Faut-il allaiter pour être une bonne mère?

Sous ce titre le magazine l’Express relaie une idée du mannequin Gisèle Bundchen. Celle-ci voudrait obliger les femmes à allaiter pendant au moins six mois.

allaitement-lait-maternite.jpg«Voulez-vous vraiment donner à vos bébés du lait chimique, alors qu'ils sont tout petits? A mon avis, il devrait y avoir une loi obligeant les femmes à allaiter leur enfant pendant six mois." Avec cette phrase, tirée d'une interview au magazine Harper's Bazaar, Gisèle Bundchen s'est attiré les foudres de mères du monde entier. Les mamans doivent-elles se sentir coupables lorsqu'elles optent pour le biberon?»

La journaliste, Julie Saulnier, précise que cette option va à contre-sens du féminisme actuel, qui veut que la femme se développe professionnellement. L’allaitement y serait un frein, tant par les obligations qu’il véhicule sur l’image de la mère que sur les contraintes pratiques qu’il entraîne.

Elisabeth Badinter ne montre-t-elle pas du doigt, dans son dernier livre: «Le conflit: la mère, la femme», «une montée en puissance d'une idéologie naturaliste, née dans les années 80. Ce courant, par son exaltation de la maternité et la pression qu'il exerce sur les femmes, tendrait à renvoyer les femmes à leur seule fonction de mère nourricière.»

L’allaitement, en tant qu’il est partie de l’image classique de la femme réduite à son rôle de nourricière, est mal vu. Le rendre obligatoire serait un crime de lèse-féminisme. J’aime bien Badinter, mais sur ce terrain je ne la suis pas.
badinter-800wi.jpg
Les arguments en faveur de l’allaitement sont d’une part parfaitement logiques, et d’autre part ne s’opposent pas à une vie sociale active de la femme. Les femmes africaines en sont un exemple: dans les villages, elles travaillent comme les hommes, souvent plus, et allaitent longuement leur bébé.

Aux Etats-Unis, la Leche League milite activement en faveur de l’allaitement maternel.

«Ses arguments? Le lait maternel est meilleur que le lait artificiel, il permet le contact peau à peau avec la mère et il est moins onéreux. L'association ne se contente pas d'arguments classiques et déploierait aussi des armes rhétoriques: l'allaitement est présenté comme la parfaite initiation aux bonnes relations parents-enfants, qui renforce le lien familial et au-delà, la cohésion sociale.»

Et pourquoi pas? Les hommes ne peuvent ni porter un enfant ni l’allaiter. Cela a été un des fondements de la répartition des rôles d’avant l’ère industrielle. La question est: l’allaitement diminue-t-il la femme ou non? La fonction maternelle s’oppose-t-elle à l’émancipation féminine? Dans ce cas, si être mère devient une tare, l’humanité va vite disparaître. Ou alors on aura une classe de bourgeoises ou intellectuelles émancipées, et un autre classe de pondeuses. Comme chez les fourmis. Les deuxièmes feront des enfants pour les premières. Provocateur? Sans doute un peu. Enfin j’espère.

Bundchen_42569849.jpgOn pourrait se dire que la fonction paternelle limite aussi l’émancipation masculine: l’homme-père ne peut plus faire «ce qu’il veut, comme il veut, quand il veut». Historiquement il devait nourrir et protéger sa famille. C’était une responsabilité. Quelle contrainte, quelle réduction: protecteur-pourvoyeur.

Pour en revenir à l’allaitement, ce n’est pas cent ans de féminisme qui vont changer la physiologie humaine. Quand une femme dispose des possibilités physiologiques et matérielles d’allaiter, c’est à l’évidence l’un des meilleurs départ que l’on peut donner à un bébé, y compris pour son immunité. Mais ce n’est pas toujours possible, et on doit parfois trouver des compensations au lait maternel. L’humain vit aussi avec des compensations.

Loin de moi l’envie de culpabiliser les mères qui pour quelque raison que ce soit ne peuvent allaiter. Chaque mère, chaque couple parent se détermine au mieux de ses conditions. Il m’apparaît normal de valoriser l’allaitement. Il serait injuste et inapproprié de dénigrer les mères qui n’allaitent pas. Mais je trouve dommage que l’on oppose à l’allaitement, fonction naturelle s’il en est, l’idéologie féministe et ses nouveaux diktats.

Catégories : société 9 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Ah, on utilise toujours les vieux arguments pour nourrir les phobies et pour manipuler la galerie:
    «Voulez-vous vraiment donner à vos bébés du lait chimique ...»
    Pour ceux qui n'auraient pas profité du système d'éducation scolaire dans leur jeunesse, je résume :
    La chimie est une science qui étudie la composition et l'interaction entre les substances dont notre univers est fait. La nature, notre corps, notre nourriture, l'eau, les médicaments (même homéopathiques) sont 100% chimiques. Deux substances qui ont la même composition chimique, quelle que soit leur origine, sont identiques, indistinguables.

    Lecture recommandée pour ne pas rester ignard:
    http://www.acsh.org/factsfears/newsID.676/news_detail.asp
    http://www.acsh.org/factsfears/newsID.940/news_detail.asp

  • "Les femmes africaines en sont un exemple: dans les villages, elles travaillent comme les hommes, souvent plus, et allaitent longuement leur bébé."

    Oui sauf qu'en occident ce n'est pas très bien vu de travailler avec un bébé accroché à sa poitrine....

    Et pour Gisèle... si les femmes pouvaient se permettre d'allaiter leurs enfants pdt les 6premiers mois je suis sûre qu'un bon nombre le ferait... il se trouve que malheureusement le congé maternité n'est pas aussi long...

  • @ benpal: merci de cette précision. Bien sûr que tout est chimique, au sens réel du terme. Le sens populaire oppose chimie et nature, mais c'est une vue de l'esprit. C'est une citation je ne l'ai donc pas touchée. Elle aurait dû parler de lait de vache plutôt que de lait chimique au sens ou elle l'entend.

    @ Boo: Oui, en effet, le genre d'activités professionnelles se prête très rarement à garder son bébé avec soi! Et en effet les conditions d'organisation de la société ne facilitent pas l'allaitement. D'où l'important de ne pas culpabiliser les mères qui n'allaitent pas 6 mois, tout en rappelant que le lait maternel est fait pour le nourrisson.

    Bonne journée!

  • Et à ne pas oublier qu'il y a des femmes qui ne peuvent pas allaiter. Tel était le cas avec notre fille et avec notre petite fille. Les deux sont en excellente santé physique, mentale et comportementale.
    Mais l'affection corporelle n'est pas limité à donner le sein. Un père ne peut allaiter mais il peut quand-même établir une bonne relation affective avec ses enfants. Le sein n'est pas le centre du monde.

  • benpal: en effet!

  • Bonjour,

    Je crois qu'il y a pas mal de malentendus concernant le dernier livre d'Elisabeth Badinter, voir même l'ensemble de son œuvre. Elle ne réprouve pas du tout l'allaitement, long ou court, à la demande ou programmée, mais elle dénonce certains pressions culpabilisantes qui s'exercent depuis longtemps sur les femmes et les mères. Ces pressions peuvent aussi bien vouloir les obliger à allaiter que les décourager de cette forme de nutrition du bébé (c'était notamment le cas dans les années 60, avec l'émergence du lait en poudre et l'exigence progressive d'émancipation professionnelle, vue comme incompatible avec le maternage). Pour Elisabeth Badinter, l'idéal serait une société qui permettent aux couples de s'organiser au mieux pour l'éducation des enfants, sans stigmatiser les mères et les pères (car eux aussi subissent de très fortes pressions sociales), et qui mettent à leur disposition les infrastructures nécessaires, s'ils sont suffisamment nombreux à en faire la demande.

    Mais, il est vrai que Badinter dénonce le genre d'idéologie affichée par cette mannequin qui oppose de manière simpliste, voir caricaturale, le naturel à l'artificiel et l'instinct à la culture. En effet, par "chimique", je pense qu'elle entend produit de synthèse, c'est-à-dire, artificiel, créé par l'homme. Ce genre d'approche oppose une espèce de "pureté" incarnée par la "mère nature" à la "corruption" humaine, dans une sorte de rousseauisme à deux balles qui ferait se retourner Rousseau dans sa tombe!

