Breivik et les salafistes: chacun sa guerre

La différence entre un terroriste et un soldat est que le premier se légitime de lui-même alors que le soldat est légitimé par une hiérarchie, une armée et un pays. Un terroriste, un tueur politique, est une sorte de soldat auto-produit qui ne dispose pas d’une validation par un Etat.

breivick-.jpgUn soldat tue. C’est une de ses activités normales. On peut être opposé à la guerre et voter la disparition totale des armées, partout en même temps sur la planète. En attendant les armées existent. Et les tensions dans le monde ne permettent pas de penser à la fin prochaine des guerres.

Le procès d’Anders Breivik est celui d’un individu, d’un humain - et le fait de le nommer tueur sanguinaire, fou, monstre, ne change pas son humanité. L’humain est fait de cela. Le simple fait d’imaginer rétablir la peine de mort dans son cas montre que nous sommes potentiellement pareils à lui: prêts à tuer. Les pilotes de l’Enola Gay larguant la première bombe atomique sur Hiroshima ont tué en une seconde mille fois plus de personnes que le norvégien. Mais ils étaient en mission et défendaient un pays contre un autre qui avait déclaré la guerre. Eux sont des héros. Breivik est un monstre. La différence entre eux? La guerre des uns est reconnue officiellement. Celle de Breivik ne l’est pas.

Or il faut bien réaliser qu’il se définit comme un guerrier. Son acte est qualifié par lui-même de légitime défense. Il est un soldat solitaire auto-produit. L’extrême-droite radicale pro nazi et antisioniste aux Etats-Unis a théorisé l’action du terroriste solitaire depuis les années 1970. Chaque action d’éclat est comme un manifeste idéologique rappelé au pays. Anders Breivik est un soldat organisé. Il s’est minutieusement préparé, a légué un testament idéologique. Il entre bien dans cette catégorie de soldats, dans cette armée cachée. Il se voit en résistant, comme l’étaient les résistants français du Vercors et d’ailleurs.

C’est pourquoi le procès d’Oslo est non seulement celui d’un individu mais aussi celui d’une théorie. Le tribunal ne fera pas le deuxième procès. C’est à nous de le faire et de nous positionner. Ce procès, avec l’étalage des thèses du tueur, comporte bien sûr le risque d’une diffusion de ces thèses. L’invasion de l’Europe par l’islam est une vision assez répandue. Elle est confortée ces jours par la polémique au sujet de la distribution de Corans en Allemagne, et bientôt en Suisse. Le groupe salafiste qui organise cette distribution a traité de cochons et de singes et ouvertement europe-jpg.jpgmenacé les journalistes qui ont critiqué cette action «Nous savons où tu habites, nous connaissons ton club de football, nous avons ton numéro de téléphone mobile» (Die Welt).

La question que pose Breivik est: voulons-nous dans quelques décennies une Europe mise à genoux par ces gens-là? L’immigration de personnes d’une culture très différente peut-elle se faire sans que cela ne questionne le vivre ensemble? Pourquoi faudrait-il s’opposer au libéralisme et à sa mondialisation économique, comme c’est à la mode, alors que l’on accepte le libéralisme et la mondialisation en matière de propagande religieuse et d’immigration?

Des têtes pensantes comme l’économiste de gauche Jacques Sapir recommandent la fin de l’Euro et la réhabilitation d’un certain protectionnisme, c’est-à-dire la fin de l’Europe avec le risque du retour aux nationalismes guerriers et à l’affaiblissement définitif du continent: comment peuvent-ils défendre une économie plus localisée et ne pas pousser leur réflexion en matière culturelle?

Je ne veux ni les Breivik ni les salafistes. Je ne reconnais pas le testament idéologique du tueur et je ne reconnais pas à l’islam de valeur universelle. Les deux sont des croyances particulières qui ne concernent que ceux qui veulent bien s’y soumettre. Je ne veux ni le ghetto d’un nationalisme étriqué ni l’islamisation de l’Europe.

