Autorité parentale: les socialistes font du chantage aux pères

Je m’étonne qu’il y ait encore des hommes et des pères pour voter socialiste. Entre le féminisme radical-marxiste qui veut déconstruire l’homme et les barrages ou le chantage faits aux pères, cette mouvance - j’allais écrire «errance» - devrait être remisée aux oubliettes de l’Histoire.

divorce-enfant.jpgJustice sociale, égalité, défense de l’opprimé? Ces valeurs supposées de gauche sont passées à la trappe. Les pères Ubu du PS ont visiblement les moyens d’entretenir deux ménages. L’égalité parentale n’est qu’un vulgaire deal de marchands de tapis. L’oppression morale et financière et le chantage réalisé sur beaucoup de pères en font des parias modernes après divorce.

Mais que se passe-t-il? Il se passe que la ministre suisse Simonetta Sommaruga, Cheffe du Département de Justice et Police, a décidé de remettre à plus tard la loi sur l’autorité parentale. Toute seule. En se moquant des associations de pères qui se sont investies depuis des années dans ce projet. Elle veut que cette question soit liée à la question des pensions alimentaires.

Rappelons que l’autorité parentale, soit le droit légal de prendre des décisions pour l’enfant, est confiée au parent gardien. Elle peut être conjointe si la mère le veut aussi. Elle  n’est pas automatique. Ce qui en soi est déjà surprenant. La fin du couple n’est pourtant pas la fin de la parentalité. Mais le parent qui n’a pas la résidence est un parent déclassé, un sous-parent. En général c’est le père.

Le nouveau projet de loi devait consacrer l’autorité parentale conjointe automatique, sauf cas graves. Ce partage donne les mêmes droits juridiques aux deux parents après divorce. Donc le parent qui a la résidence ne peut prendre de décision importante sans l’accord de l’autre parent. Cela peut être un frein, cela peut aussi servir à alimenter une guerre d’après divorce, bien sûr. Mais déclasser un parent est une guerre bien plus grave en ce qui concerne l’investissement du parent lésé, d’autant qu’au final c’est l’enfant qui est lésé.

Les socialistes applaudissent la décision de Madame Sommaruga. On pouvait s’y attendre. Ils ne supportent pas la notion d’égalité pour les hommes. Ils font de l’enfant l’objet d’un ignoble chantage: «Signez une convention sur la pension, et vous aurez l’autorité parentale conjointe».

Bien sûr ils en rajoutent une couche sur le moindre investissement des pères, les culpabilisant au passage. «Faites-en plus et nous, les femmes socialistes, vous accorderons quelques miettes. Passez par nos volontés et quand vous serez couchés vous serez des hommes comme il faut».

On s’inquiète à juste titre de la paupérisation des anciens partenaires en cas de divorce. Enfin, on s’inquiète de celle de la mère: «Préoccupé par la pauvreté qui touche fortement les enfants de couples séparés et leurs mères, le Conseil fédéral veut modifier la loi actuelle. Cette dernière stipule que si le parent qui paie la pension alimentaire (souvent le père) ne dispose pas des moyens pour l’entretien de deux ménages, il doit conserver un minimum vital pour couvrir ses propres besoins fondamentaux. Conséquence: l’ensemble du déficit de la famille est imputé à la personne ayant droit à la pension alimentaire, souvent la mère.» Et celle des pères? Combien peuvent entretenir deux ménages? Combien vivent dans un studio et n’ont plus de vacances, voire de voiture?

La question des pensions n’a rien à voir avec l’autorité parentale. Pas plus qu’avec la sanction pénale si l’enfant n’est pas présenté lors des droits de visite. Il y a déjà une loi pénale à ce sujet, presque jamais appliquée: la justice protège les femmes et sanctionne les hommes, on le sait. Pourtant les socialistes proposent de durcir cette loi, comme un sucre agité devant le nez des pères. Mais lier les deux choses est encore une fois faire un chantage ignoble. Les socialistes, autoritaires et amoraux, sont à vomir.

Je ne dis pas que tous les pères sont réglos, loin de là. Mais la loi pose le cadre. Les comportements sont d’un autre ordre et ne doivent pas être objets d'un enjeu. Ne mélangeons pas tout.

Il faudra bien que les socialistes soient sanctionnés électoralement pour leurs positions anti-hommes et anti-pères. Pas étonnant que si en 1995 16% d'hommes de 18 à 29 ans se disaient de droite, ils sont aujourdhui 36%: le socialisme est devenu un repoussoir pour les jeunes.

Messieurs, j’espère que vous avez compris: voter socialiste, c’est comme vous trancher les veines.

Catégories : Politique 20 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • @Hommelibre,comme quoi les temps ne changent pas les socialistes imposaient déjà des chantages au Général Guisan,ceux -là mêmes qui croyaient que tous avaient oublié,se sont trompé lourdement!et le plus effarant c'est vraiment de savoir qui sont ces socialistes anti-sociaux!et votre colère est normale!
    bonne journée à vous

  • @Hommelibre:
    Voter PS c'est aujourd'hui voter pour le matriarcat. Les hommes du PS n'ont plus rien à dire dans ce parti. La preuve en est que le parti ne désigne plus le meilleur candidat et le plus compétent mais se fonde sur une règle de parité qui conduit à nous proposer des nulles! La Ville est un bel exemple de cette situation. Même chose aux dernières érection cantonales, sauf que là la couleuvre était trop grosse et ils ont perdu. Les Verts qui sont exactement dans la même dynamique n'ont réussi leur coup que grâce au vote bourgeois en faveur de Kunzler. A défaut elle ne passait pas la rampe non plus. Il faut espérer que les même bourgeois auront un peu plus de réflexion politique à la prochaine élection et qu'ils ne voteront pas pour ce parti. L'espoir viendra de Verts libéraux qui ont la bonne attitude: responsabilité individuelle pour une politique économiquement responsable.

    C'est pas l'arrivée du "bon docteur" qui va changer quoi que ce soit en ville
    et ceux qui voteront PS en Ville sont inconscients car ces bobos ne pensent qu'à leur petit confort et nous péjorent nos loisirs en nous obligeant à faire des queues infernales en bloquant des rues stratégiques.
    A cause de ces minables il ne reste plus d'autre alternative que le MCG pour défendre les petits et la classe moyenne qui travaille ailleurs que dans la fonction publique, soit plus de 50% des votants PS dont moi jusqu'à l'automne dernier!

  • Merci de votre compréhension Lovsmeralda. Sûr que ce genre de politique me réveille une bonne vieille colère. Elle est normale. Cela dit il y a bien de socialistes qu'individuellement j'apprécie beaucoup pour plein de raison. Je fais la part des choses: Dans ma vie privée ou professionnelle, les appartenances politiques ne me conditionnent pas. Et heureusement. S'il fallait choisir ses amis ou ses partenaires professionnels selon leur appartenance politique le monde serait trop étroit pour moi. Mais cette idéologie et son application par rapport aux hommes me sort par les oreilles!

    Bien à vous.

  • Bonjour Hommelibre,

    Quand vous dites "Pas étonnant que si en 1995 16% d'hommes de 18 à 29 ans se disaient de gauche, ils sont aujourd'hui 36%: le socialisme est devenu un repoussoir pour les jeunes.", vous n'auriez pas inversé les chiffres ? Car si de 16% ils sont passés à 36%, je ne comprends pas l'effet repoussoir...

  • Houlala Yves, quelle bourde! Il fallait écrire: "de droite" et non de gauche. J'ai corrigé. Donc en 1995, 16% se disaient de droite. Aujourd'hui 36% se disent de droite. Ben heureusement qu'il y a de bon lecteurs. Pourtant je relis, et parfois l'erreur passe quand-même. Merci.

  • Je suis pleinement d'accord avec les termes de l'article. Certains pères sont des crapules et méritent d'être traités en tant que tels. Cependant, comme très justement relevé aussi, la majorité des pères en phase de divorce vivent le calvaire d'une descente aux enfers où ils se rendent compte qu'en fin de compte, ils ne sont que des porte-monnaies. Sauf que ce dernier étant vide, ils le vivent à leurs dépends (logement médiocre, plus de voiture, plus de vacances ou de loisirs), surtout s'ils espèrent recommencer une nouvelle vie. Alors oui, il y a des femmes qui souffrent, mais il y en a aussi plein qui profitent de la situation et s'évertuent à profiter de tous les chantages affectifs et s'époumonent à émettre des insinuations crasses sur les pères qui jusqu'à peu, étaient encore de la famille ...

  • Je partage votre coup de gueule Hommelibre.
    Je souhaite qu'il y ait de plus en plus de femmes qui n'utilisent pas/plus leurs gosses pour faire payer (dans tous les sens du terme)à l'homme seul, l'échec du couple. Adulte et responsable le couple devrait être. Lors de sa concrétisation comme lors de sa dissolution.
    Quant aux politiques, ils ne travaillent plus pour l'ensemble de la population. Juste pour privilégier le cercle des intérêts particuliers à chacun d'entre eux.

  • Loredana, il faudrait vraiment que les adultes comprennent cela.

    Ce serait une bonne chose d'instaurer plus souvent la médiation lors d'un divorce. Les résultats ne sont pas magique mais ils permettent au couple de faire la part des choses.

    La décision de Mme Sommaruga, alors qu'il y a des discussions avec des groupes de pères depuis des années, est regrettable. Elle va alimenter le ressentiment du parent non résident et contribuer à prolonger la souffrance des enfants.

    Une séparation est chose difficile, pour tout le monde, encore plus pour les enfants. Les politiques devraient avoir cette priorité.

    Bien d'accord avec vous: j'ai aussi l'impression que la ministre travaille pour son camp. Pas de hasard si Mme Roth Bernasconi monte au créneau aussi vite: c'est préparé. Et là, la politique, c'est bullshit!

    Bonne journée Loredana.

  • Est-ce que j'ose donner dans l'ironie et l'humour noir (pour rester dans le ton de l'article?!?)?? Sur un sujet aussi douloureux, dans lequel, en fin de compte, tout le monde est perdant??? Allez, je me lance:

    Les socialistes sont doublement pervers; non seulement ils poussent les pères séparés dans la précarité en s'attaquant à leur porte-monnaie, mais en plus, ils veulent les empêcher d'utiliser leur arme de service pour abréger leur souffrance... et occasionnellement permettre la réunion de toute la petite famille dans l'au-delà... (De nos jours, voilà bien l'unique raison d'être de ces armes!!)... Les vilains!


    =:oB

  • Ah! J'ai pensé à vous en entendant hier le témoignage d'un père à ce propos qui passait un coup de gueule à la RSR.
    Simonetta Sommaruga n'est pas la seule socialiste dans ce cas, Maria Roth-Bernasconi semble-t-il aussi. Elle lutte également contre l'autorité parentale conjointe.

    J'ai de la peine à comprendre pourquoi on ne pense qu'à aider les mères sachant que lors d'un divorce les pères et les enfants souffrent aussi.

    Il y a un autre scandale en Suisse, dont on ne parle guère, c'est celui qui ne permet plus aux pères payeurs de pension de déduire ladite pension pour les impôts dès que leur progéniture a atteint 18 ans. Ou comment mettre ces pères définitivement sur la paille...

    Vous parlez de conditions de vie précaire, les pères qui vivent dans un studio ou dans un deux pièces, qui n'ont plus les moyens d'offrir le moindre loisir ou des vacances à leurs enfants, j'en connais beaucoup. Selon la loi du divorce modifiée en 2000, le calcul de la pension devait se faire de façon à avoir des conditions de vie équivalentes dans le foyer du père et de la mère. C'est une vaste fumisterie, ce n'est que rarement appliqué. Ça ne l'est que quand les deux protagonistes vont dans ce sens.

    Le com de l'Avis de Brian est excellent, une idée de campagne pour la cause des pères? ;-)

  • C’est toujours hallucinant ce genre de chose et surtout injustifiable (le soi-disant planning chargé je n'y crois pas une seconde).
    Bon on ne va pas refaire le monde (pas maintenant en tous cas) mais l'enfant qui sert d'arme (car c'est bien de cela dont il s'agit), sa pue mais quelque chose de concret.
    Tous ses enfants à un moment ou à un autre réclameront des réponses voir des dédommagements, ils voudront le faire payer à quelqu’un.
    Ce quelqu'un c'est en majorité les mères donc les femmes, bref continué comme ça une fois que la coupe sera pleine, le retour de bâton dans la gueule fera mal.

