Pères perdus sur Arte

Arte proposait hier soir à 22h35 un documentaire d’une heure sur quatre pères à la dérive, quatre pères bons pour la poubelle comme le suggérait le titre allemand. Quatre pères que la justice et l’habitude ont coupé de leurs enfants de manière grave et irrémédiable.

pere_fille.jpgL’un est quitté parce que sa femme veut vivre sa vie. Elle emporte les enfants. Il ne reverra plus jamais sa fille aînée. L’autre arrive à la maison après le travail. Les affaires de sa fille et de sa femme sont emballées. Aucune explication. Une semaine après il apprend qu’il est accusé d’attouchements sexuels sur sa fille. L’entourage de la mère charge au maximum. Suspension des visites entre le père et sa fille.

Un expert analyse la situation en profondeur, enquête sur plusieurs mois, entend et examine l’enfant. Conclusions: aucun signe d’abus, aucun propos de l’enfant dans ce sens. Un juge aux affaires familiales dénonce les manoeuvres de l’entourage, les estime intolérables et, après un an et demi, rétablit le droit de visite du père... sous surveillance! Rien, pas de conséquences pénales pour les mensonges de la mère et de la grand-mère de la fillette.

L’enfant avait toujours voulu voir son père et l’avait exprimé clairement devant un juge et devant l’expert. Un jour le reçoit une lettre de sa fille, qui ne l’appelle plus papa mais par son prénom, et qui lui dit qu’elle ne veut plus le voir, qu’elle ne l’aime pas et qu’aucun juge ne peut la forcer à le voir.

Le père reçoit comme un coup de couteau dans le coeur. Après huit ans de procédure un juge lui conseille d’abandonner, «pour le bien de l’enfant»...

Quelles manipulations criminelles ont été faites pour en arriver à ce résultat? Tous ces pères largués, jetés, perdus, subissent le Syndrome d’Aliénation Parentale. Syndrome, au passage, dénié par certains groupes féministes enragés pour qui ce ne serait que l’expression de la volonté des pères de contrôler les femmes à travers les enfants. Groupes pour lesquels un père de substitution ou symbolique fait tout aussi bien que le père réel. Sauf pour payer, où soudain le père biologique a du sens!

En Allemage la garde est confiée à la mère dans 90% des cas. Et au bout d’un an 40% des enfants de divorcés ne voient plus leur père. Le père est jetable.

Bon, j’arrête là pour ce matin sinon je vais régurgiter mon café, parce que, entre les fausses accusations systématiques et le mépris du père et de l’homme, cela va bien.

Et, voyez-vous, je trouve que dans l’ensemble les hommes sont cools. Trop gentils même. Et je m’étonne qu’il n’y ait pas plus de meurtres. Meurtres qui bien sûr viendraient grossir les statistiques de «violences faites aux femmes»...


Arte n’a pas prévu de rediffusion.

Catégories : société 16 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Mon père a été marié à une féministe qui n’avait qu’un seul souci la cause féminine. Elle passait le plus clair de son temps avec ses amies de véritables raclures de bidet.

    Comme nous vivions sous le même toit avec mon arrière-grand père, mon grand-père et nous la vie commune devint vite intenable. Lors d’une réunion de famille il fut proposé à mon père qu’un divorce serait la meilleure solution pour tout le monde. J’avais participé activement à cette décision et connaissant mon père (doux, gentil, quoi du bois dans lequel on taille les flûtes) j’avais insisté pour que mon grand-père prennent les choses en main et confie cette affaire à un de ses amis avocats.

    Le divorce fut prononcé après un an de palabres et comble d’ironie je fus confié à ma mère. Or, du fait qu’elle n’était jamais au domicile et ne s’occupait aucunement de moi, j’ai ameuté les services sociaux, la protection de l’enfance, le tuteur général.

    Provisoirement je pus regagner la maison. Dès cet instant la demande de révision du procès fut mise en route et grâce à de multiples témoignages la garde lui fut heureusement retirée.
    Depuis lors je me méfie des féministes comme de la peste ayant suffisamment donné à cette cause castratrice.