Mais si l’Europe veut rétablir un protectionnisme économique, la cohérence sera aussi de rétablir un protectionnisme identitaire et culturel. Privilégier un certain nationalisme a pour but une forme de préférence nationale. Cela peut choquer. Pourtant cette idée se retrouve à gauche comme à droite. Dans la confusion générale des idées et des valeurs en Europe, il faut savoir ce que nous voulons. Avec la mise en question de la construction européenne et le désir de nationalisme, c'est 60 ans d'idéal qui vont peut-être tomber. La paix, le vivre ensemble des communautés et ethnies différentes, le partage, le goût d'inventer un nouvel art de vivre, tout cela survivra-t-il à cette poussée nationaliste qui va de Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon? Quelle pensée forte tient encore la route actuellement? Tous ne semblent que des vendeurs de sparadraps. Même la lutte des classe est ressortie faute d'avoir pu inventer une nouvelle culture. Il faut réinventer la pensée, hors des clivages. L'Europe a toujours un rôle à y jouer.

Catégories : Politique 25 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonsoir John. La seule méthode d'ouverture sur le monde valide est l'acceptation de nos limites philosophiques ou religieuses. Que cherchons-nous en proposant un projet? Une adhésion de l'autre, le différent qui a peut-être et même sans doute un autre projet à nous opposer. La démocratie tempère et empêche l'existence d'un projet unique proposé par des gens imposant leur point de vue à tous.

    Breivik n'est pas un soldat. Il prétend défendre son pays et ses valeurs. Mais en tuant des gens de son pays qui ont des valeurs autres que les siennes, il veut provoquer d'abord une anarchie pour ensuite prendre le pouvoir. C'est son rêve. Pas celui de l'immense majorité de la population de son pays démocratique. Breivik a une méthode comparable à Hitler sauf qu'il savait qu'en passant par les urnes comme le chef nazi, il aurait été totalement marginalisé.Donc il a accéléré le processus de sa perte en sachant qu'il agissait comme un kamikaze et non comme un soldat prêt au combat pour défendre et libérer un territoire d'un ennemi commun à tous.

    Breivik est un terroriste, comme le sont ceux qui agissent violemment au nom de l'islam. Seul compte leur façon de voir. Tous les infidèles à leur vision peuvent mourir comme des cochons, des singes, des choses, à qui on peut mettre une balle dans la tête sans se culpabiliser et même en être fier. Les gouvernements fascistes peuvent former des soldats prêts à mourir pour une cause fasciste. Breivik est peut-être un éclaireur et un précurseur de l'époque horrible que nous préparons dans les 20 à 30 ans qui viennent. A force de voir surgir toutes les extrêmes religieuses ou athées, de constater leurs succès auprès de certaines catégories de la population, la démocratie prépare peut-être sa perte.

    Un pessimisme surgit d'une élection française catastrophique ou sur cinq candidats principaux qui amassent 95% d'électeurs, pas un seul d'entre eux est capable de fédérer plus que ses sympathisants personnels à la cause démocratique d'un grand pays. Si la gauche de François Hollande dirige demain, ce sera environ 20% de Français (je déduis les abstentionnistes de son résultat à 27%) qui soutiendront et agiront pour ce pouvoir puisque Mélenchon, qui appellera à voter Hollande au second tour, refusera cependant de participer à ce gouvernement. Fuite de la responsabilité collective... Est-ce encore la majorité qui prend le pouvoir ou seulement une fragmentation de la société en clans hermétiques organisés qui détestent, voir ont la haine de tous les autres clans?...La France solidaire de Bayrou va encore prendre un sacré coup de bambou...

  • Nous avons nos terroristes religieux, dont la limite mentale est connue.Nous avons ensuite nos terroristes de la "religion" qui dépendent des autres dont le mental est un peu plus limité.

    Le développement individuel passe par une éducation cinq étoile, une culture cinq étoiles, une instruction cinq étoiles, ce qui n'est de loin pas la préoccupation des dieux et de leurs ouailles...

    Voilà ou mènent les croyances pourries qu'elles soient individuelles ou collectives.Qu'elle différence entre lui et les autres, aucune. Le chemin est identique sans pour autant être concentrique.

    Hitler et les collabos qui l'ont aidés y compris les chefs-religieux musulmans avaient une croyance très puissante, ils étaient dans la communion.

    Pachatruc au lieu de t'occuper des élections Françaises, du ferai bien de t'instruire; le rapprochement que tu en faits situe ton niveau de misère mentale..

  • Nous avons nos terroristes religieux, dont la limite mentale est connue.Nous avons ensuite nos terroristes de la "religion" qui dépendent des autres dont le mental est un peu plus limité.

    Le développement individuel passe par une éducation cinq étoile, une culture cinq étoiles, une instruction cinq étoiles, ce qui n'est de loin pas la préoccupation des dieux et de leurs ouailles...

    Voilà ou mènent les croyances pourries qu'elles soient individuelles ou collectives.Qu'elle différence entre lui et les autres, aucune. Le chemin est identique sans pour autant être concentrique.

    Hitler et les collabos qui l'ont aidés y compris les chefs-religieux musulmans avaient une croyance très puissante, ils étaient dans la communion.

    Pachatruc au lieu de t'occuper des élections Françaises, du ferai bien de t'instruire; le rapprochement que tu en faits situe ton niveau de misère mentale..

  • @Pierre Noël. Je n'ai pas compris pouquoi ce ton et ces paroles une étoile à la fin de votre commentaire.
    Je ne vous suis pas, là.
    hommelibre parle des élections françaises, un commentateur lui répond à ce sujet. Pourquoi l'envoyer à d'autres occupations ?
    "Misère mentale" : comme vous y allez ! L'évaluation d'autrui est un sacré défi...

  • Calendula, les athées n'ont pas de leçons à recevoir en ce qui concerne la démocratie et la liberté.
    Derrière les mots se cachent des motivations. Il faut savoir "décoder"

    Comme vous le dites l'évaluation "d'autrui" cela s'appelle "science des typologies" c'est une activité qui demande des années de formation pour bien maîtriser.

  • Site athéisme "l'homme debout"

    Avis aux croyants (arrivés là par hasard)

    Il n'est pas dans l'intention de ce site de vous agresser, en quoi que ce soit. Si certains d'entre vous le ressentent ainsi, il ne s'agit que d'un regrettable malentendu, car les critiques, les attaques ou les traits d'humour ne s'adressent qu'à l'objet de la croyance, jamais aux croyants en tant qu'individus.

    Nous respectons la liberté pour chacun de croire aux esprits des ancêtres, à Dieu, au Père Noël, à la licorne bleue, à la vie éternelle ou à d'autres phénomènes, selon l'environnement culturel, si cela peut aider à mieux vivre la courte existence humaine.

    Mais les croyances et les doctrines religieuses deviennent dangereuses si elles menacent la liberté et l'intégrité de l'individu ou de la société. C'est la raison pour laquelle les athées sont extrêmement vigilants quant au pouvoir (de nuisance) dit "temporel" des grandes religions et des sectes et en combattent les abus de toutes leurs forces.

  • Le titre du sujet résume bien le problème posé. "la croyance et l'idéologie"

    Un athée est près, si on lui en apporte la preuve, à non pas -croire- en dieu, mais a constater son existence, ce faisant à remettre en cause ses concept et ses modèles de représentation du monde et de lui même.

    Un "Bréivick ou autre islamiste" ne sont pas dans cette "saine" démarche. Leur croyance devenue certitude -sans -preuve, les poussent à la haine des autres, pour ensuite aller au meurtre.La gloire du combattant. Le Dijahd.

    Le parcours est le même pour un criminel. Il croit en sa réussite dans un décision mûrement réfléchie qu'il soit idiot ou intellectuel. Chacun son monde. Bien heureux celui qui peut tracer la frontière..

    Ce Norvégien à cultivé une haine dans un égo plus que sur-dimensionné, en se faisant du soliloque, si bien qu'à lui seul, il s'est imaginé porteur d'un d'une vérité, d'un sacrifice qui le mettrait en valeur pour une cause, qui tire sa substance d'une croyance en une idéologie "religieusement travaillée"

    Il n'est pas question pour moi de donner une réponse satisfaisante mais d'essayer d'expliquer un comportement d'un individu et ses causes.(avec peu de place)

    Qu'elle différence entre lui et Mehra, aucune. Celle et ceux qui veulent sous entendre que la société laïque, libre, est en cause, se trompent volontairement à des fins de propagande. On sait pourquoi, "la typologie verbale ou écrite" est une science redoutable....

  • Excusez moi "Djihad" ???

  • Une petite dernière pour la journée...

    Selon Al-Haddouchi, les musulmans n’ont aucune raison de rester en France dans le contexte actuel marqué par l’interdiction de la burqa, les restrictions à l’appel à la prière du vendredi et le contrôle plus strict des musulmans radicaux depuis l’attaque terroriste de Toulouse. Il a dit que les pays non-musulmans sont comme les toilettes : vous faites ce que vous avez à faire et puis vous quittez.

    Sa fatwa prononcée dans une vidéo de 14 minutes circule actuellement sur ​​des sites djihadistes. Al-Haddouchi a été condamné à 30 ans de prison en relation avec l’attentat de Casablanca en mai 2003, mais il a été gracié l’an dernier par le Roi Mohammed VI.

    Comment voulez vous "croire" un monarque? Comment enrayer cette haine qui de toutes les façons s'exprimera par les armes?

    www.blogdesamialdeeb.ch

  • Globalement d'accord sur vous sur plusieurs points. Vous soulignez à juste titre la nécessite d'être cohérent : qui dit A dit B, et la lutte contre la globalisation économique doit être suivie d'un effort pour retrouver l'identité culturelle européenne, et tant mieux (ou tant pis) si cela passe par l'effort de faire renaître et respecter l'identité nationale.

    Juste un point : quand vous dites "cette poussée nationaliste qui va de Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon", cela me fait hausser les sourcils. Mélenchon est un ultra-immigrationniste tendance troskiste qui haït pour beaucoup de choses mais surtout, surtout l'identité nationale des Français.

    Et, parlant troskistes, ne l'oublions pas : à côté des islamistes et des "loups solitaires" comme Breivik, le danger de la renaissance du terrorisme d'extrême GAUCHE est toujours présent. Un troisième démon est bien là.

  • "Si la gauche de François Hollande dirige demain, ce sera environ 20% de Français (je déduis les abstentionnistes de son résultat à 27%) qui soutiendront et agiront pour ce pouvoir puisque Mélenchon, qui appellera à voter Hollande au second tour, refusera cependant de participer à ce gouvernement. "

    Mélenchon a dit qu'il accepterait de rentrer au gouvrnement uniquement s'il en est le Premier Ministre, ce qui n'arrivera pas et il le sait.
    En gros, il veut constituer un groupe parlementaire.....

    Breivik a réussi à faire déstituer un de ses juges. Ses avocats sont très forts, ils ont trouvé un tweet de ce juge qui disait que pour ce genre de personnage, les procès n'étaient pas utiles, il valait mieux les assasiner..Résultat : dehors !
    En plus, ils vont axer sa défense sur un article de la constitution norvégienne qui indique que lorsque le pays est en danger, tout citoyen a le droit de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour le défendre.