    L'exigence de cette mannequin n'a donc rien d'un lèse-féminisme, mais bien plus d'un lèse-Droits de l'homme, lesquels servent justement à garantir aux gens la liberté de développer leur propre vision du monde et de la mettre en œuvre, naturellement dans le respect de l'exercice de cette même liberté par les autres et dans le cadre légal de la société. En d'autres termes, si cette mannequin veut et peut allaiter ses enfants pendant 6 mois, 1 années, 2 années, 3 années, voir plus, grand bien lui fasse! Mais qu'elle ne cherche pas à imposer ses "recettes" de maternage et d'éducation aux autres femmes!

  • Excellente conclusion, Hitomi.

  • Hitomi, merci pour ces précisions concernant Elisabeth Badinter. Dont acte. Votre commentaire m'est utile puisque c'est sur ce point principalement que mon billet est orienté, soit les contraintes idéologiques éventuelles et l'opposition que je suspectais. Elle n'a pas lieu d'être, et c'est tant mieux.

    Pour la question de l'opposition entre "pureté" et "corrompu", "naturel" et "artificiel", d'accord avec vous. Avec benpal aussi plus haut. Ce manichéisme devrait plaire à 15 ans ou chez des intégristes de tous poils, mais la réalité est bien plus ouverte que cela.

  • Pour dire la vérité, je suis une fan d'Elisabeth Badinter, donc, je ne suis peut-être pas toujours la plus objective, lorsque je parle d'elle. Mais, si je l'apprécie autant, ce n'est pas par hasard. J'ai lu son livre "L'amour en plus" (écrit en 1981), lorsque j'avais 15 ans, et honnêtement, ça été une espèce de révélation à plusieurs égards.

    Tout d'abord, c'était le premier livre que je lisais, me proposant une réflexion issue de la recherche universitaire (et non pas simplement des manuels de cours, comme on en lisait en classe). Ensuite, c'était le premier livre qui me proposait une approche interdisciplinaire, puisqu'elle a recours à la philosophie, la sociologie, l'anthropologie, l'histoire, l'archéologie, un peu de biologie, l'analyse de discours et l'analyse littéraire. J'ai aussi été marquée par la richesse de sa recherche et la profondeur de sa réflexion, le tout lié dans un propos d'une très grande clarté. Honnêtement, c'est un des livres qui m'ont donné envie de faire des études universitaires. J'ai notamment apprécié la manière dont elle remettait en perspective l'histoire non seulement de la maternité, mais aussi du mariage, du couple, des relations parents-enfants, notamment la question de l'autorité parentale, de la reproduction comme fait social, etc. Contrairement à nombre de féministes, Badinter ne donne pas dans la guerre des sexes et quand elle parle des femmes, elle parle naturellement aussi et autant des hommes.

    Et finalement, ces propos ont fait "clic!" dans ma tête, parce que je me sentais un peu anormale. A l'époque, presque toutes mes camarades de classe se voyaient mères au minimum d'un ou deux enfants lorsqu'elles seraient adultes et auraient terminé leurs formations, alors que la simple idée de la maternité m'horripilait. Elles n'arrêtaient pas de me dire que l'envie d'être mère me viendrait naturellement lorsque j'aurais trouvé le "grand amour" (ben ouais, malgré le taux de divorce d'environs 50% parmi les parents des élèves de ma classe, elles croyaient encore au prince charmant et au grand amour éternel...)! Je dois avouer que cet ouvrage m'a permis de me rassurer sur moi-même et de continuer ma réflexion sans être handicapée par une espèce de complexe d'infériorité ou pire, de frustration. J'ai ensuite lu "Emilie, Emilie" et enfin, l'année dernière, "Le conflit". Entre deux, j'ai fait des études en sciences sociales et sciences (tout court) et ai lu plein d'autres auteurs, dont des féministes autrement plus radicales, voir carrément grillées, qu'Elisabeth Badinter, notamment du côté des Américaines, dont je réprouve le jusque-boutisme jusqu'à l'absurde.

    Pour moi, Badinter est une digne héritière de ce que les Lumières ont fait de mieux, mais poussées au bout de leur logique, pour intégrer l'autre moitié de l'humanité, que, malheureusement nombre de ses représentants avaient laissé de côté.

    Bon, voilà, voilà pour mes louanges....je vous ai dit, je suis une vraie groupie! ;D

Les commentaires sont fermés.