Majorité de femmes au Conseil Fédéral? M'enfin...

Depuis l’annonce du départ de M. Leuenberger, ça cause, ça suppute, ça soupèse dans le landerneau politique. Je passe sur le bilan de gouvernement du sortant, n’étant pas assez au clair sur sa trajectoire pour avoir une appréciation. (hum… les mauvaises langues disent que lui-même n’est pas très au clair sur le sujet…).

AishwaryaRai.jpgJe passe aussi sur les papables pressenties et dont les noms ont été lâchés dans la presse. Je rappelle simplement que l’on cite essentiellement des papesses. Ah, des femmes!

Quoi? Encore une femme au Conseil Fédéral? Mais où s’arrêteront-elles? (A sept, de toutes façons…). Et que fait la police? On ne respecte même plus la parité tant réclamée par les socialistes eux-mêmes, qui donc vont proposer une nana de plus, ce qui fera 4 femmes et 3 hommes, au lieu de 3 femmes 1/2 et 3 hommes 1/2.

C’est vrai, quoi, qu’au moins on propose un-e androgyne, un-e moitié-moitié quoi (non, pas la Williamine). Pour respecter le dogme de l’absolue égalité de représentation c’est le moins que l’on puisse faire. Ah, mais peut-être que l’absolue égalité de représentation est relative quand les femmes sont en majorité, et absolue quand ce sont les hommes.

Mais non, je déconne! Je blague. Je pousse le bouchon. Car je n’ai aucune réclamation à faire. On peut élire 7 femmes au Conseil Fédéral, cela me va aussi. L’important est que les élu-e-s fassent leur boulot. Après, on peut être d’accord ou non avec eux-elles, avec leur politique, avec telle ou telle décision, ça c’est autre chose. C’est la démocratie.

D’ailleurs je propose même Adriana Karembeu à la Santé, Paris Hilton à la culture, Halle Berry aux affaires étrangères, Aishwarya Rai (photo) à la défense et Whithney Toyloy  aux transports (amoureux). Ça fera un CF relooké du tonnerre, même que du coup il n’est pas exclu que je brigue un poste dans l’administration fédérale...

Majorité de femmes au Conseil Fédéral? M'enfin... Je n’imaginais pas qu’il y aurait là matière à débattre. Alors si cela ne me dérange pas, pourquoi en parler et blaguer sur le sujet? Parce que que je suis étonné que cela fasse autant de bruit. Jusqu’à produire un sondage sur l’opinion des suisses et suissesses à ce sujet - qui y sont dieu merci favorables à 76%.


Majorité de femmes, majorité d’hommes, cela changera selon les personnalités proposées. C’est aussi cela, la démocratie.


Catégories : Humour 6 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Et j'ai entendu (à la radio RSR, bien sûr), que les femmes sont plus douées pour la politique que les hommes. Soit.
    Si j'ai bien compris la sélection est désormais restreint à des personnes qui sont intelligentes, aptes, savantes, expérimentées, douées et qui sont de sexe féminin. Ca réduit le choix à 50% de la population papable.

  • Ce qui tord le cou à l'idée d'un progrès, c'est que les femmes commencent à devenir majoritaires au moment même où la fonction de conseiller fédéral n'a plus le moindre prestige et ne suscite plus le moindre respect.

  • benpal, 50%: vous êtes un incorrigible optimiste!

    Non, je blague.

    A part cela, les femmes seraient plus douées pour la politique? Il faut dire que les hommes sont plus doués pour tellement, mais tellement d'autres choses...

    Gniark gniark... (`…´)

  • Michael: si des hommes ou des femmes savent bien faire les choses, ce respect pourrait se rétablir. Mais qui a cette ambition?

  • Hommelibre: Chaque politicien/-ne a son quart d'heure de gloire, comme un candidat de Secret Story. Telle politicien/-ne est élu/-e, on nous dresse un portrait élogieux de son parcours, qui paraît en couverture de magazines sur papier glacé. Puis il ou elle entre en fonction, se fait tirer dans les pattes par ses collègues, passe pour responsable d'un truc peu populaire, et on entend déjà des rumeurs de démission.
    Désolé, mais c'est bien à Secret Story que fait penser le Conseil fédéral actuel... (sur l'affaire Polanski ou l'affaire libyenne, et les femmes ne tiennent pas des rôles de figurantes).
    Pour faire de grands hommes ou femmes d'Etat, il faudrait, d'abord, une population qui ait encore un tant soit peu le sens de l'Etat. Plus personne ne se sent représenté par les hommes ou femmes d'Etat, solidaire d'eux, dans l'exécution de leur tâche. Etre élu(e), c'est juste une sorte de challenge personnel pour l'intéressé(e), une lutte de couloirs dérisoire pour les politicards qui manoeuvrent (par simple jeu - sans aucunement croire que le choix a une réelle importance pour l'Etat).

  • Michael, c'est un inconvénient de la démocratie: le jeu de quille. Ce que nous gagnons en liberté, nous le perdons peut-être en solidité et en valeur. Le système suisse ne permet pas non plus une grande personnalisation. Les candidats au CF sont - presque - programmés, et comme vous dite la personne à nettement moins d'importance. Et pourtant on voit que ce sont quand-même des personnes qui doivent prendre des décisions parfois grave.

    Cela dit, en France où le système permet une personnalisation plus forte, c'est aussi pas mal la foire d'empoigne.

    Je pense qu'en tant que citoyens nous ne devons jamais oublier que notre liberté individuelle dépend aussi de la solidité de l'ensemble.

Les commentaires sont fermés.