  • @ Pierre Noël : Ma remarque de ce matin portait sur la forme. Si même vous avez une pratique longue de l'évaluation d'autrui, qui vous permettrait de viser dans le mille à chaque fois, il me semble exagéré de parler de misère mentale sur la base de commentaires postés ici. Un être humain est bien plus vaste que ce qu'il veut bien montrer ici.
    D'abord : est-il pertinent de juger les autres commentateurs ?
    J'ai relu le commentaire qui vous a tant déplu. A mon avis, vous êtes d'accord sur une partie en tout cas :
    " Breivik est un terroriste, comme le sont ceux qui agissent violemment au nom de l'islam. Seul compte leur façon de voir. Tous les infidèles à leur vision peuvent mourir comme des cochons, des singes, des choses, à qui on peut mettre une balle dans la tête sans se culpabiliser et même en être fier. Les gouvernements fascistes peuvent former des soldats prêts à mourir pour une cause fasciste. Breivik est peut-être un éclaireur et un précurseur de l'époque horrible que nous préparons dans les 20 à 30 ans qui viennent."

    Le fait qu'un non-français se permette un avis sur les élections françaises serait à proscrire ? C'est votre opinion, soit !
    Hier soir, Yves Calvi a montré qu'il ne la partage pas. Il interrogeait 4 journalistes européens pour avoir des éclairages originaux sur la campagne et les candidats.
    Même si l'opinion exprimée ne vous convient pas, êtes vous réellement autorisé à émettre des jugements du type "misère mentale" !!!!

    Je vous lis régulièrement et je me suis fait l'image d'un homme à la fois jovial et grave, avec une longue expérience de la vie et des opinions qu'il s'est forgé à la dure. Il se peut que je me trompe complètement et je fais d'ores et déjà amende honorable. Je ne cherche pas à juger, mais à comprendre.
    Vous m'avez écrit lundi, que chez vous, c'était tous les jours Noël. Le Père Fouettard, c'est à la St. Nicolas....

  • Calendula soyons clair, je parle en tant que athée.

    Je mets la phrase qui me fait bondir.Les athées ne sont pas des fascistes dans l'ensemble.

    Dans chaque parti ils y a des croyants et des athées.

    "A force de voir surgir toutes les extrêmes religieuses ou -athées- de constater leurs succès auprès de certaines catégories de la population, la démocratie prépare peut-être sa perte"

    Cette phrase s'inscrit dans ce paragraphe qui en dit long:

    "Breivik est un terroriste, comme le sont ceux qui agissent violemment au nom de l'islam. Seul compte leur façon de voir. Tous les infidèles à leur vision peuvent mourir comme des cochons, des singes, des choses, à qui on peut mettre une balle dans la tête sans se culpabiliser et même en être fier. Les gouvernements fascistes peuvent former des soldats prêts à mourir pour une cause fasciste. Breivik est peut-être un éclaireur et un précurseur de l'époque horrible que nous préparons dans les 20 à 30 ans qui viennent. A force de voir surgir toutes les =extrêmes religieuses ou athées= de constater leurs succès auprès de certaines catégories de la population, la démocratie prépare peut-être sa perte.

    Puisque vous me lisez, et je vous en remercie, (j'aime vous lire également) vous savez que je suis un cow-boys sans armes, avec un très mauvais caractère surtout le matin!

    Peut être ai-je mal pris le fond et la motivation, en ne retenant que la forme?

    J'ai beau relire pachakmac.....la formulation du propos ne me donne pas tord?

    PS: Je n'ai contre les gens qui commente l'actualité politique ou qui donne leurs opinions sur l'élection en France, même si ma soupape de sécurité a besoin de temps à autre de faire passer la pression...

  • Re-Bonjour, Pierre Noël,

    Merci de m'avoir répondu avec soin. Adieu Père Fouettard !

    J'ai bien pensé que vous aviez dû être piqué par le terme "extrémistes athées".
    Vos mails successifs semblent donner des garanties quant à la liberté de croire.
    Toutefois, les régimes interdisant la religion ont existé (le communisme dans plusieurs pays d'Europe et les premières années suivant la Révolution française étaient également assez dévastatrices envers le patrimoine ecclésiastique, si mes souvenirs sont bons) et il n'est pas farfelu d'imaginer que cela puisse à nouveau advenir ici ou là.
    Quelle idée vous faites-vous sur la laïcité ? Est-ce très différent de ce que vous prônez ?
    Le concept de laïcité est souvent invoqué ces temps (Marine Le Pen et JL Mélenchon, p.ex.) et il n'est pas sûr que tous le définissent de la même façon. L'une des conceptions est : la séparation du domaine privé et du domaine public. Dans le privé, on peut croire à la souris des dents, mais il ne faut pas venir réclamer des privilèges au pouvoir politique pour pratiquer ce culte.

  • "En plus, ils vont axer sa défense sur un article de la constitution norvégienne qui indique que lorsque le pays est en danger, tout citoyen a le droit de mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour le défendre."
    une guerre est légitime que si elle est faite contre une attaque réelle en temps et en heure, pas contre une hypothétique attaque fantasmagorique délirante et ceci en se battant contre une armée ou bien des terroristes armées, quand il s'agit de la population civile, ça s'appelle crime de guerre!!!

  • Bonjour Homme libre,

    Fort intéressant papier,mais je ne saurais,ainsi que toute personne un peu de bonne foi,trop vous conseiller de lire,parmi d'autres,le remarquable dernier ouvrage de J SAPIR,car c'est bien le choix utopiste et mal conçu de "L'Euro réel" comme il y avait un" socialisme réel" qui menace sous peu de fracturer de manière conflictuelle l'Europe et NON un néo-protectionnisme de toute manière inexistant.

    "Faut-il sortir de l'euro"
    "De la Grèce à l’Italie, en passant par l’Irlande, le Portugal et l’Espagne, la zone euro est en feu. La monnaie unique censée nous protéger se révèle un piège dangereux. Tout cela avait été prévu car les défauts structurels de la zone euro étaient notoires et bien connus des économistes.

    L’Histoire dira la responsabilité de nos gouvernements qui, par idéologie, par conformisme et parfois aussi par lâcheté, ont laissé la situation se dégrader jusqu’à l’irréparable. Elle dira aussi l’immense culpabilité de ceux qui ont cherché à imposer une Europe fédérale en contrebande, par le biais de la monnaie unique, à des peuples qui n’en voulaient pas. Aujourd’hui, c’est aussi une certaine conception de l’Europe qui agonise. La crise actuelle solde à la fois les erreurs d’une financiarisation à outrance et la faute politique que furent le traité de Lisbonne et le déni de démocratie qui suivit le référendum sur le projet de traité constitutionnel en 2005.

    Faut-il, dans ces conditions, sortir de l’euro ? Ce livre tente de répondre à cette question. Il se propose d’examiner la crise actuelle, de mettre en évidence tant ses origines que la conjonction de politiques particulières qui l’ont rendu inévitable. Il entend montrer au lecteur comment nous en sommes arrivés là, à partir des espoirs ? pour certains réels et pour d’autres imaginaires ? qui avaient été mis en l’euro à l’origine. Il se propose enfin de montrer les solutions possibles qui s’offrent à nous, et d’évaluer objectivement si nous avons un intérêt à rester dans l’euro."

    http://www.seuil.com/livre-9782021062823.htm

  • @ Jean-Frédéric:

    Merci pour votre commentaire. J'ai lu des articles de J. Sapir, et je lirai volontiers son livre. J'entends certains de ses arguments, sur les erreurs dans la construction européenne, même si je ne serais pas aussi catégorique sur les causes. Je pense les dirigeants européens coincés entre deux mondes, mais plus de bonne foi qu'on imagine. A tort ou à raison. Et je lui trouve un état d'esprit assez abandoniste par rapport à l'Europe. Mais je reviendrai volontiers en débattre ou faire un nouveau billet après l'avoir lu.