  • Arte est très bien organisée pour les contacts avec les téléspectateurs. On peut écrire pour les féliciter de l’émission (ça les changera un peu !) et demander une rediffusion :

    http://www.arte.tv/fr/content/tv/02__Universes/U6__Tout_20sur_20ARTE/02_20A_20propos_20Programmes/FAQ_20Programm/2196048.html

    > rubrique "Vous souhaitez réagir à une émission ?"

  • Ok Antisthène, merci pour l'adresse. J'écris.

  • Aux pays des Droits de l’Homme… la vie de père ne vaut pas la vie de chien !

  • Bonjour, voila exactement ce que je continue à vivre depuis plus de 6 ans, comme toutes les institutions se sont trompées, aucunes personnes à le courage pour revenir en arrière et arrêter le dégat entre un père et sa fille. Comme en plus c'était la mode Outreau à l'époque, tu étais forcément coupable...même si tu dis que tu es INNOCENT pendant toute la procédure!

    Comme je ne sais pas ce que les institutions ont racontés à ma fille pendant plus de 5 ans de procédure et de mensonge (mais je doute les belle "PAROLES), dans un certificat médical m'a fille a dit qu'elle ne voulait pas voir son père.

    Si la justice avait accépter de garder le lien familiale même dans un endroit protéger, je reste persuadé que la situation serait différente, aujourd'hui !

    Chose encore plus choquante, lorsqu'il y a des indices de mal traitance, le SPMI est au courant pour vous retirer votre enfant, lorsqu'il y a acquittement, le SPMI ne sait pas ! Vous trouvez sa logique?!

    La seule chose que je possède comme nouvelle de ma fille, cela s'appelle la pension, alors sa OUI les bulletins de versement, je les reçois!

    Maintenant, c'est un père en dépression depuis des années, un étant santé lamentable, mais sa je sais tout le monde s'en fou de m'avoir détruit!

    J'espère qu'un jour ma fille (la majorité dans 5 ans) viendra comprendre les raisons qu'elle sait retrouvé en foyer afin de rétablir la vérité sur preuve écrites et non seulement que des paroles !

    Voila un père qui pleure tous les jours !

  • 4 ans de privation de mes deux filles.
    C'est l'avocate qui initie toutes les horreurs que je subis.
    Mes filles disent ne plus vouloir me voir.
    Je retourne au tribunal bientôt... j'espère que le nouveau juge ouvrira les yeux.
    Nous sommes dans un problème de société qui harcèle pères comme mères. Les parents aliénant ont une pathologie de l'empathie. Ils se nomme des psychopathe sociaux médicalement. L'édulcoration du langage fait que nous les nommons manipulateur seulement.
    Et le pire c'est que cela ne se soigne pas!

  • Faut pas aller si loin, depuis mon remariage mon ex me harcele par tout les moyens, saisi frauduleux, depots plaints injustifier, harcelement au travail et le pire, elle utilise ma fille qui se trouve dans une situation intolerable de viloence verbal de tout sortes. Malgré mes procedures, aujourd'hui a ce stade, je ne revoi plus ma fille, et uniquement pour son bien etre. Je suis arrivé la pour une seul raison, suis militaire a la legion et donc forcement un mauvais pére et le tribunal de Carpentras le fait savoir ouvertement sans aucune honte. Si la justice, les enquetrice, le reseaux social ferai mieux son travail, il n y aura pas des peres désespere comme moi et tant d'autre
    Courage a tous ce qui sont dans le meme cas

  • C’est la bonne question à poser : « Quelles manipulations criminelles ont été faites pour en arriver à ce résultat? Tous ces pères largués, jetés, perdus,… ».

    Et de se poser la question : pourquoi, subitement, des enfants décident de ne plus vouloir voir leurs pères ? Alors que ces pères étaient attentionnés à leurs égards ? Alors que ces pères étaient des parents normalement satisfaisants ?
    Normalement les juges de la jeunesse devraient le savoir !!! Normalement les pédopsychiatres, chargés d’éclairer les juges de la jeunesse, devraient -- aussi -- le savoir !!! Mais les dossiers de ces enfants de moins de 18 ans (âge de la majorité) sont inaccessibles à la connaissance des pères évincés de la vie de leurs enfants.

    N’y a-t-il pas alors abus d’autorité et abus de pouvoir de la part des pédopsychiatres et des juges de la jeunesse ?
    Même après des années (15/20 ans et plus) des enfants du divorce conflictuel (ou de séparations conflictuelles) ne veulent toujours pas revoir leurs pères ? Pourquoi ???
    Pour ces enfants, c’est clair et net : leurs pères n’existent plus pour eux ! Pour eux, ils sont morts !!!
    Pourquoi ???

    Certaines filles, plus sensibles aux liens paternels, souffrent en silence, de la perte de leurs pères parce qu’elles ne peuvent plus les voir.
    Certaines filles voudraient revoir leurs pères, mais… soit elles n’osent pas effectuer la démarche, par crainte de rupture avec leurs mères (conflit de loyauté)… soit parce qu’elles ne connaissent pas l’adresse de leurs pères.

    Ne devrait-il pas exister des organismes qui puissent entamer des procédures de recherches afin de renouer les liens de ces enfants (du conflit conjugal) avec leurs pères ? Car je ne suis pas d’accord avec l’idée répandue que dès arrivés à leur majorité, ces enfants, devenus adultes, feront les démarches pour revoir leurs pères. C’est faux !

  • Une avancée ?
    Formation professionnelle sur l'Aliénation Parentale
    Pour info… ça vaut ce que ça vaut !
    Heure vendredi 20 mai 2011, à 08:00 - samedi 21 mai 2011, à 18:00
    Lieu CORUM Saint Jean - Clermont Ferrand - France – Europe
    Créé par : AGAINST PARENTAL ALIENATION, FOR THE FAMILY LINK
    FRENCH SPEAKING ONLY - FRANCOPHONES

    Formation professionnelle sur l'Aliénation Parentale organisée par la Fédération des Associations de Médiation Familiale, la FENAMEF
    Usurpation d'enfant entre parents - syndrôme d'aliénation parentale - un mariage contre nature
    ...
    Les professionnels qui interviennent auprès des enfants et de leurs familles...
    - Liliana PERRONE, une référence européenne et internationale en terme de médiation familiale.
    - Marc Juston, 1er Juge aux Affaires Familiales en France à avoir reconnu l'existence de l'aliénation Parentale.
    ...de couples en situation de séparation et de divorce ou de parents qui ont des difficultés pour maintenir des relations avec leurs enfants, sont confrontés fréquemment à un type de configuration familiale où des enfants peuvent être "programmés" par l'un des parents pour rejeter l'autre sans raison objectivable.
    Il s'agit bien d'une usurpation d'enfant entre parents avec dépossession; certains auteurs appellent ce trouble "syndrome d'aliénation parentale".

    Avec la participation de :
    - Liliana PERRONE, Psychologue, thérapeute individuel, de couple et de la Famille, médiatrice Familiale UCL Lyon,
    - Dr Carlos DIAZ USANDIVARAS, psychiatre, thérapeute familial, professeur, USA,
    - un magistrat du parquet de Clermont Ferrand,
    - Dr Reynaldo PERRONE, psychiatre, thérapeute individuel, de couple et de la famille,
    - Marc JUSTON, Président du TGI de Tarascon, JAF,
    - Me Karen PICOT, avocate,
    - Marie LACROIX, Juge à la Cour d'Appel de Lyon.

    Public: travailleurs sociaux, médiateurs familiaux, magistrats, avocats, psychologues, psychothérapeutes, experts auprès des tribunaux.

    Coût: 350€
    Renseignements et inscriptions:
    IFATC
    04.72.83.51.12
    ifatc@orange.fr
    www.ifatc.fr

  • @ La Vie des Pères:

    "Normalement les juges de la jeunesse devraient le savoir !!! Normalement les pédopsychiatres, chargés d’éclairer les juges de la jeunesse, devraient -- aussi -- le savoir !!! "

    D'accord avec vous: ils devraient le savoir. Allons plus loin, car ces gens ne sont pas des benêts tombés de la lune: ils le savent.

    Ils le savent.

    Ils le savent très bien.

    Mais ils ne font rien. Ne bougent pas d'un doigt. Ils acceptent. Ils laissent faire. Ils sont objectivement complices.

    Ils encouragent? La question n'est pas illégitime.

  • Il est vraiment dommage que nos chers journalistes n'aillent pas au fond des choses !!! Cette situation n'est rien d'autre que la conséquence de choix POLITIQUES. L'article 1626 a du code civil allemand n'a toujours pas été modifié malgré une condamnation par la court EUROPEENNE des DROITS de l'HOMME en 2009 (cf Affaire Zaunegger). Le conflit "père- mère" n'existe en Allemagne que parce que l'état le veut bien et y trouve un intérêt (corruption locale de la justice familiale allemande qui est également la conséquence d'un système).
    Je regrette terriblement que l'on ne parle pas du vrai problème : le JUGENDAMT, administration politique qui gère les enfants allemands ou étrangers comme de la marchandise (cf rôle historique du JUGENDAMT) en prenant uniquement en considération la BINDUNGSTOLERANZ et le KINDESWOHL c'est à dire le parent qui présente le meilleur attachement à la nation allemande et l'intérêt supérieur de l'état allemand en matière d'enfant. Il ne faut pas perdre de vue que le juge aux affaires familiale est placé officieusement sous la tutelle du JUGENDAMT et que c'est ce même JUGENDAMT qui donne tous les outils à un des deux parents contre l'autre parent. Revenir à une justice familiale plus cohérente et redonner aux allemands le goût d'avoir des enfants revient à ABOLIR le JUGENDAMT. Ne jamais traduire le JUGENDAMT il n'existe qu'en ALLEMAGNE !

  • Les pays européens semblent tétanisés à l'idée de révéler les pratiques monstrueuses des JugendAmts allemands au détriment des parents allemands et étrangers dont ils confisquent les enfants. L'eugénisme allemand n'est pas mort, non plus que le nationalisme le plus odieux servi par des méthodes brutales et une parfaite indifférence aux souffrances d'autrui. Depuis que des idéalistes niais, en réalité les idiots utiles d'affairistes compromis avec le nazisme, ont lancé l'idée de la construction européenne, il est devenu "politiquement correct", c'est à dire "obligatoire", de pardonner avec empressement à l'Allemagne tous ses péchés passés et l'exonérer d'avance des péchés futurs qu'elle ne serait "évidemment" plus en mesure de commettre en raison même de la honte et du repentir qu'on fait semblant de croire qu'elle éprouve.... Or, il n'en est rien ! L'Allemagne d'aujourdhui n'éprouve pas plus que celle d'hier de respect ou de compassion pour les peuples voisins qu'elle tient toujours pour des tribus racialement inférieures dont l'asservissement aux intérêts de la grande Allemagne est tout simplement une chance inouïe de se rendre utile à un grand et noble dessein. L'Allemagne, confrontée à une dénatalité catastrophique, a besoin d'enfants ? Pas de souci, il suffit de voler ceux des autres, de s'approprier ceux des familles allemandes non-conformes au modèle allemand (famille prospère et peu nombreuse, femme au foyer, jolie maison et grosse berline) et de germaniser les enfants bi-nationaux puisqu'on sait d'avance que les pays d'où les enfants sont à moitié ressortissants fermeront piteusement les yeux, étant pris au piège de l'idéologie européiste qui consiste à nier les problèmes pour mieux prétendre les avoir résolus. Ainsi se terminent dans les larmes et la souffrance les histoires d'amour entre des citoyens de pays "normaux" et leurs conjoints ou partenaires allemands.... Et les enfants dans tout çà ? Les JugendAmts allemands en font des bons petits teutons élevés dans l'ignorance voire le mépris de leur parent non-allemand qui les aurait abandonnés jusqu'à ce le "sauveur" JugendAmt intervienne pour les "protéger". Voilà la barbarie que cautionnent lâchement les autorités européennes et les gouvernements des pays en quasi-faillite (France, Belgique, Italie, Espagne, Portugal, Grèce) qui comptent sur l'Allemagne pour des aider à surmonter leurs déficits budgétaires..... Voilà l'Europe de Bruxelles, celle qui n'est jamais décrite par des médias aux ordres des lobbies de la finance et de l'aéronautique, celle des enlèvements d'enfants, des états-civils germanisés, des enfants manipulés et violentés, des parents déniés et torturés, celle d'un Etat allemand devenu fou et qui entraîne l'Europe entière dans sa folie schizophrène.