  • Excellent "coup de gueule" contre les femmes socialistes. Il est triste de voir que les pays des "droits de l'Homme" soit devenu si pénalisant pour les pères et au final pour les enfants privés de pères...On ne parle pas de l'application pratique de la loi par les Tribuaux qui ne tiennent pas compte du concubinage des femmes(réduction des frais réels), ni des dépenses réelles des enfants lorsqu'ils sont chez le père.
    A court terme, je ne vois qu'une solution à la hauteur de cette décision politique crapuleuse: stopper dans toute la Suisse le payement des pensions d'un jour à l'autre, de façon à submerger les Tribunaux de poursuites... Après les révolutions des pays du Margreb, pourquoi pourrions nous pas aussi nous mobiliser en Suisse pour des vrais problèmes politiques (on vote bien pour une histoire de 5 minarets!)? Internet est un outil fantastique pour mobiliser les masses: à quand une mobilisation orchestrée?

  • @ pèrepourtoujours: ce serait une action très puissante et médiatique. Pourquoi pas? En versant l'argent sur un compte bloqué et en étant nombreux. Je pense qu'une telle action serait un tournant dans la mentalité et même dans les tribunaux.

    Je rappelle votre site:
    http://www.pptg.ch/pptg-accueil.html

  • euh... si je peux me permettre, un peu dégueu pour celles qui sont correctes...

    N'oubliez pas qu'il y a aussi des bonnes poires du côté des femmes. J'en connais une qui touche la grosse somme de 100.- par mois comme pension pour sa fille. Mais comme elle est femme de ménage et vu son salaire, ces 100.- sont importants.

  • Voler un père à sa fille pour 100.- par mois, je n'appelle pas ça une bonne poire!

    Dans le cadre d'une garde alternée, cette femme de ménage peut travailler à 100% pendant une semaine sur 2, puis à 50% pendant que sa fille vit avec elle. Elle gagnera plutôt plus que 100.- par mois de plus et surtout sa fille gagnerait un père: ça c'est une bonne poire pour moi!

    Je suis d'accord, il faut que le père soit d'accord aussi et serais le premier à "fusiller" financièrement un père qui refuse une garde alternée!

  • Elle travaille déjà à plein temps, pour 3000.- par mois.
    Et ce père en question ne veut pas prendre sa fille plus d'un week-end sur deux. Et encore quand il est disponible...

  • "Simonetta Sommaruga n'est pas la seule socialiste dans ce cas, Maria Roth-Bernasconi semble-t-il aussi. Elle lutte également contre l'autorité parentale conjointe."

    Je n'ai jamais voté pour une femme. Elles sont non seulement partiales mais encore plus despotiques que les hommes. Et puis, les socialistes......

    Bravo Hommelibre! A quand un bouquin pour dénoncer les dysfonctionnements des sujets de mêmes registres que vous maitrisez? Il partira comme des petits pains!

    @Lala

    Votre connaissance devrait s'appuyer sur l'aide d'UNE avocate pour relancer une procédure de réajustement de la pension. Parce que 100.-- Frs c'est une vaste plaisanterie!

  • du maroc la discussion me parait assez flou
    vous discuttez sur un plan légal mais qui cache un déficit de définitions
    je peux facilement définir ce que veut dire féminité mais je ne sais pas ce que veut dire virilité un motard un boxeur un matcho
    l'abscence du statut virilité avec une surabondance de ce que veut dire feminité

    moi je m'intresse plutot aux tensions grand pere pere neveu dans le contexte square tahrir je vous propose un billet
    http://sidibouzidcode.wordpress.com/2011/01/29/grand-pere-

  • La bêtise n'a pas de sexes

    il y a 30 ans il y avait des abrutis qui déclaraient que les femmes devaient rester au foyer et s'occuper des enfants et aujourd'hui il y a des abruties qui déclarent que les hommes ne sont pas capables de rester au foyer et de s'occuper des enfants... il faudrait les renvoyer dans le passé où ils/elles devraient bien s'entendre...

  • Bonjour,

    La situation est très dure aussi pour les pères en France car la loi sur l'autorité parentale de 2002 n'est pas appliquée et le projet de loi sur la résidence alternée déposé à l'assemblée nationale en 2009 a échoué du fait du lobbying des féministes nazis. 40 signatures de députés à l'UMP ont suffi pour plomber ce projet de loi. C'est la galère dans tous les pays d Europe sauf en italie et dans les pays scandinaves. Partout ailleurs c'est le matriarcat
    Bon courage mais il me semble qu'il faut garder espoir car les hommes commencent à se réveiller en Europe contre ceux qui nous gouvernent par la dictature notamment en france

Les commentaires sont fermés.