Cocovir : Zazie et sa veillée aux morts

Quelques artistes français ont écrit et publié une chanson pour soutenir les soignants pendant la pandémie. J’ai déjà cité Vanessa Paradis et Jean-Jacques Goldman. Tête, texte, voix, musique, on est dans le funèbre. Eh bien on pouvait faire encore plus triste. Merci Zazie.

 

virus-03.jpgTristessa

Pourtant l’intention est bonne: saluer le dévouement de toutes celles et tous ceux qui nous servent, nous protègent, nous soignent et font tourner le monde même quand il s’arrête.

Ces artistes participent à une action caritative: lever des fonds pour soutenir le personnel et les institutions hospitalières. Ce devrait être le rôle de l’État, du moins pour les hôpitaux publics. Mais les donateurs privés ont de tous temps contribué au budget de ces institutions. Et pourquoi pas?

La chanteuse Zazie a donc elle aussi publié une chanson de circonstance (vidéo en fin): Après la pluie, où elle dit entre autres « Il ne faut pas qu’on oublie ».

Ne pas oublier le dévouement des soignants: le culte du souvenir, en particulier du souvenir des héros et de leurs actions admirables, fait partie des mythologies. Il cimente les humains autour de représentations de valeurs positives et de comportements courageux.

Je suis pourtant très perplexe et gêné aux entournures. Je trouve que Zazie flirte avec une forme de religiosité. Bougies et cierges rappellent à chaque image le jour des morts. Le ton, la mélodie, les paroles jetées baignent dans quelque chose qui m’inspire de la tristesse.

Certes il y a des morts, mais ne devrait-on pas célébrer les héros dans un esprit et sur des airs de fête? Je crois que Zazie exprime autre chose, une sorte de névrose collective qui débouche sur la création d’un nouveau mythe du salut. Je pense qu’elle fabrique du triste pour donner l’impression de la solidarité devant la mort.

Parfois les poètes disent des conneries.

 

 

virus-04.jpgAnonymes

Le résultat est presque crépusculaire.

Certes la poésie n’explique pas. Elle recourt souvent à l’ellipse: elle omet certains éléments logiquement nécessaires à l’intelligence du texte. Cependant cette ambiance de tristesse paradoxale me paraît plus propice à placer l’auteuse de la chanson dans le registre du psaume que dans la simple gratitude. Donc dans un forme de religiosité.

Cela n’a rien à voir avec le Cocovir, à moins de le considérer comme une sorte de punition ou d’admonestation divine. Le religieux n’est pas loin. L’intégrisme purificateur occidental non plus, avec sa quête de rédemption.

Vous l’avez compris, je ne suis pas fan de cette chanson. Mais si cela contribue à soutenir l’effort du personnel soignant, pourquoi pas? Je n’ai aucune raison de rejeter ce genre d’initiative. Mais en l’occurrence je ne marche pas dans le trip de Zazie.

Enfin Lara Fabian, elle aussi, a mis son visage le plus tristounet et compassionnel pour interpréter une chanson de circonstance. Certains aiment. Moi j’entends et vois une guimauve sans grand intérêt sauf à célébrer la gloire des people forcément bienveillants. À croire que c’est un coup de pub. J’aimais mieux les applaudissements anonymes.

 

Voilà, quoi: tant mieux pour les hôpitaux, tant pis pour mes neurones.

 

 

 

Zazie

 

 

 

 

Lara Fabian

 

 

 

 

8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Je suis totalement en accord avec votre critique bien balancée et de circonstance !

    Comment peut-on publier des textes d'une pareille tristesse alors que des personnes luttent contre la mort ?

    Coup de pub ... on le saura bien un jour !

    Belle journée à vous

  • Pour Zazie je ne sais pas s'il s'agit d'un coup de pub, Elle a fait une chanson de qualité avec des musiciens.
    Mais enfin elle a toujours eu des chanson un peu grave, en tous cas dans les textes.

    “Je voulais qu’elle reste simple, que ce soit une espèce de ritournelle, comme un espèce de blues pas si triste”

    Elle s'en explique ici

    https://42info.fr/zazie-sannonce-au-scarabee-de-roanne/

  • Merci pour ce lien Aoki.
    J'aime assez bien Zazie. Mais je trouve qu'elle se raconte des histoires.

    Ritournelle? Il y a plus évident, musicalement. Simple? Je n'ai pas sa définition de la simplicité mais ces paroles:

    "Alors c'est vrai ce qu'on dit?
    Sur nos fausses colères
    Sur nos vaines envies
    Sur le temps qu'on perd à tromper l'ennui
    Comme on s'est trompés de guerre"

    n'ont rien de simple. Qu'est-ce que cela vient faire ici? J'aurais mieux accepté si elle parlait juste d'elle-même, pas de tous à travers le "On".

    Coup de pub, peut-être ou non, mais au moins une forme d'auto-promotion par bonne conduite interposée. Grande bourgeoise, Isabelle Marie Anne de Truchis de Varennes, dite Zazie, montre qu'elle se soucie de ses pauvres.

  • Je fais l'essai de remplacer "on" par "je" (sauf le premier):

    "Alors c'est vrai ce qu'on dit?
    Sur mes fausses colères
    Sur mes vaines envies
    Sur le temps que je perds à tromper l'ennui
    Comme je me suis trompée de guerre"


    Et pour l'anecdote, il n'y a pas de problème avec le genre:

    "Je pense à Blandine, à Thibaut, à Fanny
    Comme ils sont beaux ceux qui bravent la nuit"

    Le masculin pluriel l'emporte.

    :-)

  • Je vous propose d'aller écouter sur Youtube "Jean Rondeau" au clavecin! Pour plus de sérénité!

  • Merci M. Dominique Degoumois pour votre suggestion d aller écouter Jean Rondeau au Clavecin pour plus de sérénité...
    Une merveille surtout le premier lien .....

    Bien à Vous.
    Charles 05

    https://www.concertclassic.com/video/concerto-pour-clavecin-ndeg1-de-js-bach-par-jean-rondeau
    https://www.youtube.com/watch?v=KQiBIb_klT8&feature=emb_rel_end

  • Ce qui est triste est que proportionnellement-parlant, il y a eu plus de morts, certes âgés, dans les EMS genevois, entre autres, que ceux qui continuent à vivre chez soi. Certes que ces derniers sont moins handicapés et moins malades que ceux dans les EMS.

    Je me demande si le phénomène du glissement n a pas joué un rôle majeur tant par le confinement que par leur rythme de vie bien avant le Corona. Etions nous en contact familier correct avec ces être humains dits personnes âgées m^me avant le corona et une fois larguées dans ces homes? Je dis cela je ne dis rien... Les deux bouts de la société vont payer le plus lourd tribu de la crise économique, c à d les "Vieux" et les "Jeunes", hélas. La cohésion sociale part en miettes et pire après le Virus qu avant...Quelles leçons le monde a tiré de la crise de 2008, rien. Quelles leçons tirées du Climat, rien. Quelles leçons tirées de la disparition de la classe moyenne, rien! Alors arrêtons de dire que nous allons tirer les bonnes leçons de l après Covid 19...Beaucoup de pays dans le monde n ont tiré aucune leçon de leurs Histoires et de leurs Crises majeures mêmes des guerres et de leurs morts (morts qui ne pourront pas nous décrire ces guerres et ces atrocités) et que ces pays continuent à l appliquer sur les "autres" comme si rien n y était...

    Bien à Vous M. Homme Libre
    Charles 05

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel