Vie d’avant, vie d’après

La pandémie nous conduira-t-elle à une vie meilleure? C’est un mythe, éphémère, auquel un enfant, entendu dans un reportage, donne une réponse lumineuse. Pourquoi faudrait-il changer la vie? Avons-nous fait à ce point tout faux? Sommes-nous coupables de quelque chose dans l’apparition des virus et des grandes maladies?

 

virus-11.jpgAvant

Je refuse cette idée. Je refuse l’auto-flagellation et toute idée de rédemption. La religiosité n’est pas une réponse raisonnable à la crise. Je pense d’ailleurs que la vie d’après le Cocovir ne sera pas très différente de celle d’avant.

Cet enfant du reportage était questionné, avec sa famille, sur  le passage en zone verte. Son désir: « Retrouver les copains, retourner à l’école, et que tout redevienne comme avant. »

Que tout redevienne comme avant: cri du coeur lumineux applaudi par sa fratrie, expression d’un besoin d’avenir et de sécurité. Peu lui importe que des gens politiquement corrects comme Boris Cyrulnik affirment avec pénétration qu’il faut changer la vie et les relations sociales.

Un adulte exprimant la même chose – que tout redevienne comme avant – pourrait être taxé de conservateur. En l’occurence ce serait un compliment.

Avant, c’est le monde qui fonctionne. Un monde interactif où la solidarité est largement déployée. C’est le monde des grandes inventions et découvertes: médecine, science, cosmos, informatique, électricité, et beaucoup d’autres qui ont facilité la vie.

 

 

chrysant-01.jpgContraction

C’est le monde du carbone, à quoi nous sommes redevables de la formidable accélération de l’évolution technologique et humaine. C’est le monde de la liberté, du mouvement, des rencontres proches et lointaines, de l’entraide internationale, de la diplomatie, de la créativité.

C’est un monde certes imparfait mais si intéressant, passionnant même.

La vie d’après pourrait bien être celle des restrictions, limitations, punitions. Limitation du droit de se déplacer pour réduire la pollution et les concentrations touristiques. Restriction à la consommation – en particulier celle, énergivore, d’internet donc la consultation pourrait être accordée seulement quelques heures par jour.

Pourtant au moment du déconfinement les appels des commerçants sont unanimes: s’il vous plaît revenez acheter, s’il vous plaît venez consommer à nouveau!

La vie d’après pourrait bien être celle de la contraction, du rapetissement du monde, après deux siècles de dilatation (économique, industrielle, etc). Ce que certains réclament en parlant de souveraineté, soit une meilleure préservation culturelle et économique, les néo-conservateurs progressistes pourraient bien l’imposer de force au nom du salut de l’humanité.

 

 

 

Catégories : Philosophie, Politique, Santé, société 14 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Avant, c’est le monde qui fonctionne. Un monde interactif où la solidarité est largement déployée."

    Cela me semble pour le moins, passablement idéalisé. Le progressisme mondialisé n'est interactif que dans certaine sphère économique au détriment de l'interaction locale qui produit uns solidarité localisée.
    Le mondialisme a mis à mal les interactions sociales, en imposant paradoxalement des règles de commerces qui n'ont rien de libérales et conviennent qu'au plus gros.
    Si tout ce système de caste pouvait jarter, le progrès libéral pourrait éventuellement fonctionner à un niveau humain

  • Je trouve que les grandes solidarité fonctionnent: solidarités institutionnelles comme les assurances et globalement la mutualisation des risques. La solidarité économique est naturelle, est elle une condition de la marche des entreprises (je pense à l'ensemble des acteurs qui doivent fournir un produit en temps et en heure).

    Au USA les personnes sans couverture des soins de santé sont largement aidés par leurs communautés respectives.

    Les exilés se soutiennent au sein de diaspora. Les États envoient de l'aide lors de catastrophes ou de grandes famines.

    C'est là le genre de solidarités actives auxquelles je pense. La solidarité locale me semble aussi exister, dans un quartier, dans un immeuble. Sur le petit commerce elle a moins d'effets: qui ne va pas acheter en grande surface, parce que c'est pratique, il y a le choix, et c'est parfois moins cher?

  • "Le monde du carbone a permis de grandes avancées technologiques. " On ne peut qu'aquiescer devant cette affirmation. Je ne sais pas si vous êtes un adepte du tout carbone, mais je m'intéresse depuis plus de vingt ans aux énergies renouvelables. Donnons-leur l'occasion de remplacer graduellement le pétrole, le charbon, etc...
    Je ne prône pas un mode de vie ascétique, mais retrouver le goût de la nouveauté.
    Pensez aux frères Wright. Leur avion ne payait pas de mine, mais il a fait basculer le monde dans une nouvelle ère.
    Il en sera de même pour les nouvelles énergies.
    Comme disait mon père: "Quand on veut, on peut."

  • Bonjour,

    Adepte du tout carbone, non, pas en tout, même s'il est indispensable au vivant et pilier de notre monde. Je suis pragmatique et soucieux de voir une continuité énergétique durable. C'est à mon avis une condition de la prospérité, et en partie de la paix.

    Il faut bien réfléchir, être assez assuré de la performance et de la fiabilité d'une filière sans carbone, de son intérêt économique et son impact sur l'emploi, avoir une conviction proche de la certitude pour juger nécessaire de la remplacer.

    Remplacer graduellement: oui, là où ce sera le plus opportun, mais pas forcément de manière systématique. Capter et recycler le CO2 me paraît aussi un bon plan.

    Les technologies "non-carbone" vont très probablement encore s'améliorer, et j'espère que l'on n'aura pas des zones immenses colonisées par les éoliennes.

    En effet, les Wright ont bricolé un engin précurseur de nos gros avions et navettes spatiales! De ce côté la créativité technologique est déjà en action et peut encore nous surprendre.

    Au final je suis d'avis qu'une transformation à grande échelle demande une approche particulièrement prudente. Je pense que l'on ne devrait pas renoncer à ce qui était avant, mais l'améliorer en même temps que l'on développe de nouvelles filières.

  • Mais nous ne demandons que çà, le retour au temps normal d'avant. Pouvoir acheter ce que nous voulons, où nous voulons, quand nous voulons. Pouvoir partir en croisière autour du monde sur de merveilleux palaces flottants et continuer à découvrir l'extraordinaire diversité des us, coutumes et systèmes politiques de la planète. Nous offrir de temps en temps quelques séjours et repas gastronomiques dans ces hôtels cinq étoiles qui nous manquent tant. Enfin pouvoir changer de limousine, éventuellement ajouter au garage un modèle hybride ou électrique, au cas où. Et, grâce à Dieu, retrouver le confort des premières classes lors de nos escapades aériennes intercontinentales. Oui, nous l'affirmons sans ambages, la vie d'après va être aussi belle que celle d'avant. Peut-être même plus belle, nous serons moins...

  • Et pendant ce temps on continue a épandre partout des pesticides dans la nature! Mais c'est pour notre bien, ............bien sûr! Nous allons où .............nous allons, mais pas sûr que nous en soyons bien conscient! Il semble que l'activité sismique est en augmentation en suisse une preuve que la Terre est bien vivante!

  • Je ne pense pas que le mode de vie va beaucoup changer, sauf pour les personnes en difficultés d'emploi et financières, ce qui - hélas - arrive de plus en plus alors que d'autres se goinfrent - de PQ à finir ... - de tout ... (ai rien testé sur cette option ... )

    C'est toute la question du monde d'après : reprendre sa vie d'avant après cette parenthèses ou ... réfléchir aux conséquences mais SANS laisser aux seuls politiques en débattre. Nous sommes chacun unique et nous devons en prendre chacun/chacune la responsabilité en pensant aux générations futures.

    En premier lieu, revoir les constructions d'immeubles: sont-elles adaptées aux modifications climatiques ?

    Facile à dire me direz-vous et c'est là tout l'enjeu du monde d'après.

    Le premier débat qui s'est installé est celui des vacances : mer ou pas mer, montagne ou pas montagne, ville ou pas ville, que choisir, que faire ...

  • Je suis passé vois des amis aux marché aux puces, c'est vraiment pas la joie! Beaucoup de ses personnes se font un devoir de travailler, plutôt que d'être aux aides sociales, elles ne sont pas du tout récompensées! j'espère que l'été sera clément pour eux tous!

  • Bonjour M. Homme Libre,

    Il est très bien votre article-chapeau.

    Je regrette d être assez pessimiste quant à l idée que ça va être mieux après la Covid 19 sauf sur un seul point: On apparaît toujours bien plus intelligent après qu avant...
    Nous avons toujours pris l habitude de trouver et nommer les coupables et les boucs émissaires mais jamais les solutions.

    --Depuis la nuit des temps la pauvreté augmente et on attaque les pauvres sans attaquer la pauvreté comme disait l Abbé Pierre.

