Le prix des masques

S’ils arrivent enfin en masse sur le marché suisse, les masques font le grand écart des prix. La pénurie fait la rareté, la rareté fait la cherté. Je mentionnais hier le premier prix auquel j’ai vu des masques jetables 3 plis (chirurgicaux) disponibles en début de journée: 40 CHF les 50 dans une officine médicale.

 

masques-07.jpgÀ midi les mêmes masques jetables étaient passés à 49,50. Ce matin je découvre les tarifs pratiqués par certains supermarchés: de 37.- chez Aldi à 59.- à la Migros le pack de 50.

Sur internet les prix des mêmes masques varient de 50 centimes d’euros à 2 euros la pièce. Voire 3 CHF la pièce!

Il y a plus fort. Des annonces ont fleuri ces derniers jours sur Le Bon Coin et sur Amazon:

« Un lot de 5 masques «protection poussières, antibactérien utile contre coronavirus» est ainsi vendu 200 euros par un utilisateur. Un autre voit grand, et propose 1000 masques FFP2 pour 4500 euros. (…) … un autre en propose 20 pour 300 euros, soit 15 euros le masque. Même constat sur Amazon, où un masque «anti coronavirus» est proposé 75 euros l’unité. »

Il y a l’avant et l’après. Entre janvier et avril, les prix s’envolent. Exemple sur Amazon encore:

« Ainsi, le numéro 1 des ventes, un lot de 100 masques jetables de couleur verte a vu son tarif passer de 19,90 euros vendredi à 27,99 euros ce lundi matin. »

masques-06.jpgToutefois une bonne nouvelle est parue le 8 avril: la fabrication de masques réutilisables 100 fois pour 28 euros l’unité. Soit le prix de 28 centimes le masque. Il remplacera donc 100 masques jetables:

« Des industriels et chercheurs ont conçu un masque réutilisable 100 fois. Ce dernier sera bientôt vendu pour 28 euros au grand public afin de mieux lutter contre l’épidémie de coronavirus. »

Enfin vous pouvez vous lancer dans la fabrication et faire du business (image 2). Ce site donne toutes les infos utiles pour créer son entreprise de masques. Une bonne rentabilité est garantie:

« Entre le prix d’achat en Chine, le prix du transport, la douane et les taxes à l’import, les prix de revient moyen à l’import s’établissent entre 0,60€ et 0,80€ l’unité pour les masques chirurgicaux et peuvent atteindre jusqu’à 3€ l’unité pour les masques FFP2. En comparaison, la fabrication locale permet un cout de revient moyen de 0,20€/pcs permettant des marges confortables en vendant en direct, ou via un réseau de distribution. »

Il faut quand-même un certain investissement en argent et en personnes. Combien?

« A partir de 60,000€, logistique et matières premières en sus. Des équipements automatiques ou semi-automatiques, rapides et simple à mettre en oeuvre, nécessitant de 2 à 4 opérateurs pour fabriquer jusqu’à 90 masques à la minute. »

Devenir entrepreneu-r-se (ou entrepreneureuse) est à portée de main. Merci Cocovir.

 

 

3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Comparer le prix des masques chirurgicaux avec celui des FFP2, c'est un peu comme comparer des poires avec des pommes... On espère un prochain article bien documenté sur les différences entre les types de masques, plutôt qu'un énième billet sur un petit fait divers pro-féministe qui s'est passé à l'autre bout du monde. ABE

  • Il me semble avoir mentionné le prix des masques chirurgicaux (jetables 3 plis), ceux qui sont vendus par les supermarchés et distribués par la Confédération (l'armée), mais aussi dans d'autres points de vente approvisionnés par d'autres sources. Cela n'apparaît peut-être pas clairement dans mon billet?

    Je n'ai pas voulu faire une étude exhaustive sur les différents types de masques, il y a de nombreuses sources, comme ici sur Le Temps. Je n'ai rien de plus à en dire.

    https://www.letemps.ch/sciences/quatre-questions-lefficacite-masques-protection

    Mon intention aujourd'hui est de parler très concrètement, à vif, du masque et de la question immédiate de son prix.

    Sur le petit fait divers (réf à mon précédent billet je suppose) le lien est plus patent qu'il n'y paraît puisqu'il s'agit de mettre en perspective l'instauration d'un privilège (incontrôlable) de genre et l'éventuelle gratuité du masque (qui serait une pratique démocratique, contrairement aux privilèges).

  • En surfant sur le web, on en trouve à tous les prix, dans toutes les matières sauf que les fabrications en coton lavables à 60% sont purement esthétiques selon l'avis de plusieurs médecins.

    Etant "sénior", "personne âgée", etc...stigmatisée en plus par les journalistes qui ne s'en privent pas de le répéter à l'envi, je suis d'avis que les assureurs - pour leur éviter des factures d'hospitalisation plutôt salée -, devraient nous offrir une dizaine de masques de qualité !

    Ceci dit, votre présentation est parfaitement claire, faire travailler les professionnels permettra aussi de connaître réellement les besoins de chaque pays !

Les commentaires sont fermés.