies de données supplémentaires, il est difficile de dire si le réchauffement stratosphérique ou les tempêtes tropicales intenses font partie d’un schéma qui ne correspond pas à ce que nous attendrions normalement - bien que des recherches limitées suggèrent déjà que les événements de réchauffement soudain stratosphérique vont devenir plus fréquent. »

 

 

récho-32.jpgCommentaire

Cette prudence est appréciable. Elle n’est pas le fait du journaliste Michel Pralong, déjà remarqué pour ses grosses bêtises.

Ici il affirme que toute la Sibérie vit une vague de chaleur. C’est faux. La moitié ouest et l’est des plaines russes subissent une vague de froid (image 2, source).

Il cite Greta Thunberg:

« Cette chaleur record en Sibérie n’a pas non plus échappé à la militante du climat Greta Thunberg qui a retweeté l’info avec juste les faits. Cela se passe en effet de tout commentaire. »

Que Michel Pralong soit fan de la jeune suédoise haineuse n’est pas étonnant. C’est l’un des journaleux les plus navrants de Romandie, qui se permet de traiter de négationnistes – autant dire de fascistes – ceux qui pensent par eux-mêmes. 

Mais en ajoutant cela se passe en effet de tout commentaire il montre un haut degré d’incompétence. Car justement, en cherchant un peu, il y a des commentaires, ceux que je fais aujourd’hui par exemple, ou ceux du météorologue Peter Inness, et bien d’autres.

 

 

À venir: le minimum solaire.

 

 

PS:

Ici, un joli blog sur la région concernée, la Yakoutie. L’image 5 en est extraite.

 

 

Catégories : Environnement-Climat, Météo 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bravo Monsieur Goetelen, pour la publication de ces articles, que l'on désespère de ne jamais lire dans le journal qui héberge votre blog (il y a d'ailleurs une certaine ironie et contradiction de ce fait). les articles III et IV devraient être envoyés à notre Conseil fédéral, qui devrait gouverner (car c'est prévoir) et non pas suivre la mode onusienne du GIEC et de ses ragots. il serait formidable de pouvoir les lires dans la Tribune, ouvertement.
    cordiales salutations,

  • Bravo et Merci! Votre travail de réinformation est capital face à tous ces idéologues propagandistes qui n'ont de journalistes que le nom.

Les commentaires sont fermés.