    L'Europe est un projet difficile et à long terme. Je pense que c'est allé trop vite par moments. L'euro est fraqile mais c'est aussi un lien qui était supposé tirer les pays ensemble.

    Je partage par contre son idée sur la BCE. Elle devrait en effet servir les pays européens, à moindre taux, ce qui serait déjà un forme de protectionnisme "supportable" philosophiquement.

  • @ Calendula

    Voici ma réponse un peu tardive excusez moi...

    "Dans une perspective laïque, les croyances et convictions qui ont rapport à la religion (religions proprement dites, croyances sectaires, Déisme, Théisme, Athéisme, Agnosticisme, spiritualités personnelles) ne sont que des --opinions --privées-- sans rapport direct avec la marche de l'État. C'est là considérer la politique comme une affaire humaine, seulement humaine. Réciproquement, la liberté de croyance et de pratique doit être entière; dans les limites de "l'ordre public"

    Ce qui ne va pas aujourd'hui, c'est que l'ordre publique n'est pas respecté pour cause de démission de la société civile, et des représentants de l'état.
    Des petits malins ont défini les athées comme des communistes, ce qui est faut.

    Les religieux n'aiment pas ce qu'ils appellent les "laïcards ou les athées" les qualifiants de révolutionnaires communistes. Ces termes furent repris par la paysannerie et les notables au 18ème et 19ème siècle et 20ème jusqu'aux années 1990..

    La laïcité cinq étoile, ne doit pas permettre à des élus de privilégier leurs croyances, ce faisant la religion à laquelle ils appartiennent pour élaborer des lois, ou, appliquer celles-ci par une interprétation abusive en faveur de celles là.

    Un exemple: une commune, (par ses élus majoritaires, paysans, croyant et pratiquants) à privilégié des travaux de rénovation, de l'église d'une petite ville campagnarde, dans l'élaboration de sont budget entretien, au détriment de l'agrandissement d'une salle de classe, ou plus de trente élèves n'avaient aucun moyen de sécurité pour se préserver d'un feu.(évacuation urgente)

    L'église avait besoin d'entretien certe, mais les travaux n'étaient pas urgents les ouailles n'étaient pas en danger..

    Désolé de ne pas aller plus loin avec d'autres difficultés comme le blocage des rues etc... peut être dans un autre billet?

  • Pierre Noël, ma misère mentale a oublié de préciser que parmi la population athée, il existe des extrémistes, comme dans la population croyante. Cela me paraissait d'une telle banalité et d'une telle évidence humaine qu'il ne me semblait pas utile de le préciser dans ce commentaire. Mais comme je souffre de misère mentale, je passe parfois sur les lourdeurs des précautions à prendre. Donc je reformule. Juste pour vous:

    "Il existe parmi la petite frange d'idéologues religieux ou athées extrémistes, des personnes qui sont prêtes à défendre leurs idées jusqu'à tuer les ennemis de leur idéologie".

    je ne parlais évidemment pas de tous mes amis athées ou religieux qui savent respecter sans aucune difficulté la différence, la croyance ou l'incroyance et qui aiment échanger les idées. Mais vraiment désolé de souffrir à vos yeux de misère mentale. Cela doit être une maladie dégénérative qui m'envahit le ciboulot. A lire la haine que certains osent déverser sur mon blog, c'est d'une grave maladie dont je souffre. Je survivrai à ma misère mentale...

  • Pachakmac merci d'avoir précisé; dieu soit loué...je vous souhaite une bonne santé en général...

  • J'ai cliqué trop vite!

    Pachakmac, à mon tour de rectifier juste pour vous, j'ôtes ce que j'ai écrit.