    --Depuis 30 ans on nous promet de régler le problème de la pollution et du climat et rien n a été fait à ce jour et certainement ça sera moins encore après le Corona car on aura d autres chats à fouetter...Hugo Chavez a dit il y a longtemps: Si le Climat était une grande banque mondiale en faillite, il aurait été sauvé dès demain matin voire dès l Aube.

    --Qui sont les pays et les sociétés qui avaient tiré des leçons de leurs Histoires lointaines ou proches et de leurs grandes crises? Y en a t il beaucoup, j ai des doutes?
    Il y a un proverbe africain qui dit:L âne tombe une seule fois dans un trou mais jamais une 2 ème fois :)!

    --Depuis les années nonante, 30 millions d être humains ont été massacrés par les guerres du camp du bien absolu contre les camps du mal absolu, Qu avons nous retenu comme leçons positives ou négatives de ces guerres sauf en faire encore plus prochainement? Depuis 6 ans, un enfant yéminite de bas âge meurt chaque 10 minutes (à nos calculettes SVP) dans le silence assourdissant. Qu avons nous faire? Rien de chez rien...

    Bien à Vous M. Homme Libre.
    Charles 05

  • Le monde d'après sera comme le monde d'avant. Tout est très bien expliqué ici:

    https://www.upr.fr/actualite/les-gopes-2020-2021-sont-sorties-le-monde-dapres-sera-comme-le-monde-davant/

  • Le monde d'après ressemblera encore plus au monde d'avant que le monde d'avant lui-même.

    Il suffit pour s'en assurer de voir comment economiesuisse ici, le Medef en France, on mis le holà immédiatement sur tout projet d'une société plus équitable, décroissante libérée du consumérisme. Le virus tue mais ne transforme pas en bisounours. On a pas encore assez souffert.

  • Tous redeviendra certainement "comme avant", mais il y a un point qui pourrait avoir des conséquences d'une ampleur inattendue: Ça a été l'occasion d'un PoC grandeur réelle du télétravaille.

    Personnellement ça n'a eu aucun impact négatif sur ma productivité et profitabilité. Par contre 1h30 par jour qui ne sont pas perdues en trajet, depuis 3 mois plus de plats du jour dans les restos autours du bureau, et a ce rythme mon prochain plein d'essence se fera en juillet... 2021 !

    Et si ce mode de travail persiste dans les entreprises qui le peuvent, ça pourrait complètement redistribuer les cartes des circuits financiers de la (sur)consommation.

  • Comment voulez vous que le monde irait mieux ou au pire au moins comme avant?

    Ne sommes nous pas à la veille d une 3 ème guerre mondiale, cette fois-ci nucléaire et qui ne durerait que 30 à 60 min . Le premier connard (et il y en a plein ...) qui appuira sur le bouton nucléaire c est parti un feu d artifice géant qui ne durera qu une petite demie heure ou 1 hr à tout casser.

    Savez vous (certainement, je pense) que la 3 ème guerre mondiale a d ores et déjà démarré depuis les années nonante avec 20 millions de morts à ce jour et ce n est pas encore fini "grâce à l Otan, Les USA et leurs alliés, l UE..." mais sous une forme traditionnelle donc non nucléaire sauf les bombes à neutron à expérimenter sur le Yémen où un enfant de bas âge meurt chaque 10 minutes depuis 6 ans (à vos calculettes SVP) et on dit "merci" à qui?

    Einstein a dit: Je ne sais pas comment sera la troisième guerre mondiale, mais ce dont je suis sûr, c´est que la quatrième guerre mondiale se résoudra à coups de bâtons et de silex." Si Einstein était encore de ce monde, n aurait-il pas dit:La 3 ème WW3 sera certainement nucléaire? Me trompé-je?

    Bien à Vous.
    Charles 05

  • Comment voulez-vous que le monde aille mieux du moment que la "plus Grande Démocratie du Monde", dite les USA, est une bonne blague fomentée par la fameuse fenêtre d Overton....

    USA qui ne veut plus entendre parler de l ONU, de l OMS, des G7 sans la Russie (tiens tiens)...et ils ne veulent qu annexer, annexer ....C est un souk/bazar à l américaine juste pour que Trump ne rate pas sa lancée pour un 2 ème mandat. C est clair qu il va gagner car n importe est son concurrent, il /elle ne peut être pire, ce n est pas possible. De même qu il/elle serait mieux ce n est pas possible non plus dans un climat USA pourri.jusqu à l os. Les USA sont arrivés au sommet , ça ne sert plus à rien d y aller plus haut et ils ne vont que descendre plus vite ...c est la loi de la nature et des dynasties pourries même si les annexions ne re-doreraient le blason de la déchéance

    Bien à Vous.
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.