  • Quand on lit tous ces temoignages, cela fait froid dans le dos.
    ma situation n'est pas aussi catastrophique que la votre mais elle pourrait le devenir et le pire c'est que je ne vois pas ce que je pourrais faire dans ce cas !

    De quelles "armes " disposent les peres dans cette guerre ? Aucune.

    Le combat est plus qu'inegal, puisque "l'arbitre" (le juge) est totalement partial. Je ne developpe pas ce point, ce n'est pas la peine, vous savez tous de quoi je parle.

    Une seule question resonne dans ma tete tous les jours : comment une telle situation peut elle perdurer depuis aussi longtemps ?

    Nous sommes des millions en France a etre traités comme des chiens et rien ne bouge !!! Pire personne n'en parle (sauf Arte, merci)

    Le mal touche biensur le pere, mais aussi sa nouvelle compagne qui epouse aussi son mal etre, sans oublier les grands parents. Alors Pourquoi ce tabou ??

    Il parait que les hommes sont aux commandes dans ce pays ?

    Les femmes qui defendent les femmes ça peut se comprendre à la limite. Mais il y a aussi des juges - hommes , des experts, des politques qui couvrent cela , alors qu'ils sont eux meme peres et peut etre meme separés, statistiquement c'est sur ....

    Je ne comprend pas

    Tout ce que je sais, c'est qu'il faut se faire entendre pour faire bouger les choses. Trop de silence sur cette question. Pourquoi ?

  • Tout ce que je sais, c'est qu'il faut se faire entendre pour faire bouger les choses. Trop de silence sur cette question. Pourquoi ?

    ==> Déjà par un bourrage de crane très bien rodé et un terrorisme intellectuel à grande échelle.
    Il faut quand même savoir que ça fait depuis 40 ans que l'on écoute que les femmes et que les hommes ça fait depuis 40 ans qu'ils la ferment (jusqu'à quand).

    Et que depuis ses 40 dernières années un homme qui osent l'ouvrir pour dénoncer une situation inacceptable (comme la justice familial par exemple) ce voit immédiatement attaqué: misogyne, aigris, phallocrate, dominateur etc...

    Les choses commence a peines à bouger par exemple de plus en plus d'associations diverses et des politiques exigent la garde alterné comme mode de garde par défaut lors de la séparation, et en face les association féministes et de mère en tous genres gerbes leurs propos misandre pour essayer de contré ce changement.


    Mais au final les choses changeront surtout individuellement, aujourd'hui la plupart des hommes ont entendus ou vues un homme de leur entourage ce faire démonter par une justice familiale à tendance misandre, par conséquent les hommes commencent a être sur la défensive, les hommes commencent a peine a accepté l'idée qu'ils peuvent être victimes de sexisme.

  • bonjour,
    je suis d'accord avec vous tous et souhaite apporter mon témoignage. Vous le trouverez sur www.princesspauline.over-blog.fr, qui est le livre ouvert entre Pauline, ma fille de 2 ans et demie retenue illégalement en Allemagne par la justice locale, et sa famille française qu'elle n'a plus le droit de voir.
    Je la confie à vos pensées
    Pierre

  • Bientôt 10 ans que cela dure en ce qui me concerne.... Le père n est bon qu a payer, et en plus il ne voit pas ses enfants de façons équitable....
    Le pere est un bon à rien, mauvais en tout..........
    La justice au pays des droits de l homme, n est qu une utopie, une façade, une publicité mensongère.
    Que penser ? Que faire ? y a t il une sortie à cet enfer ? non, le combat est inégal....
    Il n y a pas d'égalité entre hommes et femme, les enfants sont la propriété des femmes, c est bien connu.
    Salo+%%¨__ de juges.

Les commentaires sont fermés.