  • Bonjour, Pierre Noël,
    Votre exemple de la petite commune qui privilégie la réfection d'une église à celle de l'école peut nous faire sourire ici à Genève, car tout récemment, un crédit de réfection d'une grande église sise à côté de la gare a été voté en Conseil municipal. Le crédit a passé à cause de la valeur patrimoniale de l'église. Cela a crée des remous et je crois qu'un recours a été déposé.
    N.B. : Seuls les cantons de Neuchâtel et Genève sont laïcs et ainsi, les finances des églises et de l'Etat devraient être séparées.
    A mon sens, si les tâches de l'Etat sont clairement définies et qu'on s'y tient, ça devrait apaiser une partie des conflits. Toutefois, vu d'ici, on se rend bien compte que la situation en France est problématique et que le débat est très vif, pour dire le moins.
    A mon avis, la laïcité est la seule formule qui permettra un paix sociale. Elle laisse la liberté de penser et de croire et préserve l'espace public. Que demander de plus !

  • "Des têtes pensantes comme l’économiste de gauche Jacques Sapir recommandent la fin de l’Euro et la réhabilitation d’un certain protectionnisme, c’est-à-dire la fin de l’Europe avec le risque du retour aux nationalismes guerriers et à l’affaiblissement définitif du continent: comment peuvent-ils défendre une économie plus localisée et ne pas pousser leur réflexion en matière culturelle?"

    Cher homme libre,

    Ce que recommande cet homme extactement ce que je craignais depuis 2 ans. Malheureusement tout porte à croire que nous y arrivons. Tout d'abord le protectionnisme économique. Je ne suis pas contre dans un contexte de crise mais je sais ce que cela implique. Ensuite nous aurons le refoulement d'imigration aux frontières (c'est déjà le cas). Lorsque toutes ces étapes sont prêtes et en place, il reste plus grand chose pour arriver au déchirement auquel on doit arriver.

    Mon opposition à l'Europe depuis mon adolescence, alors que j'étais en pleine étude, était dûment motivée par le simple fait que sa mise en place a été dès le début très très mal faite. Oui nous sommes "stupide", et j'entends par là sa vrai signification, c'est à dire frappé de stupeur. Il fallait pas réfléchir beaucoup pour comprendre que cette Europe était condamnée à foirer. Ma tristesse est simplement que nous allons une fois de plus refaire les mêmes erreurs.

  • Merci Calendula d'avoir bien compris mon propos.

    Le danger en France, est que la loi de 1905 est bafouée par les adeptes du vatican, elle bafouée par les islamistes, ce faisant, la Laïcité se réduit en peau de chagrin.

    Les conséquences sont simples; une destruction totale ou partielle de ce système favorise la montée des communautarismes, la montée de la haine, ajoutons cette crise destructrice, vous avez là, quelques ingrédients parmi d'autres, d'une révolte et de la mise en place de tous les fascismes...

    C'est pourquoi je défends la Laïcité -cinq étoiles- elle va dans le sens que vous indiquez:

    " A mon avis, la laïcité est la seule formule qui permettra un paix sociale. Elle laisse la liberté de penser et de croire et préserve l'espace public. Que demander de plus !"

    Actuellement, il n'y a pas d'autre système -à ma connaissance- qui permette de vivre ensemble et en paix.

  • Pas de mal pour ma santé mentale, Pierre Noël. Elle a déjà pris tellement de coups qu'elle est imperméable aux insultes mais perméable à l'amitié. J'ai plus de sympathie les athées qui ont une profondeur d'esprit que pour les croyants butés qui disent des bondieuseries à dormir debout...et qui sont parfois prêts à défendre des tueurs d'enfants dans des attentats abominables. Si Dieu veut le crime et les guerres de religions, alors je ne crois pas en Dieu. C'est ma conviction. Dieu est Amour et non assassin.

Les commentaires sont fermés.